Venez découvrir la province d'Auch, le clergé Aristotélicien siège en ces lieux. Forum lié au jeu des RR.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Ce forum va entrer en hibernation. On est passé sur le Fofo II Eglise Aristo http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=12123 Rejoignez nous !!!!

Partagez | 
 

 Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Torcal
Archevêque d'Auch
Archevêque d'Auch
avatar

Messages : 910
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 34
Localisation (dans le jeu) : Mont de Marsan

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mer 9 Mar - 0:00

Torcal continuait à trouver que les gens devenaient vraiment trop nombreux.
Que certains se cachaient derrière des capuches. Il n'aimait pas cela.
Il se leva et dit :


Monseigneur à raison, se n'est pas une taverne ici, s'est un tribunal, il est urgent que chacun le comprenne rapidement.
Comme vient de le déclarer Monseigneur Graouly, que la dernière personne qui vient de rentrer dans cette salle se présente
à tête découverte et nous dise son nom, son âge et ses qualités ainsi que les raisons de sa présence icelieu.

Maintenant, il est temps que les choses importantes soient dites.
Messire Yopyop vous nous avez expliqué votre vie, très bien.

Maintenant, je crois que c'est à votre épouse de parler si elle le désire, que se soit des questions ou des commentaires.
Je pense que s'est dans la communication que les choses peuvent prendre de la lumières.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 42

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mer 9 Mar - 0:40

Elle se sentait si lasse, si vide , sauf ce monstre qui lui rongeait les entrailles, qu'elle se leva, se retourna vers l'homme apostrophé. Il bougeait si lentement qu'elle prit le parti de s'avancer pour enfin poser la question qui l'avait faite se dresser rongée par l'inquiétude.

Elle s'approcha de son époux. S'adressant à Frère Torcal puisqu'il l'avait permis

Puis-je poser à mon époux une question qui me glace?

Elle se tourna vers lui et capta son regard.


Vous dites :
Citation :
Je rentre tout juste de la mine où je me dois aller travailler chaque jour pour pouvoir payer un modeste loyer et partager avec quelques hommes et femmes d'Eauze qui sont dans le besoin, un toit pour l'hiver !

Est-il arrivé malheur à Fézensaguet notre demeure ? Je l’ai quitté le jour où furent mandés ces papiers pour procès de dissolution de divorce, pour me rendre à Montmorency, chez mère. Mais vous êtes resté en notre demeure, elle ne vous a jamais été ôtée, je ne l’aurais permis, vous êtes mon époux, et je n'ai rien entendu dire qui puisse m'inquiéter, sauf ces terribles paroles prononcées ce jour.

Son altesse ma mère vous a ôté la jouissance du fief de Courranzan, où vous ne vous êtes jamais rendu ou si peu.

Fézensaguet était mon vicomté, donc le vôtre.


De plus, comme vous voila vêtu mon époux, vous qui aviez goût pour la belle vêture.

A la mine, vous ne vous y êtes jamais rendu, du moins que je sache.

Depuis peu, vous avez quitté l’université où vous fûtes recteur, pendant plus d’une année, Auparavant vous avez rempli l’office de maire plusieurs mois dans notre cité de Eauze.

Je ne comprend vraiment pas.

Une dernière chose , et je vous regarde les yeux dans les yeux, osez me dire le contraire de ces mots que je prononce. Vous dites également :


Citation :
. Nous avons étés appelés fréquemment, mon épouse et moi même, de par notre statut nobiliaire et notre engagement auprès de notre comté, à aller protéger notre capitale et notre château. Nous ne nous sommes jamais exemptés de ces devoirs et si vous connaissez l'histoire du comté, vous comprendriez que nous avons passé à plusieurs reprises des semaines entières à se tenir à disposition de la prévôté.


Je refuse d’entendre tel mensonge. Vous m’interdisiez de me rendre à Auch sous couvert que je ne fut point blessée.
Nombre de fois, je vous ai désobéi car mon devoir de noble, s’ajoutant à celui de conseillère comtale , quand je le fus, m’interdisait manquement à ces commandements.
et je m’y rendais seule. Devant le Très Haut dont vous faites subitement grand cas, devant ces prêtres qui représentent notre Sainte Eglise, osez me dire que vous ne mentez point !


Elle vacilla tant qu'elle crut qu'elle allait choir. Par qu'elle miracle réussit-elle à se maintenir droite ? sa volonté de la Vérité.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yopyop
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2008
Localisation (dans le jeu) : Ne sais plus trop où il est...

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mer 9 Mar - 3:48

M'enfin, là, il n'y tenait plus. Des perturbateurs encapuchonnés se permettaient de venir un moment si important perturber. Cae se permettait d'interrompre le moment de solennité pendant lequel Yop espérait pouvoir s'exprimer, ce qu'elle avait pu faire librement quelques instants auparavant. Pourtant Yop attendait tranquillement qu'on lui permette de continuer à parler et qu'on lui rende la politesse faite à son épouse : écouter sa version des faits... Le moment était si grave que ce tribunal ne pouvait devenir davantage que cela un lieu où chacun semblait pouvoir faire ce que bon lui plaisait. Le moment était suffisamment difficile pour le grand blondinet et l'attente assez longue pour ceux qui devaient passer après eux. L'encapuchonné ne daignant point répondre aux questions et s'identifier, Caerellyn en faisant fit se permit de ne pas rendre la politesse qu'on lui avait fait, de ne point l'interrompre pendant son récit, se permit de prendre la parole sans même avoir d'abord écourté... Yop alors décida qu'on le respecta aussi et qu'à son tour il puisse dire ce qu'il avait sur le coeur !

Bien, maintenant que vous savez de mon identité, voici mon histoire, mon mariage et ma vérité. Je vous remercie de bien vouloir l'écouter.

Je me permettrais de commencer mon récit alors que j'arrive tout juste à Nevers, à la recherche de mes parents. De nature très réservé, voir timide, je peine à faire des connaissances et à obtenir les informations nécessaires pour moi, pour avancer dans ma quête. Pourtant, une porte s'ouvre un jour et la lumière surgit. Je fais la connaissance de Dame Seawax la tribun de la ville qui décide de me prendre sous son aile en tant que marraine. Enfin, grâce à elle, je me sens bien dans cette ville. Mais cela, c'est sans compter une autre rencontre... Caerellyn.

Une femme mystérieuse, au délicat parfum de jasmin.
Il ferma les yeux... On pouvait lire un large sourire sur son visage... Messeigneurs, Mesdames... A ce moment, mon coeur s'embrase. Mais de bonne éducation et bien que la jeune femme ne semble pas du tout farouche, il devait se passer bien du temps avant que de déclarer cette flamme qui me dévorait ! Pourtant je fus mis un jour devant un dilemme terrible. Cae, la femme que j'aimais c'est révélée follement jalouse. Elle m'a demandé de quitter et de ne plus jamais revoir ni même correspondre ou simplement parler, échanger, avec celle qui m'avais pris sous sa coupe : Seawax, ma marraine ! Messeigneurs, Mesdames..., que faire ? Cae, je l'aimais. J'ai donc, sans bien résisté mais avec un coeur de nouveau déchiré, accepté de rejeter ma marraine sans pour autant que ma tête ou mon coeur n'aient pu l'oublier... Nous dûmes d'ailleurs à ce moment quitter Nevers où Cae et Kev de Glasgow n'étaient plus les bienvenus... Pourquoi ? Je n'en sais rien ? J'étais un simple jeune homme errant et nouvellement arrivé, incapable de comprendre a ce moment là ni cette ville, ni la politique, ni les tensions entre les personnes qui y résidaient. Antoine qui est un homme juste et droit vous renseignera peut être sur ce point. Toujours est il que devenus persona non grata, Cae et Kev durent fuir Nevers. Antoine, nous a suivi peu après car lui non plus ne pouvait supporter d'être éloigné de sa soeur de coeur.

Donc, je n'ai pas hésité à suivre celle qui avait pris mon coeur, même si déjà, elle l'avait déchiré. Nous avons alors concocté un doux nid d'amour à Eauze, ville qui nous a accueilli. Bien vite Cae m'a tiré vers le haut, pour entrer à la mairie, en tant qu'échevin aux festivités dès le premier mandat d'Eauze dont Kev de Glasgow était le maire ! Le comté était alors inexistant. Pour autant Cae et moi même s'étions bénévolement proposés pour le défendre et participer ainsi à la première compagnie des Chefs Maréchaux du comté ! Ah... Quand je vois aujourd'hui ce qu'est devenu la prévoté ou chacun crie au scandale, lorsqu'au plus profond qu'ait pu descendre notre comté, leur solde n'a pu leur être versée... A l'époque et c'est ce que j'appréciais, chacun faisait ce qu'il devait de façon bénévole et dévouée. C'est là qu'est la véritable valeur des gens même si, un salaire quand il est mérité, est le bienvenu. Mais le réclamer comme un dû pour un travail parfois mal fait, ne me semble pas acceptable ! Enfin, je m'éloigne du sujet...

Nous nous sommes alors mariés. Nous étions bien dans cette ville et heureux ensemble. Ce fut le plus beau et mémorable des jours de notre vie... Même si un incident passé inaperçu auprès de la majorité des invités est venu perturber la cérémonie... ah mon ange, vous souvenez vous ?
Le jeune homme souriait à ce souvenir. Il était ainsi le Yop... commençant une phrase, s'en détournant pour y revenir... Hum hum... une grande absente cependant à notre mariage et notre baptème... Ma marraine. Seawax. Pouvez vous imaginer le chagrin que j'ai eu lorsque Cae, très formellement m'a dit que ce serait elle ou ma marraine ! Elle n'avait pourtant pas de quoi être jalouse, vous savez. Je ne me donne qu'à une seule femme et les liens sacrés, les promesses sacrées prononcées, je ne pourrais jamais les rompre. Je suis un homme de parole, Messeigneurs, Mesdames, et la tromperie, morale comme physique n'existera jamais chez moi, c'est une ligne de vie que je me suis toujours donné. Bien sûr auprès de ma femme, mais il en était de même auprès de mes administrés lorsque j'étais en poste, mais aussi et surtout auprès de ma famille ou de mes amis. Que vous compreniez bien quel homme je suis, cela me semble important ! Pour autant, je n'avais pas le droit d'approcher aucune autre femme. Si Cae me surprenait à simplement discurter avec une autre, elle devenait hystérique. J'évitais ces situations donc, surtout pour ne pas montrer ce côté de leur mère à nos enfants. Un enfant doit avoir une bonne image de sa mère, cela est très important, n'est-ce pas ? Mais pour notre mariage, mon coeur était déchiré de n'avoir pas à mes côtés les personnes qui comptaient pour moi. Pour autant, j'aime tant Cae que je ne pouvait faire devenir ce jour un enfer alors qu'il était et reste le plus beau de ma vie... Après la naissance de nos enfants bien sûr qui ont marqués le père que je suis au point que vous pouvez imaginer. Et puis... Les jumeaux étaient en route. Nous l'avions confessés au père Amaury-Hauber qui célébrait notre baptème puis notre mariage. Donc ce moment, devait arriver au plus vite et de toutes façons, nous en étions fort impatients.

J'ai continué ensuite à m'investir dans ma ville et mon comté. Antoine ici présent, qui est neutre, pourra en témoigner. Pour autant, Messeigneurs, Mesdames, lorsque je m'investis, ce qui m'est important est d'être là, d'aider, de mettre la main a la pâte sans en rechercher ni la reconnaissance, ni le salaire. Je n'ai jamais voulu être en avant ni même être connu ou reconnu. Cela n'est pas fait pour moi. Mon bonheur je le trouvais auprès de ceux que je pouvais aider. Auprès de mon épouse tant aimée. Auprès de ma famille, de mes enfants, de mes amis. Ah les grandes cérémonies, guindées, où personne ne se connait, où chacun et chacune dit des banalités essayant de voler la vedette à son voisin, mettant en avant quelques prouesses même pas réalisées par sa propre personne mais par quelques larbins... Cela m'ennuie, ma place est auprès du peuple, auprès du cercle très restreint de ceux que j'aime. Cae n'est pas du tout comme cela ! Pour elle il faut se montrer, s'exposer, se vanter de partout où l'on pourrait être vus ! Je me limitais donc à la suivre où elle me demandait et je ne renie en rien, que lorsque l'ennui me gagnant, je préférais bien vite aller jouer à cache cache avec les enfants que d'écouter les conversations des tristes personnes de ces lieux. Là dessus Cae a raison, je n'ai jamais été connu ou reconnu pour ce que j'ai fait. Et j'en suis, même si elle me le reproche aujourd'hui devant vous, fier et heureux. Pour autant, je suis un travailleur acharné mais de l'ombre... Pourtant... Je fut récemment très honoré de recevoir le Grade du Lion et de la Croix d'Argent. Voyez vous, la reconnaissance d'un comté à travers un tel grade ou même un fief, cela oui, je l'accepte et cela ne peut que me remplir de bonheur. Car c'est une reconnaissance honorable lorsqu'elle a valeur réelle !
Lève les yeux et pense à certains fiefs ayant été attribués par le comté contre tout bon sens !!! Les remerciement des uns et des autres, ce grade, comme mes grades universitaires, me font effectivement sortir de ma réserve car ils représentent pour moi cette valeur de l'engagement. Pour autant je puis vous assurer ici que je n'ai jamais rien demandé, c'est cela qui en fait leur réelle valeur à mes yeux. Voilà ce qui me fait sortir de mon ombre et me mettre au jour, dans la mesure où la cérémonie reste sobre et juste. J'ai accompagné Cae lors de chacun de ses anoblissements et remises de récompenses, car elle les mérite pleinement, croyez moi. Pour autant, elle dit vrai, me montrer juste pour le plaisir de me montrer ne me plais pas. Les bains de foule gratuits ne sont pas faits pour moi.

Pour autant, ne prenez pas mal mes paroles. La femme qui est devant vous et qui est toujours mon épouse à ce jour, est elle aussi une acharnée du travail et mérite pleinement sa notoriété ! Elle en fait beaucoup ! Enormément !!! Trop !!! Jusqu'au point de ne plus penser à son époux, ni à sa famille... Les moments passés, c'était pour travailler. Messeigneurs, Mesdames, j'étais dans l'ombre ce qui me convenait, pour autant j'ai toujours été à ses côtés... Voulez vous que je vous sorte tous les dossiers ? Il y a dans notre bibliothèque un nombre incalculable de dossiers pourtant secrets, tout droits sortis du conseil comtal. Elle pourrait être jugée pour haute trahison au vu de certains dossiers. Pour autant, nous n'en faisions rien d'autre que de travailler dessus ensemble. Cae est tout comme moi une perfectionniste. Donc, il nous fallait nous oublier nous même bien souvent. Elle était dans la lumière et c'est ce qu'elle souhaitait. Pour nombres de décisions prises pourtant mon avis elle ne pouvait s'empêcher de me le demander et d'en tenir grandement compte ! Une approbation commune ou rien ! Idem pour les courriers, les diverses démarches, ... Le travail à deux fonctionnait très bien et permettait une efficacité et une osmose totale. Certains dossiers que vous connaissez peut être bien, comme le concordat n'en n'est qu'un exemple...

Mais aussi les affaires les plus secrètes concernant certaines hautes personnes oeuvrant pour le bon fonctionnement du royaume, bénévolement et sans aucune reconnaissance... aucune ! Ah, mais je n'ai pas le droit d'en parler... Mais Antoine me comprendra et se souviendras s'il se repenche un peu sur son passé... Car oui Antoine, tu ne l'as probablement jamais su, mais pour ce poste aussi, j'ai été consulté. Car voilà quelques année en effet, Cae se plaisait énormément dans ces tâches. Le travail de l'ombre lui a même un certain temps convenu beaucoup plus que la lumière ! C'était LA Cae que j'avais rencontré voilà bien des années, avant qu'une certaine notoriété ne lui monte à la tête.

Voilà, une vie très chargée donc où j'étais totalement amoureux et dévoué en tant qu'époux ! Elle dans la lumière, moi dans l'ombre et à tous deux, cela nous convenait, car nos idées, nos méthodes se complétaient ou se rejoignaient totalement. La vie privée qui nous restait n'en était pour autant que fort active, épanoussante et partagée. Nos nombreux enfants ne sont que l'illustration de cet amour partagé. Car même si j'apprends aujourd'hui l'innacceptable pour notre fils Alexandre, après le jumeaux il y eut Merlin et Ange Lyne créés dans l'amour est la volonté commune d'agrandir notre famille.

Vous comprendrez au vu de ce qu'elle me reproche et de ce que je peux vous dire, que le problème est cette mise en avant de l'un par rapport à l'autre. C'est ce qu'elle me reproche aussi, n'est-ce pas ? Ne pas avoir été assez présent, seul ou à ses côtés au vu du monde entier plutôt que de vivre notre bonheur partagé dans la simplicité et dans notre intimité familiale. Ah... Le partage, une valeur importante à ses yeux. N'est il pas mon ange ? Combien de fois m'avez vous dit partager avec moi bien plus qu'avec n'importe qui ??? Je ne veux cependant pas dévaloriser ici la valeur ou le travail de Cae dans tout le comté et au delà. Je souhaiterai simplement modérer les paroles de mon épouse me concernant.

Sans tout ce travail que j'ai donné avec une très bonne volonté à ma ville, à mon comté et dans le temps que je pouvais donner, ah oui, nous aurions pu faire tant et tant d'autres choses... Mais en même temps, sans ce travail en commun, que serait devenu notre couple, la confiance qui c'est construite autour de toutes ces affaires traitées ? Voilà là, un paradoxe ! Nous allons bientôt voir ce qu'il en est récemment advenu. Mais...

Pendant tout ce temps, cependant, j'ai aussi souffert... Un jour trouvant Cae en train de compter fleurette avec Kev de Glasgow, en taverne ! Et lui de la demander en mariage, pour faire échouer notre union ! Je ne l'ai pas forcée, pourtant elle m'a choisi ! D'autres fois, où nous nous rendimes ensemble en taverne, elle m'a totalement ignoré, ne cessant de chuchoter avec tel ou tel jeune homme... voire jeune femme ! C'en était tellement gênant que les autres occupants de la taverne, sortaient sans dire mot ! Voilà, la raison de ma décision de ne plus aller en taverne avec elle tant qu'elle ne pourrait pas s'empêcher... Et de lui demander, lorsqu'elle y allait ses raison, en tant qu'époux bienveillant et protecteur, confiant mais réaliste sur la beauté et les attraits de mon épouse qui ne laissaient que rarement indifférents autour d'elle. Pour remettre un pain ou un autre bien parfait, elle pouvait tout à fait y aller, bien au contraire, c'était de son rôle et devoir en tant que tribun. Mais que ce soit pour courtiser, NON ! Et voilà qui lui déplaisait, pourtant, M'enfin !!! Jaloux ! Ah que le Très Haut me pardonne, mais moi au moins, je l'avoue, oui... Jaloux car amoureux. Mais voyez cette femme aussi extraordinaire. Comment aurais-je pu accepter de la voir aller vers d'autres et de se faire courtiser sans même rechigner ou penser à celui qu'elle aimait pourtant à cette époque ? Ah oui, trompé, je l'ai été. Cela a encore plus déchiré mon coeur qui déjà saignait... Qu'elle aime les braies de tel ou tel homme, Messeigneurs, Mesdames j'en souffrait en silence. Car au delà de tout, ce qui comptait pour moi était l'amour que je lui portait. L'amour que, jusqu'alors nous partagions ! Car jalouse elle l'était aussi et bien plus que moi ! Je ne pouvais m'approcher d'une autre femme sans qu'elle n'en devienne hystérique. A l'université, je me faisais sermonner... Lorsque j'ai été maire, elle voulait savoir ce qui se passait en salle du conseil économique, à qui je parlais et j'en passe. Elle m'a muselé, alors comment maintenant me reprocher de n'être pas allé parler aux autres ?
Yop baissa la tête... Puis s'éffondra en larmes.J'apprends même aujourd'hui qu'un de mes fils est un batard ! Que me chache t elle encore ? Que nous cache t elle à tous de plus secret ??? Si vous saviez, j'en ai appris bien d'autres récemment... en voyant tous ses mensonges, toutes ces trahisons. J'ai cherché et... Il n'est pas difficile de trouver. Pourtant... Il se tut un long moment... Seul perdu dans ses pensées tête baissée... Un long moment... Puis chuchotta : J'aime mon épouse. Il se tut de nouveau un long moment... releva la tête, prit une énorme inspiration et poursuivit.

Et ce n'est pas de cela que je lui en veux et que je me défends aujourd'hui, mais plutôt des accusations calomnieuses, fausses et que je puis accepter mais qu'elle profane contre moi ! Les mots sont forts surtout en ce lieu et devant vous, mais c'est ce que je ressent de ces accusations infondées. Et elle peut aussi parler de sa mère qui m'accuse... Mais cette Seigneurie, je n'en voulais point ! Clémence est tellement absente qu'elle ne me connaît pas. Cae insistait pour cette Seigneurie ! Pour autant, moi, j'étais heureux avec ma famille, auprès des gueux. Les absences de Clémence m'ont même fait croire -- espérer serais-je tenté de dire -- que Cae allait abandonner cette idée ! Pourtant, mon épouse est tenace et abandonner n'était pas à son goût ! Et voyez vous, j'apprends seulement maintenant que cette Seigneurie était finalement destinée à Cae... Je dois avouer que ce fut un soulagement pour moi d'en être débarrassé... Oh je respecte ma belle mère, Clémence. Mais elle a une vie que je trouve des plus ennuyante. C'est une grande femme, certes, mais si éloignée de mes valeurs. La Seigneurie que j'ai obtenu vient du Comté de Fézensac. Nous ne sommes pas là pour faire le procès de ma belle mère, mais pour preuve qu'elle est absente tout le temps, contactez la hérauderie de notre comté pour savoir depuis quand elle n'est pas même venue faire allégence ? Elle a été héraude en notre comté, nul doute qu'elle connaît ses devoirs ? Elle ose me faire des reproches alors que nous l'avons invités moultes fois en notre demeure. Elle y a ses salons, ses appartements que je lui ai installé mais JAMAIS elle ne nous a rendu visite ! Nous sommes allés la voire mais seulement rarement elle était présente et ne me répondait ! Ah, pour obtenir le titre de princesse, oui il y a eu mariage avec le prince si convoité... A cette époque Cae s'en offusquait même que la raison l'emporte sur la sincérité de cette union ! Mais lors de la mort du prince, Hugues, mon beau père, j'ai souhété aller aux funérailles du pauvre homme. Cae aussi le souhaitait et nous nous y préparions avec les enfants. Ah les nombreuses festivités auxquelles la princesse apparaît souvent prestement avant de disparaître rapidement, m'ennuient et je n'aime m'y rendre comme le dit si bien Cae que j'avoue en effet bien volontiers. Pourtant Clémence les adore pour faire parler d'elle. Mais les moments familiaux qui me semble importants comme un décès, je tiens à m'y rendre. Eh bien, JAMAIS, elle n'a enterré son époux qui pourtant lui a cédé sa principauté. Voyez, je ne suis pas intéressé, comme elle ! Je veux rester et surtout prie le Très Haut pour rester humble et respectueux, fier de mes valeurs et ne pas m'en éloigner. Donc, je n'ai aucune leçon à recevoir de cette femme que pourtant j'apprécie beaucoup et respecte !

Revenons en à mon épouse : je la vois de plus en plus dériver vers le même comportement que Clémence. Je souhaiterais la voir revenir sur terre, la voir se souvenir de la signification du mot confiance, respect qu'elle a oublié chaque fois que j'ai été trompé. Je voudrais qu'elle se souvienne d'où elle vient, qu'elle se rapproche de nouveau de ceux dans le besoin et cesse d'agir et d'être sur le paraître et le superficiel. Voilà ce qui nous a de plus en plus séparés avec le temps... Ces changements.

Pour ma part et reprendre le fil de ma vie, alors que Cae était comtesse, le recteur lui a fait faux bond. Il a fallu le remplacer au pied levé. Comme nous travaillons ensemble, que j'étais à cet instant à ses côtés, elle m'a de suite proposé. J'étais fort éduqué et pouvait enseigner moultes matières. Elle savait qu'elle pouvait compter sur moi et connaissait mon travail. Elle m'a donc donné ce poste au soir du 24 Octobre 1457 pour que je puisse valider les cours de la journée même. Je dois avouer que cette décision de me poster comme recteur du comté, comme pour le reste, nous l'avons prise ensemble et j'en étais heureux. Dévoué au comté et pour autant sans être trop dans la lumière... J'ai été un recteur je crois assez discret, comme il se doit d'être et pourtant fort apprécié. Mon salaire était les messages d'encouragement de mes professeurs et élèves ! Dans le même temps, j'ai été maire de notre belle ville, Eauze ! Ah je l'avoue... Avoir en même temps, la charge du rectorat plus la charge d'une des villes du comté... Cela demande beaucoup de travail. Un travail que j'ai fais dans l'ombre comme j'aime travailler, même si j'aurais pu me mettre dans la lumière. Mais non ! Pour autant j'ai été réélu pour 5 mandats ! Les différents comtes eux aussi m'ont fait confiance à la tête du rectorat pendant plus d'un an. Cae a-t-elle mal supporté de voir son époux réussir à un moment où elle se reposait ? Toujours est il que nos relations sont devenues à ce moment plus difficiles... Elle ne m'a pas aidé dans mon travail de maire, alors qu'elle avait carte blanche pour effectuer le travail qu'elle avait toujours fait dans ces postes que je lui avais confié -- Tribun et maire adjoint. Seule chose que je lui ai demandé : me faire lire les lettres qu'elle envoyait, comme nous avons toujours fait dans notre travail en commun et écrire tout ce qu'elle faisait au conseil municipal... Cela l'a mis hors d'elle ! C'était hors de question qu'elle ai quelques comptes que ce soit à me rendre. Je crois que tout marchait bien tant que nous sommes restés dans le même schéma. Inverser ce dernier, et plus rien ne tient ! Elle me reprochait de pas me mettre assez dans la lumière de ne pas assez faire valoir mon travail... Vous l'avez compris, c'est ici que je veux en venir. Nous avons été unis dans l'amour. Puis nous nous sommes en plus rejoins dans le travail, ce qui a renforcé notre complicité. Le travail acharné qui nous a réunit mais ensuite et récemment séparés. Tant qu'elle était en avant, que son égo était flatté, tout allait bien. Un mari dévoué, fidèle et soumis, voilà ce qu'elle veut. Dès lors que j'ai moi aussi réussit et pourtant, elle m'a toujours encouragé eh bien, elle ne l'a pas supporté. Surtout elle ne supporte pas que je ne me mette pas plus en avant. Pour pouvoir finalement elle même profiter de ma notoriété ? Pouvoir se montrer à la haute société ? Entendez vous vous aussi tout cela dans ses dires ? Elle est devenue tout ce qu'elle a toujours détesté et rejeté. Moi, voyez vous, je ne veux surtout pas changer.

J'ai alors décidé d'arrêter la mairie qui me prenait trop de temps. Puis ai démissionné du rectorat. Tout cela pour avoir de nouveau ce temps à passer auprès des miens et pour casser ce schéma. Mais... Probablement le mal était fait et le temps de se retrouver trop court avant qu'elle ne demanda ce divorce ? J'ai vu mon épouse embrasser le comte, je l'ai vu devenir la pire des Aristotélicienne que je connaisse, bafouant ses engagements faits au Très Haut et à moi même, vouloir la gloire et la notoriété plutôt que d'aller comme avant vers le travail et les valeurs ! Difficile de supporter tout cela, ces changements aussi graves. La voir repartir en taverne et la voir rentrer à point d'heures, ne sachant pas ce qu'elle avait fait ? Parfois, la voir rentrer fort alcoolisée ? Eh oui, elle c'est même mise à boire de la liqueur visiblement... Voilà pourquoi je peux vous paraître injuste avec elle peut être. Mais comprenez moi. Pour autant, je suis sûr que nous pouvons la faire revenir dans le droit chemin. Comment a t elle pu oublier tous ce qu'elle était dans le passé, tous ses engagements, tout ce qui faisait d'elle une personne appréciée, juste, honnète et droite. Depuis quelques mois, elle ne sème que la haine, la confusion et le trouble autour d'elle. Est elle envoûtée ?
Yop regarda discrètement Antoine, la mine fermée. Leurs regards se croisèrent un instant. Ils...

Messeigneurs, Mesdames, je conclurai très simplement par ces mots :
Je me battrais toujours pour mes valeurs, pour l'honnèteté, la sincérité et la fidélité auprès des autres. C'est pour cela que je tenais à être là et expliquer que les paroles de Cae, ses raisons de demander le divorce me sont étrangères et m'offencent. Car ce n'est pas moi, celui que vous avez devant vous, ce portrait qu'elle dresse et pour sûr votre jugement peut en être altéré. Il ne me correspond pas du tout. Pour autant, je ne m'oppose pas à ce divorce car cette Caerellyn qui aujourd'hui se rapproche de plus en plus du sans nom, je ne la reconnais plus ! Mais je veux simplement que mon honneur devant les accusations qu'elle fait, soit lavé de tous soupçons. Cependant, Messeigneurs, Mesdames, sachez que je l'aime, de l'amour le plus fou et le plus pur qu'il puisse être donné. Je ne peux me substituer au Très Haut, mais je saurais lui pardonner ses pêchés. Je vous demande donc de prendre votre décision en âme et conscience, en m'oubliant et simplement en jugeant de ce qui sera le mieux pour elle, de ce qui lui sera le plus profitable pour être heureuse et épanouie. Mais aussi et surtout pour la ramener dans le droit chemin car aujourd'hui tous ses pêchés n'ont pas été déballés, mais là, le problème est avec sa conscience. J'en ai découvert bien d'autres en me penchant sur sa vie récente... Mais je ne souhaite ici l'accabler. Si elle a toujours une once de conscience de d'estime d'elle même, elle comprendra mes paroles et y réfléchiras. S'il ne lui reste même plus cela, alors, qu'elle soit séparée de moi, elle ne me mérite pas !

Sachez qu'aujourd'hui mon coeur saigne surtout pour nos enfants... Elle s'en est visiblement plus ou moins débarrassés,
Il pleura de nouveau... à l'exception de Morganne et d'Alexandre Il s'écroula de nouveau, genoux à terre... à qui elle a toujours porté un regard tout particulier ! Je pleure chaque jour mes enfants, mes trésors, ma vie... Mais j'ai décidé de m'occuper maintenant des plus nécessiteux que moi et de trouver l'amour qui me manque de mon épouse auprès des plus simples mais des plus sincères et vrais des hommes. Guillaume, notre valet si dévoué est à mes côtés. Grièvement blessé, lors de la destruction de la boulangerie de l'amitié, notre nid d'amour à Eauze. Destruction visiblement commanditée par Cae. Il a failli mourir. Antoine dis leur à quel point ce bon Guillaume comptait pour Cae jusqu'à ce qu'elle devienne folle... ? Inutile de dire qu'il est lui aussi meurtri de tout cela !

Messeigneurs, Mesdames, pouvez vous m'expliquer pourquoi la femme qui vous fait face et qui demande aujourd'hui le divorce c'est offusquée lors d'une discution le 17 février dernier que je ne lui avais pas même offert une rose pour sa Saint Valentin... ? Que veut elle vraiment ??? Il faudra bien y réfléchir dans votre jugement. Ah une rose, j'en ai envoyé une à ma fille, Morgane pour la St Valentin. Mais je me voyais mal en plein divorce en envoyer une à mon épouse. Non ? Surtout qu'elle m'a dit après que j'ai découvert sa demande de divorce -- dont elle c'était bien gardée de me parler et m'avait caché --, qu'elle souhaitait que je meurs avant la Noel... Messeigneurs, Mesdames, ces paroles sont elles acceptables ? Pour autant, de mon côté, j'ai respecté les engagements que j'avais pris par écrit auprès de vous en rendant toutes ses libertés à Cae, comme vous l'aurez noté. J'ai été mis à la porte de notre domaine avant qu'elle ne parte rejoindre sa mère et lui compter quel mauvais époux j'étais... Ce domaine qui nous était si cher et que nous avions façonnés avec le temps... De toutes façons, sans elle y serais-je resté ? Il lui appartient de toutes façons.

Mon ange, je vis aujourd'hui dans le petit local que j'avais fait construire pour abriter les plus désoeuvrés de notre cité alors que j'étais maire. J'y suis avec Guillaume et quelques malheureux. J'y exerce la médecine dans les limites de mes compétences... Je dois travailler tous les jours pour rapporter de quoi manger et vivre finalement pauvrement mais honnêtement. J'y suis heureux. Si je me suis éloigné de nos enfants -- ah vous me brisez le coeur lorsque vous parlez si souvent de "VOS" enfants et non de "NOS" enfants -- c'est que je ne veux pas prendre de risques avec la hérauderie. S'ils me voyaient ainsi de retour au pays des Gueux, ils vous enlèveraient vos fiefs que vous avez bien mérités pourtant et auxquels vous tenez maintenant tellement plus qu'avant, lorsqu'ils vous ont été remis et que votre objectif était votre travail et votre ligne de conduite qui passaient avant la haute société de votre mère... Souvenez vous, d'où nous venons, d'où vous venez... Vous avez pris la grosse tête et vous ne vous doutez même plus de tout ce qu'il y a à faire comme lorsque nous nous sommes rencontrés dans notre compté. Tant d'histoires à vivre et à compter... Bien plus que dans les ambiances feutrées des salons du comté où chaque fois les même rengaines reviennent les disputes pour élire un compte où chacun convoite la place la plus en vue, jusqu'à pouvoir tuer son voisin. Travailler pour dans ce comté pour vous et pour ceux qui ne foutent rien en plus, de façon à ce que cela "ne se voit pas trop" qu'ils sont élus mais n'en n'ont pas l'envergure ? Présenter des colistiers voir une tête de liste qui ne tient pas la route, mais qui après quelques arrangements prévus à l'avance, disparaîtra ou fera bien l'affaire sans que la population n'y voit rien ? Ce genre d'arrangements qui blase tout le monde et fait de la politique, de celle que vous avez toujours rejeté comme personne mais que finalement, vous faites totalement aujourd'hui, celle qui dessert au plus haut point notre comté, notre force et ses habitants... Vous avez vraiment tant changé... Vous, vos valeurs... Messeigneurs, Mesdames, si un jour, je reviens en politique, ce sera avec mon propre parti et il sera des plus honnète et des plus respectueux, valeurs qu'avait Cae à un temps révolu. On ne peut aujourd'hui pas plus qu'hier haïr, ne pas respecter les gens, se prendre pour le centre du monde, comme Clémence ou la Cae de maintenant et être soi même respecté et aimé. Un jour, le retour de baton sera douloureux... Souvenez vous, mon ange de LA Cae, LA travailleurse, L'irréprochable, de VOTRE modèle de l'époque, de votre soeur : Thersite tout aussi irréprochable et qui m'a fait aussi craquer, tant vous lui ressembliez, qui m'a impresionné de sa droiture et de son jugement alors qu'à ce moment, il aurait été si facile et si tentant de dévier de cette droite ligne. Mais vous étiez respectable, fière et respectée à l'époque...


Le grand blondinet se tourna vers Antoine : Mon ami... Si le divorce doit me séparer de Cae, prends grand soins d'elle. Je te sais juste et droit. Ne dévie pas de cette ligne... Comprends mes dernières paroles et souviens toi, toi aussi... Car ces valeurs ne sont plus du tout respectées aujourd'hui, y compris par toi parfois... Alors ne permet pas à Cae de t'emporter du côté sombre, obscur... autant que tu ne dois lui permettre de dévier davantage. Remet la dans le droit chemin. Et je resterai certes loin, mais fier d'elle ! Puis oubliant le protocole et les bonnes manières, il courut vers lui et se jetta à son cou... Le grand blondinet était parfois distrait de la réalité l'entourant un court moment, sans pour autant que cela ne soit préjudiciable à aucun. Et mes félicitations à notre comte ! Je suis heureux pour notre comté ! N'oublies pas nos pauvres... N'oublie pas ce que je viens de te dire. Ta soeur n'a plus que toi ! Il le serra fort.. Très fort, laissant ses larmes couler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rr.seb-net.com
antoineleroy

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 12/05/2008
Localisation (dans le jeu) : Eauze

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mer 9 Mar - 15:01

L'audiance avait commencé avec vigueur et les questions posées par les représentants de la Foi ainsi que la disposition des différents intervenants ressemblaient fortement à un procès comme il en avait mené par le passé pour la Province... Les tons étaient secs, les visages rigides, les regards sévères et les échanges froids. De quoi se demander si la culpabilité des prévenus n'était déja pas prouvée aux yeux de la 'cour'?

Devant un tel spectacle Antoine regrettait déja d'être venu en tant que témoin des mariés car il allait apprendre des choses qu'il ne souhaitait nullement connaître, des affaires personnelles comme il en existe dans chaque famille, des faits n'appartenant qu'aux responsables et qui ne seraient jugés que par le Très Haut lors du rappel auprès de lui de ses enfants.

La sévérité des protagonistes choquait fortement le médecin, tant dans les demandes qu'envers les personnes présentes dans la pièce, qui croyait en les enseignements de l'Eglise ainsi qu'au sacrement du baptême induisant l'union des fidèles et l'Amitié Aristotélicienne par l'exercice de la vertu dans les contacts avec autrui. Où étaient les valeurs de respect, de partage, de pardon, d'amitié et d'amour?

Le flot des paroles avait eu raison des peurs de l'homme qui découvrait ce qu'il n'aurait jamais voulu entendre, et son nom cité à plusieurs reprises allait très certainement le contraindre à se retrouver devant les questionneurs. C'est d'ailleurs, alors qu'il était en pleine réflexion sur le futur proche, à ce moment là que Yop vint l'étreindre tout en lui demandant et en le félicitant.
Antoine plongea son regard dans celui du grand blondinet puis hocha de la tête tout en regardant les représentants de l'Eglise qui allaient très certainement prendre des dispositions
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecm
Abbesse
Abbesse
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 02/03/2010
Localisation (dans le jeu) : Tarbes

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mer 9 Mar - 20:49

Eglantine se dit qu'elle n'avait jamais vu un procès si agité! Des personnes entrant en plein milieu de l'audience comme dans un moulin, les protagonistes parlant sans qu'on leur ait donné la parole... Parfois pour faire un véritable discours. Eglantine n'avait jamais entendu quelqu'un faire une tirade aussi longue.

Et le malheur d'un couple exposé en plein jour... Elle espéra que l'audience finisse rapidement. Elle n'avait jamais vu un couple aussi déchiré. Et l'on disait que les écus faisaient le bonheur...

Le problème était de savoir qui disait la vérité... La jeune femme était soulagée d'avoir simplement été nommée greffière et non pas Official.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torcal
Archevêque d'Auch
Archevêque d'Auch
avatar

Messages : 910
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 34
Localisation (dans le jeu) : Mont de Marsan

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Jeu 10 Mar - 0:11

Bien je pense qu'il est tard et que nous pourrions tous aller nous reposer, car la fatigue n'aide point à tenir de bonnes réflexions.

Toutefois Messire Yopyop laissez-moi vous dire une chose, ici nous essayons de voir si nous pouvons autoriser ou non la dissolution du sacrement qui a été fait par l'entremise de l'église, représentante de Dieu sur terre. Cependant le jugement n'est pas vraiment sur les actes de l'un ou de l'autre. mais sur le fait de savoir si il est préférable que chacun s'en aille de son côté ou s'il est bon que vous restiez ensemble. L e jugement des actes de chacun sont devant Dieu, s'est Lui qui vous jugera le moment venu. Ave Lui point de mensonge possible, point d'interprétation plus ou moins arrangée ou brodée. Vous allez être nu comme un ver devant Lui que se soit votre âme ou votre corps, votre coeur, votre esprit. Il sait comment et pourquoi vous faites les choses et les dites, méfiez-vous Messire, Dieu ne peut être dupe, nous ici présents nous pouvons l'être, mais pas Lui.

si j'ai bien écouté vos dires, sous des aspects de gentillesse, des aspects bon enfants des aspects d'être le bon de l'histoire, celui qui est humble, travailleur, honnête, populiste, vous qui ne pensez qu'aux autres, vous VENEZ MESSIRE de nous présenter votre épouse comme une femme fausse, de mauvaise vie, une femme qui est un exemple d'égocentrisme, de recherche du pouvoir et des biens materiels, sans parler que vous les faites aussi passer l'air de rien pour une dévergnoigneuse, femme de petite vertue. En faite, vous ne l'avez pas dit mais la traduction de vos paroles serait qu'elle est presque une fille de joie.

Personnellement j'aurai préféré que vous nous le disiez ouvertement, plutôt que vous ne passiez par une verve qui se veut prude, mais qui est en faite plus salissant que l'autre la directe. Qu'en ressort-il de votre discours? Que vous êtes un petit malin, mais ici nous avons l'habitude du malin et de ses agents, qui savent se déguiser en ange de lumière mais qui ne sont en fait que les agents du sans nom. Je crois que l'impacte aurait été meilleur si vous nous l'aviez expliqué plus franchement.

Personnellement, je pense que lorsqu'un couple se perds et se divise, les deux personnes ont leur part de responsabilités.
Puis ce n'est pas vous juger que nous recherchons, Dieu le fera, ce que nous voulons s'est savoir si nous devons vous obliger à rester ensemble parce qu'un sacrement à été prononcé devant le Très-Haut, ou si nous prenons le risque de le rompre et de devenir nous-même responsables de cette division.

Dame Caerellyn pourrait se défendre peut-être plus il est vrai, mais elle n'a point votre verve ni l'habileté à tourner les choses à son avantage comme vous savez-vous si bien le faire. Elle est écrasée, par un couple en lequel elle a crue pendant longtemps, et vous l'avez précisez vous-même. Puis est venue la déception, pour qu'elles raisons? Elles sont certainement variées et nombreuses. Mais il est CERTAIN que vous en avez quelque part une certaine responsabilité. Non Messire, vous n'êtes pas tout blanc, non Messire elle n'est pas toute noire, la vie n'est pas ainsi.

Personnellement j'en ai suffisamment entendu, et devant Dieu je prends la responsabilité de vouloir dissoudre ce mariage qui n'a plus raison d'être puisque plus d'amour entre les deux principaux acteurs. Car dans un couple si un seul aime, il sera malheureux par et à cause de l'autre. Si vous êtes celui-là nous n'avons pas le droit de vous faire souffrir davantage. Mais permettez-moi de vous dire encore que VOUS n'êtes pas celui-là, sinon vous n'auriez pas salit l'être que vous dites encore aimé comme vous venez de le salir.

Je suis donc pour que le divorce est lieu. mais je laisse la parole, à mes frères dans la foi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yopyop
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2008
Localisation (dans le jeu) : Ne sais plus trop où il est...

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Jeu 10 Mar - 3:37

Le grand blondinet en avait fini de compter sa vie et la façon dont il vivait son couple. Comme a son habitude lorsque quelque chose lui tenait à coeur, il avait été long, précis sans pour autant vouloir trop en dévoiler juste répondre dans la même mesure à ce qu'avait dit Cae. Le reste, il le garderait a moins qu'on l'oblige encore à approfondir ou aller plus loin ? Mais déjà de tout ce qu'il avait dit, il en avait assez. La première réaction ne se fit pas attendre... Il c'était maintenant relevé et attendait les réactions des uns et des autres... Il était pale, comme vidé. Jamais il n'avait pensé devoir remuer et déballer toute sa vie, toute leur vie ainsi et qui plus est, en public.

Yop écouta attentivement ce que lui disait Monseigneur Torcal. Il sourit a ses paroles. Yop était heureux de voir qu'il avait été compris !
Monseigneur, vous avez bien compris. Laissez moi juste apporter un correctif. Je n'ai point dit que mon épouse était une fille de joie ou bien même une trainée. Je ne puis pas même le penser ! Du moins je ne l'espère pas, elle serait alors tombée bien plus bas que je ne l'imagine ! Son comportement peut parfois le laisser penser, peut être, c'est vous qui en jugez de mon récit des faits. Elle m'a trompé et l'a elle même avouée elle a donc de toutes façons dépassé bien des limites autant vis a vis du Très Haut que de la hérauderie et certainement de moi même, vous en conviendrez ? Cependant et je le redis devant vous tous, Cae est une personne d'exception. Si cela n'avait pas été, j'aurais moi même demandé le divorce depuis longtemps.

Ce qui m'importe c'est que vous compreniez bien qui est la Cae que j'ai épousé et ce qu'elle est devenue beaucoup plus récemment. Je ne m'explique pas ces changements et c'est de cela que je vous demande de juger ! Je pense en effet, comme vous le dites qu'elle ne me mérite plus. Donc en effet, si c'est ce que vous pensez, je vous demande de bien vouloir aller jusqu'au bout et en votre âme et conscience et de dissoudre sur le champ notre union. Car dans ce cas, c'est aussi mon souhait le plus cher et c'est exactement la requête que je vous ai fait. Je vous rappelle le but de ma présence ici : rétablir la vérité et la réalité des faits envers ma personne qui a été faussement et injustement injuriée, traitée de tyran et j'en passe. Cette vérité, j'y tiens car comme tout homme, je pense avoir droit a la dignité et au respect. Cependant, de ce mariage et au vu de ce qu'a déclaré mon épouse sur moi, je n'en veux plus, sauf si vous jugez qu'il m'est possible de retrouver la véritable Cae, celle qui me manque aujourd'hui plus que tout en ce bas monde.

Voyez vous par rapport aux déclarations de mon épouse, j'avais pu voir dans votre regard que vous m'aviez jugé. Mais d'avance jugé coupable... Je préfère le regard, plus juste que vous me portez maintenant ! Et si des doutes persistent dans votre esprit, je pourrais vous fournir des preuves de ce que j'avance que ce soit en public ou en privé. J'espère que Cae pourra en faire de même pour ses accusations portées car pour le moment, il est vrai que c'est sa parole contre la mienne et au vu de la notoriété qu'elle a dans le comté et contrairement à ce que vous croyez, de ses grandes capacités à s'exprimer -- elle l'a maintes fois montré en tant que comtesse et dans ses postes très justement octroyés : tribun pendant des années d'Eauze, maintes fois porte parole du comte ! C'est certainement de fait la personne qui sait le mieux communiquer dans notre comté -- elle a l'avantage de cette image angélique colportée au delà du comté, vous avez tout a fait raison, ce qui me met en défaut et me force a activement me défendre.

Rien de cette image n'aurait été ternie si elle n'avait intenté ce procès odieu dans le dénigrement de la personne que je suis. Toujours nous avons longuement parlés et à deux décidé. Je suis certain que les problèmes qu'elle évoque et que j'accepte avec culpabilité pour certains, nous aurions pu simplement les réglés. Mais elle c'est acharnée sur cette plainte que je ne peux lire sans m'offusquer ! Jamais je n'aurais pensé un jour parler ainsi de mon épouse si cela n'avait été pour confronter sa parole contre ma personne. Donc, parole contre parole, aller plus loin serait déballer tous les aspects de notre vie privée, poursuivre les révélations, ce que je préférerai éviter ne pour ne pas davantage faire de mal a mon épouse, ce que je sais avoir déjà largement fait de par mon récit. Mais ne dit on pas que la vérité blesse ? J'y suis cependant prêt à continuer je devais y être forcé.

En tous cas, merci de m'avoir écouté Monseigneur.


Le jeune homme continuait à écouter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rr.seb-net.com
Torcal
Archevêque d'Auch
Archevêque d'Auch
avatar

Messages : 910
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 34
Localisation (dans le jeu) : Mont de Marsan

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Jeu 10 Mar - 11:45

Messire Yopyop je ne suis pas un Monseigneur, mais un moine et un prêtre.

Pour ce qui est de comprendre les problèmes de votre couple, je pense que nous les avons compris.
Au risque de me répéter, nous ne sommes pas là pour juger des actes mais de la situation.
Quelques soit les tords de chacun, cela vous le règlerez tous les deux devant le tribunal du Très-Haut.

Pour ce qui est de la situation, s'est différent.
Mais je voudrai également vous rappeler à chacun des conjoints, cela d'ailleurs peut servir au prochain couple qui se présente ici.
Vous êtes et vous restez des frères et des soeurs dans la foi. J'insiste pour que vous recherchiez chacun d'entre vous à pardonner à l'autre, car si vous ne le faites pas, vous transgressez une fois de plus la volonté de Dieu.

Je sais que le pardon peut-être difficile à donner, c'est surement la chose la plus dure à réaliser, cependant vous devez le rechercher avec toute votre volonté et votre foi. Le pardon vous apportera à chacun la liberté et de pouvoir tourner la page, et aller vers l'avenir plus serein, plus léger. Avoir de la rancune vis à vis de l'autre sera une entrave à vous même.

La situation présente est ce qu'elle est, acceptons là car qui s'est si Dieu n'a pas laisser cela arriver, pour vous apporter mieux par la suite, ou bien pour vous enseigner et vous ouvrir les yeux pour que vous ne recommenciez pas vos erreurs passées.
Libérez-vous de toute rancoeur et avancez ainsi plus serein, plus libre.

Quand à moi j'irai plus loin, et je vais parler devant tous, pour vous ici présents mais aussi pour mes frères de ce tribunal.
Je pense qu'il faut dissoudre ce mariage, je le pense en mon âme et conscience. Mais je crois également qu'il faut vous laisser la voie ouverte pour peut-être un jour pouvoir vous remarier!

Pourquoi je dis cela, simplement parce que vous êtes tous les deux intelligents.
Et je suis certain que vous saurez tirer profit de votre expérience pour faire d'un prochain mariage une réussite aux yeux de Dieu.
Car faire des erreurs nous en faisons tous, pourquoi? et bien parce que chaque jour nous apprenons à vivre.
Mais répéter ses erreurs serait un signe de manque d'intelligence, de manque de discernement et là votre cas serait très grâve devant le Très-Haut, au jour du jugement qu'Il rendra.

Mais comme je le dis, je suis convaincu du bon degré d'intelligence que vous possédez.
Maintenant je pense que mes collègues ont leur mots à dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gehen

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/10/2008
Localisation (dans le jeu) : mortagne

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Sam 12 Mar - 21:03

Gehen se leva et se présenta devant le pére Torcal , le salua et dit:

Excusez moi , mon pére , mais serait il possible de continuer les audiences ?

Je me doute que sans la présence de monseigneur Graoully ce n'est pas évident , mais si celà est possible , je vous en remercie par avance..
Gehen attendit une réponse et resta debout devant le prêtre[i]
................................................................................
[je vais être absent , hrp , dans peu de temps....merci]
................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torcal
Archevêque d'Auch
Archevêque d'Auch
avatar

Messages : 910
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 34
Localisation (dans le jeu) : Mont de Marsan

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Dim 13 Mar - 17:09

En fait, je ne sais si cela peut se faire ainsi, surement Monseigneur Bushiro en sait plus que nous et peut nous conseiller là-dessus.
Nous ferons se qui est possible mon fils soyez-en assuré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecm
Abbesse
Abbesse
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 02/03/2010
Localisation (dans le jeu) : Tarbes

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Dim 13 Mar - 17:24

Si je puis prendre la parole mon cher official, la présence d'un Inquisiteur de la Foi est nécessaire pour qu'une annulation de mariage ait lieu.

C'est pour cela que les présents dossiers ont "traîné" comme l'on dit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torcal
Archevêque d'Auch
Archevêque d'Auch
avatar

Messages : 910
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 34
Localisation (dans le jeu) : Mont de Marsan

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Dim 13 Mar - 17:30

Donc nous sommes de nouveau bloqués si je comprends bien, c'est une peine pour tous.
Je crois que l'archevêché doit réfléchir sérieusement à ce genre de situation.
Il faudrait que l'un de nous suive la formation, comme l'avait commencé le frère Aizu.

Je suis actuellement en séminaire supérieur de Rome, je vais voir si il n'y a pas une solution.
Car ce cours sur la formation de l'inquisition y est inscrit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecm
Abbesse
Abbesse
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 02/03/2010
Localisation (dans le jeu) : Tarbes

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Dim 13 Mar - 18:20

Il paraîtrait que la formation est très longue et les enseignants très peu nombreux... Ce qui avait entraîné l'abandon de frère Aizu.

Mais c'est une autre histoire, et en effet nous sommes bien bloqués.

Je prend note du report des audiences à une date ultérieure et non définie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gehen

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/10/2008
Localisation (dans le jeu) : mortagne

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Dim 13 Mar - 20:07

Gehen écouta attentivement les réponses données , salua le pére Torcal ainsi que la greffière ECM et reprit sa place un peu déçu de ce report d'audience....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 42

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Dim 13 Mar - 21:12

Avec Outrecuidance, elle tendit l'oreille pour savoir ce que voulaient dire ces conciliabules.

Elle avait remarqué que l'inquisiteur avait quitté la salle, nul n'avait donner d'explications.

Elle ne pensait qu'à l'instant où se terminerait cette torture. Depuis que son époux l'avait décrite comme une fille de joie, elle se sentait mourir de honte et n'avait qu'une hâte, disparaitre. Comment, mais comment avait-il put, lui qui savait....... Elle l'avait trompé vergoigneusement, avait supplié son pardon.. Il fallait pardonner, mais à ce jour, icelieu, elle ne savait, si malgré sa foi profonde, elle y réussirait. Le très Haut étant Bonté et Amour, Il l'aiderait, mais ce jour d'hui.... elle ne voulait y songer.
Se cacher, se terrer ! ses enfants allaient apprendre et en souffriraient. Elle voulait sans le pouvoir, elle le savait, porter leur souffrance. Elle le méritait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yopyop
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2008
Localisation (dans le jeu) : Ne sais plus trop où il est...

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Lun 14 Mar - 0:25

Le grand blondinet avait été touché par les paroles de Messire Torcal. Son visage s'illumina aux paroles de paix et de pardon. Cependant...

Monseigneur, ... pardon, mon Père, j'entends bien vos paroles. Je sais que le Très Haut me regarde et que la colère qui est montée en moi lors de mon allocution n'est pas respectable et est contraire à son enseignement. Cependant, comprenez que cette colère est faite de l'accumulation de ces derniers mois de ce que j'ai entendu et vu... Et en ce jour d'apprendre cette terrible vérité alors que j'ai récemment demandé à Cae si elle avait eu aventure avec le Comte Strakastre... Je savais qu'elle le voyait souvent et j'ai découvert un lieu tenu secret et reculé où il y a la trace de leur passage ! Elle m'a juré devant le Très Haut et sur la tête de tous nos enfants que jamais il ne c'était rien passé, qu'elle m'aimait et que j'étais moi, le coupable de ne pas lui accorder la confiance qu'un mari se doit d'accorder à son épouse chérie. Voilà d'où est née ma colère et ces sentiments au fond de mon coeur et de mon être tout entier dont je ne suis pas fier, soyez en certain. Mais vous avez raison, seul le temps calmera les feux qui brûlent en moi et me dévorent ce jour. Comprenez qu'aujourd'hui, je ne puisse pardonner. Car je pense aussi à nos enfants. Comment se remettra Alexandre lorsqu'il apprendra que sa propre mère lui a menti sur sa réelle paternité. Comment réagiront ses frères et soeurs ? Que l'on garde nos trésors bien loin de toutes ces querelles. Pour autant tout ne pourra pas leur être caché ! Qu'on leur épargne de savoir que leur mère jura sur leurs têtes des mensonges les plus effrontés. C'est une excellente mère, je le sais et son combat depuis quelques mois n'est dirigé que contre moi en réalité... J'espère que bien vite elle reprendra nos enfants et recommencera leur éducation comme il se doit et comme elle sait le faire. J'espère du moins que cette si bonne mère que j'ai connu retrouvera le chemin de la raison et de l'amour avec nos enfants.

Le jeune homme voyait qu'on ne l'écoutait plus. Il y avait une agitation pas des moins inquiétante. Graoully semblait voir disparu, chacun cherchait, regardait autour de lui. Gehen s'impatientait, ce qui était certainement fort compréhensible...

Yop, regagnant sa place prononça une dernière parole, pensant bien que personne ne l'entendrait ?
Pardonner, oui, c'est certain, avec un peu de temps, cela arrivera. Retrouver la confiance que j'ai eu depuis le début en Cae et en sa parole ? Probablement jamais ! La confiance se donne mais si elle est bafouée, comment la faire revenir ? Yop s'assit à sa place, observant la suite des évènements. Son visage s'était fermé... Il pensait et repensait à tout ce qui avait été dit. La terrible révélation de Cae... L'appaisement et le pardon suggérés par Torcal... Tout ce qu'il avait pu dire, paroles dures parfois... Mais il avait vidé son coeur meurtri, ne faisant que de conter son histoire telle que lui la voyait. Et si ce secret n'avait été révélé, sont discours aurait il était ainsi ? Probablement pas, car la confiance en son épouse n'aurait été trahie -- malgré les autres faits qu'il avait raconté -- autant qu'elle l'a finalement été... Tant de choses se bousculaient dans sa tête. Bientôt il serait délivré de ce mariage qui n'avait plus de sens pour lui mais pour autant, cela ne rendait au fond de lui fort malheureux. Il pensait aux enfant aussi... Je vous aime !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rr.seb-net.com
Graoully

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 10/02/2011

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mar 15 Mar - 13:32

A Torcal.

Alors, où en sommes-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torcal
Archevêque d'Auch
Archevêque d'Auch
avatar

Messages : 910
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 34
Localisation (dans le jeu) : Mont de Marsan

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mar 15 Mar - 21:22

Très heureux de vous revoir en parfaite santé Monseigneur!
Nous en sommes là vous nous aviez laissé Monseigneur.

En fait, nous avons deux personnes devant nous qui sont de caractères très différents l'un de l'autre, avec des objectifs également qui ne sont plus les mêmes. Il n'y a plus d'amour entre eux quoi que Messire Yopyop s'en défende un peu.

Deux attitudes également très différentes :

La première celle de Messire Yopyop qui sur de son bon droit, traite son épouse en la dénigrant de façon très subtile, car l'homme est intelligent. Par contre une attitude pas du tout aristotélicienne. Rien que par sa manière d'être le couple ne peut à mon avis resté lié dans les liens du mariage.

D'autre part nous avons Dame Caerellyn, qui quoique fautive en façade, manifeste une attitude humble, elle est plein de remords, connait son péché et s'en rependit chaque jour. Que peut-elle faire de plus d'ailleurs. Je dirai que son attitude est plus en accord avec une aristotélicienne qui reconnait sa faute et demande le pardon.

Ma position est la suivante Monseigneur:

Je pense que ce couple n'est pas en harmonie avec le genre de couple que Nostre Créateur désire, se n'est pas pour ce genre d'amour, qu'il a donné la possibilité du mariage à l'être humain. Ainsi je suis pour la dissolution du couple, et cela en mon âme et conscience.

Pour ce qui est d'accorder la possibilité de se remarier voilà également ma position :

Je pense que Messire Yopyop dans ce divorce à sa part de responsabilité, car s'il avait vraiment été un amour protecteur, et donnant à son épouse tout se dont elle avait besoin, notamment de la présence, su soutien, de la tendresse et un vrai partage, celle-ci ne serait pas tombée dans le piège du sans nom et n'aurait pas cédé au avance d'un autre homme, lui aussi certainement manipulé par la malin, car cet homme Messire Strakastre n'en est pas à son coup d'essai et après enquête je pourrai même vous cité d'autres femmes auxquelles il a fait la même chose. Il a divorcé d'ailleurs de son épouse légitime il y a peu de temps.

Ainsi, je pense que Messire Yopyop devrai avoir la possibilité s'il rencontre l'âme soeur de pouvoir se marier de nouveau. N'est-il pas vrai que Christos à dit :

"Il vaut mieux se marier que brûler".

J'espère que cette première expérience malheureuse lui servira de leçon.



Pour Dame Caerellyn, mon avis est le même pour des raisons quelques peu différentes.
Oui, elle a commis une erreur, mais nous savons tous que l'être humain est imparfait, Dieu le sais également, et Il accorde son pardon à qui se repend, et fait pénitence, ce que fait actuellement cette femme.

Nous n'avons pas le droit de l'empêcher de se remarier, cela risquerait d'entrainer des conséquences encore plus grave, d'abord pour elle, causes psychiques et physique, et peut l'entrainer à retomber dans son péché, dans ce cas-là nous aurions nostre part de responsabilité aux Dieu de Nostre Dieu. Moi je ne peux assumer cette position.
De plus je suis certain qu'il est mieux pour les enfants de retrouver un jour un foyer qui leur permette de vivre dans un bon équilibre d'un homme et d'une femme.

De plus vu les remords dans lesquels vit cette femme, je pense sérieusement qu'elle saura tenir compte de cette première expérience fâcheuse.

Ainsi oui, qu'ils divorcent, et qu'ils reconstruisent sur une base sérieuse pour démontrer à Dieu qu'ils ont comprit, et que cette fois ils vont démontrer au Très-Haut qu'ils veulent être racheter, et qu'ils sont dignes de Son pardon.

Mais maintenant Monseigneur nous avons le cas du second couple à traiter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cooky
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mer 16 Mar - 0:15

Parfaitement immobile dans l'assemblée, elle avait suivit le premier procès. Elle n'était guère à son aise à entendre ainsi parler de la vie privée de personnes qu'elle ne connaissait pas mais elle ne pouvait quitter la salle tant que tout ne serait pas terminé.
Gehen semblait autrement plus impatient qu'elle. Plusieurs fois elle l'avait vu manifester des signes d'impatience.
Cependant, leur attente à tous deux semblait voir son terme. Se montrant plus attentive soudain, elle se redressa sur son siège et écouta la suite, prête à se manifester lorsque cela le lui serait demandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graoully

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 10/02/2011

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mer 16 Mar - 10:01

Holà, pas si vite frère Torcal, ces gens là n'ont pas à connaître ton avis, qui sera discuté entre les juges juste après.

Se tournant vers Bushiro.

Mon frère, avez-vous quelque chose à ajouter ? Vous êtes bien muet !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gehen

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/10/2008
Localisation (dans le jeu) : mortagne

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mer 16 Mar - 12:31

Gehen fut ravi de voir monseigneur Graoully revenir pour les audiences , non pas qu'il soit pressé de voir son procés commencer , mais de savoir que celà pourrait être fait avant son absence [HRP]

..................................

[voir courrier envoyé à Ecm ""HRP""]

..................................

Gehen tenait a être présent pour celui ci et il espérait bien que même si le procés pas fini , que tous attendraient son retour......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cooky
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Dim 20 Mar - 14:48

Un silence soudain et implacable s'était étendu sur la salle.
Impressionnée, presque glacée par cet étrangeté, elle s'était mise au diapason et restait parfaitement immobile et muette sur sa chaise. Seuls ses yeux bougeaient et observaient avec attention les alentours.
Qui allait briser ce silence de plomb ? Qui allait relancer ce procès qui semblait atteint d'un étonnant syndrome d'immobilité et de mutisme chronique ? Elle n'aurait su le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graoully

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 10/02/2011

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Lun 21 Mar - 18:05

Deuxième essai.

Frère Bushiro, répondez enfin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecm
Abbesse
Abbesse
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 02/03/2010
Localisation (dans le jeu) : Tarbes

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Lun 21 Mar - 21:16

Eglantine se demandait se qui retenait l'archevêque, lui si volubile d'habitude. Elle espéra qu'il ne se sentait pas mal...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kessyba1
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   Mar 22 Mar - 1:01

Kessy n'en pouvait plus de rester immobile sur sa chaise.
Elle avait écouté les première minutes de cette audience avec intérêt car elle souhaitait savoir comment les choses allaient se passer pour elle et ses compagnes d'infortune, mais les longs, les très longs monologues de l'époux de dame De Carpadan avait eu raison de sa concentration, et son esprit c'était mis à vagabonder loin de cette salle d'audience.

Elle pensa à son propre époux.
Pourquoi après lui avoir donné tant d'amour, l'avait-il si lâchement abandonnée, et pourquoi il n'avait même pas prit la peine de répondre à ses lettres pour donner au moins une tentative d'explication à son étrange comportement. Elle savait qu'elle n'avait rien à se reprocher mais pourtant elle se sentait coupable d'avoir entrepris cette démarche qui lui coutait tant, elle qui était si croyante et qui répugnait à briser le sacrement d'un mariage auquel elle avait tant cru.
Pourquoi se retrouvait-elle ici alors qu'elle n'avait pas envie d'y être!

Elle pensa aussi à Ervil qu'elle avait à peine eu le temps de connaitre, mais qu'elle aimait déjà si profondément. Ou était-il en ce moment?
Elle était sans nouvelles de lui depuis un mois jour pour jour, car lui aussi avait disparu sans laisser aucune trace et sans un mot pour elle.......tout comme son époux.

Pourquoi le sort s'acharnait-il ainsi sur elle?
Qu'avait-elle donc fait pour que le droit au bonheur que tout être est en droit d'espérer lui soit si soudainement et si cruellement retiré à elle?

Revenant peu à peu à l'instant présent attirée par le silence pesant de la salle, il lui sembla que quelque chose ne tournait pas rond dans cette procédure. Elle regarda son amie Eglantine pour l'interroger du regard, mais elle semblait elle-même dubitative.
Elle se tourna vers son amie Cooky qui s'impatientait autant qu'elle sur sa chaise et se demanda tout à coup pourquoi elles avaient été convoquées toutes les trois en même temps. C'était vraiment absurde vu le temps que pouvait prendre l'audition de chacun des trois cas en présence.
Elle en avait assez! Elle n'avait pas envie d'entendre toutes ces histoires et elle était gênée d'assister à ce déballage de vies intimes qu'elle n'aurait jamais du entendre! Elle avait encore moins envie de raconter sa propre histoire devant tous ces gens!

Elle se dit que si elle quittait la salle d'audience on saurait bien la trouver quand son tour serai venu.
Joignant le geste à la pensée, elle se leva, alla vers Eglantine et lui chuchota à l'oreille de l'appeler lorsque ce serai son tour, puis elle se dirigea vers la porte sans faire le moindre bruit pour ne pas briser le silence figé qui régnait dans la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salle d'Audience ( Caerellyn c. Yopyop )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province métropolitaine d'Auch :: Officialité Épiscopale d'Auch :: Salle d'audience-
Sauter vers: