Venez découvrir la province d'Auch, le clergé Aristotélicien siège en ces lieux. Forum lié au jeu des RR.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Ce forum va entrer en hibernation. On est passé sur le Fofo II Eglise Aristo http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=12123 Rejoignez nous !!!!

Partagez | 
 

 Archives des pastorales terminées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Dim 10 Avr - 17:34

Brennach parcourut le parchemin rendu par son amie.

Et bien ma foi, tes réponses sont fort intéressantes. Le paragraphe pour convaincre un nouveau fidèle est un peu court par rapport à l'énoncé mais très percutant, ce qui compense aisément cette petite lacune. Aussi,je ne vois rien d'autre à ajouter, si ce n'est que tu es désormais prête à rejoindre la grande famille des baptisés.

Je propose de célébrer ton baptême dimanche prochain. L'officiant sera le frère Wilfred qui non seulement a un ardent désir de célébrer ce type d'office mais en plus a désormais plus de diplômes que moi pour le faire. Tu es donc en de très bonnes mains. Je te laisse le soin de le contacter pour régler les détails avec lui.

Permets moi de te dire que ce fut un plaisir de partager cette pastorale avec toi et que je serai présent à l'Eglise dimanche, sans faute.

Brennach se frappa le front.

De toute façon, j'y suis bien contraint me semble-t-il puisque tu m'as demandé à être ton parrain, me trompe-je?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Dim 10 Avr - 17:35

Je vais de ce pas contacter Wilfred pour organiser mon baptême.
Le plaisir est partagé, mon cher parrain !
Je n’ai pas changé d’avis, tu deviendras mon parrain, si tu le souhaite toujours ?


Olympias lui sourit, heureuse d’avoir enfin pu terminer sa pastorale et heureuse de pouvoir enfin entrer dans la grande famille Aristotélicienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Dim 10 Avr - 17:36

Etre ton parrain sera un plaisir et un honneur, je ne renoncerai pas à ce privilège que tu me fais!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Cellule Saint- Sylphaël: pastorale de Dame Rowena (achevée)   Sam 7 Jan - 9:02

Brennach avait fait faire le ménage dans la cellule de méditation qui avait eu le temps d'accumuler moult poussière. Il avait coupé lui-même le bois près de la cheminée, en vue des longues veillées qui attendaient l'étudiante. L'effort fourni fut plus coûteux qu'il ne le crût de prime abord car son mal ne le quittait pas. Ceci dit, il était heureux d'accueillir l'orthézienne vers ce chemin de foi la menant au baptême.

Le curé avait également amené chandelles pour l'éclairage, plumes d'oies taillées et encre pour le scriptorium,ainsi que les parchemins des différentes leçons. Puisque le corps a autant besoin de se nourrir que l'esprit, il avait également fait déposer une corbeille de pommes du verger.

Tout était fin prêt pour accueillir Rowena et il partit donc la chercher.

Une fois qu'il l'eut conduit en ses lieux, il la fit s'asseoir sur la chaise rembourrée de paille et prit pour lui le tabouret, non sans avoir au préalable tisonner le feu.


Je suis heureux de te retrouver ici mon enfant. Je n'ai pas mené de pastorale depuis longtemps déjà, je ne pensais plus en mener à dire le vrai. C'est donc un vrai plaisir que de reprendre avec toi l'accompagnement dans la Foi de Fidèles désireux de se faire baptiser. Et j'en suis d'autant plus heureux que cela me permet de reprendre nos conversations qui m'avaient fort manquées depuis les derniers temps où je suis contraint de m'isoler.


Brennach fut interrompu par une toux inopportune et reprit.

Avant de commencer notre première leçon, il me faut te poser une question, que je pose à tout ceux qui demandent de suivre une pastorale. Quelles sont les raisons qui t'amènent devant moi? Sur quelles motivations reposent ton désir de te faire baptiser?


Dernière édition par Brennach le Ven 9 Mar - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowena d'Orthez



Messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2012
Localisation (dans le jeu) : Orthez

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Sam 7 Jan - 11:55

Rowena s'était égarée dans le dédale de l'imposante bâtisse, mais tel un ange gardien, le Père Brennach eut tôt fait de la retrouver pour la remettre sur la bonne voie.
Il la conduisit jusqu'à une petite pièce généreusement éclairée de chandelles. Une provision de bois, près de l'âtre où brûlait déjà un bon feu, témoignait du soin que le prêtre avait mis à préparer son séjour.

Il la fit asseoir et, tout en tisonnant le feu, lui fit part de son plaisir de la voir ici et lui demanda les raisons de sa démarche.


Tout d'abord merci, Père, dit-elle. Merci pour tout cela, merci pour votre présence et votre prévenance. Soyez béni pour votre bonté et que le Très-Haut vous rende force et santé, ajouta-t-elle en remarquant son teint pâle et ses traits tirés. J'espère que cette préparation ne va pas ajouter à votre fatigue.

Quant à ma demande de baptême, voici : je me souviens que mes parents m'ont élevée dans la foi chrétienne, mais nous vivions dans un village perdu, loin de tout, et je n'ai pas remembrance d'y avoir un jour rencontré un prêtre. L'enseignement religieux qu'ils me prodiguèrent fut sans doute fort rudimentaire et peut-être même entaché de croyances populaires. Puis je leur fus arrachée encore enfant par une bande de pillards qui me vendirent comme esclave jusqu'à ce que, de maître en maître, j'en arrive à devenir la propriété de Maître Abdul, dont je vous ai parlé, qui, loin de me traiter en servante, se conduisit envers moi comme un père. Bien qu'étant étant mahométan, il eût bien garde de m'imposer sa foi, m'encourageant au contraire à respecter celle de mes parents. Cependant, même s'il m'éduqua dans les sentiers de la vertu, m'enseignant les lois du Très-Haut qu'il nommait Le Dieu, j'ai bien conscience que ma connaissance des Écritures aristotéliciennes reste bien mince, et j'ai grandement besoin d'instruction. Ceci pour une part.

Elle s'interrompit alors que le prêtre était secoué d'une quinte de toux. Elle sortit de sa poche un sachet de sucreries qu'elle lui tendit. Ce sont des pétales de coquelicots confits, précisa-t-elle. Cela vous adoucira la gorge. Puis elle reprit :

D'autre part, vous vous souvenez sans doute que je vous parlai d'un jeune homme dont je suis éprise, Jansen, qui semble bien me rendre mon amour. Si toutefois, malgré le malheur qui m'a souillée, ainsi que je vous ai confié, il me voulait pour épouse, je tiens à ce que nos serments soient échangés sous le regard du Très-Haut et notre union bénie par l'Eglise. Pour cela, ce me semble, je dois commencer par entrer dans la fraternité aristotélicienne par le baptême. Suis-je dans le vrai ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Dim 8 Jan - 9:51

Brennach sourit en entendant la réponse de la jeune femme. Il la connaissait bien et il la savait douce, plus érudite que son humilité ne lui faisait reconnaître et surtout compatissante et bienveillante. Il fut ému du soin qu'elle prenait pour ménager la santé du vieux curé de campagne qu'il commençait à devenir, lentement mais sûrement.

Merci pour ton remède, je ne manquerai pas d'en user, d'autant que tu le sais, je raffole des sucreries et de tout ce qui est confit. Pour ta réponse, tu excuseras l'aspect quelque peu formel de ma question. Nous avions déjà discuté de tout cela ensemble en diverses occasions. Mais, il s'agit aussi de garder traces pour les archives et de respecter donc un parcours identifié par les érudits de l'Eglise comme celui le plus à même de préparer les Fidèles au baptême. Je ne puis donc y déroger sans risquer de fausser la validité de ton baptême. Or,j'ai bien l'intention de te voir épouser ce charmant jeune homme. Un dernier mot cependant à ce propos, cesse de te voir souillée au nom d'Aristote car ce sont les âmes perdus qui ont commis ce forfait odieux à ton encontre qui le sont aux yeux de Deos. Ton âme est simple et belle, foi de prêtre et c'est cela l'essentiel. Je suis certain que ton aimé voit les choses de la même façon.

Mais assez discouru du passé. Voici le premier parchemin des leçons. Il te faudra choisir entre la voie de pastorale "courte" destinée aux Fidèles désireux d'être vite baptisés mais point de suivre carrière théologique, ou la voie plus longue (deux leçons supplémentaires) réservée à ceux qui se destinent à l'Eglise ou simplement à ceux qui désirent approfondir le sujet. La première leçon ne diffère point dans les deux cas. Donc je te laisse le parchemin et tu me donneras ta réponse en même que ta copie.

Bonne étude, ma fille.


Brennach lui remit alors le vélin.

Citation :
Les différences avec la religion IRL

Il vous est demandé de lire attentivement cette présentation rapide du dogme et le petit texte qui la complète, afin de comprendre dans un premier temps en quoi la religion aristotélicienne n’est pas la religion catholique, comme nombre de Fidèles ont tendance à le croire. Cette première leçon sert à vous départir d’une partie de vos préjugés sur la religion des Royaumes, de ce que vous croyez connaître sur elle.

Vous répondrez ensuite aux 7 questions en fin de textes, elles ne sont pas difficiles, mais il est important pour nous de vérifier que le travail de lecture est correctement effectué. Si vous avez des questions sur le texte, n'hésitez pas à les poser. Répondez en faisant des phrases et en usant de vos propres mots, pas en se contentant de citations extraites du texte.

Trois définitions utiles pour jouer aux Royaumes Renaissants :

* IG = In Game. C'est une expression anglaise qui veut dire "dans le jeu". Tout ce qui est IG est ce qui se passe dans le jeu "Royaumes Renaissants" lui-même, par opposition au RP, qui se passe sur son forum.

* RP = Role Play. C'est une expression anglaise qui veut dire "jeu de rôle". Lorsque vous jouez aux Royaumes Renaissants, votre personnage devient votre alter-ego médiéval. En d'autres termes, vous vous inventez une autre vie, dans une autre époque (1458), avec un autre caractère et une autre mentalité. Vous pouvez très bien jouer un méchant en étant gentil, un religieux en étant athée, une femme en étant un homme... C'est la différence entre le RP et l'IRL. Dans les RRs, le RP se fait sur le forum.

* IRL = In Real Life. C'est une expression anglaise qui veut dire "dans la vie réelle". À vous de bien distinguer le RP et l'IRL, la vie virtuelle de votre personnage et votre vie réelle.
Un exemple pour mieux comprendre : vous pouvez fort bien ne pas aller à la messe dans votre vie IRL, mais cela nous est indifférent pour le jeu. Vous pouvez aller à la messe IG, c’est-à-dire que vous cliquez sur le bouton «Aller à la messe» une fois que vous êtes dans le menu «Église», mais cela ne signifie pas pour autant que vous aurez été à la messe RP, sur le forum officiel des Royaumes Renaissants.

Petit Lexique du Dogme :

La religion Aristotélicienne : La religion Aristotélicienne est une religion monothéiste initiée par deux prophètes : Aristote et Christos.

Les 2 Prophètes : Aristote est le premier prophète que Dieu a envoyé à l'humanité pour la ramener vers la foi par la raison. Il prédit la naissance de Christos. Christos est le fondateur de l'Église, c'est le second prophète. Il est mort sur la croix pour Dieu. Ce sont tous deux des humains comme vous et moi, nés de parents humains.

Le Livre des Vertus : Le livre directeur de l'aristotélisme est le Livre des Vertus. Il contient les textes sacrés de la religion et présente notamment la genèse du monde et la vie des prophètes. L’un des personnages principaux du premier tome du livre des Vertus sur la Genèse du Monde est Oane qui donna son nom à la première cité : Oanylone.

L’amour de Dieu pour les Hommes : Dieu aime les humains et leur laisse le libre arbitre. Au départ, tous les animaux avaient la parole et étaient capables de penser, mais les humains furent choisis pour être l'espèce préférée de Dieu car ils avaient compris quel sens Dieu a donné à la vie : l'amour.

La Créature Sans Nom : La Créature Sans Nom a été réprouvée par Dieu. Elle est l'incarnation de la tentation. Elle n'a pas de pouvoir sur nous, sauf si nous l'écoutons. Elle ne fait que nous dire ce que nous voulons entendre, afin de nous détourner de Dieu.

Les Princes Démons et les Archanges : Sept démons règnent sur les Enfers (la Lune) et punissent les pécheurs. Ils étaient des humains pervertis et ont été corrompus par la Créature Sans Nom. Chacun représente un péché et à chacun s'oppose un Archange dédié à une vertu. Sept Archanges veillent sur le Paradis (Le Soleil) et reçoivent les Vertueux. Parmi ces derniers, il existe également de nombreux Saints Aristotéliciens qui ont été reconnus par l’Eglise pour leurs mérites et qui sont recensés comme tels dans ses registres.

L'Amitié Aristotélicienne : Au sens large, l’amitié aristotélicienne, c’est une communauté de vie: Par le Baptême chaque baptisé serait introduit à une union spirituelle en puissance, un contact spirituel avec tous les autres baptisés.

Le Credo : Le crédo est le texte fédérateur de notre Eglise, il est là pour faire grandir notre foi en notre coeur. Cette prière affirme notre foi et la crie aumonde: il est le signe de notre union de croyants aristotéliciens. Il illustre aussi le dogme et le résume en quelques mots. Tous les aristotéliciens doivent le connaître. Le fait de réciter son crédo est un acte qui assure au Très-Haut que vous vous maintenez avec force sur le chemin de la vertu. Ce crédo doit être reconnu en préalable au baptême, est primordial pour toutes les cérémonies.

Extrait des mémoires d'un curé de campagne

Il y a bien longtemps, je venais de dire ma messe dominicale, quand une foule, un peu bruyante pour ce lieu sacré, jeta au pied de l'autel un être aux yeux hagards et à la vêture des plus fantaisiste.

Mes villageois parlaient tous en même temps, mais, je finis par comprendre que, s'ils m'avaient amené cet étranger, c'est que pour eux il était possédé. Il disait que c'était sa première connexion depuis son ordinateur et qu'il cherchait la Faq ou au moins un guide pour l'aider à démarrer.

M'approchant du pauvre hère, je me rendis immédiatement compte que c'était la première fois qu'il voyait un prêtre aristotélicien, ou du moins qu'il n'avait pas une bonne opinion d'eux.

- Bonjour mon enfant, je suis, Neajdlaf, le curé de ce village. Comment vous nomme-t-on ?

- L'on me nomme Newbie, contrairement à mon apparence je suis un elfe magicien, à la recherche de l'anneau des anciens.

Un villageois m'interpela :

- Vous voyez bien mon père, il faut appeler l'Inquisition, ou les exorcistes, il est possédé que je vous dis.

- Du calme, mon fils, l'Inquisition a d'autres chats à fouetter, son but est de lutter contre les hérétiques reconnus et non pour brûler celui qui se perd un peu. Je sais que certains annoncent à l'enfant qui ne mange pas ses légumes que la méchante Inquisition va venir les brûler mais ce n'est pas son but ici. Quant aux exorcistes, attendons de voir ce qu'il en est de notre ami.

Le vagabond, l'air toujours aussi perdu, cria:

- Bon alors on m'explique ? Et qui peut me donner un peu de sa confiance ?

-Chaque chose en son temps mon fils. Pour vous prendre pour un elfe magicien vous devez réellement avoir eu un gros coup sur la tête. Alors écoutez l'histoire de nos royaumes. "A l'origine du monde il n'y avait que Dieu immobile et plein d'amour, il a défini l'univers et accompli une série de miracles pour arriver à la création des animaux, des plantes et des humains. Donc soit vous êtes une plante, soit un animal, soit un humain.

Ensuite Dieu n'a laissé la parole qu'aux humains et à une créature sans nom qui tente de pervertir l'humanité. Donc comme vous ne pouvez être cette créature qui n'a que la forme des ombres, vous ne pouvez être qu'humain.

-Ah oui, je vois mais, si je le veux, je peux être magicien quand même ? rétorqua l'étranger.

-Vous pouvez utiliser des tours pour divertir les foules mais aucun humain n'a de magie en lui. Certes, certains élus semblent bien avoir réalisé des choses prodigieuses, mais c'est grâce à leur foi en Dieu et non à une quelconque magie païenne.

- Bon admettons, mais Moïse ? Il a bien fait de la magie, non ? Hein ! Là je vous tiens non ?

- Je ne connais pas ce Moïse, j'ai bien lu des textes le concernant mais c'était des textes pour distraire les anciens, comme l'histoire de Noé et autres textes anciens qui circulent parfois.

- Bien ils sont dans la Bible non ?

- Pas dans celle de l'Eglise officielle des royaumes en tout cas. Je vais vous raconter notre histoire en quelques mots : "Dieu créa l'univers. Dans l'univers, Il créa le monde. Et Il peupla le monde de diverses espèces de créatures. Mais chaque espèce se croyait la préférée de Dieu, sauf l'espèce humaine, car elle connaissait le sens de la vie: l'amour. Dieu récompensa alors les humains en les nommant "Ses enfants". Mais les enfants de Dieu s'abandonnèrent au péché, encouragés par une des créatures ainsi rejetées par Dieu, a qui Il ne donna pas de nom. Dieu punit donc Ses enfants en détruisant leur cité, et ils s'éparpillèrent. N'ayant pas compris la punition, ils s'inventèrent des dieux multiples. Alors, Dieu, pour rappeler aux humains le sens de la vie, confia Son message à Aristote. Et ce message trouva sa perfection avec Christos (parfois nommé Jiésu Christos). "

Le vagabond demanda alors s'il devait oublier tout ce qu'il connaissait.

Je tentai donc de lui répondre : "- Si ce que vous croyez connaître n'est pas directement lié à l'histoire des Royaumes et que vous désirez intégrer notre vérité historique, il y a sans doute beaucoup de chose à oublier oui.

Le plus simple est parfois de tout oublier et de remettre à jour ses connaissances par des textes validés du royaume. N'oubliez pas que vous n'êtes qu'un vagabond encore il faudra du temps pour vous instruire et devenir un érudit.

Notre religion porte le nom d'église Aristotélicienne et est de source Aristochrétienne, c'est à dire qu'elle s'inspire à la fois des écrits d'Aristote, des Royaumes et de Christo. Son message est que pour se rapprocher de Dieu il faut se rapprocher du bonheur et trouver l'amitié aristotélicienne. Cette amitié n'est pas une amitié débridée mais une amitié respectant certaines règles dont la principale est qu'elle doit être désintéressée. Bien sûr, il y a différents type d'amitiés, mais vous trouverez ça dans nos bibliothèques où par vous même.

Il y a dans chaque village un maire qui s'occupe de politique et de la gestion de la ville et surtout de son commerce. Il y a aussi un curé qui, lui s'occupe de religion et de la gestion de la foi des paroissiens.

Le curé et le maire se doivent de collaborer au bien des citoyens et si l'un des deux juges que l'autre ne remplit pas sa mission, il peut intervenir pour tenter d'arranger les choses. C'est pour cela que certains maires s'occupent de religion et que certains clercs s'occupent de politique.

Au-dessus vous avez le comte pour la politique et l'évêque pour la religion, mais vous découvrirez tout ça par vous-même, sachez juste que les guides politiques sont choisis par les citoyens lors d'élection, alors que les guides religieux sont nommés et révoqués par la hiérarchie de l'Eglise. C'est pour ça que si le peuple veut élire son curé comme Maire c'est le choix du peuple, et la hiérarchie de l'église ne ferra que veiller à ce que le clerc continue principalement à guider les citoyens sans oublier sa responsabilité de clerc. "

Le vagabond semblait avoir compris.

-Ah oui, je vois, c'est plus clair déjà, et pour le reste que dois-je faire ? Pour manger ? Pour gagner ma vie ?

- Cela, mon fils, est moins de mon domaine, mais voici une liste de documents qui vous aideront à trouver votre place.

Liste de la Bibliothèque

- Merci mon ami, je vais voir si je trouve ma voie, dit le vagabond en attrapant son sac et sa bourse. Je vais de ce pas prendre contact avec les villageois à la taverne pour leur montrer que je ne suis pas possédé... et qu'ils peuvent me donner leur confiance.

Je souriai en le voyant partir, et je lui criai :

-N'hésitez pas à me contacter en cas de besoin.

J'ai appris plus tard que le vagabond était devenu un grand seigneur et que s'il n'avait pas rejoint l'église aristotélicienne au moins il n'avait pas d'idée préconçue sur elle et ne se laissait pas raconter n'importe quoi. Il faisait ses choix en connaissance de cause et non pour faire plaisir aux chimères de Hyérel.

Père Neajdlaf, 926, ap JC


Questions:
I Quel est le nom de notre religion et qui sont ces prophètes?
II Qui sont les princes démons et les archanges ?
III Que reprochent les villageois au vagabond Newbie ? Pourquoi s'adressent-ils à Neajdalf pour régler le problème que pose le vagabond Newbie plutôt qu'au bourgmestre de la commune ou à la prévosté?
IV Quel est le rôle de l'Inquisition d'après les villageois ? Et d'après Neajdalf ?
V Quel est le rôle de la Créature Sans Nom ?
VI Qu'est-ce que la Bible d'après le vagabond Newbie ? A-t-il raison et pourquoi ?
VII Qu’elle est la caractéristique qui différencie les hommes des autres espèces vivantes ?

Cours originaire du séminaire saint-benoît
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowena d'Orthez



Messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2012
Localisation (dans le jeu) : Orthez

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Dim 8 Jan - 11:58

Le prêtre s'était retiré pour laisser à Rowena le temps de lire le parchemin, ce qu'elle fit avec grande attention. Seul le crépitement des bûches ponctuait le silence.
Parvenue au questionnaire, elle prit le temps de réfléchir, méditant sur les errements du vagabond dont l'histoire était contée.

Quand elle se sentit prête, elle se saisit d'une plume et commença à noter ses réponses :


I Quel est le nom de notre religion et qui sont ces prophètes?
Notre religion est l'Eglise Aristotélicienne et ses prophètes sont Aristote et Christos.

II Qui sont les princes démons et les archanges ?
Les princes démons sont des humains qui se sont rebellés contre Deos, sous l'influence de la Créature Sans Nom. Ils sont au nombre de sept et représentent chacun un péché. Ils règnent sur l'enfer lunaire et leur mission est de punir les pécheurs. Ils sont opposés à un nombre égal d'Archanges qui représentent chacun une vertu contraire, veillant sur le Paradis solaire. Leur mission est d'accueillir les Vertueux, parmi lesquels certains saints reconnus par l'Eglise pour leurs mérites.

III Que reprochent les villageois au vagabond Newbie ? Pourquoi s'adressent-ils à Neajdalf
pour régler le problème que pose le vagabond Newbie plutôt qu'au bourgmestre de la commune ou à la prévosté?

Les villageois ont été effrayés par un vagabond qui tient des propos insensés et prétend pouvoir pratiquer la magie. Ils pensent qu'il est possédé et demandent à Neajdalf de le livrer à l'Inquisition ou le soumettre à un exorcisme. S'ils s'adressent au prêtre plutôt qu'aux autorités civiles, c'est que l'infraction qu'ils lui reprochent tient de l'hérésie et non d'un simple trouble à l'ordre public, ce qui relève de l'autorité ecclésiastique.

IV Quel est le rôle de l'Inquisition d'après les villageois ? Et d'après Neajdalf ?
Les villageois croient que l'Inquisition jette au bûcher les personnes qui sont dans l'erreur, et se servent même de cette image pour discipliner leurs enfants. Neajdalf leur explique que son rôle est plutôt de lutter contre les véritables hérétiques, ceux qui répandent en connaissance de cause des idées contraire à la foi aristotélicienne.

V Quel est le rôle de la Créature Sans Nom ?
La Créature Sans Nom cherche à nous détourner de Deos par la tentation, mais elle n'a de pouvoir sur nous que celui que nous lui prêtons en l'écoutant.

VI Qu'est-ce que la Bible d'après le vagabond Newbie ? A-t-il raison et pourquoi ?
Newbie croit que la Bible est un livre saint et que ce qu'elle raconte est pure vérité, alors qu'en réalité, il s'agit de récits des hauts faits de personnages imaginaires qui n'étaient destinées qu'au divertissement les anciens.

VII Qu’elle est la caractéristique qui différencie les hommes des autres espèces vivantes ?
Les humains sont les seuls à avoir compris que le sens de la vie est l'Amour. C'est pourquoi, parmi toutes les espèces vivantes, Deos n'a laissé qu'à eux le don de la Parole.

Rowena posa sa plume et prit le temps de se relire, corrigea ici ou là une faute d'orthographe, et déposa le parchemin sur l'écritoire. Cette première leçon ne lui avait pas posé trop de difficultés et cela la rasséréna.

Puis elle prit une pomme dans le panier et s'approcha de l'âtre, croquant rêveusement le fruit en attendant le retour du Père Brennac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Dim 8 Jan - 20:43

Brennach revint quelques temps plus tard et constata sans surprise mais avec plaisir que son élève avait déjà achevé son ouvrage. Il lut avec attention les réponses qu'elle avait fait aux questions de la première leçon et hocha la tête, satisfait.

Voilà des réponses satisfaisantes et qui démontrent une bonne compréhension des textes. Je ferai toutefois quelques commentaires mineurs, essentiellement formels:

Notre religion est la religion aristotélicienne. Il est vrai que l'Eglise n'est pas seulement l'institution qui la diffuse mais l'idéal qui la porte, néanmoins le nom de notre religion n'est pas Eglise aristotélicienne. Je te le dis pour évacuer tout éventuel malentendu.

Pour les princes démons, j'apporterai une précision qui n'est pas dans le texte. Les démons sont également punis et souffrent dans les Enfers, comme tu pourras le constater à la lecture du Livre de la Genèse qui traite de l'Enfer.

Pour le reste, je n'ai rien à ajouter. Nous pouvons donc passer à la leçon suivante.


Brennach reprit le premier vélin et le rangea dans sa besace et en tendit un second à la jeune Rowena pour qu'elle continue son ouvrage.

Citation :
I-2 : Présentation de l'Aristotélisme

En ce second vélin, nous pénétrons un peu plus intiment au cœur du dogme que constitue l’aristotélisme. Deux textes vous sont proposés pour vous aider à approfondir vos connaissances sur le dogme de l’aristotélisme et le livre des Vertus qui en contient les écrits.

Comme il s'agit de l'ouvrage le plus important de notre religion, nous nous permettons de vous indiquer que vous en trouverez une copie dans chaque église de chaque paroisse, disponible pour que la population puisse s'en inspirer. La copie du texte officiel se trouve ici:

http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=610

Après votre lecture, veuillez répondre aux questions en bas du parchemin, en usant de vos propres mots, sans paraphraser les textes. Certaines questions nécessitent que vous consultiez brièvement le Livre des Vertus pour y répondre.

Citation :
Questions et Réponses Sur l’Aristotélisme :

Qu'est ce que l'Église Aristotélicienne ?

L'Église Aristotélicienne, fondée par Christos et ses disciples, regroupe en son sein toute la communauté des Aristotéliciens. Des guides, les clercs, enseigneront aux hommes et effectueront les rituels nécessaires à leur salut. Certains aristotéliciens se retireront loin des excès du monde dans un monastère, pour vivre reclus dans la fraternité et la vertu. Le siège principal de l'Église Aristotélicienne se trouve à Rome, véritable lieu de convergence de tous les religieux des royaumes. Le pape et la curie, sont les garants du Livre des vertus et du bon fonctionnement de l'Église à travers les royaumes.
L'Église est ouverte à tous, dès le niveau 0, la voie de l'Église au niveau 3 permettra de vous engager corps et âme au service de la sainte Église Aristotélicienne.

Qu'est ce que le Livre des vertus ?

Le Livre des vertus est la compilation de tous les textes sacrés de l'Église Aristotélicienne, rédigés par les Pères de l'Église aristotélicienne et traduits et recopiés par les nombreux théologiens et copistes de l'Église actuelle. Le Livre se compose en quatre volumes : Le premier aborde les premiers temps de l'humanité, de la création du monde à l'avènement des prophètes. Le second ouvrage nous raconte la vie des deux prophètes aristotéliciens ayant tous deux eus la révélation de Dieu : le premier, Aristote, grand sage devant l'éternel, ses enseignements ont façonné le monde et la pensée des Hommes. Le second, Christos, miroir de la divinité, illustre par sa vie, il est le modèle absolue de tout Aristotélicien. Le troisième volume est consacré aux saints Aristotéliciens qui ont peuplé le monde Aristotélicien tout au long de l'Histoire, devenant comme Christos des modèles à imiter. Enfin le dernier volume s'accorde à expliquer les sacrements, la liturgie Aristotélicienne, les prières et autres rites aristotéliciens aux laïcs et aux clercs des royaumes. Seuls les deux premiers volumes du Livre des vertus sont à lire pour les novices.

Qu'apporte le Livre des vertus ?

Le livre des vertus apporte les messages et les informations essentiels à l'humanité traitant de l'origine du monde, de sa physique et des débuts de la vie. L'histoire des premiers hommes y est conté, d'Oanylone la maudite à la venue d'Aristote. Vous y rencontrerez la tentatrice Créature sans nom, mais aussi les 7 princes-démons peuplant les 7 enfers, ou encore les 7 archanges du paradis. Aristote et Christos seront les guides de chaque homme et femme, Aristote par son savoir, son enseignement et sa sagesse, Christos par sa vie et sa foi. Eux deux vous ferons découvrir les idées majeures qui gouvernent la pensée des Aristotéliciens
Le livre des vertus est un guide pour chacun, un guide spirituel, moral et politique. Les messages essentiels adressaient par le Très haut y sont transcris, la voie de la vertu y est gravée.

Qui sont Christos et Aristote pour notre église ?

Au IVe siècle avant Christos, un jeune homme grec, brillant philosophe et théologien, eu la première révélation divine. Dieu en personne vint lui transmettre Son divin message. il lui expliqua les principes de la divinité unique et de la vertu, concepts difficiles à comprendre pour la masse des païens d'alors. Ainsi, Aristote devint le premier prophète du Très Haut. Cependant, je tiens à préciser qu'un prophète étant celui qui révèle la parole divine, il ne peut être lui-même Dieu. En d'autres termes, malgré toutes ses qualités, Aristote n'était qu'un homme, pas un dieu. C'est une erreur souvent faite.
Nombreux furent ceux qui écoutèrent les saintes paroles du prophète Aristote. Mais plus nombreux encore furent ceux qui restèrent sourds et persistèrent dans leur erreur, vouant leur âme à une éternité de supplices. C'est alors que Dieu nous transmit la deuxième moitié de Sa révélation. En l'an un naquit l'homme le plus proche de la perfection qui ait jamais existé. Il se nommait Iésu Christos. Il est à noter que lui non plus n'était pas de nature divine, mais bel et bien un humain détenteur de la vérité divine: le deuxième et dernier prophète.

Il vint compléter le message transmit par Aristote. Autant ce dernier expliqua qui est le Dieu unique et ce qu'est la vertu, autant Christos nous montra le chemin qu'il nous fallait entreprendre pour atteindre le Paradis en appliquant les préceptes déjà révélés par son prédécesseur. Sa vertu était si grande que, partout où il allait, des miracles se firent. Il n'en était pas l'auteur, n'étant pas Dieu, mais le vecteur, par sa si grande vertu. Il fonda alors l'Eglise, nommant ses douze apôtres (6 hommes et 6 femmes) les episkopos (évêques) et leur ordonnant d'aller convertir le monde entier afin de sauver toutes les âmes qu'ils pourraient.

Voilà qui furent Aristote et Christos. Deux prophètes qui nous transmirent la révélation divine, le message de l'un ne pouvant se comprendre sans l'autre (erreur que font les Spinozistes) et auxquels nul autre message ne peut être ajouté sans en détourner le sens (erreur que font les Averroïstes).
Aucun d'eux ne fut Dieu, mais le Très Haut les bénit pour leur vie vertueuse.

Citation :
De l’Amour Pragmatique de Dieu : Petit Discours sur la Crainte des Enfers

Nombreuses sont les âmes simples à aimer Dieu par crainte de son Châtiment, par crainte de se voir conduit en la compagnie des Démons après leur mort et se noyer pour l’éternité dans un océan de souffrance. Nombreuses sont les âmes simples à douter de l’Amour de Dieu, à croire qu’il serait Injuste avec eux et que malgré tous les efforts pour être de bons et vertueux Aristotéliciens, ils ne seront pas aimés assez du Tout-Puissant pour goûter à la Béatitude éternelle. Certains clercs et gens qui osent se dire église prétendent jouer avec ces peurs, ces craintes, terreurs et doutes pour mieux attirer ces âmes en soumission qu’ils croient Sainte et Nécessaire ; pourtant, la Foi ne saurait être le fruit de telles Stratégies, Tactiques et Coercitions. La Foi doit être pure, engendrée par l’Illumination personnelle accompagnée de Raison et de Logique : c’est par cette Raison et cette Logique que je compte vous démontrer que Dieu vous aime et que vous êtes digne d’aller en Paradis.
Lorsque nous choisissons de mourir définitivement - car Dieu dans son infini clémence a donné aux hommes le choix de la résurrection infinie pour leur permettre de progresser dans leur Foi et leur Vertu - nos corps mortels se désagrègent, mais nos âmes immortelles survivent pour être jugées par le Créateur. Les uns seront sauvés et iront au Paradis, pour vivre en complète communion avec Dieu, parmi les Anges ; les autres, les damnés, il seront en compagnie des démons pour d’éternelles tortures.

Le Livre des Vertus nous apprend que le Paradis se trouve sur le Soleil, astre Solaire qui réchauffe la terre comme âme, et que les Enfers se trouvent sur la Lune, astre Vampire dont la clarté blafarde ne sert qu’aux actions perverses et malintentionnées de la Nuit. Depuis la Nuit des Temps, et encore aujourd’hui, les Observateurs du Ciel et des Corps Célestes ont calculé la taille, la masse et le poids des étoiles : leur conclusion unanime est que la Lune est fort petite, plus petite même que la Terre, alors que le Soleil est lui immense bien plus imposant que la Terre.Le Livre des Vertus nous dit bien que Dieu fut le Créateur de toutes Choses ; par conséquent, c’est Lui qui décida de la taille du Soleil et de celle de la Lune.
Que conclure de tout ceci ? Il y a plus de place au Paradis qu’en Enfer, le nombre des Elus, de ceux qui furent, sont et seront sauvés et bien plus important que le nombre des Damnés voués aux Enfers. C’est ainsi qu’avec Foi, Raison et Logique, je puis parler de l’Amour pragmatique de Dieu, qui forcément aime plus qu’il ne renie, sauve plus qu’il ne damne, embrasse plus qu’il ne châtie.

Je vous mettrai cependant en garde pour vous prier d’éviter de tomber dans la dérive qui consisterait à croire que le Créateur serait contraint de Sauver vos âmes à cause de la taille des Corps Célestes : ses voies sont impénétrables et par la divine Omniscience qui le constitue de Nature, le Tout-Puissant a tout simplement prévu que moins d’âmes seraient Damnées que d’autres Sauvées et que le Paradis aurait besoin d’une plus grande capacité d’accueil que les Enfers.
Cela est tout simplement la Preuve de la Confiance inébranlable de Dieu dans l’Eglise Aristotélicienne et de ses Pasteurs, car il Sait que par son Action, son Enseignement et sa Pastorale, vous serez conduit sur le Chemin des Vertus, et que c’est cette Certitude, constitutive de votre Foi, est la seule Clef qui vous ouvrira les Portes du Soleil.

Odoacre de Corinthe


Citation :
Questions sur le premier texte :

I Définissez l'Église Aristotélicienne ?
II. Quel est le nom des quatre volumes principaux du Livre des Vertus? (Attention, la réponse n'est pas dans le texte, vous devrez consulter le livre) Que nous apporte la lecture de ce livre sacré?
III Qui sont les deux grands prophètes de notre religion ? Quels enseignements ont-ils apporté Aristote à notre église ?
IV. Nommez un des textes ou passages du Livre des Vertus qui vous touche personnellement et spirituellement, et motivez votre choix.

Questions sur le second texte :
V. Où se situe le Paradis? Où se situe l'Enfer?
VI Que se passe-t-il au moment de notre mort ? Qu’entend-on par jugement de Dieu ?
VII. Croyez-vous qu'un grand criminel puisse aller au Paradis? Motivez votre réponse.

Cours originaire du séminaire saint-benoît
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowena d'Orthez



Messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2012
Localisation (dans le jeu) : Orthez

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Lun 9 Jan - 14:33

Rowena écouta les remarques du Père Brennach, et convint de son erreur : la religion n'est pas l'Eglise, puisque c'est justement l'Eglise qui enseigne la Religion ! Quant à ce qui concerne le sort des démons, pauvres créatures, elle s'en informerait plus avant au cours de son instruction.

Elle leva les yeux vers le prêtre et le remercia d'un sourire, n'osant rompre d'un futile bavardage l'atmosphère de méditation qui s'était installée. Sans un mot, elle prit des mains du serviteur de Dieu - qui s'éclipsa aussitôt - un second vélin, qu'elle entreprit sitôt d'étudier. Sa lecture attentive l'incita bientôt à ouvrir le volumineux grimoire qui avait été déposé là comme une friandise offerte à sa convoitise.

De longues heures d'étude s'écoulèrent, qui épuisèrent les chandelles à mesure que la lumière se faisait en son esprit, lui faisant oublier la nécessité du sommeil. Oubliant même de se nourrir, elle changea quelques bougies puis, s'installant à l'écritoire, elle prit une nouvelle plume et commença à rédiger ses réponses.

I Définissez l'Église Aristotélicienne ?
L'Église Aristotélicienne, dont le siège se trouve à Rome, a été fondée par le prophète Christos et ses disciples, sur la base de la révélation divine reçue par le prophète Aristote. Elle est ouverte à tous dès leur plus jeune âge et ceux qui choisissent de lui consacrer leur vie peuvent soit devenir clercs pour guider le peuple, soit se retirer dans des monastères pour y vivre dans la fraternité et le recueillement. Le Pape et la curie veillent au bon fonctionnement de l'Église à travers les royaumes.

II. Quel est le nom des quatre volumes principaux du Livre des Vertus? Que nous apporte la lecture de ce livre sacré ?
Ce sont :
Le Mythe Aristotélicien, Le Duo Prophétique, Le Livre des Hagiographies et Les Écrits des Saints
Sa lecture nous enseigne l'histoire de la Création et les tribulations des premiers hommes, la vie des Prophètes et l'exemple des saints, pour nous guider dans la voie de la vérité et de la vertu et nous enseigner les dogmes et rituels de notre religion, afin que nous soyons à même de vivre dans la fraternité, selon les desseins du Très-Haut.


III Qui sont les deux grands prophètes de notre religion ? Quels enseignements ont-ils apporté Aristote à notre église ?
Aristote, le premier de nos prophètes, était un jeune grec élève du philosophe Platon, qui, au IVe siècle avant Christos, consacra sa recherche philosophique à la théologie. Selon la révélation qu'il reçut directement de Deos, il enseigna le principe de la divinité unique et la notion de vertu.
Christos, notre second prophète, a été envoyé par Deos pour compléter la révélation qu'Il avait délivrée à Aristote, nombre d'hommes ayant choisi de ne point en tenir compte. C'est en Judée qu'il a délivré son enseignement, et il a démontré par sa vie exemplaire que la pratique des préceptes de vertu et d'amour pouvait provoquer des miracles et il enseigna que cette voie seule menait au Paradis. Il confia à ses apôtres, auxquels il sonna le titre d' « Evêques » (missionnés) la charge de propager son message. C'est ainsi qu'il fonda L'Église (Assemblée).


IV. Nommez un des textes ou passages du Livre des Vertus qui vous touche personnellement et spirituellement, et motivez votre choix. 
Je ne prétendrai pas avoir déjà lu la totalité du Livre des Vertus. Néanmoins, le hasard, ou la main de Deos, me l'a fait ouvrir à la page des Nouveaux Logions d'Aristote. Le second Logion en particulier a retenu mon attention. Il y est dit :
L'intellect est quelque chose de divin par comparaison avec l'homme, la vie selon la raison est également divine comparée à la vie humaine irréfléchie. Il ne faut donc pas écouter ceux qui conseillent à l'homme, parce qu'il est homme, de borner sa pensée aux choses humaines, et mortel, aux choses mortelles, mais l'homme doit, dans la mesure du possible s'immortaliser par la quête solaire, et tout faire pour vivre selon la partie la plus noble qui est en lui ; 
Voilà ce qui me semble être le chemin le plus court pour rejoindre la voie la plus sûre dans la quête solaire : rechercher en soi-même le si peu de noble que nous y puissions trouver, et nous y référer sans cesse avant que de prendre quelque décision que ce soit, comparer à l'éclat de cette faible étoile – qui est je crois l'étincelle d'amour que Deos dépose en chacun de nous, capable de nous illuminer autant que de nous réduire en cendres – tout ce que la Création peut offrir à nos yeux de chair ou aux yeux de notre âme : beauté d'une fleur, tendresse d'une mère, geste de compassion, tout ce qui relève de l'amour et du beau s'y trouvera réfléchi ; quant à ce qu'y n'y trouve pas d'écho, que l'on garde à son propos un doute prudent.


V. Où se situe le Paradis? Où se situe l'Enfer ?
Le Paradis se situe sur le Soleil et l'Enfer sur la Lune.

VI Que se passe-t-il au moment de notre mort ? Qu’entend-on par jugement de Dieu ?
Au moment de la mort, nous pouvons choisir entre renaître pour nous corriger ou nous perfectionner dans la voie de la vertu, ou alors mourir définitivement à la chair et nous soumettre au jugement de Dieu. Dans ce cas nos corps retournent à la poussière et notre âme immortelle devra faire face au tribunal divin : selon, sans doute, nos actions sur Terre, nous pourrons accéder au paradis solaire, pour y vivre parmi les anges, en le sein-même du Créateur, ou subir sur l'enfer lunaire les tortures des démons.

VII. Croyez-vous qu'un grand criminel puisse aller au Paradis? Motivez votre réponse.
Encore bien néophyte dans la connaissance du dogme aristotélicien, j'avoue ne point connaître la réponse.
Néanmoins, Deos semble s'être montré prévoyant en créant un paradis solaire immensément plus grand que l'enfer lunaire, ce qui semble signifier qu'Il est plus prompt au pardon qu'à la condamnation. C'est sans doute que la miséricorde est chez Lui grandement plus vaste que toute autre chose. Aussi se peut-il qu'un grand criminel, prenant conscience même à l'extrême limite de son dernier souffle de la gravité et des implications de ses actes et s'en repente sincèrement et profondément, qui sait ?... Moi je ne sais pas. Je sais seulement par intuition que l'amour de Deos est infini, et qu'il en est le seul Maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Lun 9 Jan - 21:35

Quand Brennach revint visiter la cellule, il constata une fois encore que Rowena avait fait montre d'assiduité et de célérité. A la lecture de ses réponses, son sourire s'élargit car elles étaient dignes des attentes que le curé avait placé dans la jeune femme. Elle avait un réel don pour la théologie et une âme curieuse et sincère indispensable pour mener à bien ce genre de travaux.

Une fois encore, je n'ai guère à redire sur les réponses que tu as rédigées. Elles révèlent beaucoup de ta spontanéité, surtout celle concernant le passage du livre des Vertus. Les logions ne sont pas un passage très connu du Livre et le choix du Logion est révélateur de ta façon de voir les choses je trouve. Tout comme ta réponse à la dernière question, elle démontre de ta sincérité: il est sage de reconnaître que l'on ne sait pas tout, l'humilité est le premier pas vers la vérité. Et ta générosité naturelle transparaît dans ta réponse. Il n'est pas de bonne ou mauvaise réponse d'ailleurs à cette septième question. Elle témoigne plutôt d'une façon d'appréhender les écrits et la religion. J'aime la tienne.

Je corrigerai toutefois une petite erreur dans toute cette belle prose, erreur néanmoins bien compréhensible au regard du désordre régnant dans le sommaire de notre Livre Sacré. Le troisième Livre du Livre des Vertus est bien la Vie des Saints mais les écrits des Saints font partie de ce même ouvrage. Le quatrième Livre traite en fait de la Vie de l'Eglise, du dogme qui régit la vie des clercs et de l'institution.

Enfin, une petite précision, si Aristote fut bien l'élève de Platon un temps, ce dernier ne fut point son premier maître et ne lui enseigna pas si longtemps que cela. Sache cependant que des courants platoniciens existent au sein de notre Eglise mais je ne maîtrise guère leur doctrine.

Voici venu le temps maintenant de la troisième leçon. Après celle-ci, deux autres encore et nous en viendrons à parler de ta cérémonie. Si tu continues à ce train, nous pourrons te baptiser bien avant la fin janvier! Ton amour n'aura pas trop longtemps à attendre.


En souriant, il lui tendit le parchemin suivant et en roulant le parchemin de la leçon achevée, il ajouta:

La prochaine leçon sur les Vertus devrait particulièrement te plaire je pense. En tous les cas, c'est une de mes préférés.

Citation :
I-3 Des Vertus et des Vices

Cette troisième leçon s’arrête tout particulièrement sur les vertus prônée par notre religion car elles mènent au Paradis. Elle aborde également en détail les vices qui sont proscrits par le dogme car conduisant directement en enfer. Cette leçon est importante à connaître pour un futur baptisé car elle pose les principes de vie selon lesquels doit s’efforcer de vivre tout membre de la communauté aristotélicienne.Après la lecture des textes, il vous faudra répondre aux questions en fin de vélin.

Citation :
I-3 Des Vertus et des Vices

L'objectif de tout aristotélicien pour sa vie terrestre est d'atteindre le soleil, le paradis. Tel que nous l'a enseigné Aristote, le premier des prophètes de la religion aristotélicienne, le Très-Haut, Dieu, a donné l'esprit à l'humain pour que celui-ci soit capable, à l'instar des animaux, de distinguer le bien du mal. C'est cette capacité qui nous rend capable de mener la vie vertueuse qui nous permettra de rejoindre le soleil.
Toutefois, une autre créature de la création, la Créature Sans Nom, jalouse de ne pas avoir été choisie pour être la préférée de Dieu et convaincue que la raison du plus fort est la meilleure, voue son existence à pervertir l'homme par les vices et à l'éloigner du soleil pour l'emmener sur la lune, en enfer. Tout aristotélicien voulant éviter la lune se doit de connaitre les vertus, et leurs vices contraires, afin de s’efforcer dans sa vie quotidienne d’adopter les premières et de rejeter les secondes. En voici une brève présentation:
L'amitié, qui consiste à se préoccuper des autres, à avoir de l'empathie et à faire preuve de charité. L'amitié est ce qui lie tous les aristotéliciens. Par l'amitié, le croyant aide ainsi ses frères sur le chemin de la vertu. l'amitié est aussi entraide, réciprocité des rapports sociaux, amour du prochain, etc... L'avarice, son contraire, consiste à ne se préoccuper que de soit et elle n'a d'égal que le mépris de l'autre.
La conservation, qui consiste à oeuvrer à sa survie. La conservation est la conscience de ses besoins premiers en nourriture, en eau, en sommeil. En d'autres mots, la conservation est la faculté de se contenter de ce dont l'on a besoin. Le contraire de la conservation est la gourmandise, qui consiste à n'être jamais satisfait de ce que l'on a, à toujours vouloir plus, ce qui ne peut que pénaliser les autres qui vont venir à manquer. La gourmandise se résume à l'abus de plaisir.
Le don de soi, qui est la capacité de se sacrifier pour le bien d'autrui, que ce soit pour le reste de l'amitié aristotélicienne ou pour la société laïque, la république. Ce sacrifice est la conscience de la vie en communauté. Comme nous l'a aussi enseigné Aristote, le bon aristotélicien est celui qui aide son prochain en participant à la vie de sa ville. À l'opposé du don de soi se trouve l'orgueil, qui consiste à croire que seul nous pouvons nous élever au dessus de tous et d'atteindre le statut de divin.
La tempérance,qui est la capacité du croyant à se modérer et à faire preuve de compréhension. Cette vertu est primordiale dans la mesure où elle est complémentaire des autres. La tempérance consiste aussi en l'acceptation de sa condition. Son contraire est la colère, qui est le vice de celui qui s’abandonne à la haine de l’autre, ou qui de toutes ses forces tente de lutter contre sa condition.
La justice,est la faculté de l’être à faire preuve de magnanimité, à reconnaître la valeur de l’autre, à identifier l’intérêt d’autrui. A la justice correspond l’envie, qui est le vice de celui qui désire bénéficier des justes récompenses attribuées à autrui, ou de celui qui convoite lesbiens ou le bonheur de son semblable.
Le plaisir, est la faculté qu’a l’homme d’œuvrer à réunir les conditions de son propre bonheur. Elle est la conscience de soi, de son corps, de son âme, et des besoins de ceux-ci pour rendre son existence heureuse et facile. Au plaisir correspond l’acédie, qui est le vice de celui qui entre en dépression spirituelle, qui reste passif, qui n’a plus goût à la vie, et qui ignore sa propre satisfaction.
La conviction, est l’espérance en un avenir plein de promesses. Elle est plus largement la conscience des besoins et des intérêts futurs de la communauté des croyants, des nécessités de la conservation de l’espèce (donc de la reproduction). A la foi correspond la luxure, qui est le vice de celui qui se complaît dans l’abus des choses de la chair et dans le nihilisme le plus total.

Une vie vertueuse parfaite est virtuellement impossible. Nul, en dehors du divin, n'est parfait. Toutefois, l'aristotélicien vertueux est celui qui reconnaitra ses fautes et demandera le pardon à ses pairs par la confession. La confession sera expliquée dans le troisième volet de ce catéchisme.

Citation :
Citation :
Les douze préceptes de Saint-Benoît

1) Un seul Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement.
2)Son Saint Nom tu respecteras, fuyant blasphème et faux serment.
3)Le jour du Seigneur garderas, en servant Dieu dévotement.
4)Tes père et mère honoreras, tes supérieurs pareillement.
5)Meurtre et scandale éviteras, haine et colère Identiquement.
6)La pureté observeras, en tes actes soigneusement.
7)Le bien d'autrui tu ne prendras, ni retiendras injustement.
8)La médisance bannira, et le mensonge également
9)En pensées, désirs, veillera à rester pur entièrement.
10)Bien d'autrui ne convoiteras pour l'avoir malhonnêtement.
11)Foi et Raison te guiderons simultanément.
12)Seuls Aristote et Christos tu loueras, évitant les faux prophètes.
L’ensemble de la vie du Saint est retranscrite ici :
http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=63316

Citation :
Des moyens de racheter ses fautes et d’atteindre le Salut :

La Confession est l'acte par lequel le fidèle ayant commis un impair peut se faire pardonner. Dieu est conscient que l'Homme n'est pas parfait, sans quoi il serait Dieu. Toutefois, il reconnaît que l'âme qui s'assume au cours d'une confession sincère et profonde est une âme pure. Ceci dit, pour s'assurer le pardon divin, le fautif devra peut-être faire acte de pénitence (voir plus bas). Tous les prêtres peuvent recevoir les confessions et ne peuvent en dévoiler le contenu sous peine dedéfrocation. Certains curés incitent aussi leurs paroissiens à confesser intérieurement au Très-Haut avant chaque messe.

Confiteor
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensée, en parole, en action.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi.
Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


La Pénitence,est le statut dans lequel se place volontairement le pêcheur s'étant confessé pour s'assurer le pardon divin. Différents moyens de pénitence sont le jeune, le pèlerinage ou encore la charité.

Le Jeûne est l'acte par lequel le pénitent ou le simple fidèle se prive de nourriture ou se limite à un repas de base pour un certain temps, se mettant ainsi au niveau des plus faibles, pour prendre ainsi conscience de la misère humaine que combat l'Église. Le jeûne tire son origine de la méditation de Christos dans le désert.

La Charité, est un acte de vertu que doivent pratiquer tous les aristotéliciens. Elle consiste à aider ses frères aristotéliciens sur le chemin de la vertu. Elle se par l'aide aux vagabonds perdus dans les méandres du jeu, l'offre d'un salaire supérieur au minimum légal à ses employés, la vente à des prix non prohibitifs de sa production et le refus d'une spéculation à outrance. Chacun agit dans ce domaine en âme et conscience.

Le Pèlerinage, est l'acte de parcourir les royaumes pour prendre conscience de la création. Le pèlerinage permet, en plus d'être une preuve de foi forte, de prendre contact avec d'autres frères aristotéliciens et ainsi de les aider. Le pèlerinage tire ses origines vraisemblablement de la recherche d'Aristote de la cité idéale.

La Sainteté, est le statut auquel aspirent tous les aristotéliciens. Certains fidèles ont accédé à ce statut par leur respect presque immaculé des principes aristotéliciens. Ces saints ont encore au soleil le pouvoir d'influencer certaines choses de la création, il est donc important de les considérer et de les louer. Ceci dit, on ne peut louer les saints, et encore moins le Très-Haut, pour sa propre réussite matérielle. La lecture des hagiographies des différents saints et de régulières, mais toujours sincères, prières sont conseillées.


Il est très important de savoir que l'Église ne sanctionne pas la vie en ermite mais elle la prohibe tout de même.

Questions :
I Quel est le vice opposé à la vertu du plaisir ?
II Dans quelle mesure est-il possible pour le Fidèle de mener une vie vertueuse ?
III Qui s’efforce d’inciter les Fidèles à pêcher ? Pourquoi ?
IV Qu’est-ce que le Confiteor ? En quoi est-il important pour le croyant ?
V Décrivez les différents moyens de faire pénitence.
VI Qui est Saint-Benoît ?
VII Pourquoi d’après vous la vie en ermite est-elle prohibée par l’Eglise ? (La réponse n’est pas dans les documents. Donnez votre sentiment personnel qui peut s’appuyer sur les enseignements d’Aristote.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowena d'Orthez



Messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2012
Localisation (dans le jeu) : Orthez

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Mer 11 Jan - 12:22

Rowena rougit un peu sous les compliments du Père Brennach et convint de ses erreurs, pour preuve qu'elle avait encore beaucoup à apprendre.
L’atmosphère du lieu, l'isolement et le silence, la profonde réflexion dans laquelle la plongeait son étude, tout cela semblait l'avoir privée de parole.
C'est donc sans un mot qu'elle écouta les remarques du prêtre, le remerciant d'un signe de tête lorsqu'il lui remit le nouveau parchemin avant de la quitter.
Elle ajouta une bûche dans l'âtre et entreprit de le lire à la lumière des flammes.
Les vertus et les vices... Son tuteur avait eu soin de l'enseigner à ce sujet, ce ne serait sans doute pas bien difficile. Elle lut néanmoins attentivement la totalité du texte ; certaines passages l'invitaient à se référer au Livre des Vertus, ce qu'elle fit dès qu'elle eut allumé une nouvelle chandelle.

Peu après, elle put s'asseoir à l'écritoire pour rédiger ses réponses.


I Quel est le vice opposé à la vertu du plaisir ?
Le vice opposé au plaisir est l'acédie, qui consiste à perdre le goût de la vie et de son propre bien-être.

II Dans quelle mesure est-il possible pour le Fidèle de mener une vie vertueuse ?
La Vertu parfaite restant hors de la portée humaine, un Fidèle vertueux fera de son mieux pour suivre au plus près les préceptes de Saint-Benoît et, lorsqu'il lui arrivera de s'en écarter, il aura l'humilité de reconnaître sa faiblesse et en demandera pardon en confession.

III Qui s’efforce d’inciter les Fidèles à pêcher ? Pourquoi ?
Il s'agit de la Créature Sans Nom, avec l'aide des Princes Démons dont la mission est de nous induire en tentation, dans le but de nous éloigner de la voie divine et nous conduire en l'enfer lunaire.
Sa motivation est la jalousie qu'il nourrit pour n'avoir pas été choisi par Deos pour être la préférée de ses créatures. Il est convaincu que la loi du plus fort est la meilleure et s'efforce d'en faire la démonstration en pervertissant les hommes pour les conduire à la division par la haine, l'orgueil, l'égoïsme et les autres vices.


IV Qu’est-ce que le Confiteor ? En quoi est-il important pour le croyant ?
Le Confiteor est une prière que nous adressons lors de la confession à Deos, aux Saints et à l'assemblée des Fidèles, par laquelle nous reconnaissons avoir péché et demandons pardon. Il est important dans la vie d'un croyant parce que le dire d'un coeur sincère permet de revenir sur la voie juste et d'obtenir l'absolution. Reconnaître nos fautes nous permet aussi d'être moins sévères envers celles que nous pouvons voir chez autrui.

V Décrivez les différents moyens de faire pénitence.
On peut faire pénitence par le Jeûne, qui consiste à se priver de nourriture ou la réduire au minimum jusqu'à revenir au niveau des plus faibles et prendre ainsi conscience de la misère que peuvent endurer certains de nos frères, ainsi que le fit Christos au cours de sa méditation dans le désert ; ou par l'exercice de la Charité, qui consiste à venir en aide aux plus faibles, aux vagabonds, à augmenter le salaire de ses employés, ou encore vendre ses marchandises au prix le plus juste. On peut aussi choisir d'accomplir un Pèlerinage à travers le Royaume (ce qui est un témoignage de foi car l'aventure comporte des risques), afin de rencontrer des frères inconnus et peut-être trouver à en réconforter certains. On pense que cette pratique tire son origine de la recherche par Aristote de la Cité Idéale.

VI Qui est Saint-Benoît ?
Saint-Benoît est le fondateur de l'ordre Bénédictin et l'inspirateur de l'essor monastique qui s'ensuivit. Il est aussi le rédacteur des Douze Préceptes dont l'observance garantit la fraternité dans la cité et toute communauté. Né aux environs de 480 dans une riche famille romaine, il rejeta la futilité du mode de vie de son milieu pour se consacrer à l'étude de la logique d'Aristote et au mysticisme de Christos. C'est la rencontre fortuite d'un ermite qui décida de sa vocation, suscitant en lui la révélation de l'Unicité divine.

VII Pourquoi d’après vous la vie en ermite est-elle prohibée par l’Eglise ?
La vie en ermite est sans doute favorable à la méditation et à la contemplation de l'oeuvre divine, mais elle ne peut être, à mon sens, qu'une étape si l'on veut vivre selon la foi aristotélicienne.
J'observe en effet que si la beauté sublime de la Création est source inépuisable de joies pour l'âme et la chair, le monde est aussi plein de misères et de raisons de chagrins. Or, chacun de nous porte en lui cette étincelle divine qu'est l'Amour et il me semble plus raisonnable de laisser cet Amour rayonner autour de nous jusqu'à toucher le coeur de nos frères pour leur apporter réconfort – voire raison de s'interroger s'il s'agit de pécheurs endurcis.
Il me semple donc plus logique d'oeuvrer de la sorte, par la transmission de l'Amitié, à l'avènement de cette Cité Idéale que l'enseignement de nos Prophètes nous invite à construire, et cela ne se peut concevoir qu'au sein d'une communauté humaine.


Rowena se relut attentivement, puis emporta près de l'âtre le Livre des Vertus et se plongea dans la lecture de la vie de Saint-Benoît.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Jeu 12 Jan - 19:13

Le prêtre revient à la cellule de méditation. Son extrême fatigue pouvait se lire sur ses traits mais il ne souffla nul mot du mal qui venait de le frapper d'une crise violente. Il se contenta de sourire et de lire le parchemin rendue par Rowena.

Les réponses sont non seulement bonnes mais belles également. J'aurais aimé avoir écrit certaines d'entre elles. Je n'ai donc rien à ajouter si ce n'est que l'homme est pour notre prophète Aristote et je partage pleinement cette conception un animal social. Il ne peut s'épanouir qu'au contact des autres. La société est naturelle et donc vertueuse, l'isolement s'il peut être nécessaire pour la méditation ne doit servir qu'à mieux revenir au monde.

Mais tu dois attendre le prochain parchemin avec impatience. Je t'ai fait attendre et je m'en excuse. Le voici.C'est l'avant dernière leçon et ensuite nous pourrons fixer une date à ton baptême. Tu peux déjà songer à un parrain et/ou marraine. Peut-être as-tu même une date en tête. N'hésite pas à m'en parler dès que c'est le cas. Je m'en vais me reposer en attendant, près de la cheminée.


Après lui avoir tendu le parchemin, il joignit le geste à la parole et ne fut pas long à s'assoupir au coin du feu.

Citation :
I-4 : Profession de foi aristotélicienne

Le Crédo, commenté par son Eminence Aaron de Nagan, cardinal de la Sainte Eglise Aristotélicienne.

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,

Dieu est tout puissant car sans lui rien ne peut exister. Dieu est la source de toute chose, de la matière comme du vide, si bien qu’avant la création du monde, il n’existait même pas de vide car même le vide est quelque chose. On appelait alors cet état sans existence « le Néant », où seul Dieu était.

Le temps, le mouvement, l’existence et le savoir sont issu de Dieu Lui-même. Il est la source de toutes choses. Il est omnipotent car il suffit à Dieu de penser pour que le monde se fit, Il est omniscient car Il est la source même du savoir et de l’existence, Il est omniprésent car tout est issu de Lui et tout est en Lui.

Enfin, le Très-Haut, par son statut de divin, de source de la Création, est infini et éternel.Par Lui tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans Lui. Il est l'Alpha et Omega, ce qui signifie « le premier et le dernier ».


Créateur du Ciel et de la Terre,

Cette phrase est à la dimension de l’homme. Par cette réplique, l’on tente d’englober l’ensemble de la Création, car de notre condition, la terre et le ciel sont partout. En affirmant que le Très-Haut créa le ciel et la terre, où que nous position notre regard, de l’Orient à l’Occident, du Septentrion au Midi, nous ne faisons que contempler l’œuvre de Dieu, et uniquement celle-ci.

Par le ciel et la terre, on réunit donc l’ensemble de la création visible par l’homme, car la réplique suivante définira ce qui lui est invisible. Cependant, le ciel et la terre ne se résument pas aux arbres, à l’humus, aux nuages ou à la pluie, ils s’étendent aussi à l’homme, à l’ensemble des créatures vivantes, mais également aux sentiment, aux émotions, à tous ce que l’homme peut vivre ou ressentire et par qui ces sentiments existent.


Des Enfers et du Paradis,

Comme tout est issu de Dieu, le Tout-Puissant est également à l’origine des Enfers et du Paradis. C’est le monde invisible, par opposition au monde visible qu’est la terre et le ciel, comme nous venons de le démontrer. Le Livre des Vertus est une source appréciable pour connaître ces lieux, notamment dans sa troisième partie qui à pour titre « l’Eclipse » et où un jeune homme fait un songe durant lequel il visitera à la fois les Enfers sélénites et le Paradis solaire.

Car bien que nous évoquions de temps à autre que nos morts aillent au ciel, c’est en fait sur le Soleil qu’ils se rendent, terre d’accueil des enfants défunts du Très-Haut, terre de la Cité Céleste. C’est là, derrière l’image que nous avons des grilles du Paradis qu’Aristote et Christos, entourés des archanges et des d’anges, attendent ceux qui auront réussi à vivre une vie exemplaire, vertueuse, aristotélicienne… A l’inverse, le sol lunaire attendra les hérétiques, les incroyants et les infidèles qui n’auront pas cru en l’existence de l’Eternel.

Sur la lune règnent les sept démons qui caractérisent les sept péchés capitaux, par opposition aux sept archanges qui symbolisent les sept vertus fondamentales de l’aristotélisme et qui eux vivent auprès du Créateur.


Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Le chapitre de l’Eclipse du Livre des Vertus est un texte important pour connaître se qui nous attend dans l’au-delà. Sypous, personnage principal de cette partie, nous relate sa confrontation avec le Tout-Puissant durant son songe, ou il Lui dit : « J’ai compris le sens du Salut. Lorsqu’un humain a vécu dans la vertu, s’étant ainsi conformé à Ta divine parole, transmise par le prophète Aristote et par Christos, le messie, Tu lui accordes le droit d’accéder en ces lieux, au Paradis, au sein du soleil. S'il se détourne de la vertu, refusant d’écouter Ta divine parole, qu’il s’abandonne aux plaisirs terrestres, à l’égoïsme, à la tentation, à de fausses divinités, Ton infinie sagesse t’amène à l’envoyer en Enfer, sur la lune, pour y être puni pour l’éternité. Tu nous aimes, mais c’est également à nous de T’aimer. »

Ce passage résume les deux possibilités qui s’offriront à nous lorsque nous serons face à Dieu le jour de notre mort. Nous nous soumettrons alors à son jugement. Cependant, le Très-Haut nous laisse une chance, un choix, une dernière possibilité de nous racheter, si nous venions à Le rejoindre plus vite que nous l’aurions pensé.

En effet, dans son infinie mansuétude, Dieu nous permet de revenir à la vie si arrivé devant Lui, nous ne nous estimions pas assez vertueux pour mériter le Paradis, qu’au vu de notre vie la sentence pourrait bien être la damnation éternelle à l’enfer lunaire. Choisir de revenir à la vie, c’est vouloir changer de mode d’existence et se tourner désormais vers l’aristotélisme et ses valeurs, car le deuxième jugement pourrait bien être sans appel…

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,

Aristote le sage, serviteur du Très-Haut, à qui le Verbe divin a été révélé et qui annonça la venue du salut et de la lumière.

Depuis Oane, premier être humain à comprendre Dieu et à conduire la communauté originelle du Tout-Puissant, les hommes s’étaient peu à peu détourner de Dieu pour finalement oublier jusqu’à Son existence. C’est alors qu’Il décida de poser la première pierre d’un édifice qui allait devenir sans doute la deuxième plus belle œuvre de Sa création : l’Eglise.

Aristote fut éclairé par la lumière divine, sa raison et ses enseignements allaient ouvrir le monde sur une nouvelle ère, celle du retour de la communauté des hommes dans le sillage de l’Amour infini du Très-Haut. Il était la première partie du binôme fondateur de l’Institution de Dieu et il annonçait déjà celui qui le compléterait : Christos.


Envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Trois logions, symboles du message de Christos qui sont certaines de ses paroles révélatrices mises par écrit, servirons à nous expliquer, ou en tous cas nous aiderons comprendre ce passage du credo.

Dans le logion III, Christos disait : « Mes amis, l'âme est composée de deux parties: la compréhension et le savoir. Aristote est venu vous apporter la compréhension, moi je suis venu vous apporter le savoir. Entre Aristote et moi se tient toute la différence qui existe entre convaincre et persuader. » Cette phrase, peut-être compliquée, doit être associée à deux autres logions afin d’être éclairée. Il s’agit du logion IV et V dans lesquels Christos affirme : « La foi apporte la vérité. Mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison » et « La raison et le mysticisme permettent tous deux de comprendre Dieu, chacun d'eux se retrouvant dans chacun de nous. A vous de trouver votre chemin vers le Très Haut en vous inspirant de la raison d'Aristote et de mon mysticisme »

Nous sommes donc face à plusieurs éléments de nous même, de notre âme et de notre esprit : la foi, la raison, la compréhension, le savoir et le mysticisme. Aristote touche plus particulièrement notre esprit, car Dieu se révèle tout d'abord dans sa doctrine lumineuse et ses enseignements, doctrine qui annonçait de manière prophétique l'enseignement de la Lumière d’une façon tout autre mais non moins complémentaire par le prophète Christos.

Foi et Raison sont comme les deux facettes d'une même réalité, comme l’exprime le logion que nous venons de citer : « La foi apporte la vérité, mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison »... Une même réalité qui forme un ensemble éclairé par les prophéties divines transmises aux hommes par l’intermédiaire d’Aristote et Christos. La vérité de la Raison et la compréhension furent l’œuvre du philosophe grec ; elles furent le premier élément de cet universel sentiment que l’homme a retrouvé depuis la chute du paganisme : la Foi et la conscience de l’existence d’un seul et unique dieu : le Très-Haut.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.

Christos est messie, guide et miroir de la divinité.

Devant le spectacle impie qu’offrait l’humanité, Dieu décida, dans son infinie bonté et sagesse, qu’il était temps pour les hommes de voir arriver celui qui fut annoncé par Aristote, pour apporter le divin enseignement, incarnant par la même l’amitié vertueuse et le philanthropisme.

Christos aura la volonté d’aller enseigner à toutes les nations, de compléter l’ouvrage entamé par son illustre prédécesseur dans l’optique de l’établissement d’une Institution forte, morale et vertueuse, au service du Créateur duquel Il avait reçu la vérité divine.

Il affrontera sans relâche les tentatives perverses de la bête sans nom, il luttera par la foi, la sagesse et la non-violence contre ceux qui l’empêcheront de délivrer son message. Il finira enfin par s’offrir à l’humanité afin de monter à Dieu que l’homme peut atteindre l’amitié parfaite vertueuse et unitive jusqu'à se sacrifier pour les autres sans rien attendre en retour.

Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.

Christos est, comme nous l’avons expliqué précédemment, le message complémentaire du Très-Haut et indispensable à la compréhension de la foi aristotélicienne. Par Aristote, emblème de la Raison, les pauvres d'esprits apprendront la science, et par Christos, porteur de la Foi, les savants progresseront dans la sagesse et dans la piété. L'équilibre prophétique divin trouve là son fondement.

L'étude de la philosophie et de la théologie doit être développée dans cet esprit d'union, et les théologiens seront conscients que de la beauté et de la pureté de leur doctrine découlera l'image que les fidèles se feront de la beauté même de Dieu. Ainsi les Livres Saints de la Révélation de Christos et ceux de la Révélation du Logos écrits par Aristote devront être lus de concert et se complètent mutuellement.

Voilà pourquoi Christos nous indique le chemin du Paradis. Par sa doctrine, sa foi et son message, il compète sont prédécesseur dans une indispensable explication du mysticisme et de la foi. Il faut trouver le juste milieu entre les vertus et les péchés, entre les vertus elles-mêmes et entre la foi car il ne suffit pas d’être vertueux pour être aristotélicien, il faut aussi croire, il faut avoir la foi, il faut être persuadé par le message de Christos. C’est en cela que sa vie exemplaire est essentielle et c’est par ce qu’elle est exemplaire que celle-ci nous mène tout droit au Paradis solaire.

C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

« Lui, aimant jusqu'a la fin, Homme parfait pur de tout péché accepta ce sort avec humilité, afin de réparer par son sacrifice volontaire les péchés de tous les hommes passés, présents et futurs et pour établir à jamais l'amitié entre les hommes et avec Dieu. »

Christos fut condamné à la croix, comme plus tard beaucoup des premiers aristotéliciens. Mais ce qu’il y a d’admirable dans ce fait, c’est que Christos c’est offert lui-même à l’humanité pour réparer les fautes qu’elle avait commises au cour des siècles, fautes qui l’avait amenée à renier l’existence de Dieu. Par son sacrifice, Christos apporte le salut et prouve à Dieu que l’on peut offrir, jusqu’à son propre corps, sa propre vie, sans rien attendre en retour et pour le bénéfice des autres.

La volonté de Christos en se donnant aux hommes est que ceux-ci adhèrent à l’Eglise de Dieu, croient et fondent leurs existences sur les principes aristotéliciens, la foi, les enseignements prophétiques de la raison et du mysticisme, et enfin, qu’ils imitent sa propre vie pour le salut de leurs âmes et la plus grande gloire du Royaume de Dieu.

Pour que jamais nous n’oublions, Christos institua le sacrement de l’amitié que nous répétons à chaque office. Le pain et le vin, symbole du prophète offert à l’humanité, sont ainsi partagés à chaque célébration pour symboliser le partage et les liens qui lient ainsi les fidèles de l’Eglise, ce en sa propre mémoire et en celle du Très-Haut qui l’avait envoyé.

Je crois en l'Action Divine;

L’Action Divine se manifeste quotidiennement par la foi des fidèles aristotéliciens. La seule survivance de la Sainte Eglise à travers les premiers siècles de notre ère et jusqu’à nos jours en est la preuve la plus fondamentale. Persécutés, crucifiés, martyrisés, les premiers aristotéliciens n’en sont pourtant pas resté à une simple communauté numériquement faible. A travers l’espace et le temps, grâce à la Foi, vivifié par l’Action Divine, l’aristotélisme s’est développé malgré les contraintes et les vilenies que l’autorité en place infligeait aux premiers fidèles.

L’Action Divine, c’est l’espoir et la Foi, insufflée par Dieu aux hommes à travers l’Eglise qui canalise et centralise celle-ci pour la redistribuer à l’ensemble des fidèles, animant et inspirant cette volonté de se rapprocher toujours plus du divin à travers les sacrements donnés par la Sainte Institution de Dieu sur Terre elle-même.

L’Action divine, c’est la sève de l’arbre qui permet à celui-ci de grandir sans cesse, de porter feuilles et fruits…

En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;

La Sainte Eglise Aristotélicienne trouve ses racines à la fois en Terre Hellénique et en Terre Sainte. C’est l’union entre les deux enseignements des prophètes Aristote et Christos qui donna naissance à la Sainte Institution. Ils sont le fondement même de la parole divine et sans lesquels l’Eglise n’existerait pas.

Cependant, c’est à Christos que l’on doit la création institutionnelle de l’Eglise de Dieu. En effet, lors d’un repas il interpella Titus, l’un des ses apôtres préférés, et le chargea de l’aider à construire l’Eglise pour la plus grande gloire des Cieux. A ses autres disciples, il confia la lourde tâche de porter la bonne parole à travers l’empire romain qui pourchassait à cette époque tous ceux qui se revendiquaient de la philosophie aristotélicienne.

Aujourd’hui, les évêques sont les successeurs des apôtres de Christos, et le premier d’entre eux est le successeur de Titus, l’évêque de la Ville Eternelle, voilà pourquoi on la nomme « Romaine », c'est également pour cela qu'elle est apostolique.

En outre, Elle est « Sainte » car Institution de Dieu. Elle est « Une » car les fidèles ne forment qu’une seule et même famille dont le père est le Créateur Lui-même. Elle est donc « Indivisible » car « Une ». Dieu étant Un, la foi étant basée sur l’Amitié Unitive, tout schisme est donc considéré comme un reniement de l’Eglise primaire fondée par Christos, et un reniement d’une partie de la famille à laquelle on appartient, sinon de l’autorité ou de la légitime succession du premier représentant de Dieu sur terre.

Enfin, par son statut d’institution de Dieu par laquelle Il fait entendre sa voix, la Sainte et Immuable Eglise Aristotélicienne est seule qualifiée pour interpréter l'enseignement divin. Elle veillera ainsi en bon pasteur, comme le fut Christos, au maintien de l'unité de la Foi, de l'harmonie de la doctrine, et de la concorde entre les croyants.

En la communion des Saints;

Cette réplique est d’une importance majeure car elle symbolise l’union universelle de l’Eglise à travers le temps, l’univers visible et invisible. On nomme aussi « Communion des Saints » l’Amitié Aristotélicienne.

Lorsque l’on devient fidèle de la Sainte Eglise Aristotélicienne par le baptême, nous sommes invités à tendre vers le divin. Or, tendre vers le divin, c’est tendre vers l’état de sainteté, état que tout fidèle est invité à atteindre… Pour notre Sainte Mère l’Eglise, le fidèle est saint quand il a atteint le paradis solaire, gage d’une vie qui fut vertueuse, du moins, suffisamment pour que le Très-Haut ait accordé Sa confiance et le droit de vivre éternellement dans la Cité Céleste.

A côté des fidèles, devenu saints par leur accession au Paradis solaire, nous trouvons les Saints placer sur un piédestal par la Sainte Eglise. Ceux-ci sont ceux qui ont eut une vie plus vertueuse encore que la normale. Ils sont distingués car l’Eglise est certaine qu’ils ont atteint le Soleil sans entraves ni difficultés. Ils sont élevés en modèle de sanctification et intercèdent auprès du Tout-Puissant lorsque les fidèles d’ici bas leur adressent des prières.

Enfin, comme nous le spécifions au début de ce paragraphe, la communion des Saints ne se limite pas aux défunts, elle englobe ce que l’on nomme l’Eglise Militante et l’Eglise Triomphante. La première étant l’Eglise d’ici bas, la seconde étant l’Eglise des Cieux, toutes deux rassemblées en une seule et même Eglise pour la plus grande gloire de Dieu.

La Communion des Saints doit être, avant tout, une Communion de toutes les âmes en Celui qui est la vie, la Lumière et l'Amour.


En la rémission des péchés.

Un théologue* du Saint-Office, la congrégation qui à pour charge la conservation et l’analyse des écritures et des dogmes, faisait remarquer que les érudits des temps anciens et de nos jours affirmaient par calcul que la Lune était beaucoup plus petite que le Soleil, lui-même immensément plus grand que la Terre. Or, comme nous le savons, le Soleil est la terre d’accueil du Très-Haut pour les âmes des défunts.

Ainsi, nous pouvons donc en déduire, que Dieu, dans son infini sagesse et sa pleine omniscience savait que l’homme ne serait pas foncièrement mauvais, mais justement qu’il chercherait à se faire pardonner des fautes commises, puisqu’Il a prévu un lieu infiniment plus grand pour les âmes sauvées que pour les âmes damnées.

Avec l’Amour, le Pardon est sans doute le plus beau cadeau que le Seigneur peut nous donner après le don de la vie elle-même. Dieu, dans son infinie mansuétude, pardonne aux hommes leurs fautes, leurs péchés. Cependant, l’homme doit croire en cette rémission, en ce cadeau. Il doit entreprendre cette démarche dans l’optique sincère de se voir lavé du mal commis.

Et c’est par la confession que Dieu nous accorde son pardon. Lorsque l’on partage ses peines et ses regrets avec quelqu’un, un prêtre, on entreprend la démarche de se soulager d’un sentiment, d’un souvenir de culpabilité. « Le commencement des bonnes œuvres, c’est la confession des œuvres mauvaises. Tu fais la vérité et tu viens à la Lumière. »

Parfois, se sera dans la souffrance que l’on lavera ses péchés, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut la rechercher, car Dieu ne le veut pas ainsi. Si elle se présente, si on la subit, il faut la prendre comme une épreuve à surmonter grâce à la foi retrouvée en la rémission du péché, pour la rendre plus forte encore qu’avant. C’est la le but de la pénitence, renforcer la Foi à travers un sacrifice du corps et de l’esprit et recouvrer pleinement Dieu et la communion des Saints.

Croire en la rémission des péchés, c’est donc croire en l’infinie bonté du Très-Haut, en son amour infini, en son pardon gracieux et gratuit. La seule rétribution qu’il demande en retour, c’est de l’aimer !


En la Vie Eternelle.

La vie éternelle sera l’affaire de tout homme. Qui soit bon ou mauvais, après sa mort il sera confronté au jugement divin qui décidera si l’homme est condamné à l’enfer lunaire ou au paradis solaire pour l’éternité. Le premier est bien entendu un monde de souffrance et de malheurs que se partage les sept ange-démons symbolisant chacun un des grands péchés. Chaque homme jugé indigne du paradis solaire sera affecté à l’un d’eux selon le vice vers lequel il aura le plus tendu.

Le second est le monde de Dieu, le lieu de la Cité Céleste où sont rassemblé l’ensemble des fidèles de la Sainte Eglise qui ont mené une vie exemplaire, empreinte de vertu. On y retrouve Aristote, Christos, Oane, le premier d’entre les humains à avoir compris Dieu, les sept archanges et les myriades d’anges, les saints, nos frères et nos sœurs en l’Eglise…

Ceux qui sont dans la gloire du Ciel, auprès du Père universel et créateur, vive pour l’éternité à ses côtés dans la pleine béatitude et l’amour infini du Tout-Puissant. La vie éternelle au sein de l’Eglise Triomphante de la Cité Céleste est le point d’aboutissement de la Foi du fidèle aristotélicien.

*autre nom spécifique aux théologiens aristotéliciens.

IMPORTANCE DE CE TEXTE :
Le Credo est le texte fédérateur de notre Eglise, il est là pour faire grandir notre foi en notre coeur. Cette prière affirme notre foi et la crie au monde: il est le signe de notre union de croyants aristoteliciens.Il illustre aussi le dogme et le résume en quelques mots. Tout les aristoteliciens doivent le connaitre.
Cette prière est connue sous le nom de Credo (je crois, son premier mot en latin.) Cette supplication à l’appel à la Foi a été écrite par Olcovidus (107-139), poète romain, parmi les premiers aristotéliciens, du IIème siècle, martyr de la foi, mort en priant devant les lions qui allaient le dévorer, le Très Haut l'enleva à la souffrance par un infarctus.
Son but est d'affirmer les croyances et les vérités que nous affirmons en tant qu'aristotélicien. Elle est la prière de notre Union et fondamentale de notre Eglise et permet d’impliquer les fidèles dans les messes.
Ainsi les fidèles, en récitant cette prière affirmeront leur croyance en :
• Le Très Haut Tout Puissant qui nous aime et qui dans sa toute puissance nous permet de vivre en son royaume
• Aristote dont nous devons lire les saints écrits, les étudier, les comprendre car c’est en gagnant sa sagesse que nous atteindrons peut être la perfection à laquelle nous aspirons tous.
• Christos qui après avoir atteint la perfection et a rejoint le Très Haut et Aristote au soleil, au paradis. En effet le paradis se trouve dans le soleil et l’enfer correspondra à la lune :
« Alors, le Très Haut créa deux astres au-dessus du monde. L’un, rayonnant de lumière, fut appelé “soleil”. L’autre, luisant froidement, fût nommé “lune”. Dieu expliqua à Oane: “Que votre fidélité soit celle des enfants envers leurs parents ou je serais aussi sévère que les parents envers leurs enfants. Car, lorsque chacun de vous mourra, Je le jugerai, en fonction de la vie qu’il a menée. Le soleil inondera chaque jour le monde de sa lumière, par preuve d’amour pour Ma création. Ceux, parmi les tiens, que j’y enverrai, vivront une éternité de bonheur. Mais entre chaque jour, la lune prendra la relève. Et ceux qui, parmi les tiens, y seront jetés n’y connaitront plus que la tourmente.” » (Création - Partie VIII: La décision)
Le dogme Aristotélicien
Art 1: L’Eglise Aristotélicienne est l’institution spirituelle et universelle qui vise a aider tous les enfants du Très Haut à échapper à l’Enfer lunaire et à atteindre le Paradis solaire.
Art 2: L'Eglise Aristotélicienne est seule détentrice de la vérité divine et toute personne n’étant pas croyante "aristotélicien" est hétérodoxe et se voue donc d’elle-même à la damnation éternelle.
Art 3: Les hétérodoxies sont les croyances fausses qui contredisent le dogme Aristotélicien et induisent en erreur les enfants du Très Haut.
Art 4: Les hétérodoxies sont de quatre types: schisme, hérésie, paganisme et athéisme.
Art 5: Une hétérodoxie ne pourra être tolérée que selon le bon vouloir de la Curie, dans le cadre d'un concordat qui fixera les libertés accordées par cette tolérance.
Art 6: L’Eglise Aristotélicienne prend son nom du prophète Aristote, qui fut le premier à révéler la vérité divine.
Art 7: L'Eglise Aristotélicienne fut fondée par le messie Christos, le second et dernier prophète, qui a complété la première révélation Aristotélicienne.
Art 8: Il n’est pas d’autre prophète qu’Aristote et Christos et leur révélations cumulées donnent le message divin, parfait et immuable.
Art 9: Bien que surpassant les autres enfants de Dieu en gloire et en vertu, Aristote et Christos ne sont pas de nature divine mais humaine.
Art 10: L’intégralité du dogme Aristotélicien est regroupé dans le Livre des Vertus. (1)
Art 11: Les textes que contient le Livre des Vertus sont sacrés et la vérité du moindre de ses éléments ne peut être remis en cause, sous peine d’être hétérodoxe.
Art 12: Les Saints étant les défunts Aristotéliciens dont la vie fut exemplaire, tous les Aristotéliciens se doivent de les honorer et de s’inspirer d’eux dans leur propre vie spirituelle.
Art 13: Pour qu’une personne soit déclarée sainte, il faut qu’elle soit morte, qu’elle ait vécu en modèle de vertu, que son hagiographie ait été rédigée, et validée par la Curie puis par les fidèles.
Art 14: Une hagiographie étant un texte sacré, toute critique ou remise en cause de ceux-ci est un acte d'hétérodoxie.
Art 15: Tous les humains étant enfants du Très Haut Tout Puissant, aucune ségrégation basée sur d’autres critères que la foi, la vertu et le mérite ne doit avoir lieu au sein de l’Eglise Aristotélicienne.
(1) HRP: le livre n'est pas encore terminé, mais c'est la traduction qui ne l'est pas, de façon RP il existe bien déjà dans les archives secrète du vatican . Le dogme peut être complèté mais plus modifié.

Voici une série de question sur le sujet précédent:
I Quelles sont les trois figures reprises dans le Credo ?
II En quoi chacune d’elle est un pilier fondamental de notre foi aristotélicienne ?
III En quoi l’action de Christos est-elle complémentaire de celle d’Aristote ?
IV Pourquoi l’Eglise doit-elle être une et indivisible ?
V Que signifie croire en la vie éternelle ?
VI Que sont les hétérodoxies? Expliquez de façon simple les quatre hétérodoxies définies dans le dogme aristotélicien.
VII Pouvez-vous choisir une portion du Crédo qui fait le plus écho à votre pratique personnelle de la foi et motiver votre choix?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowena d'Orthez



Messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2012
Localisation (dans le jeu) : Orthez

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Sam 14 Jan - 16:57

Rowena rosit et sourit d'aise aux propos du prêtre, courbant néanmoins la tête et se morigénant pour cette bouffée d'orgueil. Ce n'était qu'à l'enseignement de Maître Abdul qu'elle devait ses bonnes réponses à cette leçon traitant de vertus. Ceci remis en place, elle se redressa pour saisir le parchemin de la nouvelle leçon et, ce faisant, vit le teint pâle et la mine défaite du Père Brennach. Elle eut la tentation de le questionner sur sa santé, mais il s'était déjà éloigné, prenant place près de l'âtre. Elle l'observa un instant qui s'installait péniblement, tisonnait un peu les braises, ajoutait une bûche, puis, respirant difficilement, s'adossait au montant de la cheminée et fermait les yeux. Priait-il ? Était-il simplement exténué ?

Avant que de revenir à son étude, Rowena pela une pomme, la découpa en tranches dans une assiette qu'elle déposa silencieusement au sol près du prêtre, avec un bol de lait.
Elle tâcha de chasser l'inquiétude de son esprit pour pouvoir se plonger dans la lecture attentive du parchemin.


Quand elle en eût terminé, les questions se bousculaient dans son esprit. Cette leçon s'avérait bien plus difficile que les précédentes et demandait bien plus de réflexion. Sans doute, avoir été éduquée par un Mahométan, qui disait qu'on ne pouvait faire aucune image de Le-Dieu ne facilitait pas les choses, cette fois-ci. Par exemple, la première question lui posait problème : trois figures ? Lisant le texte, elle pensait comprendre... Mais pouvait-on vraiment associer le mot « figure » à Deos ? Et selon lui, il y avait eu un troisième prophète...
Troublée, c'est donc d'une main hésitante qu'elle commença à rédiger ses réponses.


I Quelles sont les trois figures reprises dans le Credo ? 
Il s'agit sans doute de Deos, le Très-Haut et Tout-Puissant, du Prophète Aristote et du Messie Christos.

II En quoi chacune d’elle est un pilier fondamental de notre foi aristotélicienne ?
Deos est le Créateur de l'univers visible et invisible et c'est de Lui que nous recevons la vie. Il nous appartient de répondre à son Amour par une vie vertueuse en mettant en pratique les enseignements des Prophètes et en observant les dogmes et rituels fixés par l'Église.
Aristote enseigne que la Raison mène à la connaissance de Dieu et à la sagesse. Il fixa les règles essentielles qui régissent la vie des hommes dans la cité, qui forment le socle de notre éthique.
Christos est le fondateur de l'Église Aristotélicienne institutionnelle, qu'il créa avec l'aide de son disciple Titus. C'est à Lui que le monde doit la diffusion de la foi, car il délégua à ses autres disciples la charge de propager son message à toutes les nations. Son enseignement, complémentaire et indissociable de celui d'Aristote, est également à la base de l'éthique aristotélicienne.


III En quoi l’action de Christos est-elle complémentaire de celle d’Aristote ? 
Aristote nous conduit vers la compréhension de Dieu par la Raison : en effet, l'étude des lois de l'Univers mène à cette évidence : à l'origine de tout ce qui est observable, on trouve une seule et unique cause : un Dieu créateur, et un seul Dieu. Il nous enseigne aussi que la pratique des vertus peut seule conduire à la perfection et au bonheur.
Christos complète cet enseignement en nous ouvrant une autre voie vers Dieu : la Foi. Son message et l'exemple de sa vie parfaite sont un témoignage qui nous convainc que l'exercice de la vertu ne suffit point : encore faut-il être habité par l'intime conviction que Dieu est. Aussi cette approche mystique de la pratique religieuse est-elle indispensable au croyant, et se doit d'être menée conjointement à l'étude raisonnée des textes sacrés.

IV Pourquoi l'Église doit-elle être une et indivisible ?
Elle est Une parce que Indivisible ! Fondée sur les enseignements indissociables d'Aristote et de Christos, ses adeptes forment une famille dont le père est le Créateur ; puisqu'Il est Un, son Assemblée l'est aussi. Si elle était divisible, le chaos qui s'ensuivrait équivaudrait au retour au paganisme ou aux hérésies les plus folles, ce qui ne se peut point concevoir.

V Que signifie croire en la vie éternelle ?
Le verbe « croire » signifie que l'on a l'intime conviction de la réalité d'une chose. Croire en la vie éternelle, c'est être persuadé que la vie ne s'arrête pas à la cessation d'activité du corps physique au moment de la mort, mais perdure sous une autre forme, pour l'éternité. Cette éternité se déroulera pour certains, selon la vie, vertueuse ou non, qu'ils auront menée sur Terre, soit dans la béatitude du Paradis Solaire, soit dans les affres de l'Enfer Lunaire.

VI Que sont les hétérodoxies? Expliquez de façon simple les quatre hétérodoxies définies dans le dogme aristotélicien.
Les hétérodoxies sont des croyances qui contredisent la foi aristotélicienne, parmi lesquelles :
Le schisme, qui consiste à s'écarter du dogme ou des rituels définis par l'Église, sans pour autant s'écarter des enseignements fondateurs.
L'hérésie, qui consiste à propager des enseignements faux, ou à dénaturer les Révélations authentiques.
Le paganisme, qui consiste à vouer un culte à des dieux multiples, par conséquent de faux dieux.
L'athéisme, qui consiste à ne croire qu'en les manifestations observables de la matière et à rejeter tout idée de divinité créatrice.


VII Pouvez-vous choisir une portion du Crédo qui fait le plus écho à votre pratique personnelle de la foi et motiver votre choix ?
Le passage du Credo qui me touche le plus profondément et qui agit le plus activement dans ma vie personnelle est :
Je crois en l'Action Divine.
Je n'y suis pas toujours bien attentive, bien sûr, me laissant parfois submerger par des soucis fort terrestres. Mais je crois en Elle parce qu'il m'arrive fort souvent de La surprendre en train d'opérer. Tantôt dans le spectacle de la nature, parfois si sublime qu'on peut en tomber en extase tant l'harmonie et la beauté en sont admirables ; tantôt dans un mot prononcé comme par hasard, et qui tombe si fort à propos pour réconforter une âme blessée qu'il ne peut qu'avoir été soufflé par un ange ou par Dieu Lui-Même ; ou encore dans la tendre étreinte de deux amants ; dans le chant des oiseaux qui peut élever l'âme de celui qui les écoute ; dans des rencontres fortuites porteuses d'une future et solide amitié ; ou encore dans les innombrables et infimes prodiges qui évitent à celui-ci un accident, à celui-là une horrible déchéance, tous ces minuscules miracles qui peuvent passer inaperçus tellement ils se font discrets. L'Amour divin est infini, et infiniment délicat. En observer l'action est toujours pour moi source d'ineffable bonheur.


Rowena se relut, ajouta ci et là une correction, puis ralluma une chandelle. Le Père Brenach était toujours assoupi près de l'âtre, émetttant de temps à autre un soupir. Son visage était à présent lisse et serein, comme s'il visitait un songe heureux, mais sa respiration demeurait rauque.
Elle reposa sa plume puis, sortant quelques feuilles d'eucalyptus de la poche de simples qu'elle portait toujours avec elle, alla les déposer sur un nid de brases qu'elle sortit du foyer. Les effluves en libéreraient, en tout cas elle elle l'espérait, les voies respiratoires du saint homme.
Puis, en attendant le réveil de son pasteur, elle s'agenouilla sur le sol de pierre et leva les mains au ciel en une prière pour le retour de sa santé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Dim 15 Jan - 9:19

Le sommeil eut quelques effets bénéfiques sur le clerc. Il rêva d'une douce brise le libérant de son mal et se réveilla plus frais et serein qu'à l'accoutumée. Quand il ouvrit les yeux, les effluves du simple baignaient encore la pièce et il comprit qu'il devait ce bien-être à sa jeune élève. Il aperçut également et la pomme et le verre de lait qu'il engloutit avec délice en lisant la dernière copie produite par Rowena.

Cette leçon était plus difficile que les autres et volontairement placés en fin de pastorale, pour ne pas décourager les élèves et pour leur permettre d'assimiler graduellement les préceptes ded l'Eglise. Mais si la leçon était ardue, les réponses de Rowena furent limpides et exactes.


Encore une fois mon enfant, je n'ai rien à redire. J'aime particulièrement le passage du credo que tu as choisi et l'explication que tu en donnes. Pour ma part, je ne crois pas tant aux petits prodiges qu'au miracle de la Création.Croire à l'intervention divine au quotidien, c'est ouvrir la porte à la croyance qu'il est aussi responsable des morts, des malheurs, des épreuves. Je pense que l'Homme est souvent responsable des malheurs qui lui tombent dessus. Deos nous laisse libre d'aimer et d'être aimé, à nous d'user de son don. Voilà ce qu'est l'Action Divine à mon sens. Néanmoins,ta réponse n'en reste pas moins intéressante, disons qu'elle ouvre une discussion théologique, preuve que tu as bien assimilé les fondamentaux, au point d'entrer dans notre Eglise.

Il ne reste plus que la dernière leçon sur le baptême proprement dit. Mais il faudra aussi que tu répondes à ma question sur le choix de ton parrain et de ta marraine.


Il tendit à la jeune femme le dernier parchemin de la pastorale.

Citation :
I-5- Travail final de réflexions sur les engagements du baptisé

En conclusion de la pastorale que vous avez suivie pour vous préparer à ce grand moment de votre vie que sera votre baptême, vous allez trouver ci-dessous plusieurs textes faisant état de vos engagements en tant que baptisé. A partir de ce recueil de texte, vous répondrez aux questions qui se situent en dessous :

Lecture obligatoire pour le travail demandé :


Le sacrement du baptême :
Le sacrement du baptême est un moment important dans la vie de tout fidèle. Il marque une halte réflexive entre la vie qui s'est écoulée jusqu'à présent et celle qui s'annonce dans le futur. Par le baptême, le croyant marque une pause afin de réfléchir sur la vie, la vertu et l'amour de Dieu. Il vous faut donc dès maintenant prendre la mesure de l'importance de ce sacrement, car il est le pont entre la vie passée, c'est à dire, la vie hors de la communauté des enfants de Dieu, et la vie future, c'est à dire celle à l'intérieur de la grande famille aristotélicienne.

Par le baptême, le nouveau fidèle se met en quête de l'Amitié Aristotélicienne la plus parfaite, en s'exerçant aux vertus et en se tenant à l'écart des différents vices. Cette "Amitié Aristotélicienne", au sens large, est une communauté de vie. Par le baptême, chaque nouveau fidèle est introduit dans une union spirituelle puissante qui est un contact spirituel avec tous les autres baptisés. Le baptême introduit cet union entre les baptisés de tout acabits ainsi que la communion avec les Saints. Nous reviendrons sur l'Amitié Aristotélicienne dans un prochain vélin ainsi que sur les vices et vertus dans un vélin subséquent.
Sur une note plus pratique, il est à noter que le baptême, ou rite d'entrée dans la Saincte Église Aristotélicienne et Romaine, donne au nouveau croyant les prémisses de l'Amitié Aristotélicienne, une piste à suivre pour tendre vers Dieu et son Amour. Cette Amitié Aristotélicienne demande toutefois d'être développée par le contact avec Dieu, via la prière et les sacrements, mais aussi par l'exercice de la vertu dans les contacts avec les autres. Le baptême dote le croyant de deux familles, l'une divine, car il met en contact avec Dieu, et l'autre terrestre, car il met en contact avec la société humaine de la Saincte Église Aristotélicienne Romaine.

Le baptême, premier sacrement, permet l'accession aux autres sacrements, comme le mariage et l'ordination, permettant aussi d'occuper diverses fonctions au sein de l'Église, qu'elle soit laïques ou religieuses.


Extrait du Livre des vertus, Livre I La Création, Partie II: l'Amour :


“Tu as certes fait Tes créatures se nourrissant les unes des autres. Il leur faut chasser et tuer pour se nourrir. De même, il leur faut se battre pour défendre sa vie. Mais il n’y a pas de fort ni de faible. Personne ne rabaisse ni ne piétine les autres. Nous sommes tous unis dans la vie et nous sommes tous Tes humbles serviteurs. Car Tu es notre créateur.”
“C’est pour cela que Tu as donné des talents plus beaux les uns que les autres à toutes Tes créatures. Chacune d’elles a sa place dans Ta création. Son talent permet à chacune d’elles de la trouver. De ce fait, il n’y a pas de créature préférée de Toi, ô Très Haut. Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a créé alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste.”

“Nous sommes certes enchaînées à la matière, certes soumis à ses lois, mais notre but est de tendre vers Toi, l’Esprit Éternel et Parfait. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour.” Alors Dieu dit: “Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer tes semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes. »

Extrait du Livre des Vertus, Livre II La Vita de Christos , Partie XII :

Alors, le tribun ordonna au centurion de se saisir de Christos, et l’officier, à la mine féroce s’approcha de nous d’un pas lent. Je respirais au rythme de la cadence de ses pas, essayant de calmer mon cœur qui s’affolait. Lorsqu’il se trouva face à Christos, le Centurion le regarda dans les yeux, intensément et assez longuement. Lorsque soudain, il ôta son casque et s’agenouilla en embrassant la robe de notre messie.
" Maître, supplia t’il, à la plus grande surprise du Tribun, je voudrais vous suivre et faire partie de cette communauté de fidèles. Comment dois-je faire ? Je sais que je suis pêcheur et que j’ai servi un mauvais maître, mais je t’en prie dis-moi comment me faire pardonner ?! "
Alors Christos le releva et sous le regard médusé des romains, il prononça ces mots:
" Pêcheur, je te le dis, tu viens de faire la première chose que les fidèles devront faire ; se montrer humble et confesser leurs pêchés. Ainsi, si ton repentir et sincère, Dieu te pardonnera. "
Christos se tourna vers ses apôtres, et continua :
" Et vous, que les fautes commises par vos ouailles leurs soient pardonnées si elles viennent les confesser à vos oreilles, et qu’elles sont prêtes à en faire pénitence."
Alors, Christos s’approcha de la fontaine, et dit encore au Centurion :
" Par la grâce de l’éternel, je vais te laver de tes péchés, te ceignant d’eau, source de vie. "
Et Christos plongea ses mains jointes sous le jet de la fontaine. Il aspergea la figure du Centurion de cette eau en chuchotant ces paroles :
" Seigneur, daigne laver cet homme de ses pêché, et lui donner ainsi une nouvelle naissance parmi les croyants ! Au nom du Très Haut. Amen "

Lecture fortement conseillée pour le travail demandé :

[guide] Le petit guide du croyant aristotélicien : http://cistercien.forumactif.com/textes-de-references-f56/guide-le-petit-guide-du-croyant-aristotelicien-t760.htm

[guide] La famille Aristotélicienne : http://cistercien.forumactif.com/textes-de-references-f56/guide-la-famille-aristotelicienne-t759.htm

le baptème vu par le dogme : http://rome.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?p=114#114


Questions :

I. En quoi le sacrement du baptême marque t'il un tournant dans la vie du croyant ?
II Selon le premier texte, que vous apporte spirituellement et concrètement le baptême ?
III Qu'évoque pour vous l'Amitié Aristotélicienne ?
IV. Quelles sont les deux familles du croyant baptisé?
V. En vous basant sur le second texte, quel est le sens que vous donneriez à la Vie sur Terre?
VI. Selon le troisième texte que faut-il faire pour le pardon de nos péchés ? Comment croyez-vous qu'il faut agir lorsque l'un de nos ennemis personnels se fait baptiser? Il devient, au travers de la foy, notre frère, que faire?
VII Comment résumeriez vous les bases de notre foi à une jeune néophyte qui découvre notre religion et désire se faire baptiser ? (10 lignes min si vous comptez juste vous faire baptiser mais si vous vous destinez à une carrière religieuse l'explication doit être plus fouillée)

Une fois ce travail effectué, il vous reste à choisir un parrain et/ou une marraine pour vous accompagner dans votre entrée dans la communauté aristotélicienne, ainsi qu’à apprendre et retenir le serment du nouveau baptisé prestant allégeance à l’Eglise aristotélicienne :

Citation :
Serment d’allégeance à l’Eglise aristotélicienne
Je reconnais en Dieu le moteur du monde, la pensée suprême et la cause efficiente et finale du monde.
Je reconnais l’Eglise Aristotélicienne comme guide dans la connaissance de Dieu et je jure de lui rester fidèle, ainsi qu’à son autorité, seule représentante sur terre de l’Etre Divin.
J’accepte tout cela de ma propre volonté, pour le salut de mon âme en vue de ma résurrection près de Dieu dans la contemplation éternelle de Sa Beauté.Je désire que mon nom apparaisse comme baptisé et serviteur de Dieu Tout-Puissant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowena d'Orthez



Messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2012
Localisation (dans le jeu) : Orthez

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Lun 16 Jan - 13:57

Rowena se réjouit de voir au Père Brennach une mine plus détendue. La fumigation semblait l'avoir soulagé. Elle se tint en silence tandis qu'il lisait son devoir, priant encore pour sa guérison. Quand il prit la parole, elle écouta attentivement ses observations et reconnut son erreur.

En effet, dit-elle, évoquer ces petits miracles quotidiens tient un peu de la superstition. C'est simplement que je les ai souvent observés. Mais jamais je n'ai songé que les malheurs qui peuvent nous frapper nous étaient envoyés par Dieu ! Le malheur n'est que l'oeuvre des hommes, insouciants, avides ou cruels, éventuellement inspirés par la Créature Sans Nom... Elle réfléchit un instant, avant que de poursuivre : En effet, la Création est sans doute le miracle le plus admirable qu'il se puisse contempler, et...

Elle serait allée plus avant, mais le prêtre lui avait déjà tendu un nouveau parchemin avant que de retourner s'asseoir près du feu, et comme elle ne voulait pas prolonger sa fatigue, elle se mit aussitôt à la tâche, lisant attentivement le texte de l'examen puis cherchant dans les Livres Saincts des compléments d'information.

Tandis que le bon Père s'assoupissait à nouveau près de l'âtre, elle alluma une chandelle près de l'écritoire et commença à rédiger ses réponses :


I. En quoi le sacrement du baptême marque t-il un tournant dans la vie du croyant ?
Le Baptême est un pont, en quelque sorte, permettant au croyant de quitter la rive de sa vie passée pour rejoindre sur l'autre la grande fraternité aristotélicienne. C'est un moment privilégié de réflexion sur ce qu'il est, ce qu'il a été jusqu'à présent, et sur ce qu'il s'engage à devenir dans sa vie future, à savoir se mettre en quête de l'Amitié Aristotélicienne parfaite.

II Selon le premier texte, que vous apporte spirituellement et concrètement le baptême ?
Par le baptême, le croyant est introduit dans une union spirituelle avec tous les autres baptisés et la communion des Saints.
Plus concrètement, le baptême ouvre la voie à d'autres sacrements comme le mariage et l'ordination, et permet aussi d'occuper diverses fonctions, laïques ou religieuses, au sein de l'Église.

III Qu'évoque pour vous l'Amitié Aristotélicienne ?
L'Amitié Aristotélicienne est la vraie voie vers une vie communautaire harmonieuse, dans l'optique de la Cité Idéale rêvée par notre Prophète. Tout humain aspire au bonheur et la Saincte Amitié, qui apporte réconfort et joie, en est le plus sûr garant. Le baptisé plus que tout autre – puisqu'il a été instruit en ce sens et en a pris l'engagement - aura donc à coeur de faire rayonner les bienfaits des vertus dans ses contacts avec la société humaine, baptisée ou non, et s'efforcera parallèlement de renforcer et alimenter son âme à l'amour de Dieu, par la prière et les sacrements.

IV. Quelles sont les deux familles du croyant baptisé ?
L'une d'elles est divine, car il est entré en communion mystique avec Dieu, la communion des Saints et l'ensemble des baptisés.
L'autre est terrestre, car il est en contact avec la société humaine de la Saincte Église Aristotélicienne Romaine.


V. En vous basant sur le second texte, quel est le sens que vous donneriez à la Vie sur Terre ?
Avec la vie, Dieu a pourvu chacune de ses créatures d'un talent spécifique qui lui permet de trouver sa place dans la Création. Le talent spécifique de l'Humain est de pouvoir comprendre que la vie qui lui a été donnée a jailli d'un acte d'amour divin, auquel il se doit répondre en retour par l'amour. Tel est donc le sens de la vie : l'Amour.

VI. Selon le troisième texte que faut-il faire pour le pardon de nos péchés ? Comment croyez-vous qu'il faut agir lorsque l'un de nos ennemis personnels se fait baptiser? Il devient, au travers de la foy, notre frère, que faire ?
Un pécheur, s'il prend conscience d'avoir fauté envers Dieu ou envers l'un de ses frères (ce qui est équivalent) pourra en obtenir le pardon en s'en confessant avec sincérité et repentir auprès d'un prêtre.
S'il advenait qu'un ennemi mien se fît baptiser, c'est qu'il aurait accompli, comme je le fais en ce moment, tout ce cheminement de réflexion sur soi, d'étude des Livres Saincts, de méditation sur l'Amour Divin. Je doute qu'il pût ne s'y livrer que par pure idée de distraction. Partant donc de l'idée qu'il eût été nécessairement sincère dans sa démarche, c'est donc qu'il se serait repenti du tort qu'il m'aurait fait, qu'il me l'eût ou non avoué personnellement. Si tel est le cas, sa faute aurait été par Deos pardonnée. Qui suis-je pour remettre en question tel jugement ? Qui plus est, il serait entré par le baptême, comme j'aspire à le faire, au sein de l'Amitié Aristotélicienne. Il est donc devenu, absolument, mon frère. Que faire alors ? Simplement louer nos Prophètes pour l'avoir sans doute éclairé, et louer Deos pour sa miséricorde. Et l'embrasser avec joie s'il m'arrive de le rencontrer.


VII Comment résumeriez vous les bases de notre foi à une jeune néophyte qui découvre notre religion et désire se faire baptiser ?
Vois-tu, Tancrède, lui dirais-je, la Vérité est Une. Tu t'interroges sur le sens de la vie, et tes premiers pas vers nous induisent que tu es en recherche du Divin. Or, tout comme la Vérité est Une, le Divin est Un. Comment supposer, partant de là, que cette pierre que tu vois là, cet arbre, ce marchand qui hèle les passants, pourraient être hors du Un ? Aristote, notre Maître, nous enseigne qu'à l'origine de toute chose, l'on retrouve ce Un, cause première et but ultime de tout, car tout retourne à son terme à l'Un, ne s'en étant temporairement écarté que pour expérimenter la vie qu'il nous a donnée. Or, vois-tu, ce que notre Fraternité tend à démontrer par sa pratique, c'est que l'humanité aussi est Une, tout pareillement, et se peut fondre en un seul corps dans l'Amitié Aristotélicienne, par le baptême. Tu t'interroges sur tes faiblesses, tu ne te sens pas l'âme d'un moine... Moi je te dis, qu'elles soient bénies, tes faiblesses, qui te mettent hors du danger du péché d'orgueil ! Car Deos seul est Saint !
Sur quoi je le prendrais par l'épaule et le guiderais jusqu'à la taverne la plus proche et dépenserais mes derniers écus à payer des tournées générales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Mar 17 Jan - 15:27

Brennach sourit largement à la lecture de la dernière phrase du texte de Rowena. Il avait la même conception du prêche en taverne!

Que voilà une belle copie et des réponses très intéressantes en tout point. Celle sur le pardon accordé à son ennemi est celle que j'apprécie le plus même si ce n'est pas toujours facile. Deux frères baptisés et ennemis, cela peut exister hélas et l'acceptation de l'amitié aristotélicienne ou la volonté de se faire baptiser ne va pas toujours de pair avec l'abandon de ces anciennes rancunes. Pourtant, tel est l'esprit du baptême et il est juste et bon que ton esprit en ait si bien cerné la quintessence.

L'eau purificatrice du baptême appelle à une seconde naissance, une renaissance dans la Foi. Tu parles d'un pont, j'aime aussi l'image car il est vrai que nous n'abandonnons pas tant notre ancienne vie que les fardeaux qu'elle contenait.

Enfin, n'hésite pas à me contredire surtout ou à préciser ta pensée car ta prose a mis mon esprit théologique en appétit.

Mais avant de discourir théologie, revenons en à des détails plus prosaïques. J'ai cru comprendre que tu désirais que je sois ton parrain. Cela se peut et j'en serai honoré mais il serait bon toutefois que tu es une marraine en sus, pour te soutenir. Si tu hésites du fait de manque de connaissance, le registre de la paroisse peut t'aider à trouver des noms. Corenn est femme de bien est baptisé. Novi l'est également mais jouerait un rôle de marraine quelque peu déplacé!

J'avais une autre demande également. Pour soigner mon mal et nourrir mon esprit de textes théologiques, je vais entreprendre un voyage à travers le royaume de France, et me rendre de bibliothèque en bibliothèque pour parfaire mes connaissances. Durant ce temps, la paroisse sera laissée sans clerc. Avant de partir, j'aimerais trouver une personne qui puisse assurer l'office Des Parendo. Je pense qu'une fois baptisée, tu aurais toutes les qualités requises pour devenir diaconesse, si telle était ton désir. Je t'informe tout de suite que cela n'empêche nullement ton union avec le Sieur Jansen puisque le diacre est laïc, mais encore faut-il que tu en es l'envie. Comme cela à brûle pourpoint, quel est ton sentiment?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowena d'Orthez



Messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2012
Localisation (dans le jeu) : Orthez

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Mar 17 Jan - 20:09

DIACONESSE, moi ? s'écria-t-elle tout d'abord, regardant le prêtre comme s'il avait perdu la raison.

Bouleversée par ce qu'elle venait d'entendre, Rowena secoua la tête. Elle ? Si néophyte encore, si faible en sa chair et en son âme, si sujette aux tourments, comment le Père Brennach, qui la connaissait si bien, pouvait-il lui proposer telle responsabilité ? Elle leva les yeux vers lui :

Je crains hélas de n'en être guère capable, Messire, lui dit-elle. Je n'en suis qu'à mes premiers pas dans l'Aristotélisme, et n'oubliez pas que je fus éduquée par un Mahométan ! Qui sait si le savoir que je viens d'acquérir ne sera point entaché de quelque croyance contraire à la foi Aristotélicienne, qui me serait restée en l'esprit malgré moi, que je risquerais de délivrer tout aussi malgré moi, croyant bien faire, aux brebis de la Très Saincte Église Aristotélicienne ? Dévouée à elle, je le suis, assurément. Avide de hâter l'avènement de la Cité Idéale, le suis également, par la transmission de cet idéal qu'est l'Amitié Aristotélicienne et lui vouer mon âme absolument. Mais suis-je suffisamment au fait des dogmes et rituels ? Je crains fort de ne l'être point encore assez. Peut-être me faudrait-il une formation complémentaire ?

Son regard anxieux scrutait celui du clerc, qui demeurait amène, mais cependant indéchiffrable. Il fut alors pris d'une nouvelle quinte de toux et elle ajouta sitôt quelques feuilles d'eucalyptus sur la braise.
Dès qu'il se fut apaisé, elle reprit :


Croyez-vous réellement que je pusse être même de guider le peuple de Deos ? Elle ne croyait même pas elle-même les mots qu'elle prononçait à l'instant. Elle secoua la tête, comme pour en chasser des pensées néfastes. Cependant... elle resta un moment pensive. Cependant, puisque vous m'en faites la demande, je ne saurais vous faire front. Dites-moi simplement, au vu et su de ce que je viens de vous avouer, ce qu'il conviendrait que je fasse et quelle serait ma charge.

Le prêtre restait silencieux, la laissant se débattre dans les contradictions qu'elle venait d'exposer. Oui, elle était aristotélicienne, oui, elle se voulait vouer au rayonnement de sa Sainte Amitié, oui elle ne reconnaissait pour Dieu que Deos l'Unique, mais elle était si jeune ! Possédait-elle la connaissance nécessaire pour se prétendre guide d'une assemblée ? Elle frémissait à cette idée, à l'idée qu'elle pût méconduire les croyants qui l'écouteraient.

Le prêtre continuait à lui rendre un regard énigmatique, persistant dans son mutisme. Soit. C'était donc à elle seule qu'incombait son engagement.


J'y réfléchirai, finit-elle par lui dire. J'y réfléchirai. Mais veuillez seulement me préciser quelles seraient mes obligations et charges.

Ceci posé, elle prit une profonde inspiration et revint au plus concret, l'oeil brillant :
Ainsi, dit-elle, rien ne s'opposerait à ce que vous fussiez mon parrain ? Elle regarda le prêtre avec reconnaissance. Quelle joie ce serait pour moi, vous qui m'avez si bien conduite et aidée. Le parrain est un père spirituel, n'est-ce pas ? Si ce n'eût été vous, c'eût dû être Maître Abdul, mais étant mahométan ; je doute qu'il eût été reconnu par l'Église comme apte à ce sacrement. Or, à part lui, de Maître spirituel, je n'eus que vous. S'il me faut une marraine, j'avais tout comme vous songé à Corenn, qui m'a accueilli si fraternellement à mon arrivée. Et à Novi pour parrain, si toutefois vous n'eussiez point été en mesure de répondre à ma requête.

Le prêtre s'était à nouveau adossé à la cheminée, mais nulle somnolence ne semblait plus l'assaillir. Il écoutait Rowena avec, semblait-il, attention et un brin d'humour, laquelle en retour attendait sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Mer 18 Jan - 22:43

Brennach prit un temps de réflexion avant de répondre. La jeune femme ne pouvait deviner les pensées qui se trouvaient derrière le sourire amusé qui s'affichait sur le visage du prêtre quand celui-ci n'était pas rattrapé par la maladie.

Mon enfant, votre réaction est bien celle que j'attendais. Et sachez qu'à mon sens, il n'est de plus belles manifestations de foi que le doute sur sa vertu. A condition par contre de ne pas se laisser dévorer par ce doute mais d'en faire une force motrice qui pousse sur les chemins de l'amour voulu par Deos.

Si je suis de plus d'une décade votre ainé, je n'en suis pas moins clerc que depuis peu de temps, un an et demi environ. Tant de choses se sont déroulées depuis. Mais ma position était la vôtre à l'époque et cela explique mon sourire. Je me retrouve en vous d'une certaine manière.

Sachez chère Rowena qu'il n'est aucun passé qui ne vous interdise la voie que je vous propose,de servir l'Eglise. Christos baptisa le Centurion se repentant comme vous venez juste de l'étudier, et ce avant même ces disciples. L'important est le désir sincère de servir l'Eglise et vous en témoignez. Maintenant, sur votre tâche concrète, il s'agira essentiellement de mener l'office Res Parendo en Halle et de répondre aux questions des Fidèles au presbytère. Il va de soi que vous pourrez loger là-bas si vous le désirez. Mais vous préfèrerez certainement garder votre demeure et vos habitudes. En cela,aucun problème.

Il faudra aussi s'occuper du cimetière et des tombes. Mais avant toute chose, si vous acceptez l'idée, il faudra rencontrer Monseigneur Torcal. Vous pourrez lui faire part de vos doutes et de vos foi. Je serai évident présent lors de l'entrevue sauf si vous préférez être seule avec lui. Quant à votre formation, sachez que le conseil diocésain vient en aide à tous les clercs qui ont besoin d'un conseil ou d'une aide au quotidien et je serai à vos côtés comme mon mentor fut à mes côtés. Je prendrai des nouvelles par missive et répondrai à chacune des vôtres. Enfin, la meilleure formation reste encore la pratique, mais vous pourrez suivre un séminaire de formation théologique à Saint-Benoit. C'est un endroit propice à la médidation. Vous adorerez certainement.

Pour revenir sur votre baptême, je serai honoré comme je vous l'ai dit d'être votre parrain. En outre, j'ai une bonne nouvelle. Nous aurons la chorale des enfants sur Orthez au moment de votre cérémonie. Ainsi,les chants de votre baptême seront particulièrement inspirés. Je propose donc d'attendre leur arrivée avant d'entamer la cérémonie. Mais cela n'empêche pas d'aller voir Monseigneur Torcal si votre hésitation devient désir quant à devenir diaconesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowena d'Orthez



Messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2012
Localisation (dans le jeu) : Orthez

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Jeu 19 Jan - 14:28

Les yeux de Rowena s'illuminèrent d'une joie enfantine aux dernières paroles du prêtre et ce n'est que de justesse qu'elle se retint de l'embrasser. La stupéfaction de s'entendre proposer la charge de diaconesse avait sur le moment recouvert l'information essentielle qu'il lui avait déjà donnée : ainsi il lui était loisible d'être son parrain, et il l'acceptait ! La joie qui gonflait le coeur de la jeune femme accéléra son pouls et lui teinta les joues d'écarlate. De plus, lui annonçait-il, une chorale d'enfants dont les voix pures résonneraient sous les voûtes de l'église tandis qu'elle prononcerait son serment, conférerait à la cérémonie une athmosphère de spiritualité qui déjà lui faisait monter les larmes aux yeux.

Vous avez fort raison, dit-elle à son futur parrain. Nulle haste n'est nécessaire, mon engagement estant déjà noué, et nous pouvons attendre la venue de ces enfançons dont les claires voix sauront bien mieux que tout autre célébrer la divine harmonie. Qui plus est, il n'est pas impossible que cela donne à Jansen le temps de régler ces affaires siennes et d'être présent lui aussi. Je n'ai qu'un souci : un pigeon m'informa, juste avant que je ne vienne ici entamer ma pastorale, que Maître Abdul était souffrant, retenu par son mal en le castel de Montalban, Jansen ayant dû l'y abandonner aux soins des médicastres attachés au Comte. Ce délai me laisserait peut-être le temps de le visiter, Montalban n'est pas si éloignée. Si Dieu voulait que sa santé se fût améliorée et que je pusse revenir avec lui à temps pour la cérémonie, sa présence dans une église aristotélicienne lui serait-elle permise ? Après tout, si quelque vertu a pu germer en moi, c'est à sa bienveillance que je la dois. Mais si un interdit absolu s'y opposait, je m'y soumettrai, bien entendu. J'espère seulement que la santé lui revienne... elle leva les yeux vers le prêtre et ajouta dans un sourire inquiet : ainsi que la vôtre, et au plus tôt, plût à Déos !
Réflexion qui la ramena avec quelque anxiété à l'idée du diaconat.
Ainsi donc, vous allez nous quitter, reprit-elle. Ce n'était pas une question, juste un constat. Vous allez nous manquer, bien sûr, et à moi assurément (en un réflexe affectueux, elle prit entre ses mains celles du prêtre, les portant à ses lèvres pour y déposer un baiser), mais si vostre santé et vostre spirituel cheminement en dépendent, que béni soit ce voyage vostre et que les Saincts-Anges vous gardent sous leur protection.
Puis elle rougit de son audace et libéra les mains du sainct homme.
Mais revenons-en à votre demande. Elle prit un petit temps de réflexion avant que de poursuivre : Certes, j'ai bien compris que ce vostre souci est que la paroisse pût estre délaissée après vostre départ. J'entends aussi que vous me jugez apte, sinon digne, de mener les prières et offices en vostre absence. La totale confiance que je vous porte me conduit à penser que vous ne sauriez vous méprendre quant à ma capacité à assumer cette charge, quels que soient les doutes que j'entretiens à ce sujet. Mais dès l'instant où vous ne m'abandonnez pas à mon sort, que nous restons en contact par pigeons et que je puis toujours m'en référer à vostre conseil, que je puis accéder par surcroît à une nécessaire formation, alors soit, j'accepte, comptant sur l'inspiration de nos prophètes.
Allons donc céans prendre rendez-vous avec Monseigneur Torcal.
Encourager, servir et alimenter l'Amitié Aristotélicienne est, dans la mesure de mes faiblesses, mon plus cher désir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: cellule Saint-Georges: pastorale de Gwen_de_bulete (terminée, baptême à faire)   Mar 13 Mar - 21:33

Après s'en être entretenu avec Soeur Caerellyn, le père Brennach avait accepté de prendre en charge la pastorale de son amie Gwen, Fidèle de la ville de Tarbes. Il n'aurait accepté une telle demande si la clerc n'avait elle même accepté la requête. Il était néanmoins très heureux qu'elle eut accepté car plus il apprenait à connaître Gwen, plus il l'appréciait.

Ainsi cheminait les pensées du curé d'Orthez tandis qu'il préparait la cellule de méditation en vue des études de la future baptisée. Il nettoya l'écritoire, affûta les plumes, refit les réserves d'encre, s'assura que la réserve d'eau et de fruits fut suffisante, les études cela creuse et alla quérir du bois dans la réserve, afin que s'ils en ressentaient le besoin ils puissent allumer un feu.

Tout était désormais prêt pour accueillir la Tarbaise. Ne manquait plus qu'elle vinsse étudier à Orthez...


Dernière édition par Brennach le Dim 15 Avr - 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwen_de_bulete



Messages : 13
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Jeu 15 Mar - 22:39

Elle avait été si heureuse qu'un homme comme Brennach l'accepte à ses côtés pour qu'elle puisse faire son propre cheminement aristotélicien. Elle avait donc pris le chemin avec la paroisse avec quelques idées en tête qui feraient à défaut de rire au moins sourire le prêtre.

Mon bon pére Brennach,mes hommages
Mon retard ne crée-t-il pas dommages?
Dans ce cas recevez mes plates excuses
Mais en forêt, je cherchais mes muses
Histoire de ne point venir la langue sèche
D'inspiration,moi vit une petite flammèche
mais j'suis allée quérir quelques buches
pour en faire grand feu sans fanfreluche
Pour en faire un grand feu d'esprit bouillonnant
Qui nous laissera coi, au soir tombant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Ven 16 Mar - 6:47

Le prête commençait à se demander si Gwen n'avait pas finalement renoncé à son projet quand elle passa le cadre de la porte. Elle le salua de bien poétique façon, ce qui eut l'heur de faire sourire le prêtre.

Bien le bonjour mon enfant,
Voilà des hommages charmants.
Et Aucun retard n'est fautif
Baptême n'est jamais tardif.

Pour le reste, vous serez bien installée
En tout confort pour étudier.

Nous commencerons donc maintenant
Par la question toujours revenant:

Pourquoi choisir le baptême?


Dernière édition par Brennach le Sam 17 Mar - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwen_de_bulete



Messages : 13
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Sam 17 Mar - 21:06

Bulete esquissa un sourire, elle aurait le plaisir d'entendre encore quelques vers à défaut de quelques verres avec le père Brennach.

Pourquoi je veux être baptisée?
L'expliquer n'est pas chose aisée...
J'ai longuement muri ma réflexion
Et puis tombe une grande occasion

Une rencontre au détour d'un parti
Qui me donne encore l'envie...
l'envie de croire à un meilleur monde
Et puis née en moi une idée féconde

Celle de remercier pour cette rencont'
Celle de rentrer dans votre mond'
Je veux devenir encore meilleure
Je pense qu'il est juste l'heure

L'heure de me faire plus humble
L'heure 'avoir une vie plus simple
L'heure de rencontrer le Très haut
L'heure de renoncer au chaos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennach
Curé
Curé
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 28/01/2010
Localisation (dans le jeu) : Mauléon

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Jeu 22 Mar - 21:42

[HRP: tout d'abord, désolé pour le délai. Je promets que d'habitude, cela ne prend pas aussi longtemps, mais là j'ai eu des problèmes d'ordi et ensuite avec l'histoire qui est arrivé à ma marionnette. Mais trève d'excuse, maintenant, cela suivra ton rythme et tu sauras baptiser en moins de temps qu'il n'en faudra à l'inquisition pour dire bûcher :p]

La réponse de Gwen était fort joliment tournée et Brennach l'apprécia en connaisseur. Sur le fond, il fut touché par l'humilité dont faisait preuve la tarbaise et par le rôle qu'elle semblait lui prêter dans sa démarche. Il avait toujours chercher à convertir par l'humour, la simplicité et l'amitié. Le choix de Gwen témoignait que sa méthode pouvait fonctionner.

Merci pour ces quatrains,
Deos bénisse ton chemin.

Voici le temps venu
D'étudier toutes les vertus,

Je te donne vélin,
prends ton temps, profites en bien.

Je suis tout prêt de toi
Pour tout besoin, n'hésite pas.


Citation :
Les différences avec la religion IRL

Il vous est demandé de lire attentivement cette présentation rapide du dogme et le petit texte qui la complète, afin de comprendre dans un premier temps en quoi la religion aristotélicienne n’est pas la religion catholique, comme nombre de Fidèles ont tendance à le croire. Cette première leçon sert à vous départir d’une partie de vos préjugés sur la religion des Royaumes, de ce que vous croyez connaître sur elle.

Vous répondrez ensuite aux 7 questions en fin de textes, elles ne sont pas difficiles, mais il est important pour nous de vérifier que le travail de lecture est correctement effectué. Si vous avez des questions sur le texte, n'hésitez pas à les poser. Répondez en faisant des phrases et en usant de vos propres mots, pas en se contentant de citations extraites du texte.

Trois définitions utiles pour jouer aux Royaumes Renaissants :

* IG = In Game. C'est une expression anglaise qui veut dire "dans le jeu". Tout ce qui est IG est ce qui se passe dans le jeu "Royaumes Renaissants" lui-même, par opposition au RP, qui se passe sur son forum.

* RP = Role Play. C'est une expression anglaise qui veut dire "jeu de rôle". Lorsque vous jouez aux Royaumes Renaissants, votre personnage devient votre alter-ego médiéval. En d'autres termes, vous vous inventez une autre vie, dans une autre époque (1458), avec un autre caractère et une autre mentalité. Vous pouvez très bien jouer un méchant en étant gentil, un religieux en étant athée, une femme en étant un homme... C'est la différence entre le RP et l'IRL. Dans les RRs, le RP se fait sur le forum.

* IRL = In Real Life. C'est une expression anglaise qui veut dire "dans la vie réelle". À vous de bien distinguer le RP et l'IRL, la vie virtuelle de votre personnage et votre vie réelle.
Un exemple pour mieux comprendre : vous pouvez fort bien ne pas aller à la messe dans votre vie IRL, mais cela nous est indifférent pour le jeu. Vous pouvez aller à la messe IG, c’est-à-dire que vous cliquez sur le bouton «Aller à la messe» une fois que vous êtes dans le menu «Église», mais cela ne signifie pas pour autant que vous aurez été à la messe RP, sur le forum officiel des Royaumes Renaissants.

Petit Lexique du Dogme :

La religion Aristotélicienne : La religion Aristotélicienne est une religion monothéiste initiée par deux prophètes : Aristote et Christos.

Les 2 Prophètes : Aristote est le premier prophète que Dieu a envoyé à l'humanité pour la ramener vers la foi par la raison. Il prédit la naissance de Christos. Christos est le fondateur de l'Église, c'est le second prophète. Il est mort sur la croix pour Dieu. Ce sont tous deux des humains comme vous et moi, nés de parents humains.

Le Livre des Vertus : Le livre directeur de l'aristotélisme est le Livre des Vertus. Il contient les textes sacrés de la religion et présente notamment la genèse du monde et la vie des prophètes. L’un des personnages principaux du premier tome du livre des Vertus sur la Genèse du Monde est Oane qui donna son nom à la première cité : Oanylone.

L’amour de Dieu pour les Hommes : Dieu aime les humains et leur laisse le libre arbitre. Au départ, tous les animaux avaient la parole et étaient capables de penser, mais les humains furent choisis pour être l'espèce préférée de Dieu car ils avaient compris quel sens Dieu a donné à la vie : l'amour.

La Créature Sans Nom : La Créature Sans Nom a été réprouvée par Dieu. Elle est l'incarnation de la tentation. Elle n'a pas de pouvoir sur nous, sauf si nous l'écoutons. Elle ne fait que nous dire ce que nous voulons entendre, afin de nous détourner de Dieu.

Les Princes Démons et les Archanges : Sept démons règnent sur les Enfers (la Lune) et punissent les pécheurs. Ils étaient des humains pervertis et ont été corrompus par la Créature Sans Nom. Chacun représente un péché et à chacun s'oppose un Archange dédié à une vertu. Sept Archanges veillent sur le Paradis (Le Soleil) et reçoivent les Vertueux. Parmi ces derniers, il existe également de nombreux Saints Aristotéliciens qui ont été reconnus par l’Eglise pour leurs mérites et qui sont recensés comme tels dans ses registres.

L'Amitié Aristotélicienne : Au sens large, l’amitié aristotélicienne, c’est une communauté de vie: Par le Baptême chaque baptisé serait introduit à une union spirituelle en puissance, un contact spirituel avec tous les autres baptisés.

Le Credo : Le crédo est le texte fédérateur de notre Eglise, il est là pour faire grandir notre foi en notre coeur. Cette prière affirme notre foi et la crie aumonde: il est le signe de notre union de croyants aristotéliciens. Il illustre aussi le dogme et le résume en quelques mots. Tous les aristotéliciens doivent le connaître. Le fait de réciter son crédo est un acte qui assure au Très-Haut que vous vous maintenez avec force sur le chemin de la vertu. Ce crédo doit être reconnu en préalable au baptême, est primordial pour toutes les cérémonies.

Extrait des mémoires d'un curé de campagne

Il y a bien longtemps, je venais de dire ma messe dominicale, quand une foule, un peu bruyante pour ce lieu sacré, jeta au pied de l'autel un être aux yeux hagards et à la vêture des plus fantaisiste.

Mes villageois parlaient tous en même temps, mais, je finis par comprendre que, s'ils m'avaient amené cet étranger, c'est que pour eux il était possédé. Il disait que c'était sa première connexion depuis son ordinateur et qu'il cherchait la Faq ou au moins un guide pour l'aider à démarrer.

M'approchant du pauvre hère, je me rendis immédiatement compte que c'était la première fois qu'il voyait un prêtre aristotélicien, ou du moins qu'il n'avait pas une bonne opinion d'eux.

- Bonjour mon enfant, je suis, Neajdlaf, le curé de ce village. Comment vous nomme-t-on ?

- L'on me nomme Newbie, contrairement à mon apparence je suis un elfe magicien, à la recherche de l'anneau des anciens.

Un villageois m'interpela :

- Vous voyez bien mon père, il faut appeler l'Inquisition, ou les exorcistes, il est possédé que je vous dis.

- Du calme, mon fils, l'Inquisition a d'autres chats à fouetter, son but est de lutter contre les hérétiques reconnus et non pour brûler celui qui se perd un peu. Je sais que certains annoncent à l'enfant qui ne mange pas ses légumes que la méchante Inquisition va venir les brûler mais ce n'est pas son but ici. Quant aux exorcistes, attendons de voir ce qu'il en est de notre ami.

Le vagabond, l'air toujours aussi perdu, cria:

- Bon alors on m'explique ? Et qui peut me donner un peu de sa confiance ?

-Chaque chose en son temps mon fils. Pour vous prendre pour un elfe magicien vous devez réellement avoir eu un gros coup sur la tête. Alors écoutez l'histoire de nos royaumes. "A l'origine du monde il n'y avait que Dieu immobile et plein d'amour, il a défini l'univers et accompli une série de miracles pour arriver à la création des animaux, des plantes et des humains. Donc soit vous êtes une plante, soit un animal, soit un humain.

Ensuite Dieu n'a laissé la parole qu'aux humains et à une créature sans nom qui tente de pervertir l'humanité. Donc comme vous ne pouvez être cette créature qui n'a que la forme des ombres, vous ne pouvez être qu'humain.

-Ah oui, je vois mais, si je le veux, je peux être magicien quand même ? rétorqua l'étranger.

-Vous pouvez utiliser des tours pour divertir les foules mais aucun humain n'a de magie en lui. Certes, certains élus semblent bien avoir réalisé des choses prodigieuses, mais c'est grâce à leur foi en Dieu et non à une quelconque magie païenne.

- Bon admettons, mais Moïse ? Il a bien fait de la magie, non ? Hein ! Là je vous tiens non ?

- Je ne connais pas ce Moïse, j'ai bien lu des textes le concernant mais c'était des textes pour distraire les anciens, comme l'histoire de Noé et autres textes anciens qui circulent parfois.

- Bien ils sont dans la Bible non ?

- Pas dans celle de l'Eglise officielle des royaumes en tout cas. Je vais vous raconter notre histoire en quelques mots : "Dieu créa l'univers. Dans l'univers, Il créa le monde. Et Il peupla le monde de diverses espèces de créatures. Mais chaque espèce se croyait la préférée de Dieu, sauf l'espèce humaine, car elle connaissait le sens de la vie: l'amour. Dieu récompensa alors les humains en les nommant "Ses enfants". Mais les enfants de Dieu s'abandonnèrent au péché, encouragés par une des créatures ainsi rejetées par Dieu, a qui Il ne donna pas de nom. Dieu punit donc Ses enfants en détruisant leur cité, et ils s'éparpillèrent. N'ayant pas compris la punition, ils s'inventèrent des dieux multiples. Alors, Dieu, pour rappeler aux humains le sens de la vie, confia Son message à Aristote. Et ce message trouva sa perfection avec Christos (parfois nommé Jiésu Christos). "

Le vagabond demanda alors s'il devait oublier tout ce qu'il connaissait.

Je tentai donc de lui répondre : "- Si ce que vous croyez connaître n'est pas directement lié à l'histoire des Royaumes et que vous désirez intégrer notre vérité historique, il y a sans doute beaucoup de chose à oublier oui.

Le plus simple est parfois de tout oublier et de remettre à jour ses connaissances par des textes validés du royaume. N'oubliez pas que vous n'êtes qu'un vagabond encore il faudra du temps pour vous instruire et devenir un érudit.

Notre religion porte le nom d'église Aristotélicienne et est de source Aristochrétienne, c'est à dire qu'elle s'inspire à la fois des écrits d'Aristote, des Royaumes et de Christo. Son message est que pour se rapprocher de Dieu il faut se rapprocher du bonheur et trouver l'amitié aristotélicienne. Cette amitié n'est pas une amitié débridée mais une amitié respectant certaines règles dont la principale est qu'elle doit être désintéressée. Bien sûr, il y a différents type d'amitiés, mais vous trouverez ça dans nos bibliothèques où par vous même.

Il y a dans chaque village un maire qui s'occupe de politique et de la gestion de la ville et surtout de son commerce. Il y a aussi un curé qui, lui s'occupe de religion et de la gestion de la foi des paroissiens.

Le curé et le maire se doivent de collaborer au bien des citoyens et si l'un des deux juges que l'autre ne remplit pas sa mission, il peut intervenir pour tenter d'arranger les choses. C'est pour cela que certains maires s'occupent de religion et que certains clercs s'occupent de politique.

Au-dessus vous avez le comte pour la politique et l'évêque pour la religion, mais vous découvrirez tout ça par vous-même, sachez juste que les guides politiques sont choisis par les citoyens lors d'élection, alors que les guides religieux sont nommés et révoqués par la hiérarchie de l'Eglise. C'est pour ça que si le peuple veut élire son curé comme Maire c'est le choix du peuple, et la hiérarchie de l'église ne ferra que veiller à ce que le clerc continue principalement à guider les citoyens sans oublier sa responsabilité de clerc. "

Le vagabond semblait avoir compris.

-Ah oui, je vois, c'est plus clair déjà, et pour le reste que dois-je faire ? Pour manger ? Pour gagner ma vie ?

- Cela, mon fils, est moins de mon domaine, mais voici une liste de documents qui vous aideront à trouver votre place.

Liste de la Bibliothèque

- Merci mon ami, je vais voir si je trouve ma voie, dit le vagabond en attrapant son sac et sa bourse. Je vais de ce pas prendre contact avec les villageois à la taverne pour leur montrer que je ne suis pas possédé... et qu'ils peuvent me donner leur confiance.

Je souriai en le voyant partir, et je lui criai :

-N'hésitez pas à me contacter en cas de besoin.

J'ai appris plus tard que le vagabond était devenu un grand seigneur et que s'il n'avait pas rejoint l'église aristotélicienne au moins il n'avait pas d'idée préconçue sur elle et ne se laissait pas raconter n'importe quoi. Il faisait ses choix en connaissance de cause et non pour faire plaisir aux chimères de Hyérel.

Père Neajdlaf, 926, ap JC


Questions:
I Quel est le nom de notre religion et qui sont ces prophètes?
II Qui sont les princes démons et les archanges ?
III Que reprochent les villageois au vagabond Newbie ? Pourquoi s'adressent-ils à Neajdalf pour régler le problème que pose le vagabond Newbie plutôt qu'au bourgmestre de la commune ou à la prévosté?
IV Quel est le rôle de l'Inquisition d'après les villageois ? Et d'après Neajdalf ?
V Quel est le rôle de la Créature Sans Nom ?
VI Qu'est-ce que la Bible d'après le vagabond Newbie ? A-t-il raison et pourquoi ?
VII Qu’elle est la caractéristique qui différencie les hommes des autres espèces vivantes ?

Cours originaire du séminaire saint-benoît
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwen_de_bulete



Messages : 13
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   Sam 24 Mar - 22:07

[hrp] le rp est chronophage , on le sait tous mais heureusement on a la chance qu'il soit aussi intemporel. Wink Alors je me plierais au temps qui vous est necessaire. [/hrp]

I Quel est le nom de notre religion et qui sont ces prophètes?

La religion aristotélicienne est vôtre
j'espère bientôt pouvoir dire : "nôtre".
les prophétes? Aristote est le premier prophète
Christos est le deuxième qui me vient en tête


II Qui sont les princes démons et les archanges ?


Sept démons règnent sur les Enfers donc la nuit
Ils sont donc là pour punir les pécheurs.
Ils e font donc des humains pervertis

Chacun représente un péché .
Pour chaque vertu un archange est dédié
Chaque archange est opposé à un démon.



III Que reprochent les villageois au vagabond Newbie ?


Les villageois le trouvent différent
Ils le pensent bon pour l'inquisition
Oh ce n'est pas qu'il est bien génant
Mais pour un magicien,on le prend
Ses dires ne sont pas convenus
Son attitude n'est pas celle attendue


Pourquoi s'adressent-ils à Neajdalf pour régler le problème que pose le vagabond Newbie plutôt qu'au bourgmestre de la commune ou à la prévosté?


Oh là que de questions pièges mon père
Mon idée la dessus n'est pas trop claire
ces derniers n'ont pas intérêt dans cette histoire
Pourquoi? L'inquisition n'est pas dans leur devoir
C'est bien l'Eglise qui rattrape les agneaux égarés
Et Newbie est bien un exemple d'une âme paumée


IV Quel est le rôle de l'Inquisition d'après les villageois ? Et d'après Neajdalf ?

Neajdalf pense que l'Inquisition doit lutter contre les hérétiques réels
donc l'inquisition ne doit pas remplacer le prêtre des "petits rebelles"
Quand je parle de rebelles, je parle de rebelle aux idées du Très Haut
Il est dit pas comme certains qui menacent à l'enfant pour des petits bobos
Mais les villageois voient en l'Eglise une solution à tous les problèmes


V Quel est le rôle de la Créature Sans Nom ?

Bulete en attrapait des maux e tête
Les questions fusaient à tue-tête
Avec es questions précises, générales...
Sur tout les ordres... mais aussi en général
Quand tout le monde confondait le juge et le curé
Le juge ne jugeait pas les cas d'inquisition
la Créature Sans Nom est devenue l incitateur des pervertis
Ceux qui ont fui le bien et le paradis


VI Qu'est-ce que la Bible d'après le vagabond Newbie ? A-t-il raison et pourquoi ?

La bible pour ce vagabond est un soutien
Dedans, il a vu de grands magiciens
Dans ce cas, lui n'est pas un cas perdu
Mais juste un claivoyant, son âme n'est pas perdue
Mais non, il n'a pas raison,voyons quelle question!
La bible n'est pour les anciens qu'une distraction
En aucun cas, on ne peut la prendre comme base
La religion aristotélicienne n'a pas la bible comme base.
VII Qu’elle est la caractéristique qui différencie les hommes des autres espèces vivantes ?


nous, humain, avons la capacité de la parole
vous savez,l'époustouflante Bulete va devenir folle
Mon père... Il fallait me le demander...
j'aurais pu si vous le vouliez, tout vous réciter
Au moins, vous auriez pioché vos réponses
Sas craindre de recevoir quelques semonces

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archives des pastorales terminées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Archives des pastorales terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Archives des pastorales terminées
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province métropolitaine d'Auch :: Diocèse de Tarbes :: Paroisse d'Orthez :: Registres-
Sauter vers: