Venez découvrir la province d'Auch, le clergé Aristotélicien siège en ces lieux. Forum lié au jeu des RR.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Ce forum va entrer en hibernation. On est passé sur le Fofo II Eglise Aristo http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=12123 Rejoignez nous !!!!

Partagez | 
 

 De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Liptis

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2012
Localisation (dans le jeu) : Arras [Artois]

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 20 Juil - 9:39

Liptis s'attendait à trouver une Jehanne en colère mais là... Quelle furie. Son assaut le fit reculer et il vint se heurter à une masse solide. Un mur ? Ah non, c'était plutôt Orick qui tentait de le repousser dans l'autre sens. Tentant d'échapper à l'étranglement, il réussit à bafouiller...

Tu... Tu es magnifique... dans cette robe...

Enfin elle le lâchait. Reprenant son souffle, il ne put que l'embrasser pour se faire pardonner sa muflerie. Avant que la cérémonie ne commence, il en profita pour présenter Jehanne à Lndil avant que Nefi ne vienne s'emparer de lui. Il lui présenta également sa marraine dont il lui parlait si souvent.

Ceci fait, et alors que les joues encore rouges de Jehanne lui donnait un air champêtre, ils attendirent l'ouverture des portes afin que tous puissent s'engouffrer dans l'édifice afin que la cérémonie puisse commencer.
Liptis souriait. Ses amis étaient fort beaux en tenues de mariage et ne pouvait espérer que du bonheur pour ces deux là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 20 Juil - 18:38

Lndil et son cortège arrivèrent devant l'église. Le cortège avait été bien sage et il sembla à Lndil entendre des cris qui s'approchaient en même temps qu'eux. Il ne doutait pas qu'il s'agissait du cortège de Néfi... avec le groupe de filles qu'il y avait, il s'attendrait au pire pour sa pauvre Néfi mais il en souriait tout de même.
A peine étaient ils arrivés que les deux cortèges fusionnèrent et Néfi était magnifique. La souria et lui baisa la main après que ses témoins aient annoncé leur arrivé.

Bonjour ma Douce... enfin voila le jour que nous attendions tant. Tu vois que tout arrive à qui patiente. Les embûches n'étaient là que pour nous motiver davantage.
C'est à ce moment que Jéhanne fit remarquer son arrivée. Il rigola de ses paroles puis vu que Pégas était là avec Lamya. voila longtemps qu'il ne les avait vu tous les deux. Il les salua de la tête et salua le reste du cortège à sa Douce.
Il ne pu se retenir de crier à l'attention de la diaconesse Ermelina qui les attendait.

Ohé ! Dans l'église ! Que les portes s'ouvrent grandement pour célébrer enfin l'amour que Lndil porte à Néfi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nefi
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 20 Juil - 19:37

Sa pauvre témoins manqua se retrouver à genoux pour demander l'ouverture des portes de la chapelle et elle pouffa de rire en la voyant. Elle savait qu'elle ferait de son mieux pour être la perle des témoins mais de la à faire la demande à genoux tout de même...
Elle la vit se relever et Cooky l'accompagner pour lancer la traditionnelle phrase les annonçant. C'est ce moment que choisit Jehanne pour arriver furieuse mais fort joliment vêtu. Elle espéra qu'elle ne serait point trop longtemps contrarié. Elle se tourna souriante vers son tendre et glissa sa main dans la sienne répondant en même temps à son doux baisé.

Bonjour mon tendre elfe, nous l'avons en effet attendu mais il n'en a que plus de saveur ne trouve tu pas. Laissons derrière les tracas du passé.

Il répéta lui aussi la formule consacré ce qui la fit rire. Ils attendirent tous deux assortie l'un à l'autre dans leur vestures de fêtes.


Impatiente elle pressa un peu la main de Lndil qu'elle avait toujours dans la sienne. Elle lui jeta un petit coup d'oeil et lui murmura tout bas.

Vous êtes bien élégant mon cher Vicomte, je crois que je vais faire quelques jalouses en ce beau jour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 20 Juil - 19:44

Il la regarda et lui retourna son compliment.
Oui, nous sommes élégants... je dois également faire quelques jaloux.


Et ne t'inquiète pas, je suis résolument tourné vers l'avenir sinon je ne serai pas là. Tout comme tous nos convives ici présents :
Cela lui fit penser à quelques absents comme Novi ou Lucasd... Lucasd était entrain de chasser du brigands en AC et Novi était certainement encore à échafauder des plans économiques.
Il lui embrasa à nouveau sa main en attendant de voir Ermelina apparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enguerrand de Laigny

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 03/10/2011

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 20 Juil - 20:11

Le nez en l'air, Enguerrand dévisageait une sirène qui semblait se payer sa tête. Visiblement, le sculpteur qui avait été chargé de réaliser le bas relief se trouvant sur le linteau de la porte avait une conception très personnelle et très relative de la beauté. La créature mi femme mi poiscaille semblait avoir été esquissée par un morveux de quatre ou cinq ans. Le visage disgracieux du monstre marin lui donnait l'air franchement ahuri et son léger strabisme rendait son regard difficile à supporter. Le Tolédan avait beau se sermonner et se dire qu'après tout, il n'y avait pas de beauté absolue, que la beauté résidait dans l'oeil de celui qui regarde, qu'il fallait faire preuve d'une indulgence toute particulière pour les oeuvres primitives qui agrémentaient les batîments au nord des Pyrénées, il n'arrivait tout de même pas à se faire à cette prolifération d'yeux, à ces visages grimaçants, à la lourdeur qui transpirait de la pierre grossièrement taillée.

Un soupir nostalgique souleva la poitrine du Castillan. Là, dans le petit édifice, tout lui rappelait à quel point son univers lui manquait. Les forêts de piliers, les arcs outrepassés, la lumière douce, la richesse et la somptuosité des décors, l'abondance des couleurs, la géométrie parfaite des motifs qui ornementait littéralement tout du sol au plafond, toute l'harmonie et le rafinement qui caractérisaient le mélange étonnant du style mudejar lui brillaient cruellement par leur absence. Ici, Enguerrand étouffait. Alors que la nostalgie de la terre natale commençait à sérieusement sapper le moral de l'infortuné Tolédan, moral déjà mis à mal par le fait de devoir assister à des fiançailles qui n'étaient pas les siennes, une cacophonie hors norme poignarda sauvagement le silence ambiant, le déchirant de la plus violente des façons.

Un grognement suivi d'un soupir consterné accueillit le boucan qui provenait de l'extérieur. L'espace d'un instant, Enguerrand, qui avait beaucoup lu et qui avait l'imagination féconde, se demanda si, de l'autre côté de l'huis, ne se trouvait pas une horde de ces barbares issus des temps anciens, venus des confins du grand nord sur leurs étranges bateaux aux proues en forme de dragon, vêtus de peaux de bêtes, munis de haches ensanglantées et prêts à venir piller cette malheureuse chapelle. Fort heureusement pour lui, sa belle Renarde l'avait préparé psychologiquement au choc des cultures en lui décrivant par le menu la façon dont les choses risquaient de se dérouler. Au départ, il avait envisagé que les grands yeux innocents de son Ermelina ne cachent en fait une furieuse envie de le faire marcher quand, avec passion, elle avait narré la façon dont on faisait cortège en France, et surtout la façon dont on devait s'annoncer. Maintenant, le grand Tolédan se disait que vraiment, sa voleuse de coeur était en deça de la vérité et qu'elle avait vraiment le don de manier l'euphémisme de la plus belle des façons. "S'annoncer gentiment devant la porte après avoir parcourru les rues de la ville" devait se comprendre comme "fracasser honteusement la porte en brayant à s'en faire péter les cordes vocales", sans doute après avoir rameuté la moitié du comté avec un tintamare infernal et provoqué bon nombre de morts subites.

Enguerrand posa son oud et s'étira voluptueusement, faisant jouer ses muscles avec plaisir. Sans dire un mot, il posa le regard sur l'étrange petit bout de femme qui se tenait debout à ses côtés. Comme à chaque fois qu'il avait le bonheur de contempler l'objet de son amour le plus profond et le plus absolu, le Tolédan sourit. Lui qui était d'un naturel bavard, qui pouvait parler des heures sur une quantité effrayante de sujets, n'avait pas besoin de mots pour communiquer avec Ermelina. "Es-tu prêt ?" demandèrent les prunelles de la petite diaconesse à la chevelure de feu. "Oui", répondit simplement le sourire débordant de tendresse d'Enguerrand. L'Ibère fit mine de se diriger vers la porte mais se ravisa. Sous le regard interloqué de la statuaire au grand complet, il fit face à sa promise, mit genou en terre à ses pieds, captura ses petites mains blanches et fragiles avec ses longs doigts bronzés et déposa presque religieusement un baiser sur les paumes de sa belle Renarde. Le geste, venant du fond des âges, considéré par beaucoup comme désuet, était plus chargé de symboles et révélateur des sentiments complexes et denses que l'Ibère éprouvait que la totalité de la littérature courtoise, lais inclus.

L'espace d'un instant d'éternité, il plongea son regard ténébreux dans les prunelles aux étranges reflets dorés de la petite diaconesse, savourant tout à la fois la douceur et l'harmonie parfaite de ses traits et son sourire séraphique. Dans le rayon de soleil qui la nimbait, on aurait pu la prendre pour un ange tout droit descendu du paradis solaire : par sa seule présence, la petite diaconesse à la chevelure de feu avait dissipé toute la soledad que l'Ibère éprouvait et lui avait donné toute la force et l'énergie nécessaires pour mener à bien la mission qui lui avait été confiée. S'arrachant à regret à sa contemplation béate, Enguerrand se redressa, se tourna et avança vers les battants de chêne. Sans se poser davantages de questions, il attrapa les poignées de fer forgé et, d'un mouvement sec, fit jouer les charnières grinçantes. La lumière s'engouffra brutalement dans la chapelle à mesure qu'il repoussait le battant gauche, puis le droit.

Aveuglé par le changement de luminosité, le Castillan devina plusqu'il ne vit réellement les personnes qui s'étaient massées devant la chapelle. Sans y prêter une plus grande attention, il recula pour faire place à Ermelina. En ce jour, elle n'était pas que sa voleuse de coeur ou l'être le plus parfait qui ait foulé cette terre. Elle était, en toute simplicité, la main de Dieu, son intermédiaire dans ce monde. A ce titre, elle devenait aujourd'hui aussi importante que les promis qui se trouvaient sur le parvis. C'est donc avec un regain de respect qu'Enguerrand s'effaça pour laisser le passage à la petite diaconesse, prêt à lui emboiter le pas sitôt qu'elle franchirait le seuil de l'édifice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 20 Juil - 20:44

Ermi n'avait pas sursauté quand les manifestations diverses et variées se firent entendre dans la chapelle, résonnant sous la voûte du petit édifice. Au contraire, son impatience fut accrue par les cris qui retentirent. Une part d'elle bouillonnait à l'idée de pouvoir célébrer ces fiançailles. L'autre, quant à elle, aurait bien repoussé juste un peu le temps de lancer cette bénédiction, ne serait-ce que pour profiter un peu plus du moment qu'elle passait avec Enguerrand... Pour l'heure, les attentions de son promis avaient eu le don de donner des ailes à Ermi. La présence du Tolédan à ses côtés la rendait forte, ses baisers la remplirent d'amour pour l'ensemble de la Création. La petite diaconesse était donc dans les meilleures dispositions possibles pour affronter le groupe qui semblait s'être formé devant la chapelle. Il ne restait plus à présent qu'à ouvrir les portes...

Enfin, Enguerrand s'acquitta de sa tache et repoussa les portes de la chapelle. La petite diaconesse sortit à pas lents et mesurés, plus pour se prémunir d'une gamelle dont elle avait le secret et préserver son intégrité physique et sa dignité que par souci de l'apparat. En passant devant Enguerrand, elle ne put empêcher un sourire de venir éclairer son visage : un jour, dès qu'ils auraient fini par mettre la main sur un clerc, eux aussi se trouveraient devant une église, entourés de leurs proches. Tous leurs proches. Y compris les plus ingérables. C'est donc en laissant une partie de son esprit imaginer à quoi pourrait ressembler un cortège composé pour moitié de nobles castillans et valenciens, et pour moitié de demoiselles aux moeurs si légères qu'elles en devenaient aériennes qu'Ermi finit par se planter pile devant les battants béants. Le sourire aux lèvres, elle observa avec curiosité l'atroupement disparate, juste un bref instant, avant de prendre une profonde inspiration. Il était temps d'attaquer les choses sérieuses, de renter dans le vif du sujet.


Eh bien, que de monde se presse ici ! constata la petite diaconesse d'une voix forte et limpide en s'avançant, toujours tout sourire, vers le groupe. Soyez tous les bienvenus aux portes de cette chapelle. Vous, qui avez accompagné Nefi, et vous, qui avez accompagné Lndil, qui les avez soutenus tout au long du chemin qui les a menés jusqu'ici, réjouissez-vous : vous allez pouvoir assister à la bénédiction de l'amour que vos amis, vos proches, ou vos parents, se portent. D'un coup d'oeil, elle découvrit bon nombre de visages qu'elle ne connaissait pas. Pourtant, assez paradoxalement, la petite diaconesse ne se sentait pas à l'écart de tout ce petit monde, peut-être parce qu'elle avait entendu l'accent et le parlé de sa terre natale quand elle se trouvait encore dans la chapelle.

Bienvenue aussi à toi, Nefi, et à toi, Lndil, devant la maison du Très-Haut. Un grand sourire s'épanouit alors sur les traits d'Ermi. C'est toujours un jour de fête que celui qui voit arriver en ce lieu deux enfants de Dieu, deux êtres plein d'amour l'un pour l'autre et qui ont décidé de s'aimer librement, sans calcul, sans réserve, sans fausseté, témoignant muettement et célébrant l'Amour infini du Très-Haut pour ses Enfants. Le regard de la petite diaconesse allait de la promise au promis. Progressivement, elle faisait abstraction de tout ce qui pouvait les entourer. Elle parlait toujours aussi clairement, pour que sa voix soit entendue par tous, mais à présent elle ne s'adressait plus qu'aux presques fiancés.

Cet amour, qui a guidé vos pas jusqu'ici était enfoui au fond de vous, comme la graine d'une rose l'est au fond de la terre au coeur de l'hiver. Comme la rose lorsque le radieux soleil du début du printemps caresse cette même terre, l'amour en vous s'est éveillé le jour où vous avez posé les yeux l'un sur l'autre. Comme la rose, lorsque les ondées succèdent au soleil et le soleil aux ondées, votre amour a grandi et s'est fortifié, ton amour, Nefi, nourrissant celui de Lndil, ton amour, Lndil, nourrissant celui de Nefi. Comme la rose au début de l'été, votre amour est enfin prêt à éclore et à exposer sa beauté, sa splendeur, sa richesse au su et à la vue de tous. La rouquine marqua une courte pause et croisa sagement les mains sur le devant de sa robe. Une brise légère, douce et chaude, fit onduler un bref instant l'étole de l'officiante mais ne parvint pas à la distraire de sa cérémonie.

C'est cet amour, noble et désintéressé, reprit-elle avec enthousiasme, qui vous pousse l'un vers l'autre, telles les deux moitiés d'un seul être, c'est lui qui a permis à vos coeurs de s'émerveiller de la métamorphose qu'ils subissaient, lui encore qui, vous prenant par la main comme on guide deux enfants purs, vous amène enfin devant la maison du Très-Haut. Et afin que cet amour perdure, pour que, comme la rose qui se transforme en buisson dense et fleuri, il puisse croitre encore, s'épanouir, évitant de se désécher, de dépérir ou de se flétrir, vous avez décidé d'unir vos coeurs, vos vies et vos âmes. Et le premier pas vers cette union sacrée, vous allez le franchir aujourd'hui, en transformant vos accordailles et en ouvrant le temps de vos fiançailles. Le regard bienveillant d'Ermi passait de Nefi à Lndil. Un large sourire étira à nouveau ses lèvres fines.

Et pour commencer, nous allons procéder à la vérification et à la publication des bans, comme le veut la bonne coutume et la tradition de notre sainte mère l'Eglise. Nefi, Lndil, vous allez lire à haute et intelligible voix vos parchemins, puis nous les placarderons au su et à la vue de tous. Cette fois, on y était, et c'est non sans impatience que la petite diaconesse attendit que les promis produisent les bouts de vélin qui allaient sceller leur destiné. Toujours en souriant, elle se tourna vers Nefi. Honneur aux dames. D'un petit geste de la main, Ermi l'encouragea à prendre la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gantra

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 18/09/2011

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Sam 21 Juil - 17:46

la blondinette était avec funcky, Orion la suivait partout comme toujours.devant l'eglise il y avait du monde, des gans qu'elle avait croiser et d'autre pas du tous.elle salua de la tête les personne qui la saluais.

elle tenais le bras de sa rouquine oui sa soeur était aussi présente toute les deux avancer avec tous le monde. quand elles croisa sa marraine toute les deux l’embrasser bien fort.
puis son père arriva avec lamya elle lui sourit et l'embrassa quand il passa prés d'elle.

puis toute les deux alla prendre place dans l’église la ou il restait une place. elle regarda si elle vit lietus arriver,elle voulait l'avoir prés d'elle oui un frère pour elle un confident et avait besoin de le trouver prés d'elle.

elles écoutèrent le début de la cérémonie commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nefi
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Sam 21 Juil - 18:51

Les portes de la chapelle s’ouvrirent en grand laissant apparaitre la petite silhouette toute menue de la diaconesse. Cette femme était étonnante, un caractère bien trempé et une générosité plus grande encore que pouvait contenir un si petit bout de femme. Elles avaient passé des heures toute les deux à prévoir cette cérémonie et celle du mariage. Elle lui avait été de fort bon conseil et d’une aide précieuse surtout au vu de la précipitation des choses. Celle-ci s’approcha du parvis et commença son petit discours d’accueil. Par choix elle n’avait pas voulu connaître la teneur de ses paroles afin de se ménager quelques surprises. Elle reporta donc toute son attention sur la douce voix qui s’élevait bien clair, raisonnant sur les pierres de l’édifice qui leur faisait face.

Ses paroles à l’adresse de leur cortège la firent sourire. Ils s’en étaient tous donné à cœur joie de son coté au point que certaines personnes lui étant inconnue s’étaient massé pour assister au spectacle. Nul doute que les discussions iraient bon train le lendemain au lavoir ou en taverne cette idée l’amusa beaucoup.

Bienvenue aussi à toi, Nefi, et à toi, Lndil, devant la maison du Très-Haut.

Elle sourit à la diaconesse en retour et inclina la tête en guise de salut.

C'est toujours un jour de fête que celui qui voit arriver en ce lieu deux enfants de Dieu, deux êtres plein d'amour l'un pour l'autre et qui ont décidé de s'aimer librement, sans calcul, sans réserve, sans fausseté, témoignant muettement et célébrant l'Amour infini du Très-Haut pour ses Enfants.

Elle ne put résister à ce tourné vers son elfe à ses paroles passant tout l’amour qu’elle avait pour lui dans ce simple regard. Elle se souvenait d’une promesse faite voilà un an de cela alors que pour la première fois ils s’étaient déclarés leurs sentiments. S’en souvenait-il encore ?
La diaconesse continuait son discours et elle reporta son attention sur elle.

Cet amour, qui a guidé vos pas jusqu'ici était enfoui au fond de vous, comme la graine d'une rose l'est au fond de la terre au cœur de l'hiver. Comme la rose lorsque le radieux soleil du début du printemps caresse cette même terre, l'amour se vous en est éveillé le jour où vous avez posé les yeux l'un sur l'autre.

Elle sourit à cette comparaison, se souvenant que lors de leur première rencontre elle n’avait rien vu d’autre qu’un homme de caractère avec qui elle allait travailler. Elle était alors mariée et ne voyait rien d’autre que son époux.

Comme la rose, lorsque les ondées succèdent au soleil et le soleil aux ondées, votre amour a grandi et s'est fortifié, ton amour, Nefi, nourrissant celui de Lndil, ton amour, Lndil, nourrissant celui de Nefi. Comme la rose au début de l'été, votre amour est enfin prêt à éclore et à exposer sa beauté, sa splendeur, sa richesse au su et à la vue de tous.

Elle se laissa bercer par ses paroles si belle au-delà de la comparaison poétique, cette comparaison était pour elle toute un symbole. Elle avait choisi voilà peu la rose comme emblème cette fleur quelle aimait temps et cultivé avec amour dans son jardin. Cette fleurs si délicate, au parfum si enivrant et à la fois si piquante pour qui n’y prenait garde. Voilà bien qui résumé de façon romantique leur amour.

C'est cet amour, noble et désintéressé, reprit-elle avec enthousiasme, qui vous pousse l'un vers l'autre, telles les deux moitiés d'un seul être, c'est lui qui a permis à vos cœurs de s'émerveiller de la métamorphose qu'ils subissaient, lui encore qui, vous prenant par la main comme on guide deux enfants purs, vous amène enfin devant la maison du Très-Haut. Et afin que cet amour perdure, pour que, comme la rose qui se transforme en buisson dense et fleuri, il puisse croitre encore, s'épanouir, évitant de se dessécher, de dépérir ou de se flétrir, vous avez décidé d'unir vos cœurs, vos vies et vos âmes. Et le premier pas vers cette union sacrée, vous allez le franchir aujourd'hui, en transformant vos accordailles et en ouvrant le temps de vos fiançailles.

Elle en aurait presque lâché un soupir de soulagement tant ils avaient tout deux attendu la concrétisation de ce moment. Elle pressa un peu plus la main de Lndil dans la sienne. Que d’épreuve traversée ensemble. Et cela avant même qu’ils ne se rendent compte que ce qui les lier était bien plus fort qu’une simple amitié. Elle se dit à ce moment que peut être avait il pour un long moment eu leur quota d’épreuve et que seul le bonheur prendrait place maintenant dans leur foyer.

Et pour commencer, nous allons procéder à la vérification et à la publication des bans, comme le veut la bonne coutume et la tradition de notre sainte mère l'Eglise. Nefi, Lndil, vous allez lire à haute et intelligible voix vos parchemins, puis nous les placarderons au su et à la vue de tous.

Il était temps maintenant de commencer, elle lâcha la main de son aimé pour rejoindre la diaconesse qui l’attendait pour la lecture des bans. Elle monta les quelques marches et se tourna vers l’assemblé de ses proches réunis. Elle sourit heureuse de ce moment et déroula le parchemin. Elle le lut ensuite de sa voix claire une petite pointe d’émotion se faisait toutefois entendre du plus à l’événement que celui de parler en publique.



Elle se tut enfin et laissa Mère Ermelina reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Sam 21 Juil - 21:49

Ermelina les avait accueillis de la meilleure des façons. Elle s'était montrée très attentives dès leur demande et avait proposé tout ce qui faisait rêver sa Douce. Il n'avait malheureusement pas pu y participer comme il l'aurait voulu. Il n'en ferait jamais assez pour Néfi.
Ermelina les gratifiait maintenant d'une très grande cérémonie mêlant métaphores avec un brin de poésie et de vérités sur l'amour avec un grand A.
Lndil avait alors pu repenser à ce qu'il avait vécu avec Néfi déjà en Artois. Leur rencontre en politique, leur amitié naissante et plus pour Lndil si cela lui avait été permis à ce moment là. Puis ce qu'ils avaient vécu ensemble sur les routes après leur départ et maintenant depuis qu'ils étaient installés en Béarn. Oui, il avait toujours essayé de la soutenir au mieux conscient de ses absences qui la faisait parfois douter, s'insurger mais il savait aussi qu'elle le comprenait mieux que quiconque.
Malgré cela, les moments partagés, parfois trop rares, avaient toujours été d'une grande intensité et étaient du bonheur pur.

Il la regarda plusieurs fois, cherchant à capter ce qu'elle devait ressentir bien qu'il s'en doutait très bien. D'une part parce qu'il la connaissait bien et d'autre part car il savait ce qu'il ressentait lui même. Il le ressentit sans aucun doute quand elle lui serra la main... il en aurait presque rit car il savait au combien ils avaient tous deux attendus ce moment.

Puis elle le lâcha pour annoncer les bans. Il la regarda et se rappela qu'il ne s'était jamais posé la question sur la nécessité de se marier. Cela ne faisait aucun doute et il savait très bien ce qu'il avait fait il y a 6 mois lors de leur voyage en Italie. Le mariage revêtait pour tous les deux d'une union sacrée et d'une preuve d'amour sans équivoque pour quiconque.
Il voyait comme elle était forte malgré l'intensité du moment. Une femme sure d'elle et de ce qu'elle veut, aimante et qui se plierait en 4 pour ce qu'elle savait juste... il l'aimait et savait très bien pourquoi.

Lorsqu'elle eut fini, il la rejoignit à son tour pour faire face à l'assemblée. Il prit à nouveau sa main dans la sienne avant de lire lui aussi les bans qui les lierai jusqu'à la fin de leur vie... il n'en doutait même pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 22 Juil - 3:45

Nefi avait lu son ban, et, comme de juste, Lndil avait fait de même à son tour : l'émotion et le bonheur des promis faisait vraiment plaisir à voir. Ermelina avait écouté les lectures avec une attention toute particulière. Non pas qu'elle ignora ce qui allait se dire mais pour s'assurer qu'aucune erreur, aucun oubli n'était venu se glisser dans le texte. Les textes étant tout ce qu'il y avait d'on ne peut plus conforme, la rouquine n'avait plus qu'à les placarder. D'un pas léger, elle s'approcha des Orthéziens, subtilisa d'une main preste les parchemins, jeta un coup d’œil appréciateur à la graphie et s'approcha de la porte de la chapelle.

Tout en cheminant, elle lut, à son tour, les bans : c'était une simple mesure de précaution, qui devait assurer à l'officiant que tout le monde avait bel et bien entendu ce qui avait été couché sur le vélin. Distraitement, elle plongea la main dans son aumônière, en extirpa une petite boite contenant les pointes de fer qu'elle utilisait pour punaiser les placards et accrocha les bans. Ils resteraient en place jusqu'au jour du mariage, portant la nouvelle de l'union à venir et permettant à ceux qui désireraient s'y opposer de se présenter à la cérémonie.

Ça, c'est fait, ne put s'empêcher de penser la rouquine. Un hochement de tête satisfait accompagna ce constat. Mentalement, elle biffa sur la liste des choses à faire en ce jour "vérifier la conformité des bans" et "publier les bans". Logiquement venaient ensuite l'étape "bénir les fiancés" et "ouvrir la période de fiançailles", et ce n'était décemment pas sur le parvis de l'église que la diaconesse pourrait s'adonner à ces activités. Ermi regarda Enguerrand et lui adressa un petit hochement de tête puis se tourna vers le couple et leurs amis.

Entrez ! Prenez place, je vous en prie ! leur annonça-t-elle en les invitant à entrer d'un geste de la main. La demeure du Très-Haut vous ouvre grand ses portes, nous allons pouvoir procéder à la bénédiction des heureux promis !

Ermi les précéda et pénétra dans la chapelle. Elle remonta posément la nef et regagna "son territoire". La petite diaconesse avait l'habitude de dire que célébrer une cérémonie, c'était comme réaliser un plat. Il fallait de bons ingrédients dans les deux cas (il est certain que comparer des aristotéliciens à des œufs frais ou du sucre aurait eu de quoi froisser quelques ego, mais la rouquine n'était plus à cela près dans ses crises de misanthropie passagères), les bons ustensiles (un débit fluide et une voix qui porte faisant office dans un lieu saint), ce fameux savoir-faire qui ne s'acquiert qu'au fil du temps, une cuisson excellente (éviter les cérémonies bouclées en trois minutes et les cérémonies bouclées en six heures pour éviter l'effet cru ou l'effet charbon de bois) et surtout, une bonne recette qui supporte la fantaisie de la personnalisation dite "au pifomètre" du cuisinier.

Un coup d'œil à Enguerrand puis aux presque fiancés, qui avaient l'air de prendre le chemin qu'elle venait elle-même de suivre pour arriver devant l'autel, permit à Ermi de s'assurer que tous les ingrédients étaient réunis. Un raclement de gorge discret lui assura que les ustensiles étaient parés. Pour une simple bénédiction, la cuisson ne devrait pas excéder le quart d'heure, surtout en tout petit comité. Ne manquait plus que la recette. D'un geste qui trahissait l'habitude de l'usage des ouvrages volumineux et lourds, Ermelina saisit son grimoire, celui qui contenait toutes les instructions nécessaires au bon déroulement de toutes les cérémonies possibles et l'ouvrit avec une délectation semblable à celle d'un chat venant de trouver accidentellement une assiette de lait et s'en repaissant. Fronçant un peu les sourcils pour accommoder sa vue à ses pattes de mouche, elle entreprit de retrouver ses notes sur les fiançailles.

Hmmm... Baptême standard... Non. Baptême de luxe... Non, marmonna-t-elle. Baptême espagnol... Non . A l'évocation de ce mode d'emploi si particulier, la jeune femme sourit, leva les yeux au ciel pour le prendre à témoin des bizarreries ibères qu'elle avait pu croiser et qui l'avaient incité à modifier un temps soit peu le déroulement traditionnel des différents sacrements pour s'adapter aux us, coutumes et personnalités locales. Un rien amusée, la rouquine reprit ses recherches méticuleuses.

Funérailles... Dieu nous en préserve... Catéchèse standard... non. Catéchèse pour les blondes... Non. Mariage... pour dans quinze jours. Ah ! Fiançailles ! Rapidement, la petite diaconesse relut en diagonale les pages consacrées au sujet. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour se rafraichir la mémoire sur les points à ne surtout pas oublier. Il ne restait donc plus qu'à se mettre aux fourneaux, sitôt que tout le monde aurait trouvé sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enguerrand de Laigny

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 03/10/2011

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 22 Juil - 3:46

HEIN ?!? Quoi quoi quoi ??? Temps mort ! Temps mort !!!

S'il avait pu, Enguerrand se serait précipité devant Ermelina en agitant les bras pour demander qu'on lui octroie généreusement une petite pause. Voir même un long moment, tant qu'à faire. Il fallait dire que, même s'il était en retrait, le Tolédan avait réussi à repérer des têtes connues dans le joyeux troupeau. Et pas n'importe lesquelles. Nefi, son bel oiseau de feu était là, plus resplendissante que jamais. Il lui avait aussi semblé apercevoir le ramage de Cooky, son bel oiseau bleu, mais l'information restait à confirmer. Il fallait AB-SO-LU-MENT que le Tolédan réussisse à négocier un armistice à effet immédiat pour pouvoir avoir le loisir de présenter ses Oiseaux à sa belle Renarde. Il fallait aussi qu'il sache ce qu'elles venaient faire là, qui elles accompagnaient, ce qu'elles...

Les idées se bousculaient dans la tête de l'enfant de chœur du jour, mais visiblement pas assez vite. Déjà, Ermi avait commencé à parler. Elle accueillit ses ouailles du moment, avec toute la chaleur possible et une prestance qui aurait pu faire pâlir de jalousie un grand nombre de demoiselles et sans doute toute la population noble du royaume. Ensuite, elle s'adressa à Nefi. Pour le coup, la mâchoire inférieure d'Enguerrand chût lamentablement. Allons bon, c'était son Oiseau de feu qui se mariait ? Il en aurait presque bégayé, tant la surprise fut grande. Décidément, la journée s'annonçait riche en rebondissements en tous genres...

Pour le coup, le Castillan se désintéressa complètement du discours de sa promise, ou plutôt il ne l'écouta que d'une oreille distraite. Si l'évocation de la rose le fit sourire de toutes ses dents, il n'en perdit pas moins de vue son nouvel objectif : essayer de voir si d'autres oiseaux se retrouvaient, par hasard, dans le cortège et surtout, leur faire savoir qu'il se trouvait là. C'était tout de même plus intéressant et palpitant que de jouer les portiers et grattouiller du oud - même s'il savait à présent que c'était pour Nefi et qu'il aurait donc un vrai bon public, pour une fois -. C'est donc avec un manque de discrétion total qu'Enguerrand commença à hisser sa longue carcasse sur la pointe de ses chausses, se grandissant encore un peu plus pendant que les bans étaient lus. Il se pencha vers la droite, puis vers la gauche, histoire de repérer les autres membres de sa volière personnelle. En vain. Enguerrand haussa les épaules avec fatalisme : ce n'était visiblement pas maintenant qu'il réussirait à mener son projet à terme. Pour le coup, il ne renonça pas à l'idée de partir en chasse, il en différa simplement le moment. Quand le groupe se mettrait en marche pour s'installer confortablement dans la chapelle, il pourrait assurément mettre la main sur les belles Orthéziennes avec qui il prenait tant plaisir à papoter chaque fois qu'il se rendait au nord de Mauléon.

Pourtant, malgré ce plan de bataille infaillible, il ne cessa pas de se tortiller. Il mourrait d'envie de capter un bref instant l'attention de Nefi, mais sans pour autant perturber le cérémonial de son Ermelina : il ne résista pas à la tentation de faire de grands signes débordant d'enthousiasme en direction de son Oiseau de feu, tant pour la saluer que pour manifester toute la joie qu'il pouvait éprouver en la voyant à cette place. Malheureusement, il ne put se fendre que de deux trois pauvres gestes : la petite diaconesse à la chevelure de feu était déjà en train de revenir dans sa direction tenant entre ses petites mains fines les bans des fiancés. Aussi rapidement qu'ils s'étaient levés, les bras d'Enguerrand s'étaient plaqués le long de son corps. Seuls son sourire ravageur et son regard trop pétillant pouvaient trahir l'excitation que l'on peut ressentir quand on vient de transgresser un tant soit peu les convenances, ou, comme il aimait à le dire, quand il laissait s'exprimer le grand enfant qui sommeillait en lui.

Enguerrand, donc, souriait béatement quand sa bienaimée lui adressa un petit signe de connivence. C'était le signal. Non sans mal, il quitta Nefi et Ermelina, s'assura que les portes étaient bien calées et rentra dans la chapelle. Comme convenu, il s'empara de son oud et remonta jusqu'à l'autel, en cogitant aussi vite que sa cervelle le lui permettait. Sur la route, le matin même, alors qu'il était encore ronchon et boudeur, il avait décrété qu'un simple air de base suffirait largement à saluer l'entrée des fiancés. Mais depuis, il y avait eu un tout petit changement de programme de rien du tout quand il avait découvert l'identité de la fiancée. Brusquement remotivé, le Tolédan passait en revu les meilleurs airs qu'il connaissait. Il était tout simplement hors de question de ne pas offrir à Nefi le meilleur de la musique andalouse. Enguerrand envisagea donc bon nombres de morceaux avant de se fixer sur un air qui, jadis, accueillait les rois dans la cathédrale de Tolède : si c'était assez bon pour un souverain, cela serait bon pour Nefi. Tout en tirant une mélodie à la fois grave et majestueuse de son oud, Enguerrand guettait impatiemment l'arrivée tant attendue de son bel Oiseau de feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nefi
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 22 Juil - 8:54

Lndil ne tarda point à la rejoindre pour lui aussi faire lecture des bans. La chose vu vite faite, Il était bon orateur et sa belle voix grave emplissant la petite place. Puis La jeune diaconesse reprit le document en fit elle aussi lecture avant de le placarder à la porte.
Elle sentit la main de son ange reprendre la sienne doucement et elle leva de nouveau les yeux vers lui en souriant.
Mais déjà mère Ermelina les invités à entrer dans la chapelle. Ils se tournèrent tout deux vers la nef et laissèrent la diaconesse ouvrir le cortège. Ils lui emboitèrent ensuite le pas doucement pour laisser le temps aux invités de les suivre. Un merveilleux instrument égrena soudain ses notes dans l'édifice. Elle n'avait que de très rare fois entendu se son jusqu'à présent mais en était totalement envouté. Elle avait coutume depuis l'enfance d'entendre du luth ou sa harpe dont les sons cristallins la ravissaient. Elle se souvenait aussi de la cornemuse d'Alasdaire ou celle de son fillot qui les avait accompagnés dans le cortège mais le son était plus aigue comme un crie de guerre avant la lutte. Mais ce son était tout autre, chaleureux comme le soleil du sud, sensuel comme une Ondine jouant dans les flots de la gave, envoutant comme un vin capiteux.... Voilà donc une surprise de plus de leur officiante pleine d'attention et d'idées charmante. Elle n'aurait pu mieux choisir, savait-elle l'amour qu'avait Nefi pour la musique ? C'est comme si soudain son père était présent pour ses fiançailles elle s'attendait presque à le voir la dans une ligne de banc, le visage fendu de son sourire plein de charme. Elle en fut terriblement émue au point qu'une petite larme perla au bord de ses yeux.
Elle continuait à avancer et ils stoppèrent bientôt devant l'autel. Une présence sur le coté attira son attention et elle le vit alors.
Enguerrand son cher ami à la volière, c'était donc lui qui l'avait enchanté de sa douce musique. Elle s'interrogea un instant sur sa présence en ces lieux. Puis elle lui sourit et inclina la tête en guise de salut. Elle ne manquerait pas ensuite d'aller le remercier chaleureusement pour cette merveilleuse musique.
Les gens s'installaient derrière eux dans un joyeux brouhahaha, ils patientèrent donc un peu le temps que chacun ait sa place.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
funkypunky
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 22 Juil - 12:57

cortège terminé, arriver à l'église tous le monde s'empressée d'y rentrer chose que funky n'était pas prête de rentré dans l'église. Elle s'était promise de ne plus rentrer dans la maison du très haut depuis aix, depuis qu'elle a perdu une personne qu'elle chérissait plus que sa vie elle regardait les cochons qui s’apprêtait à prendre l'occasion de cette pause pour fuirent.

elle recula discrètement, vit de la boue, puis dirigea les cochon vers la marre de boue, elle s'assied sur le muret non loin de là en attendant que la cérémonie finisse, elle regarder les passant en balançant ses jambes, quand s'arrêta et fixa son attention sur une silhouette pas inconnue pensant rêvais, elle tenta de regardais ailleurs, mais rien ni fait. elle resta concentrer sur cette dame.


elle se leva et dit ecm ? ... églantine ? plus elle s'approché et plus elle la reconnaisser ecmmmmm!!!


elle l'arrêta sur son chemin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orick95



Messages : 2
Date d'inscription : 15/07/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 22 Juil - 20:51

Orick qui avait trainer en ville finit par retrouver le cortège au moment ou il rentré dans l'églisse. encore une fois il allait devoir prendre sur lui pour rentré dans cette batisse mais bon c'était pour ses amis.

se rapprochant de Lindl et Néfi il les salua avant de serrer dans ses bras son amie.


content de vous voir mes amis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 22 Juil - 22:26

Les bans une fois lu par tous deux, Ermelina repris la parole.
Entrez ! Prenez place, je vous en prie ! La demeure du Très-Haut vous ouvre grand ses portes, nous allons pouvoir procéder à la bénédiction des heureux promis !
Ils pénétrèrent alors dans l'église. Il y avait une joyeuse ambiance dans ses fiançailles et surtout aucune belles mères qui pleuraient ! La musique était à ravir tout comme la diaconesse qui avait des gestes surs et Lndil en savait quelque chose ayant été diacre avec tous les sacrements à donner.
Lndil comprit un tout petit peu plus tard pour la musique car, s'avançant vers l'autel, il tourna la tête pour regarder ce que Néfi observait... L'homme qui était là en était la source. Néfi et lui semblaient se connaitre. Lndil lui n'arrivait pas à le replacer quoi qu'il semblait l'avoir déjà croisé.
Se penchant vers Néfi.

Où a t on déjà rencontré cet homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nefi
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 22 Juil - 22:50

Son tendre se pencha sur elle pour lui demander l'identité de l'enfant de coeur du jour.
Elle leva le nez vers lui et lui murmura.

Il s'agit d'Enguerrand, un bon ami passionnée de volatile en tout genre et comme tu peux l'entendre merveilleux musicien. Je ne sais si tu l'as déjà rencontré mais je te le présenterais.

Elle se sentit saisit d'un coup alors qu'elle finissait son explication. Elle baissa le nez instinctivement n'ayant rien en face d'elle et découvrit la tête hirsute et la barbes foisonnante de son nain préféré. Elle se pencha pour le bisouiller.

Orick mon ami je suis heureuse que tu ais pu faire le voyage. Voila si longtemps que nous nous sommes vu... Nous aurons tout le temps de profiter de nos retrouvailles tout à l'heure. Il faut que nous laissions notre diaconesse oeuvrer maintenant.

Elle offrit son plus beau sourire à Orick et lui fit un petit clin d'oeil avant de reporter son attention sur Mère Ermelina.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 22 Juil - 23:07

Du haut de ses vitraux, Lescure observait avec curiosité l'assemblée réunie en spectateur silencieux et attentif. Ermelina lui adressa simultanément un regard complice et une petite prière rapide, comme pour conjurer tous les chats noirs qui pourraient venir perturber l'instant présent. Enguerrand achevait d'interpréter un morceau qu'elle ne connaissait pas. Ce constat ne put que la réjouir : visiblement, il ne lui avait toujours pas donné un aperçu complet de son répertoire et les sérénades inédites pourraient encore continuer, pour le plus grand plaisir de ses oreilles. Dans la chapelle, les chuchots s'étaient tus et un silence religieux régnait à présent. La rouquine prit une profonde inspiration et se lança.

Mes bien chères sœurs, mes biens chers frères, entonna la jeune femme en se redressant et en joignant les mains devant elle pour se donner une contenance. Sa voix claire résonnait sous la voûte de l'édifice étonnamment plein. Nous voici donc réunis dans cette chapelle en ce quinzième jour de juillet afin d'ouvrir la période de fiançailles de Nefi et Lndil.

Cette période sera, comme vous vous en rendrez vite compte, un grand moment de joie ; elle est souvent vécue avec insouciance et légèreté. Autour de vous, vos familles et vos amis se réuniront. Vos deux mondes apprendront à ne faire plus qu'un pour votre plus grand bonheur. Les préparatifs iront bon train, comme de juste, et j'espère sincèrement que vous ne vous retrouverez pas submergés par le flot des obligations.
Un petit sourire retroussa légèrement les lèvres d'Ermelina.

Cette période, cependant, a aussi et surtout un but plus profond. C'est au cours de ces quinze jours que vous allez commencer à construire votre nouvelle vie. Non pas en planifiant un éventuel déménagement, mais bien en ouvrant vos cœurs l'un à l'autre, sans retenue. En partageant inconditionnellement et chastement les sentiments qui les habitent. En renforçant les liens qui vous unissent, comme le lierre renforce son étreint chaque jour un peu plus autour du chêne. Pendant ces quelques jours, vous serez plus proches que vous ne l'avez jamais été : c'est là, dès votre sortie de cette chapelle qu'il vous faudra consolider votre amour, faire en sorte que, comme le chêne, il enfouisse ses racines le plus loin possible dans la terre, pour vous donner la force de surmonter les tracas du quotidien et de résister aux épreuves de la vie, main dans la main.

Par vos paroles, par vos choix et surtout par vos actes, renforcez votre amour l'un pour l'autre, pour qu'il croisse dans la joie et la simplicité, pour qu'il embellisse, et pour qu'il devienne le plus bel hommage que vous puissiez faire à Dieu. Car comme le disait Christos à Natchiatchia : " Lorsque deux êtres s'aiment d'un amour pur et qu'ils souhaitent perpétuer notre espèce par la procréation, Dieu leur permet, par le sacrement du mariage, de vivre leur amour. Cet amour si pur, vécu dans la vertu, glorifie Dieu, parce qu'Il est amour et que l'amour que les humains partagent est le plus bel hommage qui puisse lui être fait."

A présent, prions le Très-haut pour qu'Il vous guide sereinement vers le mariage et qu'Il nous guide tous et toutes sur le chemin de l'Amour.


Ermelina se tut. Elle ouvrit les mains et tendit les paumes vers le ciel. Les yeux fermés, pour mieux se pénétrer des paroles de la louange, elle entonna la récitation avec ferveur.

Seigneur Dieu aide nous à vivre pleinement ces fiançailles, dans la joie, dans la foi et dans la prière.
Que ton Amour rende le couple de Nefi et Lndil de plus en plus fort, qu'il les aide et les soutienne chaque jour que Tu feras.
Aide-les dans ce cheminement, pour qu'ensemble ils puissent avancer sereinement vers l'engagement de leur vie, dans le sacrement du mariage.
Aide les à discerner et avancer dans ce chemin, libres et conscients de ta présence à leurs côtés.
Seigneur Dieu, nous te prions.


Ermi marqua un petit silence comme il convient après une prière pour permettre à chacun de se recueillir, puis se tourna vers Enguerrand. D'un petit geste de la main, elle fit signe à l'enfant de chœur de s'approcher. Elle ne put s'empêcher de sourire : elle qui avait tant l'habitude de se retrouver toute seule derrière son autel avait maintenant un acolyte au sens strict du terme pour l'épauler et l'assister dans chaque cérémonial. Il ne lui restait plus qu'à faire ses preuves pour qu'elle finisse par le promouvoir définitivement à cette place tant enviée, et ce en dépit des protestations énergiques qu'il ne manquerait pas de lui adresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Lun 23 Juil - 13:39

Néfi lui avait répondu et avait aussi saluer Orick qu'Lndil avait déjà vu.
La suite de la cérémonie continua, Ermelina parlait des liens d'amour qui devait grandir, s'affermir. Sa métaphore lierre/chêne lui plu énormément.
Le lierre profitait du tronc du chêne qui en retour protégeait le chêne d'éventuel champignon parasite qui ne pourrait plus pousser sur son tronc.
Il écouta le silence et la prière en serrant un peu plus la main de Néfi.
Les voila enfin au début d'une grande histoire et d'une relation intense même s'ils avaient déjà tant partagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roweena

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Lun 23 Juil - 22:30

A peine avait-elle reconnu Nefi, magnifique dans sa superbe parure, mais surtout rayonnante de bonheur au point que le soleil se fanait devant elle, qu'elle courut vers elle. Un chevalier l'aidait à se mettre en selle. La posture en amazone lui seyait à merveille et dès qu'elle se fut installée, on eut dit une reyne. Rowena sourit de joie à cette vue : son amie allait bientôt rejoindre son promis et son coeur se souleva à cette pensée.
Louanges au Très-Haut ! cria-t-elle. Voyez cette beauté, voyez cette fleur tout juste épanouie, regardez gentishommes : car cette beauté n'est pas pour vous ! Son promis est non loin à l'attendre, pleurez gentilshommes, cette fleur n'est point pour vous !
Mais tandis qu'elle clamait sa joie de voir son amie si heureuse, elle se sentit soulevée dans les airs. Des mains fortes enserraient sa taille, la faisant virevolter sans qu'elle put voir le visage de celui qui la portait ainsi. Mais sa voix le trahit bientôt.
Glenn ! s'écria-t-elle. Toi ici ! Mais je te croyais bien loin de nous, en voyage, comme je suis heureuse de te revoir en ce jour béni !
Elle se retourna pour l'enlacer et lui poser de tendres baisers sur les joues.
Comment vas-tu ? Tu étais en voyage ? Comment va Angy ? Les questions se pressaient sur ses lèvres, mais le cortège se mit en marche et le brouhaha l'empêcha d'entendre la réponse. Elle se mit à battre des mains, et à lancer des youyous comme les femmes du peuple de son tuteur lui avaient appris à faire lors des fiancailles et épousailles, pour exprimer la joie de voir deux amants réunis.
Youhouhoulouhoulou ! cria-t-elle. La fleur est épanouie, bientôt elle portera son fruit ! Voyez comme elle est belle, pleurez Messeigneurs car elle n'est plus à votre portée, un plus beau que vous vous l'a chipée ! Youhoulouhou !

Elle se retourna vers Glenn, mais celui-ci avait déjà disparu dans la foule. Elle suivit donc le cortège jusques aux portes de l'église, criant sa joie de voir son amie si heureuse, chantant sa beauté et ses vertus : Voyez comme elle est belle, regrettez Messeigneurs ! Regrettez de ne l'avoir pas demandée plus tôt ! Car plus preste que vous lui donna le gage ! Et il est preux, son fiancé, il est preux ! Et elle est belle la fiancée, elle est belle !

Ils arrivèrent ainsi aux portes de l'église, où les deux cortèges se mêlèrent.

Rowena pénétra dans l'édifice à la suite de la foule en liesse, pour entendre énoncer les bans.

Elle écouta, recueillie, les serments des amants, et ce fut un moment magnifique. Elle éleva ses prières au Ciel, pour qu'il sache entendre ces voeux et les exaucer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enguerrand de Laigny

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 03/10/2011

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 24 Juil - 1:24

Eh bien, quand Ermelina se mettait en « mode diaconesse », elle ne faisait pas semblant. Enguerrand fouilla dans sa mémoire mais il ne trouva pas d'autre exemple d'un tel engagement dans l'accomplissement de sa tache. Même une petite bénédiction de rien du tout prenait une autre dimension si elle s'y mettait. Quand sa belle Renarde l'avait baptisé, il avait pensé qu'il bénéficiait d'un traitement de faveur. Que dalle. En fait, c'était tout simplement sa façon de faire. Alors que certains ne se foulaient vraiment pas et expédiaient les cérémonies et autres sacrements, la petite diaconesse à la chevelure de feu, elle, s'en donnait à cœur joie. Qu'on soit simple vagabond ou bien noble, chacun était logé à la même enseigne et pouvait bénéficier d'un traitement princier. Fort de ce constat, Enguerrand se redressa et bomba le torse : il avait de quoi être fier puisque le joyau de perfection qu'était Ermelina était à lui. Il avait réussi à lui mettre la main dessus et il était résolu à veiller jalousement sur son précieux trésor comme un dragon sur son tas d'or.

Pour l'heure, le précieux trésor faisait preuve d'un magnifique optimisme en brossant le tableau de ce que serait la quinzaine à venir pour le bel Oiseau de feu et le veinard qui allait bientôt lui passer la bague au doigt. Le Tolédan réprima un rire nerveux qui exprimait mieux qu'un long discours son point de vue sur ce qui n'était en fait qu'un infernal marathon inventés par des gens voués au célibat pour dégoûter les amoureux et les dissuader de se rendre à l'église le grand jour. Enguerrand frissonna et blêmit en pensant aux contrats de mariage à réaliser, aux trousseaux à confectionner, aux nids douillets à aménager, aux festivités à organiser... Et dire que bientôt ce serait à son tour de courir de la sorte... Soupir.

Heureusement, la présence réconfortante d'Ermi lui mit du baume au cœur, à défaut de lui redonner des couleurs. La rusée Renarde, ne se doutant en rien des terribles drames existentiels qui ravageaient le moral de son promis, venait de trouver le moyen d'allier le profane au sacré. Le chêne et le lierre... Comme c'était bien pensé. Quelle meilleure façon d'illustrer l'amour éternel et les liens fusionnels qui unissaient deux êtres s'aimant sincèrement ? Enguerrand en était là de ses considérations quand la petite diaconesse à la chevelure de feu décida de réveiller l'assistance en l'invitant à prier.


Seigneur Dieu aide nous à vivre pleinement ces fiançailles, dans la joie, dans la foi et dans la prière.
Que ton Amour rende le couple de Nefi et Lndil de plus en plus fort, qu'il les aide et les soutienne chaque jour que Tu feras.
Aide-les dans ce cheminement, pour qu'ensemble ils puissent avancer sereinement vers l'engagement de leur vie, dans le sacrement du mariage.
Aide les à discerner et avancer dans ce chemin, libres et conscients de ta présence à leurs côtés.
Seigneur Dieu, nous te prions.


Très sagement – pour une fois – Enguerrand récita la prière sitôt qu'il l'eut reconnue. Un œil fermé, parce qu'une louange nécessitait un minimum de piété et de sérieux, un œil ouvert, parce qu'il ne fallait pas non plus trop en demander, le Tolédan profitait du petit temps de méditation généreusement octroyé par Ermi à l'assemblée non pas pour se recueillir mais pour couver du regard sa Renarde et son Oiseau de feu. Aujourd'hui c'était jour de fête puisqu'il pouvait profiter de l'une et de l'autre, il n'allait pas perdre son temps à radoter alors qu'il avait un si beau spectacle sous les yeux.

Hélas, rien n'étant parfait en ce bas monde, le plaisir du Castillan prit fin quand son devoir d'enfant de chœur le rattrapa. Comme convenu pendant les préparatifs, Enguerrand s'approcha de l'autel, non sans au passage admirer les demoiselles présentes, puis s'empara avec précaution du coffret en forme de châsse qu'Ermi y avait déposé un peu plus tôt. Tachant de rester naturel, il se rendit près de l'officiante. Arrivé à sa hauteur, il ouvrit l'étrange boite et resta gentiment planté là. En tant qu'aide exclusif de la petite diaconesse à la chevelure de feu, il était contraint et forcé de rester immobile et impassible.Inutile de préciser à quel point l'infortuné fiancé qu'il était sur ce coup-là devait faire un effort quasi surhumain pour dompter sa nature fougueuse. Ah ! L'amour... Que ne vous ferait-il pas faire à l'insu de votre plein gré ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 24 Juil - 3:20

Un sourire radieux illumina un instant le visage de la rouquine lorsqu'elle observa son Enguerrand avancer lentement, de sa démarche souple de grand félin, en prenant mille précautions pour ne pas renverser la boîte, la lâcher, voir butter contre une dalle traitresse et s'affaler de tout son long. Lorsqu'il fut près d'elle, la diaconesse ne put résister à l'envie de se tordre le cou pour essayer de plonger son regard dans celui du Tolédan, puis prit respectueusement un précieux flacon de verre que contenait le coffret. A l'intérieur, l'huile sainte, dont on ne se servait que pour les onctions lors des grandes occasions, teintait le verre d'un éclat mordoré du plus bel effet dans la lumière tamisée de l'après midi.

Nefi, Lndil, agenouillez-vous et joignez vos mains je vous prie, demanda Ermi aux promis en leur faisant face. Consciente à la foi de la grande valeur de l'ampoule et de son contenu, la petite diaconesse redoubla d'attention et déboucha le plus délicatement possible (ce qui n'était pas un mince exploit quand on la connaissait un tant soit peu) le flacon. Après avoir trempé son pouce dans le liquide ambré et parfumé, elle s'approcha de Nefi, prenant bien soin de ne pas tacher la tenue de fête de l'Orthézienne et son propre vêtement. Elle dessina alors une petite croix sur le front de la presque fiancée, appliquant ainsi l'huile sainte, marque indélébile de la bénédiction de Dieu.

Vous, qui aimez les autres, aidez votre prochain, et vivez dans le respect des préceptes aristotéliciens, dit-elle d'un ton égal avant de faire un pas de côté pour se trouver pile en face de Lndil.

Vous, fidèles de notre Sainte Église, amenés à vous chérir l'un et l'autre, jusqu'à ce que le Seigneur vous rappelle à lui, poursuivit-elle en signant le front de Lndil avec une minutie quasi tatillonne.

Je vous bénis, et déclare officielle votre période de fiançailles ! Que le Très-Haut veille sur vous au court de la quinzaine à venir et qu'Il vous permette de revenir en ce lieu pour la célébration de votre union..., annonça-t-elle en invitant les fiancés à se relever. Procédant toujours par ordre, la rouquine referma le si fragile flacon et le renicha dans son écrin d'émail. Ayant oublié de préparer un linge pour ôter de son pouce toute trace du corps certes sacré mais surtout gras, Ermi essaya de ne pas pousser un soupir retentissant. En lui et place, elle préféra enchaîner avec la dernière étape de la petite cérémonie.Tachant de conserver une distance de sécurité entre sa robe jusque là impeccable et son pouce au trop fort potentiel salisseur, Ermi se tourna vers Lndil et le regarda dans les yeux, sans ciller. C'était à présent le moment de la cérémonie que la rouquine préférait, celui où les fiancés prenaient pour la première fois la parole après la reconnaissance par l’Église et, bien, plus important, par Dieu, de l'amour qui couvait en leurs cœurs.

Lndil, attaqua la petite diaconesse avec entrain, que ta voix soit maintenant la messagère de ton cœur. Qu'elle s'élève haut et fort pour que tous, ici, connaissent la beauté et la pureté de l'amour que tu voues à Nefi. Et pour que cet amour resserre sa douce étreinte sur l'âme de ta fiancée, laisse parler ton cœur, qu'il exprime librement les sentiments que Nefi a su y faire naître et qui l'animent aujourd'hui. La petite diaconesse se tourna vers la fiancée et la regarda à son tour dans les yeux.

Nefi, enchaîna la rouquine, que ta voix soit maintenant la messagère de ton cœur. Qu'elle s'élève haut et fort pour que tous, ici, connaissent la beauté et la pureté de l'amour que tu voues à Lndil. Et pour que cet amour resserre sa douce étreinte sur l'âme de ton fiancé, laisse parler ton cœur, qu'il exprime librement les sentiments que Lndil a su y faire naître et qui l'animent aujourd'hui.

Ermi aimait plonger son regard dans celui des jeunes gens qui se présentaient devant elle lorsqu'elle faisait cette demande. Le regard ne mentait pas, et ce qu'il traduisait à ce moment précis était souvent révélateur de ce que le mariage serait. Ce qu'elle vit dans les yeux de Nefi et ceux de Lndil était des plus prometteurs... Le sourire aux lèvres, la petite diaconesse fit un petit pas en arrière, se mettant en retrait pour laisser la parole aux fiancés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azilize
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 10/10/2008
Localisation (dans le jeu) : Lourdes

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 24 Juil - 11:20

La petite brune, s’apprêtait à suivre tout le monde dans la chapelle, mais elle fut surprise de voir sa fille dehors. Elle qui avait semblé si heureuse de participer au cortège, semblait gêner. Elle ne l'avait pas vu depuis son départ pour un voyage beaucoup trop long et mouvementé à son goût. Que se passait il donc dans sa tête pour qu'elle reste ainsi assise sur un muret.

Il fallait qu'elle comprenne se qui se passait. Aussi alla t'elle la voir avoir de rentrer.

Funky ? que se passe t'il ? quelque chose ne vas pas ? tout le monde rentre, tu vas être bonne dernière ce qui serait ennuyeux tu ne crois pas ?

Elle regardait le flot des invités qui rentraient, attendant une réponse, qu'elle aurait... ou pas.

Funky aurait du être heureuse et participer avec tous à la belle cérémonie qui se déroulait désormais dans l'église. Azi était tirrailler, l'envie de rentrer et de participer à la prière avec tous, et l'envie de prendre sa fille par le bras et de l'entrainer avec elle, mais aussi l'envie de comprendre ce qui se passait.

Elle vit sa fille se lever d'un bon et pousser un cri, elle avait vu Eglantine qui rentrait dans l'église.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 24 Juil - 14:32

La prière était finie et la diaconesse chercha un flacon de verre contenant l'huile d'onction et leur parla
Nefi, Lndil, agenouillez-vous et joignez vos mains je vous prie
Elle s'approcha alors de Nefi qu'elle oignit d'une croix sur le front. Voila longtemps qu'Lndil n'avait plus vu cette pratique qui c'était quelque peu perdue.
Elle rajouta tout en se décalant vers Lndil

Vous, qui aimez les autres, aidez votre prochain, et vivez dans le respect des préceptes aristotéliciens.
Vous, fidèles de notre Sainte Église, amenés à vous chérir l'un et l'autre, jusqu'à ce que le Seigneur vous rappelle à lui

Elle signa Lndil à son tour. La sensation de l'huile sur le front était agréable et le touché d'Ermelina était sûr sans trembloteries.
Elle continua

Je vous bénis, et déclare officielle votre période de fiançailles ! Que le Très-Haut veille sur vous au court de la quinzaine à venir et qu'Il vous permette de revenir en ce lieu pour la célébration de votre union...,
Après avoir fermé le flacon d'huile sainte, la diaconesse se tourna vers Lndil et le regarda droit dans les yeux.
Lndil que ta voix soit maintenant la messagère de ton cœur. Qu'elle s'élève haut et fort pour que tous, ici, connaissent la beauté et la pureté de l'amour que tu voues à Nefi. Et pour que cet amour resserre sa douce étreinte sur l'âme de ta fiancée, laisse parler ton cœur, qu'il exprime librement les sentiments que Nefi a su y faire naître et qui l'animent aujourd'hui.
La petite diaconesse se tourna vers la fiancée et la regarda à son tour dans les yeux.
Nefi, que ta voix soit maintenant la messagère de ton cœur. Qu'elle s'élève haut et fort pour que tous, ici, connaissent la beauté et la pureté de l'amour que tu voues à Lndil. Et pour que cet amour resserre sa douce étreinte sur l'âme de ton fiancé, laisse parler ton cœur, qu'il exprime librement les sentiments que Lndil a su y faire naître et qui l'animent aujourd'hui.
Se mettant en retrait, Ermelina laisse la parole aux fiancés.
Lndil déja debout, pris les deux mains de Néfi après s'être mis face à elle

Néfi... je suis amoureux de toi... simplement.
Je n'y peux rien, chaque fois que je te regarde, je sens bouger mon cœur comme une armée en pleine débâcle...
Ah ! Tes yeux Néfi, c'est la nature qui explose au printemps en bouquets de paillettes émeraudes...
Ta chevelure ondule pareille à l'eau qui murmure en mille ruisselets...
Et tes jupes virevoltantes comme des soleils de feu qui embrase tout mon être.
Voila l'amour que j'ai pour toi depuis maintenant des mois !

Lndil se tût, espérant que cela plairai à sa Douce et qu'elle aurait compris les quelques références qu'il avait glissé dans sa déclaration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nefi
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 24 Juil - 16:11

La cérémonie commença, la belle voix d’Ermelina s’élevé claire et douce dans l’édifice qui répercutait son discours afin que chacun puisse entendre. Voilà bien là une merveille d’architecture qui permettait se prodige. Mais le discours de la jeune femme était tellement riche que les pensées de Nefi s’emballaient totalement. Elle se raisonna tout de même et se re-concentra sur ses paroles alors que déjà l’évocation des 15 jours à suivre commençait à prendre une forme de tornade d’idées et de réflexions dans sa petite tête. Il n’y avait pas à dire l’officiante avait vraiment développé des trésors de métaphore et de poésie pour leur cérémonie, elle n’avait jamais vu cela avant et était enchanté de l’écouter et surtout touché en plein cœur. On aurait presque pu croire qu’elle les connaissait tout deux de longue date tant elle était juste dans ses paroles. L’évocation du chêne et de sa force, puisant de la terre nourricière sa puissance et sa stabilité été pour elle bien plus qu’un symbole. Elle pensa à sa mère et à sa tante se souvenant des rituels ancestraux autour de l’arbre séculaire. Puis ce lierre solidement enlacé comme des bras indestructible et vigoureux, on le disait fidèle et immortel. Elle sentit la main de Lndil presser la sienne doucement, lui aussi devait être touché par cette comparaison. La Diaconesse les invita ensuite à la prière et elle baissa la tête fermant les yeux pour prier avec ferveur

Seigneur Dieu veille sur l’engagement que nous avons choisi de prendre devant toi ce jour.
Aide-nous à trouver le chemin qui mène à une union heureuse et respectueuse de tes préceptes.
Garde nous sous ta protection car nous avons fait ce choix de nous en remettre à ta bonté.
Accepte ma prière et ma dévotion oh seigneur.


Ermelina repris bientôt la parole et leur demanda de s’agenouiller. Voilà bien une chose qui d’ordinaire était inconcevable pour elle. Il n’y avait bien que dans ce lieu saint qu’elle accepter ce signe de soumission. Elle lâcha la main de son tendre pour relever légèrement ses jupes. Voila une chose qui n’était point aisé. Elle s’agenouilla enfin sur les dalles froides. Le contact était dure mais elle garda le sourire et laissa L’officiante l’oindre.


Je vous bénis, et déclare officielle votre période de fiançailles ! Que le Très-Haut veille sur vous au court de la quinzaine à venir et qu'Il vous permette de revenir en ce lieu pour la célébration de votre union...

Quelle douce musique à ses oreilles que ses quelques mots. Ils étaient enfin officiellement fiancés. Un pur éclat de bonheur passa dans ses yeux émeraude. Ermelina les invita ensuite à se relever, grumph mais quelle idée d’avoir une si longue robe, elle envia un moment son tendre d’être libre de ses mouvements. Bien alors comment se relever sans mettre le pied sur le précieux tissu et ainsi sauver son amour propre en ne tombant pas tête la première sur le dallage. Elle n’avait rien sous la main pour s’appuyer. Elle eu soudain un petit éclaire de génie et tendit la main à son tendre en lui décochant un sourire ravageur. Il lui saisie la main et elle put se relever avec toute la grâce dont elle était capable et sans se casser la binette lamentablement. Satisfaite elle reporta une fois de plus son attention sur la diaconesse la laissant plonger son regard dans le sien. Elle avait les yeux pétillant de bonheur. Le court échange avec son tendre lui avait permit de voir une petite lueur de trouble qu’elle aimait tant voir dans ses yeux.

Nefi, enchaîna la rouquine, que ta voix soit maintenant la messagère de ton cœur. Qu'elle s'élève haut et fort pour que tous, ici, connaissent la beauté et la pureté de l'amour que tu voues à Lndil. Et pour que cet amour resserre sa douce étreinte sur l'âme de ton fiancé, laisse parler ton cœur, qu'il exprime librement les sentiments que Lndil a su y faire naître et qui l'animent aujourd'hui.

Lndil se tourna alors vers elle lui prenant les deux mains dans les siennes. Se simple contact était doux et rassurant.

Nefi... je suis amoureux de toi... simplement.
Je n'y peux rien, chaque fois que je te regarde, je sens bouger mon cœur comme une armée en pleine débâcle...
Ah ! Tes yeux Nefi, c'est la nature qui explose au printemps en bouquets de paillettes émeraude...
Ta chevelure ondule pareille à l'eau qui murmure en mille ruisselets...
Et tes jupes virevoltantes comme des soleils de feu qui embrase tout mon être.
Voila l'amour que j'ai pour toi depuis maintenant des mois !


Elle rougit légèrement touché de ses quelques paroles qui pouvait sembler simple pour le profane mais en disaient tellement long pour elle. Elle lui sourit tendrement.

Lndil, mon tendre amour, il n’est point de mots en ce monde suffisamment fort pour décrire l’amour que je te porte.
Tu es pour moi comme ce chêne, solide, protecteur, rassurant, pour moi la rose qui croit nicher dans tes racines, pour toi j’ai adoucit mes épines, chaque jour je fais que la vie soit douce comme mes pétales et envoutante comme le parfum que j’exhale. Le lierre de notre amour nous uni et nous enlace, indestructible et verdoyant. La vie circule en nous puisant sa force de la terre nourricière par laquelle nous nous communiquons notre soutien au quotidien.
Tant qu’il y aura des printemps pour réveiller nos racines, et provoquer des pluies d’émeraudes,
Tant qu’il y aura des ruisselets pour étancher notre insatiable soif,
Tant que le vent taquin soufflera et le soleil dardera ses chauds rayons qui embrase nos cœurs
Alors je te promets de nombreuse débâcle de ton cœur, mais notre amour sera quant à lui toujours victorieux.

Elle se tut enfin fixant toujours ses deux émeraudes dans les saphirs de son tendre. Le soleil au travers des vitraux jouait dans ses mèches blondes comme des feus follets espiègles. Elle y aurait bien passé une main caressante mais ce n’était pas le lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lamya

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 05/08/2011

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 24 Juil - 19:16

La jeune femme était un peu perdue, beaucoup de monde et pas beaucoup qu'elle connaissait, elle salua les personnes qu'elle reconnue d'un large sourire.

Lamya aperçue Funky s’éloigner du groupe, au moment ou elle voulu allé la rejoindre, elle fit emportée par les invité vers l'intérieure de l'Eglise, Lamya grimaça un instant puis parvient à attraper la main de Pegas, elle lui serra fort, elle était un peu paniquer la brunette, elle n'avait plus vraiment l'habitude des sorties de ce genre.

Lamya entraîna son homme non loin de Nefi et Lndil, elle s'assit sur un banc et écouta la cérémonie, des rêves plein la tête...se demandant si un jour, elle pourrait être à la place de sa belle soeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    

Revenir en haut Aller en bas
 
De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rupture de fiançailles
» Des bagues de fiançailles !
» Retrouvailles & Fiançailles [Pv: Aaron, Jacob & Swann ]
» Des fiançailles nobles par nature
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province métropolitaine d'Auch :: Bâtiment Principal :: Chapelle Saint-Lescure-le-Conciliant :: Sacrements pour le Diocese de Tarbes-
Sauter vers: