Venez découvrir la province d'Auch, le clergé Aristotélicien siège en ces lieux. Forum lié au jeu des RR.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Ce forum va entrer en hibernation. On est passé sur le Fofo II Eglise Aristo http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=12123 Rejoignez nous !!!!

Partagez | 
 

 De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
nefi
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 16 Aoû - 16:16

A peine retrouva t'elle le silence qu'un grand crie de liesse se fit entendre se répercutant dans la voûte et emplissant tout l'édifice. Elle sursauta par réflex puis regarda Enguerrant responsable de cette explosion de joie. Remise de sa stupeur elle lui adressa un grand sourire amusé lui faisant un clin d'oeil. Comprendrait il ? loin de s'être offusqué de cette réaction si spontané elle trouvait charmant que la joie emplisse les lieux. Après tout ils étaient la pour célébrer un mariage synonyme d'amour, de bonheur, un hommage à la vie et au trés haut. Malgré l'émotion ambiante ils n'étaient point à un enterrement. Bien qu 'ils renonçaient à leur célibat, à une certaine liberté. Ils étaient heureux voulaient faire partager cette joie à leurs proches. Et l intervention d'Enguerrant collait à merveille avec tout cela, bien qu'inhabituel de ce coté de la frontière.

Ermelina poursuivit la cérémonie l'arrachant à ses réflexions. Elle la laissa prendre sa main et commencer le rituel. Elle l'écoutait avec attention alors qu'elle lui posait la question. La main de son aimé se trouva bientôt dans la sienne et elle aurait aimé ne plus la lâcher comme pour garder cette connexion entre eux qui la rassurait tant et l’apaisait toujours.

je te remets Lndil comme époux pour que tu le gardes, sain ou malade, et que tu lui conserves ta foi selon les commandements de l’Église. L'acceptes-tu ainsi ?

Oui j'accepte Lndil comme époux, Et je m'engage à le garder en bonne santé. Elle sourit espiégle en le regardant. La question l'avait amusé étant donné sa profession. et a être une bonne épouse selon les préceptes Aristotélicien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 16 Aoû - 17:00

Ermi ne voulut pas brusquer les fiancés, faire éclater la bulle qui les environnait : elle leur laissa le temps de vivre pleinement le moment présent, de s'imprégner de cet échange. Enfin, leurs mains se quittèrent à regret, abrégeant l'étreinte à laquelle elles aspiraient tant toutes deux. La petite diaconesse, qui n'aimait pas séparer ce qui était conçu pour aller si bien ensemble, ne souhaita pas prolonger trop longuement l'insupportable attente des deux mimines, aussi prit-elle sans plus attendre la main de Lndil et celle de Néfi, mais en inversant leur position : celle de Lndil se faisait réceptacle et celle de Néfi offrande.

La rouquine sentit la joie monter en elle au moment où la main de la mariée allait toucher celle de son époux. Distraitement, elle se demanda si Zaza ressentait la même chose à chaque fois qu'elle formait un couple... Si tant est qu'obliger un homme à épouser une demoiselle à l'insu de son plein gré pouvait être considéré comme former un couple. Après tout, quand on est contraint et forcé d'enchainer le futur époux à un pilier pour s'assurer de sa pleine et entière collaboration pour son propre mariage, on pouvait être amené à se poser quelques questions sur la nature même des sentiments unissant le si mignon petit couple...

Chassant rapidement de son esprit la vision de la maquerelle andalouse dégainant son petit carnet noir (remarquable ouvrage où elle consignait tous les secrets les plus honteux de ses compatriotes en vu d'un chantage quelconque et surtout fructueux) dans le but de trouver un nouveau mari pour l'une de ses filles, Ermi s'éclaircit discrètement la voix et reprit le cours de la cérémonie du mieux qu'elle put. Il fallait dire à sa décharge qu'elle avait tout d'un poulpe. Il lui fallait veiller sur Vanyelle, dont le calme trop grand laissait supposer qu'elle devait s'adonner à quelque activité obscur s'apparentant vraisemblablement à une bêtise, s'assurer qu'Enguerrand n'allait pas se livrer à un nouveau coup d'éclat, garder un œil attentif sur l'assistance, « au cas où », continuer vaille que vaille à suivre le fil trop ténu du sacrement et s'occuper des fiancés. Prenant une grande inspiration, la rouquine rapprocha les mains des promis : il était plus que temps de s'occuper de « l'heureux homme », comme aimait à le qualifier Enguerrand.


Lndildit elle en regardant droit dans les yeux le fiancé, je te remets Néfi comme épouse, poursuivit-elle en posant la main de Néfi dans celle de l'Orthézien tout en retirant ses mains pour les croiser à nouveau devant elle, pour que tu la gardes, saine ou malade, et que tu lui conserves ta foi selon les commandements de l'Eglise. L'acceptes-tu ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 16 Aoû - 18:11

Néfi fit de simples mais de beaux engagements et Lndil ne doutait pas de sa sincérité car voila maintenant quelques années qu'elle s'était occupé de beaucoup de chose le et les concernant.
A peine cela fini, qu'Enguerrand cria un "olé" - car qui d'autre pouvait dire cela ! - à rendre cardiaque les personnes les plus saines... Ermelina le regarda accompagné d'un haussement d'épaules. Elle semblait tout autant surprise.
Puis la diaconesse se rapprocha, leur prenant les mains. A ce moment Lndil se rappela des propositions faites pour la cérémonie et se souvint qu'il s'agissait de l'échange des mains.
Cela ne semblait pas être particulier, tout juste un geste en plus mais maintenant, dans le feu de l'action et toutes les émotions, ce contact entre leur deux mains et ces paroles échangées... tout cela revêtait un sens particulier entre toucher, regards et paroles.
Le sourire de Néfi le ramena à des choses plus terre à terre sur le "garder en bonne santé"... à quoi avait elle pensé ? A ses mésaventures ou à la sienne ou chacun a porté secours à l'autre. Quoi qu'il en était, c'était maintenant son tour.

Oui, j'accepte Néfi comme épouse ... je m'engage à la garder toujours en bonne santé et je serai également un bon mari selon les préceptes aristotéliciens.
Il regarda intensément sa Belle, attendant la suite avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 16 Aoû - 19:23

Néfi et Lndil restaient là, debout, main dans la main et se contemplaient, à mi-chemin entre l'émerveillement et la félicité. Le monde aurait pu s'écrouler autour d'eux, ils ne s'en seraient assurément pas rendu compte... Ils semblaient juste heureux de pouvoir profiter l'un et l'autre du moment présent, le goûtant, le savourant jusqu'à plus faim. La chapelle constituait un écrin de dentelle de pierre dans lequel la lumière colorée des vitraux ajoutait une touche de magie, et dans cet écrin, face à l'assemblée, ils avaient, pour Ermi, la beauté et l'humilité de ces couples illustrant les romans courtois. Les petites cellules grises de la rouquine choisirent ce moment pour se manifester. Couple courtois ? Et puis quoi encore ? Quand on voyait comment se terminait la grande histoire d'amour d'Héloïse et Abélard, merci bien... Faisant abstraction de ce point de détail, Ermi posa sa main droite sur celle de Néfi et sa main gauche sous celle de Lndil, pour consolider symboliquement l'union qui se dessinait de plus en plus nettement.

Puisque vous avez donné mêmement consentement à votre union, donnez-vous l'un à l'autre la foi que vous devez à Dieu et à la sainte Église. Gardez-vous mutuellement dans la parfaite fidélité et l'aide mutuelle, selon la règle et le dévouement du mariage. 

Afin de parfaire le geste somme toute symbolique, la petite diaconesse substitua l'extrémité de son étole à ses mains. Les yeux mi-clôt, Ermi psalmodia la formule traditionnelle.


Seigneur notre Dieu,
Bénis, protège et fortifie
L'amour de ces nouveaux époux :
Que leur amour soutienne leur fidélité ;
Qu'il les rende heureux
Et leur fasse découvrir
La joie du don total à celui qu'on aime.
Que leur amour, semblable à ton amour, Seigneur,
Devienne une source de vie ;
Qu'il les garde attentifs aux appels de leurs frères,
Et que leur foyer soit ouvert aux autres.
En s'appuyant sur leur amour,
Qu'ils prennent une part active à la construction d'un monde
plus juste et plus fraternel,
et soient ainsi fidèles à leur vocation d'hommes.
Par Aristote, Christos et Notre Seigneur

La petite diaconesse retira son étole et les mains se séparèrent. Elle invita d'un geste de la main Néfi et Lndil à se rapprocher de l'autel tout en leur indiquant discrètement d'un mouvement rapide de l'index les coussins, sur lesquels ils devraient s'agenouiller sous peu, afin qu'ils ne marchent pas dessus. Puis elle adressa un signe discret aux témoins du marié, pour leur indiquer qu'il était temps qu'ils prennent place auprès de Lndil, et aux témoins de la mariés, pour leur signaler qu'ils devaient se tenir prêts : c'était à présent à eux d'intervenir, eux qui conservaient par devers eux les préccccccciiiiiiiiieux anneaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liptis

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2012
Localisation (dans le jeu) : Arras [Artois]

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 16 Aoû - 20:22

Malgré son état un peu embrumé et ému par l'échange de fidélité et d'amour, Liptis aperçu le petit geste de la diaconesse. Prenant la main de l'autre témoin de Lndil, il s'approcha - accompagné de cette chère Brune - auprès du nouveau marié.

Certes, il manquait encore un petit quelque chose mais cela allait venir. L'élément essentiel de la cérémonie était dans la poche de son pourpoint. S'avançant avec respect et dignité, il vint se mettre près de Lndil. Il fit de nouveau un grand sourire aux mariés. Nul doute qu'ils formaient un couple superbe, parfaitement assorti. Quelle chance ils avaient.

Il laissa échapper un infime soupir puis sortit presque religieusement le petit écrin. Celui-ci était fort beau et contenait une alliance toute aussi belle. Allait-il s'arrêter là ? Son esprit lui imprima l'idée qu'il lui fallait poursuivre.

Il se tourna vers Enguerrand et lui dit doucement :


Tenez... Je vous la confie.

Il lui tendit alors le petit écrin et regarda une fois encore les mariés.


Dernière édition par Liptis le Jeu 16 Aoû - 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chany Lafarque

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 16 Aoû - 20:28

L'échange de consentements de ses amis la plongea dans un souvenir déja si loin mais encore si présent dans sa mémoire.

Elle souhaita au fond de son coeur que sa "Nef" puisse être aussi heureuse qu'elle ne l était aux côtés de Pat mais elle n'en doutait pas,
Lindl était un homme qui saurait rendre Nefi heureuse.

Elle se tourna discrètement vers Cooky tu viens je pense que c est a nous? puis récupéra le précieux objet dans sa poche secrète discrètement et elles se dirigèrent vers la mariée , puis tendant le boitier à Vanyelle





s'il vous plait jeune fille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanyelle

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 08/08/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 16 Aoû - 22:31

S'étant remise de la frayeur que lui avait fait Enguerrand avec son tonitruant "Ole" - pourtant au delà des Pyrénées ça ne lui faisait pas cet effet, sans doute parce que c'était coutumier - Vanyelle avait profité des moments de Nefi et Lndil pour retrouver son calme. Enfin quand même, elle commençait à avoir furieusement envie de gigoter mais l'arrivée de Cooky et Chany l'en dissuada. Elle prit l'anneau qu'on lui présentait en faisant bien attention. Il ne fallait pas le faire tomber, parce que le chercher à 4 pattes parmi les pieds des invités, c'est sûr que ça ne serait pas bien du tout.

Enguerrand vit le témoin de l'heureux homme arriver vers lui. Machinalement, il tendit la main pour récupérer l'anneau et adressa un sobre signe de tête en guise de remerciement et de promesse tacite de bien veiller sur le bijou.Cependant, au fond de lui, Enguerrand n'était ni détendu, ni zen, ni en harmonie parfaite avec le monde qui l'entourait. Son regard sombre allait de sa main à celle de la gargouille. Visiblement, il y avait quelque chose de pourri dans le comté du Béarn*. Lentement, l’œillade assassine du grand Tolédan passa de la main de l'insupportable gamine à son faciès. Lentement aussi, un sentiment d'injustice profond l'envahit. Comment se faisait-il que ce soit le petit monstre qui ait hérité de la bague de son bel Oiseau de Feu à lui, d'abord ?

Le petit boitier avec l'anneau de Nefi bien en main, il fallait maintenant qu'elle et Enguerrand se placent devant sa mère avec leur précieux fardeaux. Elle inspira en se disant que si faire tomber l'anneau n'était pas une bonne idée, il ne fallait pas non plus tomber et s'étaler de tout son long. Et puis pour faire joli, il fallait qu'ils s'approchent quand même pas en décalé. Elle lança un regard à Enguerrand... et hésita. Pourquoi il n'avait pas l'air heureux? Elle inspecta rapidement sa tenue... Tout était en ordre, elle ne voyait pas. Les mains occupées, elle ne pouvait pas vraiment faire de signe, aussi essaya-t-elle avec sa tête. La bague dont elle était porteuse, Enguerrand avec la bague qu'il gardait pour l'instant, Ermelina... c'est le parcours que faisait son regard.

Il ne fallut que deux enjambés à Enguerrand pour se trouver à côté de la morveuse. Manque de pot, certains regards indiscrets les observaient. Il ne pouvait donc pas se lancer dans un abus de pouvoir caractérisé et échanger les boites. Il allait falloir être plus subtil - mais pas trop, tout de même, il fallait que la gargouille suive ses arguments - et surtout très discret. Et rapide. Le grand Tolédan fit preuve d'un self contrôle à toute épreuve, prit une profonde inspiration et se pencha vers la gamine.


Pssssssssssssssssttttt !!! chuchota-t-il aussi discrètement que possible, tout en souriant aux témoins.

Oh la la... ne pas paniquer, ne pas paniquer. Qu'est-ce qu'il voulait? Elle ne voyait vraiment vraiment pas ce qu'elle avait pu oublier. Tout en serrant son précieux (pas possible de résister ^^) elle lui lança un regard proche de celui d'un lapin qui se terre au fond de son clapier, persuadé que sa dernière heure est arrivée.

Voui? Il faut bien qu'on aille devant maman maintenant d'abord non? Et pis il faut y aller ensemble et lui présenter les alliances... c'est toujours comme ça qu'on fait. Il manque rien non? fit-elle à voix basse. Elle continuait frénétiquement à chercher dans sa mémoire ce qui allait de travers et expliquait sa venue à ses côtés.  

Enguerrand regarda à droite, puis à gauche. Il se pencha autant qu'il le put, espérant que ses propos ne soit pas entendus.

Ils se trompés, on n'a pas les bonnes bagues.

Vanyelle fronça les sourcils. Elle regarda la bague dans le boitier qu'elle tenait, puis celle dans le boitier d'Enguerrand pour essayer d'enrayer sa panique naissante. Si elle n'était toujours pas calme et sereine, un détail bien rassurant selon ses critères lui sauva la mise. Mais non, c'est tout bien assorti. On a les mêmes jolis boites, et pis les alliances elles sont pareilles. Enfin la mienne elle est plus petite, mais c'est normal quand même parce que les filles elles ont toujours des doigts plus petits que les garçons, c'est mère qui me l'a dit une fois.

Enguerrand sentit que l'injustice n'était plus toute seule en lui. L'énervement venait de la rejoindre et tous deux devaient tailler une petite bavette à l'amiable. Le résultat était tout simplement désastreux sur le grand Tolédan, dont les nerfs mis à vif supportaient de plus en plus mal sa "consœur".
Dios mio... Vous avez MA bague et j'ai la vôtre. Je dois m'occuper de mon bel Oiseau de Feu, pâle sang bleu ! Enguerrand regarda la gamine droit dans les yeux, y guettant la lueur brusque et soudaine de la compréhension.

Mais qu'est-ce qu'il racontait. Elle ne comprenait juste pas et secoua la tête.
Mais non, c'est normal. La bague du marié c'est un garçon qui s'en occupe, et la bague de la mariée c'est une fille qui s'en occupe. Sa panique retombait, elle n'avait rien fait de travers. 

N'avez vous pas remarqué que jusqu'ici tout fonctionnait par paire et en symétrie ? La symétrie et la logique exigent que vous vous occupiez du marié et moi de la mariée. Vous ferez un couple avec le bienheureux Lndil et moi je ferai de même avec Néfi. Est-ce plus clair ? susurra Enguerrand aussi vite qu'il le pouvait.

Cette fois-ci elle se renfrogna. Elle n'avait pas l'intention d'aller avec Lndil. Elle, elle voulait être avec la princesse du jour, et puis c'était comme ça que c'était prévu.
Mais c'est pas ce qu'a dit mère quand on se préparait. Je ne vais pas faire autre chose que comme elle a dit d'abord, alors ça non. Parce que d'abord, je veux pas lui faire honte, et puis je veux pas désobéir pendant un mariage.

Allons, il n'est pas mauvais bougre, notre marié. Je suis certain qu'il vous donnera des dragées si vous vous occupez de lui. Mieux que cela, si nous échangeons les bagues, je me charge de votre mère et je vous couvre de dragées. Littéralement. Vous disparaitrez sous une montagne de vos sucreries. Tous les coups étaient bons dans cette guerre acharnée, et la corruption était un moindre mal.

Elle secouait négativement la tête, complètement déroutée. En résumé, il voulait qu'elle désobéisse à sa mère, pendant un mariage, dans la maison de monsieur Dieu, et en plus c'était sûr que si elle avait une montagne de dragées, elle était bonne pour un pêcher de gourmandise alors qu'elle avait bien retenu que les sucreries, c'est quand même plus mieux de les manger quand on a faim pour de vrai, parce que comme ça c'est qu'on avait vraiment besoin de manger, et que c'est un bonus que ce soit tombé sur des sucreries.
Non non, garçon avec garçon et fille avec princesse et voilà que sa langue fourchait. Je fais comme on m'a dit, sinon Murphy il va arriver et mère elle ne l'aime pas beaucoup.

Parfois, je me demande à quoi cela peut bien servir de discuter avec vous. Vous êtes inutilement bornée, autant que les mules andalouses. Et hop ! D'un geste preste, Enguerrand kidnappa la boite de Vanyelle et déposa celle de Lndil entre les serres de la gargouille. L'air de rien, il fit un pas de côté, histoire de mettre une distance entre les reproches logiques de la créature et lui.

Elle était outrée, c'était un scandale... et elle ne pouvait même pas le crier sous peine de faire honte à sa mère. Ca c'est sûr qu'elle lui rapporterait tout dès que possible. Elle humpfa l'autre soit-disant enfant de cœur et s'approcha aussi solennellement que possible de sa mère avec la mauvaise boite en main. Elle ne jeta plus un regard vers Enguerrand, tant pis s'ils n'étaient pas coordonnés!

Enguerrand avança à son tour vers Ermi. Un sérieux doute l'assaillait... L'avait-elle vu faire ? Dans le doute, le grand Tolédan adopta une solution sage de repli stratégique.
Quelle adorable enfant, chuchota-t-il à l'adresse de la petite diaconesse en tapotant distraitement la tête du petit monstre. Aussi Parfaite et merveilleuse que sa douce maman, conclut-il en tendant ses mains devant lui pour que la petite diaconesse à la chevelure de feu puisse faire son ouvrage.

_____________________________________________________________________________
* toute référence à un certain William Shakespeare et à son sublime Hamlet est tout à fait voulue. ^^
Post rédigé à deux mains avec plaisir et bonne humeur par LJD Vanyelle et LJD Enguerrand

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 16 Aoû - 23:30

Ils venaient de franchir un pas de plus vers ce qu'Ermelina espérait être un avenir radieux et heureux. Ils s'étaient dit oui et avaient conforté leur choix. A présent, ils pouvaient débuter sereinement la partie de "pêche au mouchoir", plus communément connue sous le nom d'échange des alliances. Il était étonnant d'observer qu'au moment où les anneaux dorés passent de la main tremblante du marié au doigt fin et délicat de sa moitié, la population féminine sise dans une église plongeait systématiquement la main dans son aumônière à la recherche d'un bout d'étoffe translucide à l'aide duquel elle se tamponnait le coin des yeux pour chasser des larmes de joie et d'émotion avec le plus de dignité possible... La petite diaconesse cessa là ces considérations ethno-anthropologiques pour prendre la parole.

Le mariage est, comme vous le savez, une allianceexpliqua Ermi tant aux mariés qu'à l'assistance, et les anneaux que vous vous apprêtez à échanger sont le symbole de votre union. La forme circulaire, emblème d'harmonie et d'éternité, symbolise ainsi la parole donnée et l'union éternelle. Cercles sans début ni fin, ils seront vos protecteurs et le lien qui vous unira de corps et d’âme. Ces anneaux sont le signe de votre alliance mutuelle et avec Dieu, conclut-elle en regardant tour à tour Néfi et Lndil.

Ermelina se tourna vers Enguerrand et le fusilla du regard. Elle ne savait pas ce qui l'agaçait le plus : le putsch honteux qu'il avait osé commettre sous son nez ou la façon tout aussi honteuse qu'il avait d'essayer de faire passer son crime aux oubliettes. Un constat s'imposait : parfois, le grand Tolédan semblait avoir toute la sagesse du monde pesant sur ses épaules, et parfois cette sagesse s'envolait tant et si bien qu'il retrouvait la fougue et le comportement d'un gamin de cinq ans. Non, tout compte fait, plutôt de trois ans, surtout si on prenait Vanyelle en référence.

Ermi adressa un sourire carnassier à Enguerrand : il y avait des choses avec lesquelles il ne fallait pas plaisanter et Vanyelle en faisait parti. Elle le remercia fraichement en prenant l'anneau de ses mains et reporta toute son attention sur le bijou. Depuis qu'elle officiait, la jeune femme avait constaté qu'on apprenait énormément sur la personnalité des gens simplement en regardant les bijoux qu'ils étaient amenés à offrir. C'était évidemment le cas pour les alliances. La petite diaconesse ne fut pas surprise par ce qu'elle découvrit : il s'agissait un anneau simple, sans ornementation superflue, sans pierre ostentatoire... Rien qu'un anneau simple, solide, en métal pur : une parfaite illustration d'un amour appeler à durer. Forte de cette rapide observation et des conclusions qu'elle avait pu en tirer, la jeune femme commença la bénédiction de la bague.

Néfi, voici l'alliance que tu destines à Lndil. Qu'elle soit à présent bénie par la volonté de DieuLa rouquine se concentra et fixa l'anneau posé au creux de sa main.

Créateur et conservateur du genre humain, reprit-elle calmement, histoire de ne pas fourcher sur la formulation, Toi qui donne la grâce spirituelle et qui fais largesse de la vie éternelle, daigne envoyer ta bénédiction céleste sur cet anneau, œuvre d'un artisan, ta créature ; afin qu'en le portant, l'époux soit muni de la protection céleste, qu'il fuit les tentations de la créature sans nom, qu'il garde fidélité à sa femme, qu'il instruise ses enfants dans la piété, qu'il trouve grâce auprès de tous et que par une conduite bonne et sainte il parvienne au salut éternelacheva-t-elle en bénissant la bague d'un signe de croix.

Délicatement, pour éviter qu'un incident fâcheux n'oblige l'assistance à se mettre nez à terre pour retrouver le bijou retourné à l'état sauvage, Ermi plaça l'alliance dans la main de Néfi. 

Néfi, à présent, prends Lndil pour époux, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec lui l'amour de chaque jour. Fais dépendre ton bonheur de son bonheur et donne par l'exemple de votre union le signe tangible de l'Amour du Très-Haut sur cette terre.

La petite diaconesse constata qu'elle ne serait jamais à l'aise avec le tutoiement de rigueur au cours de ces cérémonies ; cela ne l'empêcha pas pour autant de se concentrer sur le cours des événements et de fixer attentivement Néfi, cachant tant bien que mal son impatience à la voir passer la bague au doigt de son bienaimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nefi
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 17 Aoû - 7:52

Ce fut au tour de Lndil de prêter serment, et la fraction de seconde que dura la séparation de leur main lui donna une furieuse envie de protester. NOn elle ne voulait pas qu 'on interrompe se lien entre eux. Elle voulait garder ce contact avec lui, sa main douce dans la sienne, sa chaleur, son magnétisme. Heureusement cela ne dura pas bien qu'il faudrait s'y résoudre. Elle regarda Lndil et sourit quand il lui reprit ses paroles. Ils avaient toujours veillé l'un sur l'autre elle n'avait point de doute que cela continuerait. la cérémonie se poursuivait unissant leurs mains dans l'étole précieuse de la diaconesse, l’imprégnant de toute ses paroles joliment tournées et riches de sens. les yeux dans ceux de Lndil elle fit une prière muette pour que les belles paroles de l'officiante prenne toute leur place et dicte leur vie. Elle libéra ensuite leur main, mais point pour autant qu'eux les lâchèrent, le temps s'était figé quelques instant. Pourquoi ce n'était pas maintenant le "vous pouvez embrasser la mariée" ? c'était le moment idéal pour ça. Elle avait le cœur qui battait la chamade à mesure qu'elle se noyait dans l'azur de ses yeux. Malheureusement ils furent bien vite ramené à la réalité et Ermelina les fit avancer jusqu'au coussin posé au sol. Les témoins s'avancèrent alors confiant les alliances aux enfants de cœur. Elle sourit à ses deux amis qui avaient maintenant pris place à leur coté. mais quelques messe basse et chamaillerie du coté d'Enguerrand et de Vanyelle attirèrent son attention. Visiblement il se chamaillaient encore comme deux enfants et l'abus de pouvoir du grand sur la petite la fit sourire. Elle regarda Ermelina visiblement rien ne lui avait échappé bien qu'elle garda un flegme presque Anglois en la circonstance. Mais elle poursuivit de sa voix douce et clair en prononçant les paroles rituel. Elle lui tendit bientôt l'anneau plein de symbole. Elle le regarda dans sa main quelques seconde pensant à Rowena qui les avait divinement bien travaillé. Elle le prit de son autre main et prit la main de Lndil dans la sienne. Un frisson lui parcourut l'échine à ce moment, les yeux et le nez lui picotèrent. ARrrggg ce n'était pas le moment de verser une larmichette bon sang. Elle prit quelques seconde à se remettre de ses émotions les mains tremblantes. L'anneau vrilla entre ses doigts. Manquerait plus qu'il lui échappe. Elle le craint un instant mais parvient à le reprendre bien solidement entre ses doigts fébrile.
Puis elle releva le nez vers son tendre.

Lndil, je te remet cette anneau gave de mon amour éternel, de ma fidélité, et de cette engagement que nous prenons aujourd'hui devant Aristote et nos amis. Qu'il t'accompagne en tout lieu et en toute chose pour te rappeler que je suis à tes cotés.

Elle passa alors l'anneau au doigt de son époux en suivant la tradition

"je t'épouse au nom de Dieu" elle fit alors glisser l'anneau au pouce ou bien sur il coinça bien vite, d'Aristote elle fit glisser l'anneau à l'index,
de Christos elle fit glisser l'anneau au majeur.
Amen ! elle fit enfin glisser l'anneau à l'annulaire.

Elle releva ensuite son visage vers le sien les yeux pétillants, c'était un peu par ce geste comme si une part de lui était devenu sa propriété par ce simple anneaux. Non point une propriété comme on l'entends d'ordinaire non non, bien plus précieuse et symbolique que cela elle se sentit uni à lui comme par un lien invisible comme cette sensation quand ses mains emprisonnaient les siennes. Rien ni personne ne pouvait couper se lien.




Dernière édition par nefi le Lun 27 Aoû - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 17 Aoû - 14:53

Visiblement, Enguerrand avait décidé de se tenir tranquille, pour une fois. Pas d'exclamation, pas de d'applaudissements non plus. Peut-être le fait que la rouquine ne le quittait pas des yeux l'avait dissuadé de s'adonner à l'une de ses clowneries habituelles. Ou d'exprimer librement sa joie et par là-même de provoquer des crises cardiaques en pagaille. La rouquine entendit plus qu'elle ne vit Néfi passer la corde au cou et la bague au doigt de Lndil.

Zou ! Et une zouaille de baguée, une !
s'exclamèrent béatement les petites cellules gris folâtres de l'infortunée diaconesse, quelque part dans un recoin de sa boîte crânienne. Chassant cette pensée de ces préoccupations du moment, Ermi se tourna vers Vanyelle, non sans garder un œil sur son promis. Assurément, on pourrait appeler la petite diaconesse Argos avant la fin de la journée si elle continuait de surveiller tout le monde avec autant d'attention.

Portant le précieux anneau, Vanyelle s'approcha à son tour et confia le bijou à la petite diaconesse. La rouquine décida qu'il était juste et bon de faire une petite entorse au protocole de la cérémonie. Elle se pencha vers l'enfant, caressa doucement sa joue et l'embrassa tendrement sur le front. Il faudrait au moins ça et quelques friandises valenciennes pour lui faire oublier l'outrage qu'elle avait subi aujourd'hui. Après tout, Vanyelle était sa fille : il semblait bien qu'elle avait hérité d'une bonne partie de son fichu caractère, et elle était bien placée pour savoir comment gérer le côté obscur de l'enfant.

Une fois ses obligations maternelles remplies, Ermi, comme de juste, s'empressa de satisfaire sa curiosité en jetant un coup d'œil discret à la preuve d'amour que Lndil avait décidé de donner à Néfi. L'anneau était à l'image de celui que Néfi venait d'offrir à Lndil... Un grand sourire éclaira le visage d'Emi à cette découverte. Gardant la bague au creux de sa main, la rouquine entama sa seconde bénédiction.

Lndil, voici l'alliance que tu destines à Néfi. Qu'elle soit bénie par la volonté de Dieu. 

La rouquine réitéra les gestes accomplis quelques instants plus tôt. 

Créateur et conservateur du genre humain, récita-t-elle avec tout autant d'attention, Toi qui donne la grâce spirituelle et qui fais largesse de la vie éternelle, daigne envoyer ta bénédiction céleste sur cet anneau, œuvre d'un artisan, ta créature ; afin qu'en le portant, l'épouse soit munie de la protection céleste, qu'elle fuit les tentations de la créature sans nom, qu'elle garde fidélité à son mari, qu'elle instruise ses enfants dans la piété, qu'elle trouve grâce auprès de tous et que par une conduite bonne et sainte elle parvienne au salut éternelacheva-t-elle en bénissant la bague d'un signe de croix. Avec le même luxe de précaution, elle posa doucement la bague au creux de la main de Lndil. 

Lndil, à présent, prends Néfi pour épouse, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle l'amour de chaque jour. Fais dépendre ton bonheur de son bonheur et donne par l'exemple de votre union le signe tangible de l'Amour du Très-Haut sur cette terre.

Le silence se fit, révélateur de la focalisation de l'attention de chacun sur les gestes du héros de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 17 Aoû - 22:01

Lndil n'avait cessé de regarder sa Douce jusqu'à ce que s'avance le Toledan et que la diaconesse lui prenne vivement la bague de la main... c'est à ce moment qu'il se demanda pourquoi c'était lui qui ramenait la bague et non la jeune fille.
Mais il avait bien d'autre chose à penser et reporta toute son attention sur Néfi et sur les paroles qu'elle prononçait après la bénédiction de l'anneau et à l'invitation d'Ermelina.
Il regarda l'anneau passer à ses doigts après qu'elle lui eut repris la main dans la sienne.
Qu'il était dur de rester ainsi debout, sans rien dire... il ne se souvenait pas avoir vécu une cérémonie aussi intense, aidée de tous ses gestes, ces paroles et ces regards.
Elle avait respecté la tradition comme prévu mais cela ne pouvait le laisser de marbre... encore une fois prévoir une chose et et s'y retrouver comme acteur était tout autre.

Arriva son tour, la jeune fille s'approcha et confia la baguer à l'officiante qui caressa la joue et l'embrassa sur le front. Lndil comprit qu'il s'agissait de la fille d'Ermelina, maintenant il voyait de nombreuses ressemblances.
Il avait alors fait un magnifique sourire à la jeune fille pour lui exprimer toute sa gratitude et elle semblait lui avoir répondu d'un hochement de tête.
Mais, là aussi, pas le temps de se perdre, il fallait se concentrer sur la cérémonie car la diaconesse enchaina avec la bénédiction de l'anneau avant de lui donner dans le creux de sa main et de lui indiquer la suite.

Lndil prit une profonde inspiration, laissant un peu de temps s'écouler et, se raclant un peu la gorge pour que tous l'entendent, il dit tête en bas pour trouver sa main de la sienne:

Néfi, aujourd'hui tu deviens ma femme, tu es et restera mon complément parfait tout comme le sont nos anneaux.
Relevant sa tête en même temps pour regarder son regard et son doux visage.
En regardant nos alliances, nous saurons toujours tous deux qu'il en manque une partie et qu'il nous manque une partie de nous même.
Regardant à nouveau sa main, se rappelant les paroles à dire.
Je t'épouse au nom de Dieu il glisse l'anneau à son pouce
d'Aristote passe l'anneau à l'index
de Christos poursuivant par le majeur
Amen ! pour finir à l'annulaire.

Ceci fait, il prend chaque main de celle qui est désormais sa femme et plonge son regard dans le sien attendant la suite de la cérémonie qui ne serait plus très longue maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chany Lafarque

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Dim 19 Aoû - 21:12

Echanges de consentements....échanges des anneaux.... que de souvenirs là aussi!

Comme à son habitude , la brune écoutait distraitement en rêvassant.

Lorsqu'elle revint à elle , Chany se rendit compte qu'a nouveau elle devait rejoindre les mariés. Nouvelle plongée dans la poche secret ...Attrapant la bourse , elle fit un petit signe a Liptis pour qu'ils arrivent ensemble auprès du couple.

Tenant la bourse dans le creux de ses mains , elle souria puis.......... Shocked par Aristot!!!! Regardant Liptis , elle lui montra la bourse , genre : on s'est gouré de bourse dis donc, échangeons discrètement.....

On tend un main , on attrape de l'autre et .....et deux pièces roulent!!!! une d'or , une d'argent . Horreur ,damnation et tout ce qui va avec... Laissant Liptis se "débrouiller" de son côté pour récupérer la pièce d'or, Chany suivi des yeux celle d'argent qui venait de tomber devant elle et rouler....sous les jupes de la mariée!!! pale

Petit sourire a Néfi

Bouge pas ma belle! hopla vite fait bien fait , l'artésienne a 4 pattes en dessous des cottes de l' épousée, un petit "guili" au mollet au passage , évitant un coup de genou éventuelle et

TADAMMMMM!!!! sortant de la jupe , tenant la dicte pièce telle un trophée, elle la remit avec les 12 autres avant de la tendre cette fois a Vanyelle




Puis elle regagna se place



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liptis

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2012
Localisation (dans le jeu) : Arras [Artois]

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Lun 20 Aoû - 20:13

La cérémonie avançait, toute en solennité. Liptis aimait ces instants ; il observait les mariés tout à leur bonheur. Ils étaient vraiment fait l'un pour l'autre. Il les regardait l'air béat lorsqu'il lui sembla apercevoir un mouvement du côté de Chany. Ah oui, les pièces.

S'emparant de la petite bourse, il faillit bousculer Chany. Pourquoi restait elle là en le regardant bizarrement ? Elle attira son attention sur les deux petits sacs. Liptis ne comprenait rien. Que voulait-elle lui dire ? Il en vint à regarder la bourse au sein de sa main. Ben quoi ? Qu'avait-elle de bizarre ? Devait bien y avoir un truc... Pourquoi semblait-elle vouloir échanger ? Non, il ne se serait pas tromper tout de même ! Chany en semblait convaincue, aussi tendit il la main.

Mais à vouloir faire trop discret, il arrive toujours quelque chose. Les petits sacs, surement mal fermés, laissèrent échapper chacun une petite pièce. Celles-ci tombèrent en tintant sur le sol froid de la chapelle et roulèrent chacune dans une direction. Liptis eut un moment d'arrêt ne sachant plus trop quoi faire. Voyant Chany poursuivre la pièce d'argent, il en conclu qu'il devait récupérer celle en or. C'était bien le moment tiens !

Où était-elle partie se cacher ? Il crut la discerner sous un meuble haut mais non, simplement un reflet trompeur. Il poursuivit sa recherche, persuadé que toute l'assemblée avait les yeux braqués sur lui, se moquant de sa maladresse et de sa pitoyable prestation... Mais bon, tant pis. Il lui fallait retrouver cette pièce.

Ah la voilà. Elle était partie rouler sous un grand candélabre. Se baissant il s'en saisit et souffla de satisfaction. Nouveau moment d'angoisse. La flamme vacilla dangereusement manquant s'éteindre. Heureusement, elle reprit force et brilla plus majestueusement comme en l'honneur des deux mariés.

Liptis revint prestement prendre sa place, regardant Chany qui semblait se moquer de son périple aurifère. Se tournant vers Enguerrant, il lui tendit la petite bourse emplit de douze pièces d'or aux bords légèrement élimées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enguerrand de Laigny

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 03/10/2011

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Lun 20 Aoû - 23:54

Vanyelle faisait de son mieux pour afficher un air poli, mais intérieurement elle râlait copieusement. Ah il était beau son "précepteur". Quelles belles leçons il lui donnait. Chapardage, mensonge, rien de moins, et le tout encore dans la maison de monsieur Dieu. Lorsqu'elle reçut les pièces de la part de Chany, elle prit garde à ne surtout pas être à portée de main de l'autre enfant de coeur. Une fois ça suffisait! Elle n'était pas très loin de sa mère, mais le petite distance qui l'en séparait lui semblait quand même être immense, et semée d'embûches.    

Enguerrand dût prendre sur lui pour ne pas voler au secours de l'innocent oiseau qui se débattait tant bien que mal avec ses pièces. Résistant à son instinct qui lui commandait de plonger directement sous la robe de la mariée pour éviter à la charmante créature d'avoir à se pencher, le grand Tolédan fit de son mieux pour ne pas lui offrir une main sur laquelle elle pourrait se percher pour reprendre une pose plus conventielle. Enguerrand s'apprêtait à réceptionner son précieux butin quand il sentit le grand vent de l'indifférence le fouetter en pleine face. Le délicieux oiseau anonyme l'avait snobbé pour déposer ses pièces argentées entre les mains de la gargouille. Quelle cruelle faute de goût. Enguerrand soupira et se tourna vers le témoin du marié et tendit la main pour recevoir son butin. Après tout, se dit-il pour se consoler, les pièces finiraient bien entre les mains de son bel Oiseau de Feu, c'était tout ce qui comptait.

Ils avaient tous les deux leurs pièces, Vanyelle n'avait même pas bronché pendant les repêches. Elle ressassait trop sa mésaventure pour ça. Il allait quand même bien falloir qu'ils aillent les donner à sa mère. Elle lança un regard méfiant vers Enguerrand. Ca, elle n'allait pas attendre qu'il recommence à lui raconter salade et mensonge pour la piller ensuite honteusement. Elle s'avança vers Ermelina quand une réalisation soudaine la frappa. Elle regardait sa mère, puis Enguerrand et secoua légèrement la tête. C'était juste inconcevable avec ses conclusions du moment et elle laissa échapper dans un murmure "mais non mais c'est qu'un voleur, jamais monsieur Dieu il sera d'accord pour qu'il épouse mère quand même..."

C'était amusant de voir à quel point une oreille pouvait s'étendre sans qu'on y prenne garde. Le sourire un rien crispé, Enguerrand daigna adresser un regard au petit monstre qui se trouvait trop près de lui à son goût.
Un souci, très chère ?, lui demanda-t-il d'un ton glacial.

Elle le regarda brièvement. Vous avez dit que ça ne sert à rien de discuter avec moi, alors on discute pas. Elle reporta son attention sur la bourse dans ses mains, se demandant comment la tendre à sa mère sans qu'il soit possible qu'elle soit interceptée. Traumatisée elle ?

Je ne discute pas, je pose une question. La question est brève et concise, elle demande une réponse brève et concise, murmura le Tolédan, sentant l'agacement le gagner à une vitesse battant tout record.

Elle en était persuadée, il se moquait encore d'elle. Il fallait bien discuter pour poser une question. Il essayait encore de l'entortiller et c'était pas question. D'abord il faut donner les bourses avec les pièces à mère. Parce qu'elle va en avoir besoin. Avant une autre fourberie, elle décida de tenter le tout pour le tout, et présenta son précieux fardeau à Ermelina.

Si vous comptez sur une quelconque épiphanie pour nous séparer, votre mère et moi, dit Enguerrand en se penchant suffisamment pour n'être entendu que de Vanyelle, vous risquez d'être cruellement déçue. Votre chère marraine valencienne a juré sur ce qu'elle avait de plus précieux que ce mariage se ferait. Même Dieu ploye devant la volonté de cette créature.

Un instant elle faillit désespérer... mais il avait parlé de Zaza. C'était sûr que si quelqu'un pouvait trouver une solution pour qu'il arrête d'abord de faire que des bêtises chez monsieur Dieu rien que pour être pas gentil, c'était elle. Ce que Zaza veut... il faudrait qu'elle réussisse à lui parler. Ce n'était qu'une question de temps. Jamais elle ne pourrait être déçue par Zaza, parce qu'elle était juste trop merveilleuse. Rassérénée elle se contenta de répondre courtement Oui. Mais faut quand même donner les sous à mère.

Enguerrand prit une profonde inspiration. Il était certain que Lescure, trônant sur le vitrail en face de lui, se payait ouvertement sa tête. En même temps, il y avait de quoi. Enguerrand se redressa, se contenta de lancer quelques regards assassins au petit monstre et s'installer à ses côtés, se drapant dans sa dignité en attendant que son Ermi à lui n'intervienne.

Et voilà, rien que de penser à Zaza et il faisait l'enfant de coeur comme il faut. C'était presque magique. Silencieusement, elle fit une prière pour sa marraine espagnole, et puis une autre pour monsieur Dieu. Là, c'est sûr, personne ne permettra que mère vous épouse, marmonna Vanyelle en esquissant un petit sourire tant que sa mère avait le dos tourné. D'abord, Zaza veut toujours trouver le meilleur du plus mieux comme fiancé pour les gens qu'elle marie. Il faut toujours des gens avec des noms compliqués et de belles manières. Et aussi de très belles maisons. Il ne faut pas des voleurs ou des menteurs. Sebastian, Tonton Friandise ou même Leandro feraient de bien meilleurs maris. Ca, c'était dit.

Pour le coup, Enguerrand manqua de peu de s'étouffer. Ainsi donc, l'infâme créature lui avait trouvé non pas un mais trois remplaçants ? Mais dans quel monde vivait-on ? Le grand Tolédan était outré, proprement scandalisé, et s'il ne frôla pas l'apoplexie, c'était pour ne pas effaroucher le nouvel oiseau qu'il avait décidé d'ajouter à sa volière dès la sortie de l'église. En lieu et place, il se mit à fantasmer sur le plus terrible des couvents, de préférence un de ceux dont la règle exigeait le silence absolu sauf pour les prières et qui n'accordaient qu'une heure de papotage le dimanche, un endroit perdu dans les bois, cerné par les loups et les ours, bref la prison parfaite pour le démon en jupons qui se tenait à sa gauche. Vous alors, vous fréquentez trop votre marraine. Et croyez moi, ce n'est pas un compliment ! sussura-t-il avant de se redresser, léchant mentalement les plaies de son orgueil meurtri. A ce stade, Enguerrand pria très fort, lui aussi, mais dans l'espoir d'asister à une Ermiphanie : visiblement, la prière fut assez fervente puisque la petite diaconesse à la chevelure de feu choisit ce moment pour s'avancer vers les enfants de choeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 21 Aoû - 0:24

Lndil avait fait passer son anneau au doigt de Néfi. A présent, rien ne pourrait entraver la bonne marche de la cérémonie, à moins, bien sûr qu'un tremblement de terre, un incendie, ou une pluie de poulpes sauvages (pourquoi fallait-il que ce soit toujours les crapauds et les sauterelles qui en prennent pour leur matricule ?) ne s'abatte sur la petite église béarnaise. La probabilité de voir pareille catastrophe se concrétiser était, au naturel, risible. Il aurait fallu soit un coup de pouce de Murphy pour générer les deux premières, séparément ou ensemble (l'animal étant souvent d'humeur folâtre, la possibilité restait de mise), soit une colère divine telle que la terre n'en avait pas connue depuis Oanylone pour engendrer les trois cataclysmes. Attendu que le Très-Haut avait visiblement décidé de bénir l'union en cours, il n'y avait rien à craindre et Ermi en était plus que satisfaite.

La rouquine biffa mentalement l'étape "échange des anneaux" et voulut passer à la suivante quand deux pièces décidèrent de retourner à l'état sauvage. La petite diaconesse observa la partie de chasse à court improvisée un rien amusée : visiblement, il n'y avait pas que Sebastian pour égarer au pire moment le petit matériel dont on avait absolument besoin... Un très large sourire éclairant son visage, Ermi assista à la capture des deux évadées et à la remise des piécettes aux enfants de choeur. En attendant qu'ils se présentent devant elle, la rouquine en profita pour jeter un coup d'oeil à son encensoir. Posé derrière l'autel, en attente de la suite des événements, il avait l'air de laisser s'échapper de délicates volutes d'encens. Tant qu'il n'était pas éteint, tout allait bien. La petite diaconesse, forte de cette certitude, reprit le fil de sa cérémonie.

Son sourire se fit plus doux et plus rêveur, son regard peut-être un peu plus lointain lorsqu'elle se tourna vers Vanyelle pour prendre les treize pièces d'argent données par Chany. Jadis, au temps des Francs, elles auraient été des arrhes. Certains prétendaient que le fiancé devait les verser à sa promise pour "mettre une option" sur elle, d'autres qu'il s'agissait plus simplement d'une petite avance symbolique sur la dot à venir que la fiancée devait fournir. Tout ce qu'Ermi savait, c'était que les pièces étaient indispensables parce qu'elles avaient la réputation d'apporter la richesse et l'opulence pour chaque mois de l'année (avec un petit supplément, tant qu'à faire) dans le nouveau foyer. La rouquine recompta rapidement les pièces d'argent au creux de sa main.
Dix, onze, douze et treize.. Le compte est bon ! se dit-elle.

Néfi, dit la petite diaconesse en regardant à présent la mariée, ceci est l'argent que tu destines à Lndil, ton époux. Qu'il soit à présent béni.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Ermelina se pencha sur les pièces et commença son oeuvre.

« Bénis, Très-Haut, cet argent que nous bénissons en ton nom, suppliant ton immense bonté de faire que tous ceux qui en seront dotés soient pourvus par Toi des richesses de la grâce et de la gloire, ici et dans l'éternité, pour les siècles des siècles. Amen. »

Un petit signe de croix paracheva le tout. Gardant sa main en coupe, Ermelina tendit le bras en direction de Néfi et versa les pièces au creux de sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nefi
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 21 Aoû - 7:24

Ce fut à Lndil de prendre l'anneau pour le lui passer aux doigts. L'émotion toujours à son comble avait fini par l'envoyer directe dans une bulle ou plus rien de matériel ne subsistait à par Lndil, l'anneau et son contact froid et doux sur la peau et ses quelques paroles tellement pleine de sens et de symbole. Leur regard se croisèrent de nouveau abreuvant son cœur comme une fontaine de jouvence. Il s'accéléra un peu alors que ses deux mains prenait les siennes amplifiant encore le magnétisme qu'il avait sur elle. Tpute noyé qu'elle était dans cette eau pure elle ne remarqua point de suite le manège de leur témoin ni l'avertissement de Chany. Ce n'est qu'en sentant le mouvement anormal de ses jupes et le guilli contre ses mollets qu'elle réagit vivement. elle Laissa échapper un très léger crie de surprise. le mouvement instinctif de recul de sa jambe sous la chatouille la Déséquilibra. Ce qui provoqua un rapprochement vif contre son tendre. Doucement réceptionné par ses bras elle tourna la tête vers Chany sans comprendre. celle ci était à genoux tenant dans ses doigts une pièce d'argent. Puis tout naturellement elle se releva pour donner le butin à la petite enfant de cœur. Rassuré que ce ne fut point un rat qui ce soit glissé de façon si effronté sous ses jupons elle sourit à son amie alors que de l'autre coté Liptis semblait lui aussi s'agiter autour d'un pauvre candélabre. Amusé elle le vit à son tour remettre la bourse dans la main d'Enguerrand qui lui avait une mine de chat se pourléchant devant un pauvre petit volatile. Que pouvait il mijoter encore. Les regards qu'il lançait à la pauvre enfant ne lui avait point échappé. Trêve de plaisanterie il était tout de même temps de se concentrer sur l'essentiel, devenir Dame Voronda et enfin pouvoir avoir un baisé de son tendre. Elle ne résisterait point encore très longtemps.
cela tombait bien d'ailleurs car la Diaconesse reprenait le cours de la cérémonie et déposé dans le creux de ses mains les treize pièces d'argent. Oula ça faisait beaucoup pour ses petites mains et elle dut y mettre la seconde pour le rien laisser choir.
Elle releva ensuite le nez vers Lndil, lui sourit tendrement et reprit.

Lndil reçois ce jour ces treize pièces d'argent. Quelle soit le gage de la prospérité de notre famille et que par ce geste Déos nous protège de l'indigence.

Elle fit passer les pièces dans ses mains, puis attendit la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cooky
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 21 Aoû - 10:29

Les voeux, les alliances, les promesses. Tout se déroulait sans anicroche ou presque. La petite chapelle résonnait de milles petits bruits qu'elle écoutait d'une oreille distraite. Des murmures en toile de fond, quelques reniflements épars, le cliquètement des bijoux qui s'entrechoquent lorsqu'une dame bouge une main, le raclement d'un talon sur le sol de pierre. Tout en écoutant les paroles qui s'échangeaient devant elle, elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer à qui ou à quoi se rapportait chaque bruissement entendu. La dame portait-elle sa main bijoutée à ses yeux pour y essuyer une larme traitresse ? L'homme bougeait-il les pieds dans l'espoir de se détourner pour que sa voisine ne remarque pas l'émotion sise sur son visage ? Un fin sourire vint étirer ses lèvres tandis que son imagination vagabondait par dessus l'assemblée en toute liberté.

Chany et Liptis s'étant chargés d'apporter les pièces aux enfants de choeur, son rôle de témoin pendant la cérémonie touchait à présent à sa fin. La suite s'annonçait plus amusante que protocolaire et elle ne pouvait se départir d'une certaine impatience à cette perspective. Mais d'ici là, il lui fallait encore se tenir droite et sage à l'image de chaque membre du petit groupe entourant la diaconesse. L'immobilité forcée pourtant n'était pas son fort, d'autant moins depuis qu'elle avait décidé de laisser ses bâtons à distance pour ne pas venir gâcher la perfection de l'instant par un bruit de claquement indu qui n'aurait pas manqué se faire entendre à chaque fois qu'elle bougeait. Sa mâchoire se contracta légèrement tandis qu'elle secouait imperceptiblement la tête, réprimant un froncement de sourcil. Non, elle ne devait pas penser à ça. Elle devait se concentrer sur ce qu'il se disait. Ou sur la mariée par exemple.
Nefi resplendissait depuis son entrée dans la chapelle. Elle semblait parfaitement à son aise dans ses élégants atours, sereine aux côtés de celui qui était désormais son époux. Ne se départissant plus de son sourire, elle était l'image même du bonheur dans toute sa simplicité et sa vérité. C'était amplement mérité pour la jeune femme, nulle personne présente dans l'assemblée n'aurait su le contester.
Son regard dériva alors vers les enfants de choeur qui se tenaient près de la diaconesse. A les voir s'échanger des regards et se chamailler parfois, on eut dit deux enfants en bas âge sur le point de faire une bétise. Pourtant l'un d'eux avait théoriquement quitté le monde de l'enfance depuis belle lurette. Mais si elle en croyait ce qu'elle avait déjà pu observer en taverne, il était bon de s'attendre à tout de la part de l'espiègle Messire de Laigny. A eux deux, ils offraient un spectacle divertissant, un joli contraste avec la douce autorité qui émanait de Dame Ermelina.

Toute à ses observations, elle n'avait pas vu passer le temps de l'échange des pièces entre les époux. Un doute la prit lorsqu'elle revint à l'instant présent. Quelle était la prochaine étape ? Fouillant frénétiquement dans sa mémoire flanchante, elle tâcha de se répéter le déroulement prévu de la célébration. En vain. Une légère grimace déforma sa bouche tandis qu'elle regardait en coin sa consoeur témouine dans un muet appel au secours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chany Lafarque

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 21 Aoû - 10:37

Un regard..presque imperceptible semblait poser sur elle... "L'enfant de choeur" qui devait recevoir les pièces de Liptis l'avait regarder d'un air déçu! Avait elle omit quoique se soit dans la célébration?

Elle regarda l'homme en question..Un regard qui voulait dire : me serais je tromper ou aurais oublier quelque chose? puis elle lui sourit , se promettant d'aller faire connaissance avec cet homme plus tard afin de savoir de quoi il en retournait.

Revenue à sa place , elle souria a Cooky qui avait l 'air un peu perdue

un problème mon amie? lui glissa t elle doucement à l'oreille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Martin

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 10/08/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 21 Aoû - 11:01

Alexandre regardait évoluer ce petit monde.
La mariée était fort belle et l'homme aimait la beauté mais toujours son regard revenait vers sa dame qui décidément n 'en ratait pas une! La voici , disparaissant sous les jupes de Dame Nefi. L'homme aurait bine volontiers rit de la situation si il n'avait point remarquer qu'un autre homme suivait sa dame du regard.

et quand bien même bougre d'idiot... que ferais tu? Quel droit avait il sur elle? aucun. Jamais elle ne serait à lui mais il ferait tout pour qu'elle ne soit à personne d'autre qu'au seigneur qui l'avait accueillit chez lui comme un ami.
Jamais elle ne saurait tant que le seigneur de Monchy serait en vie.....

Lorsqu'elle regagna sa place , Alexandre la regarda en souriant et en secouant la tête...Quelle femme tout de même, peur de rien, honte de rien, généreuse et fidèle

Soupirant, il chasse les idées qu'il avait en tête , observant dans cette très belle assemblée , les femmes qui pourraient succomber à son charme. On a beau être amoureux secrètement , rien n empêche de prendre du bon temps!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cooky
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mar 21 Aoû - 11:08

Ses petites cellules grises continuèrent à s'agiter dans l'espoir que, peut-être, bientôt lui revienne à l'esprit ce fichu déroulement qu'elle avait omis d'apprendre par coeur. Quand bien même... étant donné le peu de fiabilité de sa mémoire, c'eut été un effort vain à tous les coups.
Heureusement, Chany semblait avoir intercepté son appel au secours. Mieux, elle avait du savoir le décoder puisqu'elle venait de lui glisser quelques mots pour en savoir plus.
Affichant un sourire contraint, elle se pencha vers elle en retour et murmura aussi bas que possible.


Euuuuuh... je crois bien que j'ai fortuitement oublié la suite.
On doit faire quoi maintenant ?


Un léger hâle rouge gagna ses joues tandis que les mots glissaient jusqu'à l'oreille de sa voisine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermelina
Diaconesse
Diaconesse
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Mer 22 Aoû - 21:58

Et de un ! A présent, il fallait s'occuper du marié. Ermi se tourna en toute logique vers Enguerrand. Elle lui adressa un immense sourire et, comme à chaque fois qu'il s'illustrait dans une cérémonie religieuse ou officielle, réussit le tour de force de s'exprimer sans qu'on ait l'impression que ses lèvres ne bougent.

Très cher ami, lui murmura-t-elle en récupérant les pièces dorées, je crois qu'il va nous falloir redéfinir les droits et surtout les devoirs d'un enfant de choeur, et ce dès la fin de la cérémonie. De grâce, prenez exemple sur Vanyelle, tenez-vous tranquille. Il n'y en a plus pour très longtemps. Rendez-vous utile et allez donc vous occuper de l'encensoir, je vous prie. La pointe de menace qui couvait dans la voix d'Ermi n'était qu'un pâle reflet de l'ire naissante qu'on devinait dans sa prunelle. Il était certain que dès la cérémonie terminée, Enguerrand allait se prendre un sermon maison couplé à une longue, très longue révision de la liste sans fin de ses devoirs, ses - ou plutôt son - droits se limitant à "avoir le droit de respecter scrupuleusement chacun des ordres de l'officiant"...

Ermi laissa le grand Tolédan vaquer à ses occupations pour se consacrer à l'admiration des douze pièces. Douze ?! Après un petit moment de légère panique, la rouquine recompta rapidement sa menue monnaie et constata non sans satisfaction qu'elle s'était affolée pour rien. Aucune tentative d'évasion n'était à déplorer, même celle qui avait tenté de s'évader un peu plus tôt avait rejoint bien sagement ses congénères dans les mains de la diaconesse.

Lndil, dit la petite diaconesse en regardant à présent le marié, ceci est l'or que tu destines à Néfi. Qu'il soit à présent béni.

Sans attendre, Ermelina entama la bénédiction.

Bénis, Très-Haut, cet argent que nous bénissons en ton nom, suppliant ton immense bonté de faire que tous ceux qui en seront dotés soient pourvus par Toi des richesses de la grâce et de la gloire, ici et dans l'éternité, pour les siècles des siècles. Amen.

Le petit signe de croix "qui va bien" fut dessiné par la main de la diaconesse au dessus de son trésor du moment. Enfin, Ermelina s'approcha de Lndil et lui donna les arrhes fraîchement bénies. D'un pas, la rouquine se mit en retrait. Il lui fallait préparer la bénédiction nuptiale à présent. Elle fit discrètement signe à Vanyelle pour que cette dernière prenne l'étoffe pliée qui attendait sagement son heure de gloire. L'encens était prêt, le poêle aussi. Il n'y avait plus qu'à attendre la fin de l'échange des pièces. Une fois celui-ci terminer, les heureux époux pourraient s'agenouiller sur les coussins et le poêle, symbole de leur tout nouveau foyer, serait tendu au dessus de leurs têtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lndil
Fidèle
Fidèle
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 23 Aoû - 13:17

Ce fut un sacré moment ces pièces. Lndil avait compris lorsqu'ils vit les témoins gigoter en arrière plan. Chany et Liptis s'étaient trompés de bourse et surtout ils avaient réussi à en perdre et à devoir les rechercher. Le plus incongru étant Chany qui finit par en rechercher une sous la robe de la marié. Cooky qui elle semblait perdu à chuchoter avec Chany.
Et pour finir ces chuchotements entre la diaconesse et son enfant de choeur... qui n'en avait que le nom vue la remarque dont elle l'assena après que celui ci lui ramena les pièces que Liptis lui avait donné.
Mais la cérémonie se poursuivait, comme imperturbable. Lndil tendit les mains une fois la bénédiction faite et, de ses mains, il les amena à celles de Néfi en disant :

Néfi, voici 13 pièces d'or de ma fortune personnelle qui est maintenant la tienne. Puissent elles être, avec tes pièces, une aide à notre bonheur et à notre prospérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chany Lafarque

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 23 Aoû - 19:15

petit sourire a Cooky

nous allons devoir tenir la poêle , vous vous souvenez de ce que nous avons touts les 4 convenus n est ce pas?

Chany eut a ce moment précis un haussement de sourcils ...sadique et une envie de rire qu'elle réprima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanyelle

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 08/08/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Jeu 23 Aoû - 22:34

La mission "pièces" avait été accomplie, sans complication. Elle avait bien remis la bourse avec les pièces argentées à sa mère.

Elle écoutait et restait non loin d'elle, aussi sagement que possible. Ce n'était pas si facile. Elle regarda fixement une statue pendant que l'autre enfant de cœur remplissait aussi son office. Si elle ne l'avait pas boudé et ignoré autant que possible quand ils n'avaient pas de tâche commune, elle aurait peut-être pu suivre ce que sa mère lui murmurait. C'est sûr qu'elle aurait été contente de l'entendre. Seulement voilà, cela passa hors de son attention.
Ce n'est qu'au léger bruissement de tissu que fit Ermelina en se reculant que ses yeux sur reportèrent sur elle. C'était tant mieux. D'abord parce qu'ainsi elle ne manqua pas son signal. Ensuite parce que la perspective de bouger un peu était bien plus mieux que se dandiner d'un pied sur l'autre en essayant de rester bien droite et immobile.

Vanyelle hocha la tête quand elle lui fit signe. Elle trottina vers le banc du premier rang, au bout de la rangée, côté allée, là où attendait bien plié le poêle, la mission suivante qu'elle avait acceptée. Heureusement, personne ne s'était assis dessus. Elle s'imagina un instant devoir demander "pardon, vous pouvez vous lever s'il-vous plait, vous écrasez le poêle?" et cette idée ne l'emballait vraiment pas.
Une fois son fardeau de tissu dans les mains, elle alla pour le donner aux témoins...

Un pan de l'étoffe glissa, brisant son pliage méticuleux et provocant un étouffé "oh non". Elle s'arrêta pour replier le bout de tissu rebelle. Une fois fait, il restait une ondulation, parce que ses mains étaient trop petites pour qu'elle arrive en plus à lisser le poêle. Cette imperfection la contrariait grandement. Pendant quelques secondes elle essaya en vain d'y remédier. Zut zut de zut... Elle ne pouvait pas y passer la journée. Elle finit de franchir la distance qui la séparait des témoins et leur tendit le poêle, essayant de faire aussi bonne figure que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chany Lafarque

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    Ven 24 Aoû - 5:07

La cérémonie se poursuivait sans anicroche. Lorsque l'enfant de coeur avança pour prendre l'étoffe de tissu , Chany comprit que les témoins allaient devoir " officier" ensemble .

Se retournant vers Cooky

Ah bin voila nous y sommes, je pense que nous devrions nous avancer afin de récupérer la poêle espérant que Liptis et Brune auraient eux aussi compris et qu'ils les rejoindraient, Chany avança au devant de l'enfant qui semblait bien a mal avec l'étoffe.

Petit sourire se voulant rassurant.

Lorsque l'enfant leur remit la poêle , chacun prit un coin et attendit le signe de la diaconesse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil    

Revenir en haut Aller en bas
 
De fiançailles en épousailles, le bonheur de Nefi et Lndil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rupture de fiançailles
» Des bagues de fiançailles !
» Retrouvailles & Fiançailles [Pv: Aaron, Jacob & Swann ]
» Des fiançailles nobles par nature
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province métropolitaine d'Auch :: Bâtiment Principal :: Chapelle Saint-Lescure-le-Conciliant :: Sacrements pour le Diocese de Tarbes-
Sauter vers: