Venez découvrir la province d'Auch, le clergé Aristotélicien siège en ces lieux. Forum lié au jeu des RR.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Ce forum va entrer en hibernation. On est passé sur le Fofo II Eglise Aristo http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=12123 Rejoignez nous !!!!

Partagez | 
 

 Archives des pastorales en suspens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales en suspens   Lun 11 Avr - 19:02

Ensuite, il déposa comme annoncé le second parchemin de la pastorale sur son pupitre d'études:

Citation :
I-2 : Présentation de l'Aristotélisme

En ce second vélin, nous pénétrons un peu plus intiment au cœur du dogme que constitue l’aristotélisme. Deux textes vous sont proposés pour vous aider à approfondir vos connaissances sur le dogme de l’aristotélisme et le livre des Vertus qui en contient les écrits.

Comme il s'agit de l'ouvrage le plus important de notre religion, nous nous permettons de vous indiquer que vous en trouverez une copie dans chaque église de chaque paroisse, disponible pour que la population puisse s'en inspirer. La copie du texte officiel se trouve ici:

http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=610

Après votre lecture, veuillez répondre aux questions en bas du parchemin, en usant de vos propres mots pour sans paraphraser les textes. Certaines questions nécessitent que vous consultiez brièvement le Livre des Vertus pour y répondre.

Citation :
Questions et Réponses Sur l’Aristotélisme :

Qu'est ce que l'Église Aristotélicienne ?

L'Église Aristotélicienne, fondée par Christos et ses disciples, regroupe en son sein toute la communauté des Aristotéliciens. Des guides, les clercs, enseigneront aux hommes et effectueront les rituels nécessaires à leur salut. Certains aristotéliciens se retireront loin des excès du monde dans un monastère, pour vivre reclus dans la fraternité et la vertu. Le siège principal de l'Église Aristotélicienne se trouve à Rome, véritable lieu de convergence de tous les religieux des royaumes. Le pape et la curie, sont les garants du Livre des vertus et du bon fonctionnement de l'Église à travers les royaumes.
L'Église est ouverte à tous, dès le niveau 0, la voie de l'Église au niveau 3 permettra de vous engager corps et âme au service de la sainte Église Aristotélicienne.

Qu'est ce que le Livre des vertus ?

Le Livre des vertus est la compilation de tous les textes sacrés de l'Église Aristotélicienne, rédigés par les Pères de l'Église aristotélicienne et traduits et recopiés par les nombreux théologiens et copistes de l'Église actuelle. Le Livre se compose en quatre volumes : Le premier aborde les premiers temps de l'humanité, de la création du monde à l'avènement des prophètes. Le second ouvrage nous raconte la vie des deux prophètes aristotéliciens ayant tous deux eus la révélation de Dieu : le premier, Aristote, grand sage devant l'éternel, ses enseignements ont façonné le monde et la pensée des Hommes. Le second, Christos, miroir de la divinité, illustre par sa vie, il est le modèle absolue de tout Aristotélicien. Le troisième volume est consacré aux saints Aristotéliciens qui ont peuplé le monde Aristotélicien tout au long de l'Histoire, devenant comme Christos des modèles à imiter. Enfin le dernier volume s'accorde à expliquer les sacrements, la liturgie Aristotélicienne, les prières et autres rites aristotéliciens aux laïcs et aux clercs des royaumes. Seuls les deux premiers volumes du Livre des vertus sont à lire pour les novices.

Qu'apporte le Livre des vertus ?

Le livre des vertus apporte les messages et les informations essentiels à l'humanité traitant de l'origine du monde, de sa physique et des débuts de la vie. L'histoire des premiers hommes y est conté, d'Oanylone la maudite à la venue d'Aristote. Vous y rencontrerez la tentatrice Créature sans nom, mais aussi les 7 princes-démons peuplant les 7 enfers, ou encore les 7 archanges du paradis. Aristote et Christos seront les guides de chaque homme et femme, Aristote par son savoir, son enseignement et sa sagesse, Christos par sa vie et sa foi. Eux deux vous ferons découvrir les idées majeures qui gouvernent la pensée des Aristotéliciens
Le livre des vertus est un guide pour chacun, un guide spirituel, moral et politique. Les messages essentiels adressaient par le Très haut y sont transcris, la voie de la vertu y est gravée.

Qui sont Christos et Aristote pour notre église ?

Au IVe siècle avant Christos, un jeune homme grec, brillant philosophe et théologien, eu la première révélation divine. Dieu en personne vint lui transmettre Son divin message. il lui expliqua les principes de la divinité unique et de la vertu, concepts difficiles à comprendre pour la masse des païens d'alors. Ainsi, Aristote devint le premier prophète du Très Haut. Cependant, je tiens à préciser qu'un prophète étant celui qui révèle la parole divine, il ne peut être lui-même Dieu. En d'autres termes, malgré toutes ses qualités, Aristote n'était qu'un homme, pas un dieu. C'est une erreur souvent faite.
Nombreux furent ceux qui écoutèrent les saintes paroles du prophète Aristote. Mais plus nombreux encore furent ceux qui restèrent sourds et persistèrent dans leur erreur, vouant leur âme à une éternité de supplices. C'est alors que Dieu nous transmit la deuxième moitié de Sa révélation. En l'an un naquit l'homme le plus proche de la perfection qui ait jamais existé. Il se nommait Iésu Christos. Il est à noter que lui non plus n'était pas de nature divine, mais bel et bien un humain détenteur de la vérité divine: le deuxième et dernier prophète.

Il vint compléter le message transmit par Aristote. Autant ce dernier expliqua qui est le Dieu unique et ce qu'est la vertu, autant Christos nous montra le chemin qu'il nous fallait entreprendre pour atteindre le Paradis en appliquant les préceptes déjà révélés par son prédécesseur. Sa vertu était si grande que, partout où il allait, des miracles se firent. Il n'en était pas l'auteur, n'étant pas Dieu, mais le vecteur, par sa si grande vertu. Il fonda alors l'Eglise, nommant ses douze apôtres (6 hommes et 6 femmes) les episkopos (évêques) et leur ordonnant d'aller convertir le monde entier afin de sauver toutes les âmes qu'ils pourraient.

Voilà qui furent Aristote et Christos. Deux prophètes qui nous transmirent la révélation divine, le message de l'un ne pouvant se comprendre sans l'autre (erreur que font les Spinozistes) et auxquels nul autre message ne peut être ajouté sans en détourner le sens (erreur que font les Averroïstes).
Aucun d'eux ne fut Dieu, mais le Très Haut les bénit pour leur vie vertueuse.

Citation :
De l’Amour Pragmatique de Dieu : Petit Discours sur la Crainte des Enfers

Nombreuses sont les âmes simples à aimer Dieu par crainte de son Châtiment, par crainte de se voir conduit en la compagnie des Démons après leur mort et se noyer pour l’éternité dans un océan de souffrance. Nombreuses sont les âmes simples à douter de l’Amour de Dieu, à croire qu’il serait Injuste avec eux et que malgré tous les efforts pour être de bons et vertueux Aristotéliciens, ils ne seront pas aimés assez du Tout-Puissant pour goûter à la Béatitude éternelle. Certains clercs et gens qui osent se dire église prétendent jouer avec ces peurs, ces craintes, terreurs et doutes pour mieux attirer ces âmes en soumission qu’ils croient Sainte et Nécessaire ; pourtant, la Foi ne saurait être le fruit de telles Stratégies, Tactiques et Coercitions. La Foi doit être pure, engendrée par l’Illumination personnelle accompagnée de Raison et de Logique : c’est par cette Raison et cette Logique que je compte vous démontrer que Dieu vous aime et que vous êtes digne d’aller en Paradis.
Lorsque nous choisissons de mourir définitivement - car Dieu dans son infini clémence a donné aux hommes le choix de la résurrection infinie pour leur permettre de progresser dans leur Foi et leur Vertu - nos corps mortels se désagrègent, mais nos âmes immortelles survivent pour être jugées par le Créateur. Les uns seront sauvés et iront au Paradis, pour vivre en complète communion avec Dieu, parmi les Anges ; les autres, les damnés, il seront en compagnie des démons pour d’éternelles tortures.

Le Livre des Vertus nous apprend que le Paradis se trouve sur le Soleil, astre Solaire qui réchauffe la terre comme âme, et que les Enfers se trouvent sur la Lune, astre Vampire dont la clarté blafarde ne sert qu’aux actions perverses et malintentionnées de la Nuit. Depuis la Nuit des Temps, et encore aujourd’hui, les Observateurs du Ciel et des Corps Célestes ont calculé la taille, la masse et le poids des étoiles : leur conclusion unanime est que la Lune est fort petite, plus petite même que la Terre, alors que le Soleil est lui immense bien plus imposant que la Terre.Le Livre des Vertus nous dit bien que Dieu fut le Créateur de toutes Choses ; par conséquent, c’est Lui qui décida de la taille du Soleil et de celle de la Lune.
Que conclure de tout ceci ? Il y a plus de place au Paradis qu’en Enfer, le nombre des Elus, de ceux qui furent, sont et seront sauvés et bien plus important que le nombre des Damnés voués aux Enfers. C’est ainsi qu’avec Foi, Raison et Logique, je puis parler de l’Amour pragmatique de Dieu, qui forcément aime plus qu’il ne renie, sauve plus qu’il ne damne, embrasse plus qu’il ne châtie.

Je vous mettrai cependant en garde pour vous prier d’éviter de tomber dans la dérive qui consisterait à croire que le Créateur serait contraint de Sauver vos âmes à cause de la taille des Corps Célestes : ses voies sont impénétrables et par la divine Omniscience qui le constitue de Nature, le Tout-Puissant a tout simplement prévu que moins d’âmes seraient Damnées que d’autres Sauvées et que le Paradis aurait besoin d’une plus grande capacité d’accueil que les Enfers.
Cela est tout simplement la Preuve de la Confiance inébranlable de Dieu dans l’Eglise Aristotélicienne et de ses Pasteurs, car il Sait que par son Action, son Enseignement et sa Pastorale, vous serez conduit sur le Chemin des Vertus, et que c’est cette Certitude, constitutive de votre Foi, est la seule Clef qui vous ouvrira les Portes du Soleil.

Odoacre de Corinthe


Citation :
Questions sur le premier texte :

I Définissez l'Église Aristotélicienne ?
II. Quel est le nom des quatre volumes principaux du Livre des Vertus? (Attention, la réponse n'est pas dans le texte, vous devrez consulter le livre) Que nous apporte la lecture de ce livre sacré?
III Qui sont les deux grands prophètes de notre religion ? Quels enseignements ont-ils apporté Aristote à notre église ?
IV. Nommez un des textes ou passages du Livre des Vertus qui vous touche personnellement et spirituellement, et motivez votre choix.

Questions sur le second texte :
V. Où se situe le Paradis? Où se situe l'Enfer?
VI Que se passe-t-il au moment de notre mort ? Qu’entend-on par jugement de Dieu ?
VII. Croyez-vous qu'un grand criminel puisse aller au Paradis? Motivez votre réponse.

Cours originaire du séminaire saint-benoît
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales en suspens   Lun 11 Avr - 19:02

Le réconfort des bras de l'homme de foi lui redonna la force qui lui avait fait défaut quelques instants. Elle lui sourit, ses grands yeux de ciel plongés dans les siens. Puis sur son invitation, s'agenouilla à son côté, et pria les paupières closes, bercée par le murmure de sa voix d'homme.

Cet instant privilégié touchant à sa fin, le père Brennach déposa le vélin sur le pupitre et quitta la jeune femme. Mais au lieu de rentrer se reposer chez elle ce soir là, Galienna préféra de loin rester éveiller à dévorer cette nouvelle source de savoir qui s'offrait à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales en suspens   Lun 11 Avr - 19:03

Arrivée de fort bonne heure pour terminer son compte-rendu, Galienna ne put que constater le désastre. Le pot d'encre déversé sur son pupitre, inondant le papier sur lequel elle avait passé tant de temps à répondre aux questions du Père Brennach.
Après un temps d'arrêt, le visage impassible, la blonde vint nettoyer le support et remettre un peu d'ordre. Puis elle se rassit face à une nouvelle page blanche qu'elle fixait étrangement. Son aggacement n'était perceptible qu'au tremblement nerveux de sa main. Elle avait cherché ses mots soigneusement, et s'était appliquée à les coucher sur le velin de sorte qu'ils soient à l'image de sa pensée. Elle ne pensait plus rien. Sauf que toutes ces lignes étaient définitivement perdues...
Mais la jeune femme n'était pas du genre à se laisser abattre. Elle reprit les textes et les questions pour repartir de zéro...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales en suspens   Lun 11 Avr - 19:04

Citation :
I. L'Eglise Aristotélicienne désigne l'ensemble de la communauté des Aristotéliciens. A savoir les prêtres, qui célèbrent les offices religieux, les moines et nones retirés en marge du monde pour prier, et bien sûr le Pape qui est la tête de cette communauté.

II. Le Livre des Vertus se compose de quatre volumes principaux que sont:
- Livre 1. Le mythe Aristotélicien (sur la création du monde et les premiers temps de l'Humanité)
- Livre 2. Le Duo Prophétique (qui nous relate la vie des deux prophètes Aristote, puis Christos)
- Livre 3. Le Livre des Hagiographies (consacré aux saints)
- Livre 4. Les Doctrines de l’Eglise Aristotélicienne. (dédié aux sacrements, prières et autres rites aristotéliciens)
Le Livre des Vertus concentre à la fois l'Histoire de l'Humanité, de la création du monde à l'avènement des deux prophètes, (indispensable à la compréhension du monde et au jugement), ainsi que le message délivré par le Très Haut et les grandes idées guidant la pensée aristotélicienne. Il est un guide pour chacun d'entre nous, quelles que soient nos convictions.

III. Les deux prophètes sont Aristote, puis Christos. Le premier a avoir la révélation divine était grec. Il prêcha aussitôt l'existence du Dieu unique (contrairement à la religion polythéiste de ses pairs) et la Vertu. Mais son message ne fut pas entendu de tous. Et c'est avec Christos, IV siècles plus tard, qui apporta la deuxième moitié du message délivré par le Très Haut, que naquit véritablement l'Eglise Aristotélicienne. Il prêcha notamment l'Amour, la Vertu et l'Existence du Dieu unique. Il faut bien comprendre que tous deux étaient de simples hommes mortels ayant reçu la parole du Très Haut, très vertueux.

IV. Plusieurs textes me touchent, bien entendu. Je pense à la "Vie" et au "Soleil" qui sont en tout point magnifiques. Mais, puisqu'il faut choisir, je vous dirai la "Résurrection" (3, 4, , 6, 7). Car j'imagine souvent mon Père présenté devant le Très Haut. Et là, je me demande... pourquoi n'est-il pas revenu parmi nous? Je n'arrive pas à concevoir qu'il nous ait préféré le paradis, à ma mère et à moi alors que nous avions tant besoin de lui. C'était un homme bon, dévoué à sa famille et à ses gens, avec une conscience et un amour pour autrui immense. Et bon aristotélicien de surcroît! Il ne nous aurait jamais abandonnés. Il n'y a à mes yeux qu'une explication: Dieu ne lui a pas laissé le choix et lui a ouvert les portes du paradis. Comprenez mon dilemme. Si mon père avait choisi ce paradis, c'est qu'il ne le méritait pas au fond... Je ne veux pas croire que Dieu nous laisse le choix si nous avons été infiniment bon, ou exécrablement mauvais. Je considère que cette option est destinée à ceux qui souhaiteraient se racheter pour quelque motif que ce soit, même une broutille qui ne les priverait pas au fond du bonheur éternel, mais suffisant pour soulever le doute en eux. Ou le contraire bien sûr, une faute jugée par l'intéressé "sans gravité" et qui lui offrirait un aller simple pour l'enfer.

V.Le Paradis se situe sur le Soleil tandis que l'Enfer est sur la Lune.

VI.Lors de notre mort, nous sommes conduits par les archanges devant Dieu lui-même pour être soumis à son jugement. Dans son infinie miséricorde, le Très Haut nous laisse alors le choix entre le jugement dernier qui déterminera si notre âme rejoindra le Paradis ou l'Enfer, ou bien la résurrection afin de parfaire notre âme et progresser sur le chemin de la Foi et de la Vertu.

VII. Là se trouve mon dilemme. Si chaque homme a le choix de sa mort et la possibilité de ressusciter infiniment, un « grand criminel » ne peut-il pas échapper au jugement de Dieu? Ne peut-il pas infiniment retourner sur la Terre pour y commettre ses méfaits sans jamais rejoindre l'Enfer des damnés ? Dieu prendrait-il le risque de sacrifier de « bonnes » âmes en renvoyant de tels monstres parmi les hommes? Laisserait-il leur proportion croître (oui, si les vertueux rejoignent le Soleil) au point de faire de la Terre cet Enfer que nous pensons être sur la Lune? Je ne peux pas le croire. Dieu est bon. Mais il est également juste. Comme je le disais précédemment, je suis convaincue que les très bonnes, comme les très mauvaises âmes, ne sont pas soumis au choix de la résurrection. Que cette éventualité est réservée à ceux capables de se racheter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales en suspens   Lun 11 Avr - 19:04

Il avait fallu attendre un temps certain pour la pauvre Galienna poursuivie par la malchance. Mais finalement, elle était parvenue au bout de cette leçon et ce fut avec un grand sourire que le vicaire reçut le parchemin en mains propres, prenant bien soin de ne point l'abîmer de quelque façon que ce soit. Il lut attentivement les réponses et hocha la tête, satisfait.

Le temps d'attente fut long mais les réponses sont à la hauteur de l'attente. On sent dans cette copie que tu as répondu le plus sincèrement possible et que tu as scrupuleusement menée tes recherches. Je reviendrai uniquement sur les dernières questions et sur ton impression d'injustice du jugement divin:

Il faut comprendre que la miséricorde de Dieu est infinie. A toute personne qui le demande sincèrement, il pardonnera. Quand on se retrouve face à Dieu, la crainte s'empare de nous. Crois-tu cependant qu'elle s'empare du criminel endurci? Non, je ne le crois pas. Sauf si ce dernier se repent à ce moment précis. Aussi une autre chance lui sera donné pour qu'il puisse vivre mieux sur terre. Néanmoins, la résurrection n'est pas infinie, ma douce enfant.

En effet, nous reprenons le cours de notre vie là où nous l'avons laissé. Cela signifie que nous continuons à vieillir exactement là où nous nous en étions arrêté. Aussi, il est peu probable qu'un vieillard mourant du poids de l'âge puisse revenir sur Terre pour très longtemps. Aussi le vois-tu, le jugement finit toujours par arriver.

Ensuite, en ce qui concerne la justice de Dieu, il ne faut pas t'arrêter à la vie mortelle.Quelle est la plus belle récompense pour une âme? C'est le Paradis, n'est-il pas? La vie terrestre n'est qu'épreuve afin de savoir si nous le méritons. Penses tu qu'il serait juste de ramener ton père juste et bon sur Terre, au risque qu'il soit tenté de nouveau par le pêché alors qu'il a mené une vie vertueuse qui lui donne droit au Paradis. Ce serait bien égoïste.

Je comprends la tristesse qui doit être la tienne mais je t'invite tant bien que mal à la transformer en joie car il doit connaître la félicité que toi aussi, un jour tu connaîtras quand ton heure sera venue.

Je te laisse méditer sur cela et je te donne la nouvelle et avant dernière leçon.

Citation :
III : Profession de foi aristotélicienne

Le Crédo, commenté par son Eminence Aaron de Nagan, cardinal de la Sainte Eglise Aristotélicienne.

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,

Dieu est tout puissant car sans lui rien ne peut exister. Dieu est la source de toute chose, de la matière comme du vide, si bien qu’avant la création du monde, il n’existait même pas de vide car même le vide est quelque chose. On appelait alors cet état sans existence « le Néant », où seul Dieu était. Le temps, le mouvement, l’existence et le savoir sont issu de Dieu Lui-même. Il est la source de toutes choses. Il est omnipotent car il suffit à Dieu de penser pour que le monde se fit, Il est omniscient car Il est la source même du savoir et de l’existence, Il est omniprésent car tout est issu de Lui et tout est en Lui. Enfin, le Très-Haut, par son statut de divin, de source de la Création, est infini et éternel.Par Lui tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans Lui. Il est l'Alpha et Omega, ce qui signifie « le premier et le dernier ».


Créateur du Ciel et de la Terre,


Cette phrase est à la dimension de l’homme. Par cette réplique, l’on tente d’englober l’ensemble de la Création, car de notre condition, la terre et le ciel sont partout. En affirmant que le Très-Haut créa le ciel et la terre, où que nous position notre regard, de l’Orient à l’Occident, du Septentrion au Midi, nous ne faisons que contempler l’œuvre de Dieu, et uniquement celle-ci. Par le ciel et la terre, on réunit donc l’ensemble de la création visible par l’homme, car la réplique suivante définira ce qui lui est invisible. Cependant, le ciel et la terre ne se résument pas aux arbres, à l’humus, aux nuages ou à la pluie, ils s’étendent aussi à l’homme, à l’ensemble des créatures vivantes, mais également aux sentiment, aux émotions, à tous ce que l’homme peut vivre ou ressentire et par qui ces sentiments existent.


Des Enfers et du Paradis,

Comme tout est issu de Dieu, le Tout-Puissant est également à l’origine des Enfers et du Paradis. C’est le monde invisible, par opposition au monde visible qu’est la terre et le ciel, comme nous venons de le démontrer. Le Livre des Vertus est une source appréciable pour connaître ces lieux, notamment dans sa troisième partie qui à pour titre « l’Eclipse » et où un jeune homme fait un songe durant lequel il visitera à la fois les Enfers sélénites et le Paradis solaire. Car bien que nous évoquions de temps à autre que nos morts aillent au ciel, c’est en fait sur le Soleil qu’ils se rendent, terre d’accueil des enfants défunts du Très-Haut, terre de la Cité Céleste. C’est là, derrière l’image que nous avons des grilles du Paradis qu’Aristote et Christos, entourés des archanges et des d’anges, attendent ceux qui auront réussi à vivre une vie exemplaire, vertueuse, aristotélicienne… A l’inverse, le sol lunaire attendra les hérétiques, les incroyants et les infidèles qui n’auront pas cru en l’existence de l’Eternel.Sur la lune règnent les sept démons qui caractérisent les sept péchés capitaux, par opposition aux sept archanges qui symbolisent les sept vertus fondamentales de l’aristotélisme et qui eux vivent auprès du Créateur.


Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Le chapitre de l’Eclipse du Livre des Vertus est un texte important pour connaître se qui nous attend dans l’au-delà. Sypous, personnage principal de cette partie, nous relate sa confrontation avec le Tout-Puissant durant son songe, ou il Lui dit : « J’ai compris le sens du Salut. Lorsqu’un humain a vécu dans la vertu, s’étant ainsi conformé à Ta divine parole, transmise par le prophète Aristote et par Christos, le messie, Tu lui accordes le droit d’accéder en ces lieux, au Paradis, au sein du soleil. S'il se détourne de la vertu, refusant d’écouter Ta divine parole, qu’il s’abandonne aux plaisirs terrestres, à l’égoïsme, à la tentation, à de fausses divinités, Ton infinie sagesse t’amène à l’envoyer en Enfer, sur la lune, pour y être puni pour l’éternité. Tu nous aimes, mais c’est également à nous de T’aimer. »Ce passage résume les deux possibilités qui s’offriront à nous lorsque nous serons face à Dieu le jour de notre mort. Nous nous soumettrons alors à son jugement. Cependant, le Très-Haut nous laisse une chance, un choix, une dernière possibilité de nous racheter, si nous venions à Le rejoindre plus vite que nous l’aurions pensé. En effet, dans son infinie mansuétude, Dieu nous permet de revenir à la vie si arrivé devant Lui, nous ne nous estimions pas assez vertueux pour mériter le Paradis, qu’au vu de notre vie la sentence pourrait bien être la damnation éternelle à l’enfer lunaire. Choisir de revenir à la vie, c’est vouloir changer de mode d’existence et se tourner désormais vers l’aristotélisme et ses valeurs, car le deuxième jugement pourrait bien être sans appel…

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,


Aristote le sage, serviteur du Très-Haut, à qui le Verbe divin a été révélé et qui annonça la venue du salut et de la lumière. Depuis Oane, premier être humain à comprendre Dieu et à conduire la communauté originelle du Tout-Puissant, les hommes s’étaient peu à peu détourner de Dieu pour finalement oublier jusqu’à Son existence. C’est alors qu’Il décida de poser la première pierre d’un édifice qui allait devenir sans doute la deuxième plus belle œuvre de Sa création : l’Eglise. Aristote fut éclairé par la lumière divine, sa raison et ses enseignements allaient ouvrir le monde sur une nouvelle ère, celle du retour de la communauté des hommes dans le sillage de l’Amour infini du Très-Haut. Il était la première partie du binôme fondateur de l’Institution de Dieu et il annonçait déjà celui qui le compléterait : Christos.


Envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.


Trois logions, symboles du message de Christos qui sont certaines de ses paroles révélatrices mises par écrit, servirons à nous expliquer, ou en tous cas nous aiderons comprendre ce passage du credo. Dans le logion III, Christos disait : « Mes amis, l'âme est composée de deux parties: la compréhension et le savoir. Aristote est venu vous apporter la compréhension, moi je suis venu vous apporter le savoir. Entre Aristote et moi se tient toute la différence qui existe entre convaincre et persuader. » Cette phrase, peut-être compliquée, doit être associée à deux autres logions afin d’être éclairée. Il s’agit du logion IV et V dans lesquels Christos affirme : « La foi apporte la vérité. Mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison » et « La raison et le mysticisme permettent tous deux de comprendre Dieu, chacun d'eux se retrouvant dans chacun de nous. A vous de trouver votre chemin vers le Très Haut en vous inspirant de la raison d'Aristote et de mon mysticisme » Nous sommes donc face à plusieurs éléments de nous même, de notre âme et de notre esprit : la foi, la raison, la compréhension, le savoir et le mysticisme. Aristote touche plus particulièrement notre esprit, car Dieu se révèle tout d'abord dans sa doctrine lumineuse et ses enseignements, doctrine qui annonçait de manière prophétique l'enseignement de la Lumière d’une façon tout autre mais non moins complémentaire par le prophète Christos.
Foi et Raison sont comme les deux facettes d'une même réalité, comme l’exprime le logion que nous venons de citer : « La foi apporte la vérité, mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison »... Une même réalité qui forme un ensemble éclairé par les prophéties divines transmises aux hommes par l’intermédiaire d’Aristote et Christos. La vérité de la Raison et la compréhension furent l’œuvre du philosophe grec ; elles furent le premier élément de cet universel sentiment que l’homme a retrouvé depuis la chute du paganisme : la Foi et la conscience de l’existence d’un seul et unique dieu : le Très-Haut.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.


Christos est messie, guide et miroir de la divinité. Devant le spectacle impie qu’offrait l’humanité, Dieu décida, dans son infinie bonté et sagesse, qu’il était temps pour les hommes de voir arriver celui qui fut annoncé par Aristote, pour apporter le divin enseignement, incarnant par la même l’amitié vertueuse et le philanthropisme. Christos aura la volonté d’aller enseigner à toutes les nations, de compléter l’ouvrage entamé par son illustre prédécesseur dans l’optique de l’établissement d’une Institution forte, morale et vertueuse, au service du Créateur duquel Il avait reçu la vérité divine. Il affrontera sans relâche les tentatives perverses de la bête sans nom, il luttera par la foi, la sagesse et la non-violence contre ceux qui l’empêcheront de délivrer son message. Il finira enfin par s’offrir à l’humanité afin de monter à Dieu que l’homme peut atteindre l’amitié parfaite vertueuse et unitive jusqu'à se sacrifier pour les autres sans rien attendre en retour.

Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.

Christos est, comme nous l’avons expliqué précédemment, le message complémentaire du Très-Haut et indispensable à la compréhension de la foi aristotélicienne. Par Aristote, emblème de la Raison, les pauvres d'esprits apprendront la science, et par Christos, porteur de la Foi, les savants progresseront dans la sagesse et dans la piété. L'équilibre prophétique divin trouve là son fondement. L'étude de la philosophie et de la théologie doit être développée dans cet esprit d'union, et les théologiens seront conscients que de la beauté et de la pureté de leur doctrine découlera l'image que les fidèles se feront de la beauté même de Dieu. Ainsi les Livres Saints de la Révélation de Christos et ceux de la Révélation du Logos écrits par Aristote devront être lus de concert et se complètent mutuellement. Voilà pourquoi Christos nous indique le chemin du Paradis. Par sa doctrine, sa foi et son message, il compète sont prédécesseur dans une indispensable explication du mysticisme et de la foi. Il faut trouver le juste milieu entre les vertus et les péchés, entre les vertus elles-mêmes et entre la foi car il ne suffit pas d’être vertueux pour être aristotélicien, il faut aussi croire, il faut avoir la foi, il faut être persuadé par le message de Christos. C’est en cela que sa vie exemplaire est essentielle et c’est par ce qu’elle est exemplaire que celle-ci nous mène tout droit au Paradis solaire.

C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.


« Lui, aimant jusqu'a la fin, Homme parfait pur de tout péché accepta ce sort avec humilité, afin de réparer par son sacrifice volontaire les péchés de tous les hommes passés, présents et futurs et pour établir à jamais l'amitié entre les hommes et avec Dieu. » Christos fut condamné à la croix, comme plus tard beaucoup des premiers aristotéliciens. Mais ce qu’il y a d’admirable dans ce fait, c’est que Christos c’est offert lui-même à l’humanité pour réparer les fautes qu’elle avait commises au cour des siècles, fautes qui l’avait amenée à renier l’existence de Dieu. Par son sacrifice, Christos apporte le salut et prouve à Dieu que l’on peut offrir, jusqu’à son propre corps, sa propre vie, sans rien attendre en retour et pour le bénéfice des autres. La volonté de Christos en se donnant aux hommes est que ceux-ci adhèrent à l’Eglise de Dieu, croient et fondent leurs existences sur les principes aristotéliciens, la foi, les enseignements prophétiques de la raison et du mysticisme, et enfin, qu’ils imitent sa propre vie pour le salut de leurs âmes et la plus grande gloire du Royaume de Dieu. Pour que jamais nous n’oublions, Christos institua le sacrement de l’amitié que nous répétons à chaque office. Le pain et le vin, symbole du prophète offert à l’humanité, sont ainsi partagés à chaque célébration pour symboliser le partage et les liens qui lient ainsi les fidèles de l’Eglise, ce en sa propre mémoire et en celle du Très-Haut qui l’avait envoyé.

Je crois en l'Action Divine;


L’Action Divine se manifeste quotidiennement par la foi des fidèles aristotéliciens. La seule survivance de la Sainte Eglise à travers les premiers siècles de notre ère et jusqu’à nos jours en est la preuve la plus fondamentale. Persécutés, crucifiés, martyrisés, les premiers aristotéliciens n’en sont pourtant pas resté à une simple communauté numériquement faible. A travers l’espace et le temps, grâce à la Foi, vivifié par l’Action Divine, l’aristotélisme s’est développé malgré les contraintes et les vilenies que l’autorité en place infligeait aux premiers fidèles. L’Action Divine, c’est l’espoir et la Foi, insufflée par Dieu aux hommes à travers l’Eglise qui canalise et centralise celle-ci pour la redistribuer à l’ensemble des fidèles, animant et inspirant cette volonté de se rapprocher toujours plus du divin à travers les sacrements donnés par la Sainte Institution de Dieu sur Terre elle-même. L’Action divine, c’est la sève de l’arbre qui permet à celui-ci de grandir sans cesse, de porter feuilles et fruits…

En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;

La Sainte Eglise Aristotélicienne trouve ses racines à la fois en Terre Hellénique et en Terre Sainte. C’est l’union entre les deux enseignements des prophètes Aristote et Christos qui donna naissance à la Sainte Institution. Ils sont le fondement même de la parole divine et sans lesquels l’Eglise n’existerait pas. Cependant, c’est à Christos que l’on doit la création institutionnelle de l’Eglise de Dieu. En effet, lors d’un repas il interpella Titus, l’un des ses apôtres préférés, et le chargea de l’aider à construire l’Eglise pour la plus grande gloire des Cieux. A ses autres disciples, il confia la lourde tâche de porter la bonne parole à travers l’empire romain qui pourchassait à cette époque tous ceux qui se revendiquaient de la philosophie aristotélicienne. Aujourd’hui, les évêques sont les successeurs des apôtres de Christos, et le premier d’entre eux est le successeur de Titus, l’évêque de la Ville Eternelle, voilà pourquoi on la nomme « Romaine », c'est également pour cela qu'elle est apostolique. En outre, Elle est « Sainte » car Institution de Dieu. Elle est « Une » car les fidèles ne forment qu’une seule et même famille dont le père est le Créateur Lui-même. Elle est donc « Indivisible » car « Une ». Dieu étant Un, la foi étant basée sur l’Amitié Unitive, tout schisme est donc considéré comme un reniement de l’Eglise primaire fondée par Christos, et un reniement d’une partie de la famille à laquelle on appartient, sinon de l’autorité ou de la légitime succession du premier représentant de Dieu sur terre. Enfin, par son statut d’institution de Dieu par laquelle Il fait entendre sa voix, la Sainte et Immuable Eglise Aristotélicienne est seule qualifiée pour interpréter l'enseignement divin. Elle veillera ainsi en bon pasteur, comme le fut Christos, au maintien de l'unité de la Foi, de l'harmonie de la doctrine, et de la concorde entre les croyants.

En la communion des Saints;

Cette réplique est d’une importance majeure car elle symbolise l’union universelle de l’Eglise à travers le temps, l’univers visible et invisible. On nomme aussi « Communion des Saints » l’Amitié Aristotélicienne. Lorsque l’on devient fidèle de la Sainte Eglise Aristotélicienne par le baptême, nous sommes invités à tendre vers le divin. Or, tendre vers le divin, c’est tendre vers l’état de sainteté, état que tout fidèle est invité à atteindre… Pour notre Sainte Mère l’Eglise, le fidèle est saint quand il a atteint le paradis solaire, gage d’une vie qui fut vertueuse, du moins, suffisamment pour que le Très-Haut ait accordé Sa confiance et le droit de vivre éternellement dans la Cité Céleste. A côté des fidèles, devenu saints par leur accession au Paradis solaire, nous trouvons les Saints placer sur un piédestal par la Sainte Eglise. Ceux-ci sont ceux qui ont eut une vie plus vertueuse encore que la normale. Ils sont distingués car l’Eglise est certaine qu’ils ont atteint le Soleil sans entraves ni difficultés. Ils sont élevés en modèle de sanctification et intercèdent auprès du Tout-Puissant lorsque les fidèles d’ici bas leur adressent des prières. Enfin, comme nous le spécifions au début de ce paragraphe, la communion des Saints ne se limite pas aux défunts, elle englobe ce que l’on nomme l’Eglise Militante et l’Eglise Triomphante. La première étant l’Eglise d’ici bas, la seconde étant l’Eglise des Cieux, toutes deux rassemblées en une seule et même Eglise pour la plus grande gloire de Dieu. La Communion des Saints doit être, avant tout, une Communion de toutes les âmes en Celui qui est la vie, la Lumière et l'Amour.


En la rémission des péchés.

Un théologue* du Saint-Office, la congrégation qui à pour charge la conservation et l’analyse des écritures et des dogmes, faisait remarquer que les érudits des temps anciens et de nos jours affirmaient par calcul que la Lune était beaucoup plus petite que le Soleil, lui-même immensément plus grand que la Terre. Or, comme nous le savons, le Soleil est la terre d’accueil du Très-Haut pour les âmes des défunts. Ainsi, nous pouvons donc en déduire, que Dieu, dans son infini sagesse et sa pleine omniscience savait que l’homme ne serait pas foncièrement mauvais, mais justement qu’il chercherait à se faire pardonner des fautes commises, puisqu’Il a prévu un lieu infiniment plus grand pour les âmes sauvées que pour les âmes damnées. Avec l’Amour, le Pardon est sans doute le plus beau cadeau que le Seigneur peut nous donner après le don de la vie elle-même. Dieu, dans son infinie mansuétude, pardonne aux hommes leurs fautes, leurs péchés. Cependant, l’homme doit croire en cette rémission, en ce cadeau. Il doit entreprendre cette démarche dans l’optique sincère de se voir lavé du mal commis. Et c’est par la confession que Dieu nous accorde son pardon. Lorsque l’on partage ses peines et ses regrets avec quelqu’un, un prêtre, on entreprend la démarche de se soulager d’un sentiment, d’un souvenir de culpabilité. « Le commencement des bonnes œuvres, c’est la confession des œuvres mauvaises. Tu fais la vérité et tu viens à la Lumière. »Parfois, se sera dans la souffrance que l’on lavera ses péchés, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut la rechercher, car Dieu ne le veut pas ainsi. Si elle se présente, si on la subit, il faut la prendre comme une épreuve à surmonter grâce à la foi retrouvée en la rémission du péché, pour la rendre plus forte encore qu’avant. C’est la le but de la pénitence, renforcer la Foi à travers un sacrifice du corps et de l’esprit et recouvrer pleinement Dieu et la communion des Saints. Croire en la rémission des péchés, c’est donc croire en l’infinie bonté du Très-Haut, en son amour infini, en son pardon gracieux et gratuit. La seule rétribution qu’il demande en retour, c’est de l’aimer !


En la Vie Eternelle.


La vie éternelle sera l’affaire de tout homme. Qui soit bon ou mauvais, après sa mort il sera confronté au jugement divin qui décidera si l’homme est condamné à l’enfer lunaire ou au paradis solaire pour l’éternité. Le premier est bien entendu un monde de souffrance et de malheurs que se partage les sept ange-démons symbolisant chacun un des grands péchés. Chaque homme jugé indigne du paradis solaire sera affecté à l’un d’eux selon le vice vers lequel il aura le plus tendu. Le second est le monde de Dieu, le lieu de la Cité Céleste où sont rassemblé l’ensemble des fidèles de la Sainte Eglise qui ont mené une vie exemplaire, empreinte de vertu. On y retrouve Aristote, Christos, Oane, le premier d’entre les humains à avoir compris Dieu, les sept archanges et les myriades d’anges, les saints, nos frères et nos sœurs en l’Eglise… Ceux qui sont dans la gloire du Ciel, auprès du Père universel et créateur, vive pour l’éternité à ses côtés dans la pleine béatitude et l’amour infini du Tout-Puissant. La vie éternelle au sein de l’Eglise Triomphante de la Cité Céleste est le point d’aboutissement de la Foi du fidèle aristotélicien.

*autre nom spécifique aux théologiens aristotéliciens.

IMPORTANCE DE CE TEXTE :

Le Credo est le texte fédérateur de notre Eglise, il est là pour faire grandir notre foi en notre coeur. Cette prière affirme notre foi et la crie au monde: il est le signe de notre union de croyants aristoteliciens.Il illustre aussi le dogme et le résume en quelques mots. Tout les aristoteliciens doivent le connaitre.

Cette prière est connue sous le nom de Credo (je crois, son premier mot en latin.) Cette supplication à l’appel à la Foi a été écrite par Olcovidus (107-139), poète romain, parmi les premiers aristotéliciens, du IIème siècle, martyr de la foi, mort en priant devant les lions qui allaient le dévorer, le Très Haut l'enleva à la souffrance par un infarctus.

Son but est d'affirmer les croyances et les vérités que nous affirmons en tant qu'aristotélicien. Elle est la prière de notre Union et fondamentale de notre Eglise et permet d’impliquer les fidèles dans les messes.

Ainsi les fidèles, en récitant cette prière affirmeront leur croyance en :

• Le Très Haut Tout Puissant qui nous aime et qui dans sa toute puissance nous permet de vivre en son royaume
• Aristote dont nous devons lire les saints écrits, les étudier, les comprendre car c’est en gagnant sa sagesse que nous atteindrons peut être la perfection à laquelle nous aspirons tous.
• Christos qui après avoir atteint la perfection et a rejoint le Très Haut et Aristote au soleil, au paradis. En effet le paradis se trouve dans le soleil et l’enfer correspondra à la lune :
« Alors, le Très Haut créa deux astres au-dessus du monde. L’un, rayonnant de lumière, fut appelé “soleil”. L’autre, luisant froidement, fût nommé “lune”. Dieu expliqua à Oane: “Que votre fidélité soit celle des enfants envers leurs parents ou je serais aussi sévère que les parents envers leurs enfants. Car, lorsque chacun de vous mourra, Je le jugerai, en fonction de la vie qu’il a menée. Le soleil inondera chaque jour le monde de sa lumière, par preuve d’amour pour Ma création. Ceux, parmi les tiens, que j’y enverrai, vivront une éternité de bonheur. Mais entre chaque jour, la lune prendra la relève. Et ceux qui, parmi les tiens, y seront jetés n’y connaitront plus que la tourmente.” » (Création - Partie VIII: La décision)

Le dogme Aristotélicien

Art 1: L’Eglise Aristotélicienne est l’institution spirituelle et universelle qui vise a aider tous les enfants du Très Haut à échapper à l’Enfer lunaire et à atteindre le Paradis solaire.
Art 2: L'Eglise Aristotélicienne est seule détentrice de la vérité divine et toute personne n’étant pas croyante "aristotélicien" est hétérodoxe et se voue donc d’elle-même à la damnation éternelle.
Art 3: Les hétérodoxies sont les croyances fausses qui contredisent le dogme Aristotélicien et induisent en erreur les enfants du Très Haut.
Art 4: Les hétérodoxies sont de quatre types: schisme, hérésie, paganisme et athéisme.
Art 5: Une hétérodoxie ne pourra être tolérée que selon le bon vouloir de la Curie, dans le cadre d'un concordat qui fixera les libertés accordées par cette tolérance.
Art 6: L’Eglise Aristotélicienne prend son nom du prophète Aristote, qui fut le premier à révéler la vérité divine.
Art 7: L'Eglise Aristotélicienne fut fondée par le messie Christos, le second et dernier prophète, qui a complété la première révélation Aristotélicienne.
Art 8: Il n’est pas d’autre prophète qu’Aristote et Christos et leur révélations cumulées donnent le message divin, parfait et immuable.
Art 9: Bien que surpassant les autres enfants de Dieu en gloire et en vertu, Aristote et Christos ne sont pas de nature divine mais humaine.
Art 10: L’intégralité du dogme Aristotélicien est regroupé dans le Livre des Vertus. (1)
Art 11: Les textes que contient le Livre des Vertus sont sacrés et la vérité du moindre de ses éléments ne peut être remis en cause, sous peine d’être hétérodoxe.
Art 12: Les Saints étant les défunts Aristotéliciens dont la vie fut exemplaire, tous les Aristotéliciens se doivent de les honorer et de s’inspirer d’eux dans leur propre vie spirituelle.
Art 13: Pour qu’une personne soit déclarée sainte, il faut qu’elle soit morte, qu’elle ait vécu en modèle de vertu, que son hagiographie ait été rédigée, et validée par la Curie puis par les fidèles.
Art 14: Une hagiographie étant un texte sacré, toute critique ou remise en cause de ceux-ci est un acte d'hétérodoxie.
Art 15: Tous les humains étant enfants du Très Haut Tout Puissant, aucune ségrégation basée sur d’autres critères que la foi, la vertu et le mérite ne doit avoir lieu au sein de l’Eglise Aristotélicienne.
(1) HRP: le livre n'est pas encore terminé, mais c'est la traduction qui ne l'est pas, de façon RP il existe bien déjà dans les archives secrète du vatican . Le dogme peut être complèté mais plus modifié.

Voici une série de question sur le sujet précédent:

I Quelles sont les trois figures reprises dans le Credo ?
II En quoi chacune d’elle est un pilier fondamental de notre foi aristotélicienne ?
III En quoi l’action de Christos est-elle complémentaire de celle d’Aristote ?
IV Pourquoi l’Eglise doit-elle être une et indivisible ?
V Que signifie croire en la vie éternelle ?
VI Que sont les hétérodoxies? Expliquez de façon simple les quatre hétérodoxies définies dans le dogme aristotélicien.
VII Pouvez-vous choisir une portion du Crédo qui fait le plus écho à votre pratique personnelle de la foi et motiver votre choix?
[/b][/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales en suspens   Lun 11 Avr - 19:05

Citation :
I.Les trois figures reprisent dans le Credo sont Dieu, Aristote et Christos.

II.Je ne comprends pas bien ce qu'il me faut répondre... Disons que Dieu étant la clé, le point central de notre religion, le Créateur de toute chose, il est forcément un pilier fondamental. Quant à ses deux prophètes, ils sont aussi des piliers incontournables étant donné qu'ils ont été désignés par Dieu pour apporter aux hommes son message.

III.Selon les paroles de Christos, l'âme est composée de deux parties: la compréhension apportée par Aristote et le savoir apporté par le second prophète. D'où la complémentarité de leur message. De plus, Christos a incarné et prolongé ce qu'annonçait Aristote.

IV.L'Eglise Aristotélicienne ne doit être qu'une et indivisible car nous ne formons une seule communauté. De plus, Dieu est unique et renier l'Eglise Aristotélicienne reviendrait à renier le Très Haut et l'Eglise fondée par son apôtre Christos.

V.Croire en la Vie Eternelle, c'est croire en l'existence de l'Enfer et du Paradis, mais surtout croire au Jugement dernier. Celui qui croit en la Vie Eternelle, sait ce qui l'attend...

VI.Celui qui ne croit pas en l'Eglise Aristotélicienne est considéré comme hétérodoxe et se condamne à l'Enfer Lunaire. Les hétérodoxies se déclinent en quatre types: schisme, hérésie, paganisme et athéisme.
Le schisme est une division de l'Eglise. Et comme nous l'avons dit ci-dessus, l'Eglise est indivisible!!
L'athéisme est le fait de ne pas croire en Dieu. Ce qui donne droit à l'Enfer.
A ne pas confondre avec l'hérésie, le fait d'avoir des idées contraires à notre religion, et le
paganisme ou polythéisme, le fait de croire en plusieurs Dieux.

VII. Comme vous avez du le remarquer, je me rapporte souvent au jugement dernier. Et ce qui me fascine, c'est l'opposition entre les Enfers et le Paradis. Je choisirais donc la phrase: « Des Enfers et du Paradis. » Dieu les a créé avec l'intention de partager les âmes lorsqu'elles reviendraient à lui. Les punir ou les récompenser. Ce que je me demandais, sans jugement bien entendu: Dieu qui est notre père, ne devrait-il pas plutôt punir ou récompenser pour des actes à un moment donné? Afin d'accueillir au terme de leur vie, chaque homme comme son enfant?

Galienna acheva son compte-rendu, mitigée. Elle n'était pas totalement satisfaite de ses réponses. mais elle avait déjà trop tardé à remettre ses réponses au père Brennach. Elle avait assez abusé de sa patience...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wilfred_ivanhoe



Messages : 254
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Archives des pastorales en suspens   Lun 11 Avr - 19:06

Brennach lut les réponses et hocha la tête.

Je comprends votre hésitation pour la question deux mais vous y répondez parfaitement. Il ne faut pas chercher plus loin que cela. Pour le reste vos réponses sont excellentes, vous semblez en douter à voir votre mine contrite, pourtant je vous l'assure.

Je n'ai qu'une seule précision à apporter. Le message de Christos est la mise en pratique de celui d'Aristote. L'un énonce la théorie, l'autre la met en pratique, c'est pour cela que les deux sont indissociables pour comprendre le message divin.

Voici l'ultime leçon et ensuite vous pourrez vous faire baptiser à mon plus grand bonheur.

Citation :
IV- Travail final de réflexions sur les engagements du baptisé

En conclusion de la pastorale que vous avez suivie pour vous préparer à ce grand moment de votre vie que sera votre baptême, vous allez trouver ci-dessous plusieurs textes faisant état de vos engagements en tant que baptisé. A partir de ce recueil de texte, vous répondrez aux questions qui se situent en dessous :

Lecture obligatoire pour le travail demandé :

Le sacrement du baptême :

Le sacrement du baptême est un moment important dans la vie de tout fidèle. Il marque une halte réflexive entre la vie qui s'est écoulée jusqu'à présent et celle qui s'annonce dans le futur. Par le baptême, le croyant marque une pause afin de réfléchir sur la vie, la vertu et l'amour de Dieu. Il vous faut donc dès maintenant prendre la mesure de l'importance de ce sacrement, car il est le pont entre la vie passée, c'est à dire, la vie hors de la communauté des enfants de Dieu, et la vie future, c'est à dire celle à l'intérieur de la grande famille aristotélicienne.

Par le baptême, le nouveau fidèle se met en quête de l'Amitié Aristotélicienne la plus parfaite, en s'exerçant aux vertus et en se tenant à l'écart des différents vices. Cette "Amitié Aristotélicienne", au sens large, est une communauté de vie. Par le baptême, chaque nouveau fidèle est introduit dans une union spirituelle puissante qui est un contact spirituel avec tous les autres baptisés. Le baptême introduit cet union entre les baptisés de tout acabits ainsi que la communion avec les Saints. Nous reviendrons sur l'Amitié Aristotélicienne dans un prochain vélin ainsi que sur les vices et vertus dans un vélin subséquent.

Sur une note plus pratique, il est à noter que le baptême, ou rite d'entrée dans la Saincte Église Aristotélicienne et Romaine, donne au nouveau croyant les prémisses de l'Amitié Aristotélicienne, une piste à suivre pour tendre vers Dieu et son Amour. Cette Amitié Aristotélicienne demande toutefois d'être développée par le contact avec Dieu, via la prière et les sacrements, mais aussi par l'exercice de la vertu dans les contacts avec les autres. Le baptême dote le croyant de deux familles, l'une divine, car il met en contact avec Dieu, et l'autre terrestre, car il met en contact avec la société humaine de la Saincte Église Aristotélicienne Romaine.

Le baptême, premier sacrement, permet l'accession aux autres sacrements, comme le mariage et l'ordination, permettant aussi d'occuper diverses fonctions au sein de l'Église, qu'elle soit laïques ou religieuses.


Extrait du Livre des vertus, Livre I La Création, Partie II: l'Amour :


“Tu as certes fait Tes créatures se nourrissant les unes des autres. Il leur faut chasser et tuer pour se nourrir. De même, il leur faut se battre pour défendre sa vie. Mais il n’y a pas de fort ni de faible. Personne ne rabaisse ni ne piétine les autres. Nous sommes tous unis dans la vie et nous sommes tous Tes humbles serviteurs. Car Tu es notre créateur.”
“C’est pour cela que Tu as donné des talents plus beaux les uns que les autres à toutes Tes créatures. Chacune d’elles a sa place dans Ta création. Son talent permet à chacune d’elles de la trouver. De ce fait, il n’y a pas de créature préférée de Toi, ô Très Haut. Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a créé alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste.”
“Nous sommes certes enchaînées à la matière, certes soumis à ses lois, mais notre but est de tendre vers Toi, l’Esprit Éternel et Parfait. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour.” Alors Dieu dit: “Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer tes semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes. »

Extrait du Livre des Vertus, Livre II La Vita de Christos , Partie XII :

Alors, le tribun ordonna au centurion de se saisir de Christos, et l’officier, à la mine féroce s’approcha de nous d’un pas lent. Je respirais au rythme de la cadence de ses pas, essayant de calmer mon cœur qui s’affolait. Lorsqu’il se trouva face à Christos, le Centurion le regarda dans les yeux, intensément et assez longuement. Lorsque soudain, il ôta son casque et s’agenouilla en embrassant la robe de notre messie.
" Maître, supplia t’il, à la plus grande surprise du Tribun, je voudrais vous suivre et faire partie de cette communauté de fidèles. Comment dois-je faire ? Je sais que je suis pêcheur et que j’ai servi un mauvais maître, mais je t’en prie dis-moi comment me faire pardonner ?! "
Alors Christos le releva et sous le regard médusé des romains, il prononça ces mots:
" Pêcheur, je te le dis, tu viens de faire la première chose que les fidèles devront faire ; se montrer humble et confesser leurs pêchés. Ainsi, si ton repentir et sincère, Dieu te pardonnera. "
Christos se tourna vers ses apôtres, et continua :
" Et vous, que les fautes commises par vos ouailles leurs soient pardonnées si elles viennent les confesser à vos oreilles, et qu’elles sont prêtes à en faire pénitence."
Alors, Christos s’approcha de la fontaine, et dit encore au Centurion :
" Par la grâce de l’éternel, je vais te laver de tes péchés, te ceignant d’eau, source de vie. "
Et Christos plongea ses mains jointes sous le jet de la fontaine. Il aspergea la figure du Centurion de cette eau en chuchotant ces paroles :
" Seigneur, daigne laver cet homme de ses pêché, et lui donner ainsi une nouvelle naissance parmi les croyants ! Au nom du Très Haut. Amen "

Lecture fortement conseillée pour le travail demandé :

[guide] Le petit guide du croyant aristotélicien : http://cistercien.forumactif.com/textes-de-references-f56/guide-le-petit-guide-du-croyant-aristotelicien-t760.htm

[guide] La famille Aristotélicienne : http://cistercien.forumactif.com/textes-de-references-f56/guide-la-famille-aristotelicienne-t759.htm

le baptème vu par le dogme : http://rome.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?p=114#114


Questions :

I. En quoi le sacrement du baptême marque t'il un tournant dans la vie du croyant ?
II Selon le premier texte, que vous apporte spirituellement et concrètement le baptême ?
III Qu'évoque pour vous l'Amitié Aristotélicienne ?
IV. Quelles sont les deux familles du croyant baptisé?
V. En vous basant sur le second texte, quel est le sens que vous donneriez à la Vie sur Terre?
VI. Selon le troisième texte que faut-il faire pour le pardon de nos péchés ? Comment croyez-vous qu'il faut agir lorsque l'un de nos ennemis personnels se fait baptiser? Il devient, au travers de la foy, notre frère, que faire?
VII Comment résumeriez vous les bases de notre foi à une jeune néophyte qui découvre notre religion et désire se faire baptiser ? (10 lignes min si vous comptez juste vous faire baptiser mais si vous vous destinez à une carrière religieuse l'explication doit être plus fouillée)


Cours originaire du séminaire saint-benoît

Une fois ce travail effectué, il vous reste à choisir un parrain et/ou une marraine pour vous accompagner dans votre entrée dans la communauté aristotélicienne, ainsi qu’à apprendre et retenir le serment du nouveau baptisé prestant allégeance à l’Eglise aristotélicienne :

Citation :
Serment d’allégeance à l’Eglise aristotélicienne

Je reconnais en Dieu le moteur du monde, la pensée suprême et la cause efficiente et finale du monde.

Je reconnais l’Eglise Aristotélicienne comme guide dans la connaissance de Dieu et je jure de lui rester fidèle, ainsi qu’à son autorité, seule représentante sur terre de l’Etre Divin.

J’accepte tout cela de ma propre volonté, pour le salut de mon âme en vue de ma résurrection près de Dieu dans la contemplation éternelle de Sa Beauté.

Je désire que mon nom apparaisse comme baptisé et serviteur de Dieu Tout-Puissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archives des pastorales en suspens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Archives des pastorales en suspens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Archives des pastorales terminées
» Noblesse du Poitou (Archives)
» Peines Alternatives : Procédures et déroulement (Archives)
» [archives] Scénario I : L'oiseau de feu
» Archives judiciaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province métropolitaine d'Auch :: Diocèse de Tarbes :: Paroisse d'Orthez :: Registres-
Sauter vers: