Venez découvrir la province d'Auch, le clergé Aristotélicien siège en ces lieux. Forum lié au jeu des RR.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Ce forum va entrer en hibernation. On est passé sur le Fofo II Eglise Aristo http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=12123 Rejoignez nous !!!!

Partagez | 
 

 [Preches] Hagiographie de Saint Karel (PJ) patron des prêcheurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bushiro
Prêtre Aristotélicien
Prêtre Aristotélicien
avatar

Messages : 888
Date d'inscription : 08/05/2008
Localisation (dans le jeu) : Auch

MessageSujet: [Preches] Hagiographie de Saint Karel (PJ) patron des prêcheurs   Mar 20 Oct - 4:23

Citation :
Pax melior est quam iustissumum bellum

La paix est meilleure que la plus juste des guerres








Religieux revenu ensuite à la vie laïc, Karel est mort le 7 mai 1454 à La Trémouille en Poitou.



Karel est présenté à la béatification en tant que bâtisseur de l’Eglise, pour laquelle toujours il oeuvra du mieux qu’il put et du mieux qu'il le pensait.



Simple paysan, il ne possédait comme bien que le strict nécessaire pour
vivre. Ni cultivateur, ni négociant, il considérait ce dénuement comme
la seule vraie preuve de sa foi.




PREMIERS PAS



Jeune serf et poussé par la faim et la tyrannie d'un triste sire, Karel
a quitté, au temps de la cueillette des mures, le hameau où il fut
élevé par sa mère. Cette errance prit fin à son arrivée à Guéret où
même s’il n’était qu’un simple gueux, il était libre, ne cherchant qu'à
s'établir avec honneur et respect. Il ne savait alors où le mèneraient
ses pas...



Nommé curé par Monseigneur Vilca en novembre 1453, après avoir
travaillé quelques temps à l’église Saint-Martial de Guéret, la
première cure qui lui fut confiée et où il œuvra pour l’Eglise et pour
l'ordre cistercien du mieux qu’il put.

Commerce ou politique, nombreuses sont les voies qui s'ouvrent à ceux qui œuvrent sur cette basse terre. Mais le service de l’Eternel apporte plus de fruits que toutes les richesses ne le pourront jamais. Discours suivant son ordination.


L'ITINERANCE



L’hiver régnait sur le Limousin et les attaques de loups étaient
nombreuses mais pourtant Karel se sentait toujours plus appelé à aller
sur les routes des Royaumes pour porter les enseignements des
prophètes. Et c’est aux jours les plus froids et les sombres qu’il
emprunta les routes du Royaume, itinérant et prêchant, pour le bien de
ceux qu’il pourrait rencontrer. Limousin, Poitou et Anjou le virent
alors faire étape alors même que le Royaume était en proie à d’intenses
et fratricides querelles. Souvent il rencontrait méfiance et
interrogation dans les paroisses qu'ils traversaient, tant les temps
étaient troubles. L'arrivée d'un homme inconnu, même un homme d'Eglise,
pouvait être perçue comme une menace. A ceux qui doutaient, souvent il
répondait :


Je ne suis ici que pour porter la Parole à ceux qui veulent bien l’entendre.



LE COMBAT POUR LA PAIX



Menaces de guerre civiles, soulèvement en tout genre, même les plus
sages voyaient leur esprit empli de colère. Pourtant, partout où il
passait, dans les églises vides où il officiait ou dans les chapelles
itinérantes qu’ils édifiaient et aujourd'hui effondrées, Karel ne
cessait de prêcher en faveur de la paix entre les hommes. Ses appels à l'apaisement résonnaient en permanence aux oreilles des paroissiens.


La situation est aujourd'hui dans notre Royaume plus que préoccupante.

La violence des actes fait que les langues se délient et que la
rancœur se déverse. J'entends ici ou là demander que des mesures
soient prises dans un sens ou dans un autre, des mesures qui me
paraissent lourdes de conséquences ; j'entends demander que des
positions soient prises officiellement pour que s'engagent les
affrontements, ce que j'entends fait trembler mon coeur.... </td> </tr></table>


Notre
Royaume ne pourrait être que perdant d'une telle déchirure. Les mots
peuvent être aussi tranchants que des dagues mais leurs coups ne
sauraient être aussi mortels...

Je prie de toute mon âme pour qu'une solution soit trouvée mais je
sais que cela n'est possible que si les nobles gens que vous êtes
arrivent à apporter un peu de paix en leurs esprits... </td> </tr></table>



Les fidèles n'attendaient souvent qu'un signe de l'Eglise à laquelle
ils appartenaient et souvent ces mots leur donnaient la force de
combattre pour la paix. Et même si les puissants belliqueux n'avaient
que peu d'échos de cette volonté des humbles d'éviter les luttes, les
ravages de la guerre s'arrêtèrent pourtant aux portes de ceux qui
écoutaient la Parole portée.



Mais si le siècle était troublé, les travées de Rome l'étaient tout
autant. Sa Sainteté Nicolas V mourut à la fin de l'année 1454 et tous
attendaient de son successeur qu'il trace sa voie dans celle de celle
du défunt pape.




L'ENGAGEMENT THOMISTE - TENDRE LA MAIN



La réforme et le refus du schisme



Cependant, le Pape Eugène V, dès son accession au trône pontifical
engagea une réforme dogmatique d'importance qui aurait pu avoir pour
effet de minorer l'exemple de la vie de Christos. Certains prêtres se
levèrent et refusèrent d'abandonner ce qui avait été édifié
jusqu'alors. Après d'âpres débats dans les jardins du Vatican, Karel,
aux côtés d'Abysmo, de Leto2, de Lorgol et de Trufaldini, suivit
Himérius dans la grande aventure de l'Eglise Conservatrice
Aristotélicienne (ECA).



Luttant pied à pied contre ce qu'il considéraient comme une
trahison, mis au ban de leur Famille, ces hommes défendirent leur Foi
sans faillir. Mais lourdes étaient les peines qui accompagnaient ce
combat permanent et atroces les déchirures qui régnaient en l'Eglise.
Les menaces de schisme pesaient sur l'aristotélisme.


Appelant à la Raison et à la Foi qui unissait les frères et les soeurs
qui se déchiraient Karel, ne pouvant accepter que l’Eglise soit
atteinte en son sein, lança alors un appel à la réconciliation,
refusant de céder aux velléités de division de certains et déployant de
grands efforts de diplomatie afin que les différences de chacun
puissent être accepter.


Œuvrons pour un rapprochement des sœurs déchirées et n’attisons pas des troubles déjà fort grands.



Ne portons pas l'opprobre sur les paroles de nos frères et sœurs,
quelle que soit leur position, quelle que soit la dureté de leur propos
mais faisons en sorte que les mains se tendent et soient saisies.

Cet appel fut entendu par les pères de l'Eglise et fut alors fondée la
Congrégation de Saint-Thomas, qui occupe depuis lors une place à part
entière au sein de l'Eglise aristotélicienne et dont Karel fut le
premier recteur. Celui-ci, fort de cette expérience s'engagea toujours pour que nul frère ne soit jamais abandonné au bord du chemin.


es
lèvres peuvent servir le bien ou le mal, proférer des mensonges ou de
sages enseignements, mais rappelons nous que l’homme juste et bon ne
maudit pas ses ennemis. Notre Famille, comme chacune, possède ses
brebis galeuses, mais gardons nous de les juger et cherchons plutôt à les ramener dans le juste chemin.</td> </tr></table>



L'EXEMPLE - L'HUMILITE COMME PRINCIPE D'EXISTENCE



Devenu évêque de Limoges, Karel participa activement à la vie de
l'Eglise, tant au dogme qu'à la vie des paroisses, avec pour seul
volonté de servir ceux qui en avaient le plus besoin. Homme de terrain
il ne supportait guère le confort qui pouvait lui être offert et
préférait toujours l'austérité des cellule ecclésiastiques. Pourtant il
n'en tirait aucun orgueil, simplement convaincu qu'il n'existait aucune
autre façon de vivre aussi digne.


Notre mission ne se limite pas à débattre du sexe des anges. Qu'il soit prélat ou simple diacre, l'homme d'Eglise est avant tout un missionnaire au service de la Parole Sacrée.


Très au fait des débats qui animaient l'Eglise, il ne s'y attardait pourtant que si elles pouvaient servir les fidèles.
Et il ne considérait pas comme primordial pour l'Eglise de s'immiscer
dans les affaires temporelles, convaincu qu'il était que les âmes
savaient reconnaître la voie dès qu'on leur en montrait l'exemple.



La soif de pouvoir et l'avidité de certains ne sauraient pouvoir
entacher les mérites de ceux qui vivent au quotidien pour notre Eglise.



Quel titre pour les chroniques qui relateront cet épisode ? "De la
manière de renforcer sa position par une démonstration de force". Au
sujet des troubles cathares.




Mais ces engagements eurent un impact fort sur Karel, tant ses paroles
trouvaient parfois peu d'écho. A la recherche du repos, il décidé de
quitter les ordres. Cette décision fut renforcée par la rencontre qu'il
fit de Patity, celle qui devint plus tard son épouse.




QUITTER LES ORDRES MAIS TOUJOURS VIVRE L'EGLISE



Redevenu un simple laïc, il occupa alors un poste d'ambassadeur du
Poitou, tâche qu'il accomplit avec la rigueur qui était la sienne. Il
n'abandonna pas pour autant ses convictions et continua de veiller au salut des plus humbles.


Peu
importent les titres, la reconnaissance et autres gloires dont chacun
peut s’enorgueillir, peu importe… Ne croyez pas aveuglément celui porte
titres et lettres de cachets, attendez de le voir agir…

Mais qu’elle que fut sa vie, (et bien qu’interdit de séjour au
Vatican), il resta toujours informé des questions qui traversaient la
vie de son Eglise. Cet intérêt ne s’était jamais éteint et bien que
bien moins fringant que par le passé, il décida, quand il le put, de
retourner dans l’arène des débats théologiques. Mais s’il n’était parti
que quelques mois depuis son départ, les choses n’étaient pourtant plus
les mêmes.





DERNIERS SURSAUTS DOGMATIQUES ET MORT



Une nouvelle génération de théologiens était apparue et quoique
sincères dans leurs convictions dogmatiques, ces serviteurs de l’Eglise
évacuaient souvent la passion de leurs débats. Les conversations
enflammées qu’avait pu avoir Karel avec ses frères thomistes ou avec
des hommes comme Moile, Egmont ou Lescure, aujourd’hui disparus, ou
encore Fredstleu ou Jeandalf n’étaient désormais guère plus tolérées.


Pourtant malgré cela il tenta encore de faire entendre sa voix.



La
Congrégation de Saint-Thomas, certes créées dans l'opposition, n'a pas
vocation à l'opposition systématique, au contraire, notre but est de
participer à l'édification riche et harmonieuse dans sa diversité de notre Eglise.



Car le dogme qui sera le nôtre sera le fruit de la réflexion de tous et
non pas une agrégation de textes épars. Nous n’avons pas volonté à
imposer quoi que ce soit. Défense de "De l'unité dans la diversité".



Mais les choses étaient vraiment bien différentes et Karel se vit
souvent mis à l’index pour une ardeur théologique bien souvent
incomprise, lui l’homme de terrain qui n’avait éprouvé les textes que
sur le terrain et jamais dans les bibliothèques, lui dont certains
affirmaient qu’il ne savait pas lire. Une nouvelle lassitude le gagna
alors, plus profonde et plus insidieuse, de se voir une nouvelle fois
montré comme un agitateur, lui qui avait toujours cherché à unir les frères et à apaiser les esprits.



La nouvelle survint plusieurs lunes avant le printemps qu’il appréciait
tant, Karel était mort, laissant une veuve et de nombreux amis éplorés.
Et certains prétendent que dans son dernier souffle, Karel lâcha ces
mots.


Je ne comprends rien à vos hurlements...



PRIERES DEDIEES


Humble
parmi les humbles, la foi en l’Eternel m'a permis de survivre jusqu'à
ce qu'Il me guide sur les terres hospitalières de ce royaume, où les
âmes fortes suivent Sa parole. Il m'a conduit jusqu'à la porte de Sa
maison, et m'a mené devant un homme juste et bon qui, écoutant les
paroles des saints de l’Eglise, est venu me chercher à la dernière
place parce qu'il savait que je ne pouvais rien lui rendre. Béni soit
cet homme. Comme lui, je m'attacherais à accueillir en notre Eglise,
dont je suis aujourd'hui un serviteur, les pauvres et les indigents. Je
m'attacherais à porter la Parole partout où elle pourra être entendue. [i]Acte de foi prononcé lors de son ordination



Aidez-nous
à vaincre les peurs qui sont nombreuses en ces temps troubles et à ne
pas succomber à cette haine qui règne en maître dans la tête et le
coeur des hommes.Prière d'espérance





SOUVENIRS


Lovian :
Karel, je l'ai vu, a servi au mieux la congrégation. c'est un grand homme .



Lorgol :
Les thomistes perdent un fondateur, et moi un ami.
Oh, Karel! Puisses-tu être accueilli à la droite de Dieu, et puisse Christos reconnaître en toi son plus fidèle serviteur.
J'entretiendrai toujours le souvenir ému de nos longues conversations.
Certes, nous avons échangé, mais j'ai également beaucoup appris de toi.




Alino :
Tu as ta place parmi les grands. Tu m'as appris ce qu'était la vertu et tu as été le premier à me faire confiance.


Gandalf_NIM :
Frère Karel a bien servi l'Eglise, il n' a pas démérité, et n' a pas failli...


Vilca :
Je perds encore un ami.


Trufaldini :
Karel, nul doute que le Seigneur t'accueillera parmi les siens. Tu seras pour nous un exemple!


Lescure :
Votre disparition est une bien triste nouvelle.







MAXIMES



Qu’Ill permette à notre Famille de rester unie.



La clarté est source de paix...



Saboter la paix, même une mauvaise paix, est pire que faire la guerre.



Que le Puissant fortifie le bras de ses fidèles serviteurs !



C'est un choix souvent bien difficile mais ô combien enrichissant. Au sujet de la pauvreté.





RELIQUE



Son bâton de marche, simple bout de bois ramassé sur les chemins,
symbole de son œuvre de diffusion et de défense de la foi, recueillie
en l’église de La Trémouille.





ELEMENTS LIES



La simplicité et l’écoute, proposé comme saint patron des prêcheurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Preches] Hagiographie de Saint Karel (PJ) patron des prêcheurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Preches] Hagiographie de Saint Karel (PJ) patron des prêcheurs
» Hagiographie de Saint Valentin
» Hagiographie de Saint André le Protoklite
» Saint patron
» Pierre Léger patron du Sud traverse l'Etang de Miragoane à dos d'homme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province métropolitaine d'Auch :: Bibliothèque & Archives de la province :: Bibliothèque :: Bureau des prêches et des études théologiques-
Sauter vers: